- Page 3

  • La destruction de l'avion russe au dessus du Sinaï

    Imprimer

    La destruction de l’avion russe au-dessus du Sinaï

    Si la thèse de l’attentat devait s’avérer, cela révolutionnerait l’approche que nous avons de l’Etat islamique. Et cela prouverait aussi que le régime égyptien n’est pas capable d’assurer la sécurité sur son territoire et dans ses aéroports. Que l’on ne se dissimule pas la gravite de la situation et des conséquences à venir : le tourisme est le véritable poumon économique de l’Egypte. Si les touristes ne peuvent plus atterrir ni décoller en toute sécurité, c’en est fait de ce secteur économique dont le pays a tant besoin. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le président égyptien est justement en Angleterre pour trois jours, alors que la veille le gouvernement, en réunion de crise, a décidé de suspendre les vols en direction de la station balnéaire de Sharm el Cheikh…

    Cela fait bien longtemps que la province du Sinaï est un territoire livré à lui-même, une zone de non droit. Les Bédouins qui y habitent défient de plus en plus ouvertement le pouvoir central. On se souvient que même durant le règne éphémère du président islamiste Mohammed Morsi les rebelles avaient lancé une violente attaque contre une caserne, au moment où les soldats brisaient le jeûne du mois de ramadan. Le président déchu avait alors promis une vigoureuse réplique ; cela n’a pas suffi.

    Aujourd’hui, l’Etat islamique s’est vengé des Russes (si c’est vraiment lui qui a posé la bombe à l’intérieur de l’avion), en raison de leur action en Syrie. Et il est vrai que l’armée de M. Poutine agit sur place d’une main plutôt lourde.

    Que va t il se passer désormais ? Si V. Poutine suit sa nature, celle qu’on lui connaît, il va intensifier les frappes, enverra peut-être même des troupes au sol pour montrer que son pays est toujours une grande puissance et qu’il est en mesure d’en finir avec l’E.I. Une absence de réaction est absolument inenvisageable.

    Enfin, l’Egypte aura elle aussi à montrer ses muscles et devra revoir sa politique sécuritaire dans le Sinaï. Comme il existe un traité de paix avec Israël, l’armée égyptienne peut dégarnir sa frontière avec l’Etat juif et masser des troupes dans la péninsule. Mais il faut revoir les systèmes de sécurité dans les aéroports.

    Le même souhait s’applique hélas à nous tous : on n’a pas la sécurité, on a l’apparence de la sécurité. Ce n’est pas la même chose.

  • Que va t il se passer en Turquie désormais ?

    Imprimer

     

    Que va t il se passer en Turquie désormais ?

    Oui, que va t il se passer sur les rives du Bosphore après l’éclatante victoire de l’AKP de M. Erdogan ? IL ne va sûrement pas ralentir l’allure ni rechercher la modération vis à vis de ses adversaires alors que c’est vraiment ce dont le pays aurait le plus besoin : rétablir un peu de cohésion nationale, se réconcilier avec les Kurdes et aider plus efficacement à combattre l’EI.

    On peut cependant s’interroger sur les événements de ces derniers mois au cours desquels le pouvoir a fait semblant de chercher l’harmonie et la conciliation alors qu’il préparait le coup d’après, à savoir des élections qu’il espérait gagner. En effet, les terribles attentats ont secoué l’électorat qui a préféré la stabilité et la sécurité, incarnées par l’AKP. On comprend cette attitude.

    Mais voilà, au lieu de devoir négocier avec l’opposition, les autorités turques ont préféré fermer des chaînes de télévision et jeter en prison des journalistes qui ne partagent pas le point de vue du parti majoritaire. Le résultat ne s’est pas fait attendre, les Kurdes se sont jetés dans les rues afin de manifester leur mécontentement.

    Ce n’est certainement pas ainsi que l’UE permettra à la Turquie de se rapprochement. Je parle de rapprochement, je ne parle pas d’adhésion puisque cela est impossible.

    Mais tout de même, la Turquie, grande nation musulmane pourrait regrouper autour d’elle d’autres républiques anciennement soviétiques…

  • Présentation de la version allemande à Berlin du livre de MRH sur Léo BAECK

    Imprimer

    Lundi 2 novembre, 59 ans après la mort de Léo Baeck, eut lieu à l'ambassade de France, en présence de son E. Monsieur l'Ambassadeur Philippe ETIENNE et de ses collaborateurs, a eu lieu à l'ambassade de France , la présentation du livre allemand de MRH consacré à la vie et l'œuvre de cet auteur, jadis grand rabbin de Berlin.

    Sehr geehrter Herr Botschafter, Monsieur Philippe Etienne

     

    Sehr geehrte Frau Carol Kahn Strauss, Internationale Direktorin des Leo Baeck Instituts in New York

     

    Meine sehr verehrten Damen und Herren

    Es ist mir eine sehr große Ehre, hier in unserer Botschaft in Berlin, auf Einladung von Herrn Botschafter Philippe Etienne, Leo Baecks Leben und Werk anlässlich der Veröffentlichung dieser deutschen Biografie heraufbeschwören zu dürfen. Ich benütze mit Absicht das Zeitwort heraufbeschwören, weil ich damals mit einer so schönen Veranstaltung gar nicht rechnete, als ich mich vor vielen Jahren ans Werk setzte, um dieses Buch über eine der wichtigsten Persönlichkeiten der deutsch-jüdischen Geistesgeschichte zu verfassen. Wirklich, cher Monsieur l’Ambassadeur et chère Carol, Euch beiden und allen Euren Mitarbeitern und Mitarbeiterinnen sei mein herzlichster Dank ausgesprochen.