- Page 3

  • Que pouvons nous faire de la Grèce?

    Imprimer

     

        Que devons nous faire de la Grèce de Tsipras ?

    Il faut rejeter ce pays qui a osé se donner un tel gouvernement et qui l’a de nouveau adoubé en lui emboîtant à pas avec 60% des suffrages ! De grands hommes politique français comme VGE et Alain Juppé ont respectivement dit que la Grèce devait s’éloigner de la zone Euro. L’un a dit quitter la zone, l’autre, se mettre en congé. Dans un cas comme dans l’autre, les Grecs doivent cesser de vivre aux crochets des autres pats européens.

    J’ai rencontré il y a peu, lors d’un déjeuner, un important banquier central qui m’a dit craindre des scènes d’émeute et de la faim dans les rues d’Athènes si l’Europe, et notamment la BCE coupait les vivres au pays. Rendez vous compte : un pays qui ose nous défier alors que ses banques sont fermées et le resteront encore quelque temps, un pays qui voit s’allonger les files d’attente devant les distributeurs de billets, lesquels commencent à manquer et n’existeront même plus pour peu que Francfort cesse de les alimenter…

    Je ne comprends pas la gentillesse du président français, par contre la fermeté de la chancelière était très bien. J’espère qu’aujourd’hui les autres pays de la zone Euro s’opposeront à tout accord donnant satisfaction aux aventuriers d’Athènes… Qu’un homme aussi sérieux et aussi respectable que Wolfgang Schäuble ait refusé de voir l’étrange Voroufakis ne m’étonne guère. La question est : peut on faire l’Europe avec les Grecs de Tsipras ? La réponse est non.

    Que les Grecs trouvent refuge dans les bras de la Russie voisine ou de la Turquie. Ce sera toujours mieux que de rester en Europe.

    La Grèce de Tsipras n’a rien à voir avec celle de Platon.

  • Les Grecs devraient suivre l'exemple de Varoufakis: qu'ils démissionnent tous de l'Europe

    Imprimer

    Les Grecs devraient suivre l’exemple de Varoufakis : démissionner de l’Europe une fois pour toutes !

    En fait, nous avons affaire à des personnages bien plus retors qu’on ne pensait : Tsipras qui s’entend comme larrons en foire avec son désormais ex ministre des finances, lui demande de faire semblant de partir pour jeter un os aux Occidentaux qui pourront ainsi laver l’affront de ce référendum qui consacre l’emprise de Syrysa.

    L’Europe a échoué, elle a échoué face à une bande de contrebandiers qui l’ont ridiculisée à la face du monde entier. Certes, Tsipras va jurer ses grands dieux qu’il veut l’Europe, qu’il veut l’Euro mais dès que les négociations reprendront, il fera mine d’être d’accord et une fois de retour à Athènes il ressortira l’arme à plusieurs coups du référendum !

    Que les bons Européens prennent garde, un référendum peut en cacher un autre. Les Européens ne devraient plus négocier. Ils devraient suspendre toute aide à ce pays qui a osé donné 60% de ses suffrages à des aventuriers. Si l’on n’y prend pas garde, l’Europe risque d’éclater à cause des Grecs qui ne veulent ni rembourser leurs dettes ni réformer un état qui n’en est pas un depuis plus de quarante ans.

    En fait, il faut d’abord les exclure de la zone Euro et ensuite de l’Europe proprement dite. Celui avait parlé de ne pas fermer la porte à Platon est aussi celui qui l’avait ouverte au regroupement familial, créant l’insoluble problème de l’immigration auquel nous faisons face aujourd’hui.

    Comment a t on pu jadis admettre la Grèce au sein de la zone Euro ? Comment a t on fermé les yeux sur toutes les malversations et les tromperies d’Etat coordonnées par tous les gouvernements grecs successifs ? Au point de confier l’avenir de tout un pays à une bande d’aventuriers qui en compromis pour longtemps le renom et la réputation.

    Il eût fallu éloigner ce cancer depuis longtemps. Il risque de s’étendre à d’autres. Tsipras et ses acolytes sont vraiment diaboliques. Je comprends les Européens mais je ne comprends pas leur attentisme : il faut faire sortir la Grèce de Tsipras de l’Euro et de l’Europe.

  • Carlos Gohn: dans vingt ans plus de taxis traditionnels?

    Imprimer

    Dans moins de vingt ans, plus de taxis : Carlos Gohn

    C’est la percée de l’uberisation de l’économie et elle touchera tous les secteurs de l’activité, intellectuelle ou industrielle. C’est un homme de l’art qui le dit, le patron de la firme automobile Renault. Le combat livré par les chauffeurs de taxi se révèle être un combat d’arrière-garde. Le gouvernement ne leur a donné raison que momentanément et ne s’est précipité que pour éteindre l’incendie et rétablir l’ordre. D’ailleurs, cela ne dépend pas de lui car nul ici bas n’être maître de l’avenir ni ne peut le prédire : a quoi ressemblera la France ou même le monde dans vingt ans ? Serons nous encore là ?

    Mais par-delà cette gigantesque vague de renouveau et d’innovation insoupçonnés, penchons nous un instant sur le cas spécifique des taxis. Je ne parlerai que des taxis de la capitale française, n’ayant pas accès à l’ensemble de ce pays.

    Les plaintes se multiplient sur l’incivilité, l’indolence, voire l’impolitesse des chauffeurs qui n’offrent même pas le minimum de service qu’on est en droit d’attendre de la part de prestataire de service, dans les gares et les aéroports.

    Maints touristes, notamment suisses ou américains, se plaignent que les chauffeurs n’ouvrent pas la portière, ne chargent pas les bagages, n’ont pas d’appareil pour payer avec la carte de crédit, etc… Le concierge d’un palace me citait récemment le cas d’un couple de vieux touristes US, contraints de tirer eux-mêmes leurs lourdes valises alors que le mari était presque invalide… Il a fallu que le concierge fasse la remarque au chauffeur… qui attendait un pourboire !

    Revenir de Roissy vers Paris ou faire le trajet inverse dépasse souvent les 70€, soit le prix d’un billet d’avion pour une capitale européenne. C’est plus qu’excessif. En outre, une bonne partie de chauffeurs ne parlent pas correctement le français et ont tendance à être surreprésentés dans la profession. Ces gens sont même parvenus à créer des circuits propres où ils se revendent les uns aux autres les licences. Aujourd’hui, comme leur monopole est attaqué de toutes parts et vit ses derniers jours, ils se plaignent légitimement que leur retraite sera misérable alors qu’ils espéraient revendre cette même License à un bon prix avant de s’en retourner au pays… C’est compréhensible et on doit trouver une solution. Mais l’Etat répond tout aussi légitimement qu’il n’est pas responsable de la chute du cours et qu’il n’a jamais été à l’origine de ce trafic, au sens étymologique du terme.

    Comment voulez vous empêcher d’autres entreprises de VTC de proposer leurs services ? Nous connaissons beaucoup de gens qui n’utilisent plus que Uber ou d’autres VTC : les chauffeurs sont bien habillés, ils ouvrent les portières, le prix de la course est fixé d’avance et est prélevé, sans le moindre échange d’argent entre le client et le chauffeur. Peu de temps après, on vous demande de donner votre appréciation sur la prestation. Rien de tout cela ne se trouve chez les taxis traditionnels, arcboutés sur leur monopole.

    Le PDG de Renault est trop optimiste : c’est dans les prochains mois et non les prochaines années que les taxis actuels auront disparu. C’est le vent de l’histoire qui l’impose. On dit qu’il y a près de 5 millions de chômeurs dans ce beau pays qu’est la France : comment empêcher que ces hommes et ces femmes, dotés d’un véhicule et d’un permis de conduire, proposent leurs services à prix cassés. Environ quatre courses à Roissy rapportent pas moins de 200 € par jour…

    Qui peut résister à cette manne, surtout quand il est au chômage ou à la retraite ? Même Uberpop reprendra ou n’arrêtera jamais entièrement.

    Ce seront des années difficiles mais la prédiction du PDG de Renault se réalisera sûrement.

    Cela ne dépend pas de notre volonté.

  • Comment l'Europe peut elle faire cesser les escroqueires grecques?

    Imprimer

    Comment l’Europe fera t elle cesser les escroqueries grecques ?

    Au fond, c’est la seule question qui importe, les résultats du référendum comptent, de toute manière ils seront très proches, ni le oui ni le non ne pourra l’emporter largement et donner une légitimité renouvelée aux actuels négociateurs grecs. L’Allemagne, quant à elle, a déjà voté : elle veut la chute de Tsipras et comme on la comprend.

    Au sujet de l’esprit de ce triste sire, tout ou presque a déjà été dit : un dangereux pokerman qui négocie des mois durant et qui, pour finir, vous lance : eh bien, je rentre à la maison et j’attends les résultats d’un référendum… Mais il n’en avait jamais parlé auparavant, d’où la naïveté des Européens, Madame Merkel exceptée.

    Tsipras  n‘en est pas à son premier coup, il a dissipé l’esprit critique des Grecs plus d’une fois. Même l’intitulé de son référendum (que son Conseil d’Etat aurait dû invalider) n’est pas clair. Et comme il n’en est pas à un mensonge près, il s’en va répétant que dès lundi, il reprendra les négociations. Mais avec qui ? Madame Merkel qui donne le ton en Europe ne voudra sûrement pas se faire marcher sur les pieds une nouvelle fois.

    Il faut que vous sachiez ce que Tsipras eu le front d’exiger : il réclame Près de trente nouveaux milliards pour faire tourner la boutique, il exige un délai de grâce de 20 ans, sans garantie que des réformes seront faites : voyez vous le FMI, l’Euro-groupe et l’UE agir dans ce sens ? Cela irait à l’encontre de tout ce que ces comités ont fait jusqu’ici.

    En fait, tout en négociant sur un point, Tsipras pensait à tout autre chose : la restructuration de la dette (plus de 320 milliards !) : Or, cette dette est principalement entre des mains allemandes ; comment voulez vous imposer à l’Allemagne un nouveau sacrifice ? C’est impensable.

    En fait, on peut s’arranger avec la Grèce à condition que Tsipras et ses acolytes s’en aillent. Mais pour cela, il faut que le oui passe.

    Et rien n’est moins sûr. Tant pis pour la Grèce. La règle vaut pour tous : il daut payer ses dettes.

  • La Grèce: le choix entre Tsipras et l'Europe

    Imprimer

    La Grèce : c’est ou l’Europe ou Tsipras !

    L’aventurier politique d’Athènes se rend enfin compte de sa bévue. Il a compris que les Européens avaient vu juste dans son jeu. Ils peuvent retourner son arme contre lui. En disant aux Grecs que s’ils donnent la majorité au non, ils en subiront les conséquences, toutes les conséquences. D’ailleurs, les soutiens au non s’érodent et il est fort possible qu’il l’emporte. Mais n’anticipons pas.

    Le vent du boulet a dû être très frappant puisque l’actuel ministre des finances grec a dit qu’il ne serait plus lundi à son poste si le oui l’emportait. Mais c’est une évidence, car comment pourrait il admettre ce qu’il s’entêterait à refuser depuis des mois.

    Mais même si le oui devait l’emporter, cela ne signifierait pas la solution de la crise grecque et surtout de la dette de ce pays. On ne doit plus faire référence à l’antiquité grecque pour attirer de la mansuétude : les Grecs d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec l’ancien patrie de Socrate, de Platon ou d’Aristote. Regardez les actuels dirigeants, Tsipras et Varoufakis , rien dans leur comportement ou leur attitude  n’évoque les dignes maîtres de la pensée grecque.

    Un détail : je ne comprends pas que certains dirigeants européens continuent de se raccrocher à des négociations avec des gens de peu de foi. Je ne le comprends vraiment pas. Surtout quand ces mêmes dirigeants n’ont pas les moyens d’assumer leur politique.

  • DSK, le retour?

    Imprimer

    DSK, le retour ?

    On le bien : en politique, on n’est jamais mort, sauf après une vraie mort clinique. Cet adage est en train de se vérifier avec DSK qui s’est enfin mêlé de la crise grecque et qui a livré sa solution personnelle dans twitter. Sa note a été visitée par plus de trois millions de personnes. Du jamais vu, comparable seulement avec les plus grands de ce monde. Style Barack Obama ou autres.

    Il n’en fallait pas plus pour que les journaux s’affolent. Il faut dire qu’ils cherchaient une mine à exploiter pour l’été. Cependant, nos étés ne ressemblent plus aux anciens du temps jadis. Aujourd’hui, il y a tant d’événements tristes et malheureux que toutes les plumes journalistiques aux démangeaisons bien connues trouvent à s’employer sans grande difficulté.

    DSK a t il intérêt à se replonger dans la politique ? Après tout ce qu’il a vécu, ce serait une éclatante revanche, notamment sur ceux qui l’ont moqué, trahi et abandonné. Il a eu des moments très difficiles, surtout le dernier en date concernant le procès du Carlton à Lille.

    Mais il faut bien reconnaître que ce génie, ce Mozart de la finance, s’est mal conduit : qu’on me pardonne cette légère ingérence dans sa vie privée. Au fond, on ne doit pas s’occuper de la vie privée, mais quand on est un personnage public, la vie privée ne l’est plus vraiment.

    Finissons par l’émission d’un vœu : que DSK fasse ce qui lui plaira, mais que désormais il adopte un mode de vie plus rangée, plus tranquille. S’il le souhaite, il peut mettre ses compétences au service de son pays. Il y a de fortes chances pour qu’en 2017 il soit, comme on dit, en situation. Nul ne peut jouer aux pythonisses comme la Pitie de Delphes.

    Attendons et voyons.

     

  • Tsupras a projeté son pays la Grèce dans un ravin sans fond

    Imprimer

    Alexis Tsipras a envoyé son pays la Grèce dans un ravin

    Dans toute cette affaire de poker menteur, la presse n’a pas joué un bon rôle, elle a fait croire que la terre allait cesser de tourner ce matin si ce pays gouverné par des fous, la Grèce, était en cessation de paiement. Le monde entier savait que ce serait le cas et faute d’un coup de baguette magique, le gouvernement actuel ne pourrait pas honorer sa dette, ni celle d’aujourd’hui celle de la BCI dans deux semaines.

    Je note aussi que de tous les gouvernants européens, seules deux dames se sont comportées de manière mâle et virile : Madame Lagarde et Madame  Merkel. Cela ne m’étonne pas, comparées à ces Messieurs fatigués et vieillissants, qui n’ont pas pris ou tardivement la mesure de filouterie de leurs  homologues grecs.

    François Barouin a appelé ce matin au départ de Tsipras, il avait été précédé par un député grec de droite qui exige de nouvelles élections. Ce devrait être la solution.

    Comment oser négocier des semaines durant pour ensuite faire volte face et dire qu’on s’en remet au jugement du peuple auquel on recommande bruyamment de répondre non ?

    Le vieux Monsieur Juncker s’est dit trahi par Tsipras. Incroyable !  Comment un politicien blanchi sous le harnais a t il pu se faire avoir de la sorte ?

    Il faut laisser ce gouvernement de flibustiers conduire son pays dans l’abîme et dans la ruine.

    Pas de place en Europe pour la Grèce de Tsupras et de Voroufakis.