- Page 2

  • Mais que se passe t il à Ferguson?

    Imprimer

    Arrêter les troubles sanglants à Ferguson

    Comment y parvenir? Les événements qui s'y déroulent ne sont que le reflet d'un malaise bien plus profond qui frappe, semble t il, l’ensemble des USA. Il existe toujours des séquelles de comportement raciste à l'égard des Afro-américains. Il y a encore une sérieuse inégalité entre le développement sociologique des blancs et celui des Noirs. Cele ne disparaîtra pas par un simple coup de baguette magique. Et cela prendra des années. ON l'a vu de nos propres yeux: ce ne sont pas des changements d'hommes qui résoudront ce grave problème. Mettre des Noirs en lieu et place des blances à la tête de la justice, de la pilice et de la mairie n'a pas pas produi les effets escomptés. Il faut une sorte de plan pluriannuel avec une intensification de la discrimination positive (positive action) Et cela prendra de longues années. La preuve: on a un président afro américain à la Maison Blanche depuis sept ans et cela n'a rien changé.

  • Reintégrer la Russie dans le giron des nations

    Imprimer

    Il faut que la Russie reprenne sa place au sein de la communauté des nations civilisées.

    Certes, cela dépend d'elle et de son belliqueux président Vladimir Poutine. Lequel a osé s'en prendre aux frontières héritées de la fin guerre, créant ainsi un précédent fort dangereux. Si les nationalistes revanchards allemands se mettaient à contester la ligne Oder Neisse qu'adviendrait il de la paix en Europe? Or V. Poutine a considéré que les Occidentaux entreprenaient une manœuvre d'encerclement et d'isolement de son pays, ce qui l'a poussé à agir comme il a agi.

    Aujourd'hui, nous en sommes à la guerre économique avec la Russie. Poutine sait que son pays n'a pas les reins solides et qu'il ne pourra pas tenir sur le long terme, mais sa fierté nationale le conduit à prendre des mesures de rétorsion, même si son propre pays en souffre bien plus.

    Le baisse des prix du pétrole, la faiblesse de la rouble et les pénuries alimentaires dont commence à souffrir la population sont symptomatiques. Mais cela ne fera pas fléchir Poutine qui concentre ses attaques sur l'Ukraine qui a osé chasser son homme de paille Yanoukovitch et se rapprocher dangereusement de l'Occident. D'où l'annexion de la Crimée et les troubles dans l'est du pays.

    Pourtant, sans la Russie, le conflit avec la Syrie de Bachar ne sera pas résolu. Ni même en Irak, ou la situation en Iran.

    Mais le problème teste entier: comment réintégrer un pays qui viole des frontières, vend des armes à des régimes totalitaires comme l'Iran et s’immisce là où il peut pour faire jouer sa capacité de nuisance?

  • Les USA justifient l'accord avec l'Iran aux yeux de leurs alliés sunnites

    Imprimer

    Les USA et l'Iran face aux Arabes

    La tournée de John Kerry à travers les capitales arabes se révélé ardue. Comment peut il vendre cet accord avec l'Iran à des pays qui se sentent menacés par la politique agressive de ce pays, face aux états sunnites du Golfe?

    Kerry est obligé de couvrir les erreurs grossières de son maître Obama. Il le fait maladroitement en rappelant à ses hôtes que l'Iran figure en bonne place dans la liste des états soutenant le terrorisme, liste établie par les USA. A quoi les Arabes répondent: alors pourquoi avoir signé avec un Etat terroriste? Il répond ce qu'Obama répond: personne ne m'a proposé d'alternative à la guerre, à l'attaque armée.

    Un célèbre journaliste de la région formule clairement les craintes des Arabes de la région: avec les milliards obtenus par l'Iran, ce pays pourra aider encore plus le Hezbollah, comme dit le NYT, ce porte avions de l'Iran dans la région. Il pourra lui faire passer plus d'armes et des armes de plus en plus sophistiquées.

    Le journaliste arabe très respecté dans son pays et à l'entour rappelle que les USA sont bien armés et se trouvent à des milliers de km de l'Iran alors que les états sunnites sont à un jet de pierre de l'agresseut potentiel.

    France 24 a diffusé une interview du président iranien qui défend une thèse apparemment rassurant: il projette un règlement politique de la crise syrienne et yéménite. En accord, dit il, avec nos propres principes.

    Mais quels principes? Ce là tout le problème. Les principes de la république islamique sont ils concevables pour d'autres?

    Pas vraiment.

  • Spéculations sur le sort du Boeing 777 de la Malaisian Airlines

    Imprimer

    Spéculations sur le sort du Boeing 777 de la malaisian Airlines

    Je suis étonné par l’ampleur des thèses complotistes, depuis la catastrophe du 11 septembre 2001 dont des esprits dérangés ont contesté jusqu’à l’existence. Je dis cela car depuis qu’on a découvert un aileron du Boeing 777 disparu l’année dernière dans l’océan indien, les journaux, les radios et les télévisions se lancent dans d’incroyables scénarii où la thèse du complot est loin d’être absente. Cela va devenir le feuilleton de l’été  Il faut savoir que les journaux et les organes de presse en générale tirent la langue durant les semaines d’été et ne savent qu’offrir à leurs lecteurs : fermer un journal, une radio ou une télévision durant un seul jour est inconcevable. Et pourtant, il le faudrait…

    Mais revenons au sujet : hier soir, j’ai suivi par ailleurs un vaste reportage sur ce désastre aérien encore irrésolu. Toutes les hypothèses furent passées en revue, les unes plus fantaisistes que les autres, mais j’en ai retenu une seule que je trouve nouvelle et qui illustre bien cette capacité de reconstruction et d’agencement d’hypothèses de la part des journalistes qui font un montage de la plupart des déclarations d’interlocuteurs divers et variés, pour orienter leur lecteur vers telle direction et pas telle autre.

    Selon eux l’avion de la Malaisie se serait trop approché de la base US de Diégo Garcia  et comme le transpondeur avait été débranché et que l’avion ne répondait plus à aucun appel, la chasse US l’aurait intercepté en l’abattant. En fait, on reprend ici l’idée d’un détournement terroriste qui aurait envisagé d’aller s’écraser avec tous ses passagers sur cette base.

    Et les journalistes d’interpréter dans ce sens les silences jugés étranges de Obama, sa visite peu de tems après en Malaisie, son invitation du président de ce pays à faire une longue partie de golfe avec lui, etc… Même le silence de François Hollande était devenu suspect puisque 4 Français ont péri dans ce crash.

    L’impression que l’on retire est la suivante : on sait des choses, on nous les cache, on ne nous dit pas la vérité. Mais d’aucuns savent et ne veulent rien dire, ils se sont donnés le mot pour ne rien dire, etc… Donc c’est un complot puisque différentes personnes se sont entendues pour adopter face à un événement une attitude communes.

    Je ne sais pas qui a raison mais si je ne suspecte pas l’authenticité de l’itinéraire suivi par l’aileron gr)ace aux flux océaniques, je trouve étrange la découverte, le même jour et au même lieu, de deux bouteilles, opportunément porteuses, l’une d’une étiquette indonésienne et l’autre chinoise…

    Nous verrons bien. Mais ayons une pensée émue pour les victimes et pour leurs familles. Par contre, il faut bien parler de la gestion calamiteuse de cette affaire par les autorités du pays en question.