- Page 4

  • A Villeurbanne, les anciens de Colomb Béchar et leurs descendants se retrouvent…

    Imprimer

    A Villeurbanne, les anciens de Colomb Béchar et leurs descendants se retrouvent…

    La chose fut décidée très vite : une partie des anciens de Colomb Béchar, fortement représentés dans la région lyonnaise, décident de se retrouver autour d’un grand repas convivial afin d’évoquer, pour la plupart, cette ville du Sahara qui les vit naître, eux-mêmes ou leurs parents, quand ces derniers sont encore en vie. Généralement, je ne suis pas très friand de ce genre de rencontres du souvenir où la nostalgie du monde d’hier (pour parler comme Stefan Zweig), un monde devenu onirique, retravaillé par la mémoire des uns et des autres, plonge les participants dans une atmosphère empreinte d’une profonde mélancolie.

    Eh bien, avec les anciens de Colomb Béchar, il n’en fut rien ce 20 mars 2016. Tout au contraire, les gens, tous sans exception, étaient à la joie de se retrouver et de faire revivre leur passé. Chose importante qui détermine souvent la réussite ou l’échec de tels rassemblements : le choix du traiteur, visiblement une personne qui connaissait bien son affaire et qui s’était renseigné sur les habitudes culinaires des participants. Les boissons alcoolisées particulièrement prisées (Whisky et Anisette) de ces Béchariens coulaient à flots et je dois dire qu’une telle profusion désinhibe et conduit même à prendre la parole, sans préparation préalable. Ce que je fis, dans la joie de l’improvisation, à deux reprises.

    Lire la suite

  • Une laborieuse fin de quinquennat…

    Imprimer

     

     

    Une laborieuse fin de quinquennat…

    C’est dur, c’est même très dur. La France n’a jamais été facile à gouverner car en plus, en temps de crise, les gens ne consentent plus ni à l’impôt ni à un minimum de cohésion nationale. On connaît l’individualisme forcené des Français qui veulent toujours que l’on réforme chez le voisin et jamais chez eux.

    Or, aujourd’hui, de partout, on adjure le gouvernement de procéder à des changements qui sont plus que nécessaires et qui tardent à venir. L’inflexible ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble est allé jusqu’à dire qu’il priait (sic) pour que la France poursuive ses réformes, à quoi des journalistes répondirent ironiquement qu’il fallait d’abord les commencer.

    Et c’est là que tout se complique. Toutes les réformes que le président Hollande a tenté d’imposer comme cela, en fin de course, achoppent sur le refus de telle ou telle catégorie socio-professionnelle : pas un seul jour de l’année qui ne connaisse une grève de plus ou moins forte intensité. Prenez le cas de la journée d’hier qui fut occupée par des manifestations alors que le 31 mars ce sera la grève, après le long weekend pascal. Ce qui fait que ceux qui doivent comme moi prendre le train pour se rendre à des conférences ou en prononcer à Marseille ou ailleurs risquent d’avoir quelques surprises.

    Le quinquennat de François Hollande aura été riche d’enseignements. Il faut faire les réformes dès le début, ne pas attendre la dernière portion du mandat pour essayer de les imposer. On s’étonne que la loi sur le travail soit présentée maintenant. Quatorze mois avant la fin du quinquennat. Mystère ! Mais qui conseille donc le chef de l’Etat ? Même chose pour la réforme constitutionnelle et la déchéance de la nationalité. Les parlementaires se sont mis à parler d’apatridie, mais c’était avant les drames de Bruxelles ! Résultat : le Sénat a réécrit la loi et l’assemblée nationale n’est pas d’accord. En fait, j’ai un peu l’impression que la droite parlementaire ne veut pas accorder de satisfecit au président afin qu’il ne puisse pas s’en prévaloir lors d’une éventuelle candidature…

    Circonstance aggravante, le pouvoir s’apprête à distribuer généreusement de l’argent qu’il n’a pas, à des fins électoralistes : les fonctionnaires, les collectivités locales, etc… ce qui va accroitre les déficits, compliquer la situation pour les successeurs, et qui sait, faciliter une réélection qui paraît bien compromis.

    François Hollande va-t-il, doit-il, peut-il se représenter ? Il a commis l’imprudence de lier son sort à l’inversion de la courbe du chômage. Or, on connaît les chiffres du mois de février : mauvais, mauvais, mauvais. Je me demande même quelle pertinence y a t il à publier de tels chiffres mois après mois. Cette pauvre M. El Komry ne va pas tenir le rythme. C’est trop dur. D’ailleurs, est ce vraiment elle qui porte la loi ? J’en doute car c’est trop lourd pour elle.

    En règle générale, aucune réforme proposée n’est passée telle quelle, toutes sont passées sous les fourches caudines de l’opposition ou des frondeurs du PS.

    Que faudrait il faire pour sauver cette fin de quinquennat ? Dieu seul le sait.

     

  • En fait, l’Europe aurait besoin d’un Vladimir Poutine

    Imprimer

    En fait, l’Europe aurait besoin d’un Vladimir Poutine

    Oui, mais elle doit hélas se contenter d’un Barack Obama qui a, dans sa conduite coupable, laissé Daesh s’étendre et perpétrer des massacres dont les attentats de Paris et de Bruxelles ne sont qu’un avant-goût de sa vaste stratégie. Alors que les bombes explosent un peu partout, que le nombre des victimes avoisine les deux cents si l’on additionne tous les attentats imputables à l’Etat Islamique, les gouvernants des pays touchés ainsi que leurs élites parlent de lutter contre ce fléau tout en préservant nos valeurs, recommandent de ne stigmatiser aucune communauté, aucune religion, alors que tous les maux proviennent justement d’une seule et même culture religieuse et ne prennent toujours pas la mesure de la menace.

    Vladimir Pourine que je suis loin de considérer comme un maître à penser, a, quant à lui, pris la mesure du danger : il a vu que Bachar et son armée étaient au bord de l’effondrement, que par l’effet d’un boomerang le terrorisme allait sévir sur son propre territoire. Que fit il ? Il fit voyager Bachar vers le Kremlin dans le plus secret, conclut avec lui une forme de coopération militaire. Et l’appliqua. Elle consistait à écraser sous un tapis de bombes tous les opposants à Bachar, sans distinction, et ce n’est que plus tard, alors que l’armée loyaliste reprenait son souffle que Poutine concentra ses attaques sur Daesh qui ressentit durement cette nouvelle stratégie. Résultat : Un certain nombre de villes et villages ont été repris, l’armée de Bachar campe dans les faubourgs de Palmyre et même la capitale n’est plus prise dans cet anneau d’airain qui menaçait de l’étouffer…

    En quelques mois, Poutine a obtenu bien plus qu’Obama en quatre années de bombardements intensifs. On pourrait penser que les commentaires contre Obama sont trop durs. Mais enfin voyons, non seulement l’actuel président US n’a pas agi efficacement mais en plus il a laissé se développer Daesh qui essaime en Libye, occupant un littoral qui le met à moins de 300km des côtes européennes.

    Menacer l’Europe de l’intérieur comme de l’extérieur, telle est la stratégie à long terme de Daesh et de l’islamisme radical. A l’intérieur il y a cette population islamique qui lui est acquisse en partie et n’hésite pas à passer à l’acte à Paris, Madrid, Londres et Bruxelles ; à l’extérieur, il y a la pression sur les frontières internes et externes de l’Europe qui ne comprend pas qu’elle est devenue le ventre mou du monde… Un Français d’origine marocaine me disait avec une ironie féroce qu’aucun réfugié arabe du Proche Orient ou d’Afrique du nord ne songerait, pour rien au monde, à frapper à la porte d’à côté, à demander l’asile aux riches états du Golfe et d’Arabie ; tous préfèrent rallier l’Europe, même au péril de leur vie… Mais pourquoi donc ? Parce qu’ils connaissent la nature exacte de ces régimes ! Ce même intellectuel me disait que dans les geôles de ces pays là le pire était toujours à craindre ! Comparez cette situation à celle d’Abdelslam, de Nemouche et de Sis Ahmed Glam, et vous comprendrez.

    L’Europe n’a commencé à se réveiller qu’après avoir subi une véritable hécatombe, elle ne s’est activée pour rechercher les terroristes qu’après avoir subi ce qu’elle vient de subir. Regardez les tergiversations et les atermoiements pour le PNR. Regardez les réticences des pays de l’UE à échanger des informations. Lorsque Belges et Français ont travaillé ensemble, ils ont arrêté le terroriste le plus recherché. C’est une honte, il était caché au cœur de la capitale belge. Et ce terroriste, on aurait pu le faire parler et on aurait évité cette catastrophe et 31 morts ainsi que des centaines de blessés qui garderont des traumatismes leur vie durant.

    Oui, l’Europe court à sa perte. Il lui faudrait un homme de la taille de Poutine Il a su manier la carotte et le bâton. Il n’a pas quitté la Syrie, ses forces sont solidement installées dans deux bastions du pays alaouite. Et ses avions ainsi que ses conseillers continuent d’agir, ce qui explique l’avancée de l’armée de Bachar. Dans quelques jours, le site antique de Palmyre sera repris. Et tout le reste suivra.

    Les Occidentaux devraient fusionner avec l’autre coalition. Quand on a le même ennemi, on se ligue pour le battre. On ne divise pas ses forces.

  • Les attentats de Bruxelles : l’Evangile de la terreur

    Imprimer

    Les attentats de Bruxelles : l’Evangile de la terreur

    En quelques heures, que dis je, en quelques minutes, une bande de terroristes a pu faire voler en éclats toutes nos convictions, toutes nos croyances en un monde civilisé où la question du respect de valeurs aussi intangibles que la vie, la liberté et la démocratie, ne se posait pas, tant cela nous semblait aller de soi. En ces quelques minutes fatidiques, la vie de milliers de gens, de citoyens paisibles et vertueux, a soit été sacrifiée soit marquée à tout jamais par des bêtes sauvages dont on avait accueilli les parents sur le sol européen. Certes, l’accueil ne fut pas toujours parfait, mais ce pays qui les a accueillis à bras ouverts, la Belgique, a été si mal récompensé.

    Interrogeons nous un instant sur les motivations profondes de ces terroristes qui se retournent les armes à la main contre leurs compatriotes qui n’ont pas la même religion qu’eux ni la même culture, si tant est qu’ils en aient jamais eu une.

    On a l’impression qu’ils se sont dotés d’une sorte d’Evangile de la terreur leur commandant de tuer et de détruire tout ce qui n’est pas comme eux, et de mener ce combat dément jusqu’à la mort. Je suis sidéré de voir que ces fous fonctionnent par fratrie : lequel d’entre nous laisserait aller en enfer son propre frère ou l’imiterait à son tour, au lieu de chercher à l’en dissuader : un frère qui se fait exploser dans une rame de métro, l’autre qui actionne sa ceinture d’explosifs dans un aéroport… Et rien pour les arrêter, pour les contraindre à réfléchir sur la portée de leurs actes.

    Il faut bien s’incliner devant les techniques de l’Etat Islamique qui a réussi à leur faire des lavages de cerveaux (Khousoul a-demach), puisque rares sont ceux qui se dégonflent à la dernière minute. Mais dans leur écrasante majorité, ils sont allés jusqu’au bout.

    Abdelslam semble constituer une exception, mais lui aussi a été consciencieusement radicalisé et embrigadé puisqu’il n’a pas dit aux enquêteurs que quelque chose de grave se tramait, qu’il savait les adresses où étaient entreposées armes et poudres pour la fabrication de bombes, ni seulement le nom des kamikazes, alors qu’il est incarcéré dans une prison belge et que les autorités de ce pays cherchent désespérément à identifier certains terroristes ou à les retrouver s’ils sont encore dans la nature.

    Comment faire pour lutter contre cet anneau d’airain de haine, recuite et inexpiable, tout en restant enraciné dans notre culture et notre praxis démocratiques ? Cela me paraît relever de la quadrature du cercle. L’Europe ne va pas tarder à comprendre qu’il faudra bien mettre temporairement de côté des valeurs qui lui font honneur, si elle veut mettre un terme à e massacre qui peut reprendre partout et à tout instant.

    Nous avons vécu un aspect relevant d’une sorte de révolution culturelle dont personne n’a parlé sous cet angle : l’apparition de l’islam en tant que religion européenne. En d’autres termes, des millions de musulmans se sont installés sur notre continent sans qu’il y ait eu une période d’adaptation suffisante. Cela avait commencé avec l’arrivée massive de travailleurs, appelés à la rescousse par les industriels de toute l’Europe. Puis vient l’imprudente mesure du regroupement familial à laquelle l’Etat n’a pas su faire face alors qu’il en était l’instigateur. Trois ou quatre générations plus tard, l’intégration, je ne parle pas d’assimilation, n’a toujours pas été parachevée.

    Les prétendus printemps arabes, en réalité il ne s’agissait que de révoltes de nature sociale contre des potentats locaux qui n’ont pas compris que le numérique avait révolutionné l’univers, ont, en raison de leur échec, donné naissance à ce terrorisme, stimulé par l’Etat islamique qui a prospéré sur les cendres des faux espoirs des révolutions…

    Sans que ce soit comparable, ni au niveau des causes ni surtout au niveau des effets, l’Europe avait connu une question juive (Judenfrage) au XIXe siècle, nous allons connaître, au XXIe siècle une question arabo-musulmane. Quelle sera la place de l’islam dans notre continent ? Comment abriter une communauté de ce genre dans un cadre démocratique et surtout apaisé ?Comment les convertir à la laïcité qui permet à des gens différents de cohabiter harmonieusement ?

    Ce ne sera pas chose aisée car de plus en plus de citoyens européens se réfugient dans les bras de partis populistes auxquels ils apportent leurs suffrages au motif que les autres partis seraient impuissants.

    Marine a encore de beaux jours devant elle.

     

  • Michel Sapin a eu raison de relever la naïveté de la Belgique

    Imprimer

    Michel Sapin a eu raison de relever la naïveté de la Belgique

    La correction apportée subséquemment par le Premier Ministre, en visite de condoléances à Bruxelles, s’explique par des raisons diplomatiques et compassionnelles. Et je dois moi aussi, sans la moindre réserve, témoigner à nos voisins, amis et alliés belges notre soutien, notre solidarité et notre compassion en ces temps si difficiles.

    Paris est passé par là en janvier et en novembre, et rien que dans le second cas nous avons eu 130 morts et des dizaines de blessés. Et c’est justement sur cela que je souhaite revenir, comme le fit le ministre français des finances.

    Tous ces commandos venus frapper Paris venaient de Bruxelles ou s’y étaient rendus pour y faire leurs sinistres emplettes. Molenbeek, ce quartier presque entièrement islamisé de la capitale belge, semble, à ce qu’on dit, avoir fermé les yeux sur les agissements des délinquants et futurs terroristes radicalisés désormais. Certes, les autorités locales se défendent d’avoir engagé une sorte de pacte de non agression avec ces terroristes : on ferme les yeux sur vos différents trafics mais en échange vous sanctuarisez notre territoire. Cela ne s’est probablement pas passé ainsi, au pied de la lettre, mais l’on est stupéfait de voir, après coup, combien les terroristes ont pu accumuler d’armes et de munitions dans leurs habitations louées sous de fausses identités. Or, la Belgique est certes un petit pays mais qui abrite toutes les institutions de l’UE et dispose donc d’organismes de renseignement et de protection : comment s’explique cette cécité ?

    Les commandos qui ont frappé Paris sont venus de Belgique. Leurs membres étaient pratiquement tous nés dans un pays arabe ou nés sur place mais issus de familles d’immigrés… Ce qui repose avec une grande acuité la question de l’intégration. J’avais déjà exprimé ce divorce en parlant de gens qui habitent parmi nous mais se refusent à vivre avec nous, au motif que nous n’avons pas la même religion, ni les mêmes valeurs

    En gros, la Belgique a accueilli trop de gens de culture étrangère sans insister sur l’apprentissage de la langue, le respect de nos valeurs, le rejet de l’exclusivisme religieux, l’égalité absolue des hommes et des femmes devant la loi, etc…

    Et c’est bien pour cela que le ministre Michel Sapin a hélas eu raison de dire ce qu’il a dit !

    Songez que le terroriste assassin Salah Adbelslam a pu se cacher pendant des mois au cœur même de la capitale belge sans être repéré. Certes, nos amis belges pourraient rétorquer en parlant de la Seine Saint-Denis et ils auraient raison. Mais cette polémique serait stérile. Quand les deux pays se sont alliés pour œuvrer de concert, ils sont obtenu des résultats. En règle générale, l’union fait la force.

    Mais l’UE et le monde civilisé, le monde judéo-chrétien, n’ pas encore trouvé la parade efficace. Je ne dirai qu’une chose : quand on a de vraies convictions, on se mobilise pour les défendre.