- Page 3

  • Remous politiques en France

    Imprimer

    Remous politiques en France..

    Comme on le laissait entendre dans le précédent papier, celui d’hier notamment, un hiatus prend place entre un président originellement socialiste et qui se dit aujourd’hui socio-démocrate et une majorité socialiste qui se veut socialiste et entend le rester. Ce scénario est absolument inédit car on pouvait tout prédire sauf cela : les députés pensent avant tout à leur réélection et non à celle d’un homme qui s’est servi d’eux pour ne réaliser que ses aspirations personnelles alors qu’eux devront rendre des comptes à leur propre électorat… …

    Pour une fois, les enjeux sont contradictoires, pour ne pas dire opposés, entre un président et sa majorité parlementaire. Les choses se sont envenimées et le Premier Ministre a dû calmer le jeu hier à l’Assemblée : ce n’était plus à l’opposition qu’il s’adressait mais à sa majorité qu’il tentait de rassurer. Alors que l’oukase présidentiel enterrait purement et simplement la loi sur la famille, les députés socialistes ne l’entendent pas de cette oreille et veulent présenter des projets de loi de leur propre chef qui reprendront les thèmes auxquels ils tiennent. On peut les comprendre puisqu’ils sont élus sur un programme précis.

    François Hollande a enfin pris conscience des réalités de la France contemporaine ; il a compris que certaines pesanteurs sociologiques et d’incontournables nécessités économiques rendaient un certain pragmatisme absolument présent : la politique est l’art du possible. Pour être élu, on se livre à toutes sortes de promesses car on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre, mais une fois élu, on fait ce qu’on peut et on se maintient au pouvoir. Mais l’agenda d’un président ne coïncide pas toujours avec celui des députés de son propre camp. Seuls les naïfs croient encore que lorsqu’on fait un bout de chemin ensemble, la vie est un long fleuve tranquille.

    Alors que va t il se passer ? François Hollande n’est pas un novice en politique, il a prévu cette petite fronde et lors de sa conférence de presse (le 14 janvier) il a prévenu que le gouvernement engagerait sa responsabilité à l’Assemblée. En langage clair : si vous en avez le courage, censurez donc mon gouvernement et vous verrez. De mon côté, je vous dissoudrai et convoquerai de nouvelles élections. Et vu l’impopularité qui règne dans le pays, vous serez laminés, la droite reviendra, je gouvernerai avec elle, et quant à vous, vous aurez tout perdu.… Etes vous candidats au suicide ? La seule possibilité qui s’offre à vous, est la suivante : me suivre sans faire d’histoires…

    Les députés, comme tous les hommes politiques à tous les niveaux, optent pour la continuité ; entendez : ils veulent continuer à disposer de leur place. Donc le gros des députés suivra docilement. Mais une scission est toujours possible, voire inévitable. La gauche de la gauche, comme on dit, rejoindra le front de gauche, tandis que le président pourra toujours se constituer une majorité d’idées, si chère à Edgar Faure..

    Après tout, si l’on pousse dans ses conséquences ultimes la profession de foi social-démocrate, c’est à cela qu’on aboutit.

    On dit souvent que les hommes ne discernent jamais entièrement ce qui se passe dans les replis les plus intimes du cœur des femmes. Cela vaut aussi pour les hommes politiques.

  • Que devient la famille en France?

    Imprimer

     

    Que devient la famille en France ?

    Depuis quelques jours, on ne parle que de cela : la famille, son sens, sa signification, sa pérennité et son évolution. Depuis quelques jours, alors que l’économie et le fameux pacte de responsabilité accaparent tous les esprits, certains s’entêtent à se focaliser sur des enjeux dits sociétaux alors que le plus important est ailleurs. C’est exactement ce que pensent l’opposition à François Hollande et une minorité agissante ou en tout cas très mobilisée (pour ne pas dire remontée) contre les projets de réformer le statut de la famille.

    Pourquoi donc l’actuelle majorité à l’assemblée nationale française veut elle tout changer alors qu’une bonne partie de la population, de tendance judéo-chrétienne ou simplement conservatrice (dans le bon sens du terme) ne veut pas de ce changement et est vent debout contre toute velléité de réforme dans ce domaine. On peut, en effet, sans préjuger de la suite, se demander pourquoi le pouvoir actuel a précipité le pays dans une cascade de manifestations et de contre manifestations au sujet du mariage pour tous et de la manif pour tous.

    Nul n’imaginait que l’opposition à ces projets serait aussi forte. Certes, il y a la tradition catholique mais il y a aussi un fait de nature plus politique : la gauche, quoiqu’on dise, est minoritaire dans le pays et sans contester la légitimité du président actuel, il faut bien reconnaître que le corps électoral a tout d’abord voulu chasser Nicolas Sarkozy avant même d’élire d’intention première (pour parler comme Leibniz) François Hollande. C’est peut être désagréable de le rappeler mais jamais président de la Ve république n’é été aussi bas dans les sondages. Et jamais auparavant sa côté d’impopularité n’a été aussi durable, au point qu’on n’en parle même plus, tant le bilan apparaît désespérant. Pourtant, ces mêmes déçus de François Hollande ont été, il y a moins de deux ans, ses électeurs enthousiastes. Mais la versatilité du corps électoral est une donnée bien connue : aujourd’hui, plus personne ne croit aux promesses pour la bonne raison que personne ne peut les tenir. Alors pourquoi s’être acharné sur les lois familiales au lieu de s’en prendre au marasme économique ? Pourquoi avoir froissé les uns et trahi (sic) les autres ?

    Ces questions reviennent ce matin avec une remarquable insistance dans toute la presse. Fait significatif, certains socialistes, et non des moindres, commencent à se demander où va le président. Ils s’interrogent autant sur ses motivations réelles et profondes que sur son aptitude à gouverner. Ils n’ont pas vraiment apprécié l’oukase tombé après un déjeuner du président et du premier ministre : alors que la discussion des lois familiales était prévue pour cette session à l’Assemblée, un communiqué laconique du Premier Ministre annonce que la loi ne sera pas discutée en 2014…  Les interrogations de plus en plus inquiètes des parlementaires socialistes laissent augurer quelques remous à venir. Le président s’est déclaré ouvertement social-démocrate mais sa majorité à l’Assemblée est restée, dans son essence, socialiste. Certains au PS ne se cachent plus pour parler du grand écart du président qu’ils accusent à demi mot de ne penser qu’à 2017. D’autres vont encore plus loin en pensant tout haut que les primaires existent bien et que rien n’est joué, surtout au regard des piètres résultats obtenus dans la lutte contre le chômage

    Cette marche forcée vers les réformes sociétales a accru la perplexité des uns et des autres. On n’en est pas encore au désarroi mais celui-ci finira par s’installer si l’on ne fait rien pour calmer le jeu. On peut donc dire que le renvoi de la réforme sine die est une bonne démarche car elle contribue à l’apaisement. Il eût été suicidaire de pousser les feux alors que la rue s’agite depuis des mois. Tous les sondages s’accordent à dire que le parti au pouvoir va perdre les municipales et sûrement les européennes.. Fallait-il creuser encore plus le fossé du désaveu, du divorce entre le pays et le pouvoir ?

    Le président a donc pris la bonne décision, même si sa base est un peu perdue. En effet, l’observateur impartial ne manquera de relever qu’il fallait une certaine plasticité d’esprit pour suivre les évolutions, si rapides cet an ci, du chef de l’Etat : après le tournant social libéral ou social démocrate en matière économique, voici venu un second tournant en matière sociétale… D’autres évolutions ne sont pas à exclure.

    Le président est trop fin politique pour ne pas savoir quand on doit avancer et quand on doit reculer : le pays n’a pas encore intégré l’idée du mariage homosexuel, que déjà on voulait lui administrer une nouvelle option amère.. Il fallait donc surseoir. C’était la sagesse même. Mais voilà : les caciques du PS réclament en disant que François Hollande a été élu sur un programme ; les écologistes qui préféreraient trépasser plutôt que de quitter les dorures des palais nationaux se contentent d’une désapprobation du bout des lèvres. Ils savent aussi que le PS peut très bien se passer d’eux…

    Que faire ? Gouverner est une chose difficile, surtout dans  un pays comme la France, un pays qui vieillit, qui doute et qu’une partie de sa jeunesse commence à quitter. Le grand voisin qui affiche une insolente bonne santé a opté pour un gouvernement de coalition. Mais l’esprit français ne s‘accorde guère avec  la notion de consensus. On a trop appris à un parti de gouverner le pays contre un autre parti. Le résultat est très triste. Un bon gouvernement d’union nationale qui s’accorderait sur cinq points mieux pendant dix-huit mois serait une avancée considérable. Mais c’est inimaginable.

    Voici une histoire drôle que mes étudiants genevois m’ont racontée récemment : les nations de toute l’Europe viennent se plaindre à Dieu d’avoir trop favorisé la France : climat tempéré, beaux paysages, belle histoire, beau territoire, belles femmes, haute gastronomie, etc… Le Seigneur écoute toutes les doléances en silence et finit par dire ceci : Oui, j’ai beaucoup favorisé la France, sauf sur un point qui contrebalance tout le reste, je lui ai donné les… Français !!

  • Hannah Arendt et Gershom Scholem, Correspondance (Seuil, Paris, 2013)

    Imprimer

    Gershom Scholem et Hannah Arendt : Correspondance

               «Les juifs meurent en Europe et on les enterre comme des chiens.»

                              (Hannah  Arendt à Paris, le 21 octobre 1940, p 22))

     

    Cet ouvrage, attendu depuis un certain temps déjà, renferme un certain nombre de lettres échangées entre deux hautes personnalités du judaïsme allemand, deux êtres qui ont commencé par bien s’entendre, par poursuivre les mêmes objectifs pour ensuite  diverger sur des questions particulièrement graves de l’histoire juive, ancienne ou contemporaine. Le volume se compose de deux parties, la première, la plus étendue renferme les lettres tandis que la seconde contient des textes d’Arendt, notamment sa recension tant attendue par Scholem de ses Major trends in jewish mysticism et des contributions des éditeurs de la version allemande, censées éclairer l’arrière-plan historique et culturel de l’ensemble.

    La première lettre émane de Arendt qui l’écrit depuis Paris où elle se trouve  en mai 1039 ; c’est une femme qui a quitté son pays natal, l’Allemagne, tombée sous la coupe de nazis qui y ont commis les pires exactions contre les juifs et menacent l’ensemble de l’Europe. On y perçoit des doutes sur la symbiose judéo-allemande, mais aussitôt après, le grand souci que les deux intellectuels juifs éprouvent à l’égard d’un troisième compatriote, Walter Benjamin, lui aussi réfugié à Paris où il subsiste tant bien que mal grâce à une maigre subvention de Max Horkheimer, directeur de l’Institut für Sozialforschung de New York. Réfugié en Palestine mandataire depuis 1923, Scholem était très lié à son ami Benjamin qu’il a maintes fois tenté, en vain, d’attirer en Terre sainte, tout comme il avait plaidé en sa faveur auprès de l’éditeur Zalman Schocken sans plus de succès. Quand Scholem apprendra le suicide de son ami à Port Bou, après que l’alcade eut refusé au convoi où se trouvait Benjamin l’entrée en Espagne, sa principale préoccupation sera de réunir les œuvres du disparu et de les publier, en partie ou en totalité. Arendt déploiera aussi, de son côté, de grands efforts, pour atteindre cet objectif. Le dernier grand thème qui occupera de larges espaces dans cette correspondance consiste dans la publication et la recension du grand ouvrage qui allait faire connaître Scholem dans le monde entier, les Major trends in jewish mysticism. Il s’agissait des leçons sur le mysticisme juif, données par Scholem en 1938 à New York. Le beau compte rendu que Arendt finira par rédiger et par publier , figure en annexe dans le présent volume. Nous y reviendrons.

    Lire la suite

  • La levée progressive des sanctions contre l'Iran

    Imprimer

    La levée progressive des sanctions économiques contre l’Iran..

    Vous connaissez sûrement cette phrase, authentique ou apocryphe, que l’on prête à Lénine : Vous verrez, les capitalistes finiront pas nous vendre la corde avec laquelle nous pourrons les pendre..

    C’est la référence qui s’est imposée à mon esprit en apprenant ce matin tôt que le patronat français, le MEDEF,  envoyait en Iran une imposante délégation de chefs d’entreprises afin de prospecter le marché iranien qui manque de toute et qui a des besoins gigantesques.

    En effet, et malgré les dénégations tonitruantes de l’inénarrable Ahmaninedjad, l’économie iranienne n’est plus que l’ombre d’elle-même et la situation sociale était si alarmante que le Guide suprême de la révolution a permis l’élection de M. Rouhani pour une seule raison : briser l’isolement international insupportable de son pays.  L’inflation est galopante, l’usure monétaire insupportable et les perspectives particulièrement inquiétantes. Si l’on ne faisait rien, le soulèvement populaire était inéluctable.

    Mais comment faire confiance à aux dirigeants actuels de ce pays ? Certes, les échos qui nous reviennent de ce pays donnent les ayatollahs perdants, en perte de vitesse et promis à tomber dans la trappe, les poubelles de l’histoire. C’est un calcul à long terme. C’est probable, mais ils mettront bien quinze ans à disparaître… On précise même que la jeunesse iranienne n’en peut plus et veut vivre à l’américaine.. C’est fort possible, mais quid de l’énergie nucléaire militaire ?

    Mais voilà, les industriels ne se souvient guère  de tout cela, ce qui les intéresse au premier chef ce sont les affaires. Et la situation économique en France est plus qu’alarmante. Récemment, un important préfet me fit remarquer qu’avant les sanctions, l’Iran représentait pour l’industrie automobile française un très important débouché. Or, depuis les incroyables restrictions bancaires, ce marché fut réduit à sa plus simple expression.

    Loin de nous l’idée de porter atteinte à la vie quotidienne des Iraniens, mais il faut absolument que leur gouvernement respecte la légalité internationale. Or, c’est un état voyou qui, dès sa naissance, a pris d’assaut une légation étrangère jouissante de l’extraterritorialité. Du jamais vu.

    Les USA sont à l’origine de ce changement d’attitude vis à vis de l’Iran. Ils s’apprêtent à évacuer l’Afghanistan et veulent le faire sans encombre. Or, ils connaissent la capacité de nuisance de l’Iran qui a une longue frontière commune avec ce pays. Et les services secrets des deux pays ont souvent collaboré, comme le font, d’ailleurs, parfois le Mossad et les services iraniens.

    Mais il faut se garder de faire des affaires sans se préoccuper du reste. Il y a des précédents célèbres dans ce même cas de figure et l’Europe s’en est jadis mordu les doigts.

    Prudence !

  • Israël (Tsahal) soigne les blessés des insurgés syriens

    Imprimer

    Israël (Tsahal) soigne les blessés des insurgés syriens

    C’est ce que vous apprendrez si vous lisez un long article publié par le journal Le Monde en date du samedi 1er février, page 4.  Le reporter décrit par le menu une «coopération» entre les voisins ennemis, mais qui ne veut pas dire son nom. On apprend que depuis des mois, les insurgés syriens postent leurs blessés graves au point frontière entre la Syrie et Israël, sur le Golan, à proximité de la ville fantôme de Kuneitra. On les transporte alors à Safed pour y être soignés. Evidemment, les hommes qui sont ainsi remis au bon cœur des médecins de Tsahal ne sont pas porteurs de lettres médicales issues des insurgés syrien, ils demeurent entourés de mystère quant à leur identité, ils ne portent de vêtements militaires ; c’est une sorte de message muet : voyez nos blessés graves, on ne peut plus rien pour eux. Nous sommes pris entre le marteau de Bachar et l’enclume que vous êtes pour nous, en tant que Syrien… Faites au mieux !

    Les médecins colonels de Tsahal, deux hauts gradés druzes, affirment que l’état major de l’armée d’Israël n’ont pas hésite à donner leur accord : il faut sauver des vies et prendre en charge ces blessés risquant l’amputation, voire la gangrène. Certains blessés, soignés par les Israéliens, reviennent lorsqu’un examen complémentaire de leur situation s’impose. D’après le journaliste du Monde, à l’heure actuelle, Tsahal a soigné plus de 600 personnes.

    Des militaires qui s’inspirent d’un principe éthique si élevé, sauver des vies, même celles de soldats d’une armée ennemie, c’est plutôt rare. D’où vient cette tradition humanitaire ?  Tout le monde connaît le contenu du Décalogue où la premier commandement négatif interdit de tuer. Mais il y a aussi dans le Talmud, au moins deux principes qui élargissent le champ d’application de l’interdit d’homicide :

    a)     Qui sauve une vie sauve tout un monde. La loi juive nomme cette démarche pikouah néfésh, elle s’applique même lorsqu’il s’agit de profaner une loi du repos sabbatique. S’il faut transporter un malade grave à l’hôpital ou convoquer un médecin en urgence, aucun interdit ne saurait subsister.  Pas même le jour de Kippour, au cours duquel la spiritualité juive atteint son point culminant. Déjà la législation biblique stipulait dans le Deutéronome le commandement suivant : tu choisiras la vie. Cette culture de vie qui s’oppose à la culture de mort apparaît aussi lorsque le Talmud règle sévèrement le recours au martyre. La vie est le bien le plus précieux, il convient de ne pas la galvauder. Les trois cas où il faut trépasser au lieu de transgresser (yéharég we al ya’avor) sont les suivants : si l’on vous force à répandre du sang d’un innocent, à vous vautrer dans la luxure ou à adorer des idoles… Dans ces trois cas et dans aucun autre, vous devez mourir en martyr.

    b)    Le second principe talmudique s’énonce ainsi (bené Israël rahmaniyim bené rahmaniyim) : les enfants d’Israël sont des miséricordieux fils de miséricordieux, c’est-à-dire que chez eux la compassion est de tradition, remonte à des temps immémoriaux, ils la tiennent de leurs ancêtres, c’est une loi cardinale chez eux. Les lois destinées à l’humanité civilisée, tout juste monothéiste, rescapée du Déluge, les Noachides, contiennent aussi l’interdit de l’homicide. Elles attestent aussi le souci de l’autre, quelle que soient sa couleur de peau, sa religion etc… L’humanité est une et indivisible, la loi morale s’applique à tous, tous peuvent en bénéficier.

    Ce sont ces lois juives qui ont inspiré le haut commandement de Tsahal. Mais la loi juive a aussi connu un prolongement dans l’enseignement de Jésus qui st né et s’est nourri de cette même tradition biblique : l’amour même de l’ennemi. Il ne l’a pas inventée, contrairement à ce qu’on lit ici et là, parfois. Il l’a remise à l’honneur, ce qui n’est pas rien. On retrouve cet amour de l’ennemi, déjà chez de grands prophètes comme Osée, Amos et Isaïe où l’on peut lire que même l’Assyrie et l’Egypte, grands tourmenteurs d’Israël, sont les enfants de Dieu.

    Il est bon de constater que même dans des situations d’une grande violence, on retrouve, de part et d’autre, la surface illimitée de l’humain. Ton sang, poursuit le Talmud, n’est pas plus rouge que le sien. Entendez :  sa vie a exactement la même valeur que la tienne…

     Il y a dans les Ecrits juifs de Hermann Cohen, grand chantre de l’éthique universelle, une belle phrase allemande où il révère tout ce qui porte sur son visage les traits de l’humain (Alles, was Menschenantlitz trägt).

  • Troubles sociaux en France..

    Imprimer

    Troubles sociétaux en France : théorie du genre, manifestation contre le mariage pour tous, constestations du chef de l’Etat……

    Depuis une bonne vingtaine de mois, la France est secouée, à intervalles réguliers, par de graves troubles à l’ordre public.. Il y eut d’abord les manifestations pour ou contre le mariage pour tous, qui occupèrent l’opinion et le gouvernement pendant de longs mois. Ensuite, on dut faire face à l’affaire du polémiste M’bala M’bala, dit Dieudonné. A présent, c’est une soi disant théorie du genre qui agite les esprits et qui, par une manœuvre incroyable, a conduite des milliers de parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école, au motif qu’on allait leur enseigner que les garçons et les filles n’étaient pas condamnées à rester éternellement tels qu’ils étaient nés… Vous imaginez l’émotion dans les chaumières. Qu’en est il au juste ? J’avoue l’ignorer. Et je me demande comment une telle rumeur a pu se propager telle une trainée de poudre, touchant des gens à la fois simples et crédules. J’ai moi-même entendu des réactions de femmes maghrébines apeurées, refusant d’envoyant leur progéniture à l’école car on leur avait dit par SMS que d’innommables expériences et travaux pratiques allaient être effectués avec leurs enfants..

    Et ce n’est pas tout. Déjà la semaine dernière, on avait assisté à une manifestation dite journée de la colère qui consistait à regrouper tous les mécontents d’extrême droite et d’extrême gauche… Et en outre, cette manifestation réclamait ouvertement le départ du président François Hollande, dont le mandat court  jusqu’en 2017. C’est du jamais vu. Cette manifestation fut très violente puisque les forces de l’ordre ont précédé à près de 250 interpellations. Et les condamnations sont tombées : parfois même de la prison avec sursis.

    Que penser de tout cela ? La crise socio-économique y est pour beaucoup. Il y a aussi les déçus de François Hollande qui parlent de duperie, de tromperie et d’un matraquage fiscal qui n’arrange rien. Les gens en sont même à évoquer une angoisse fiscale. Face à tout ce trouble intérieur, le pouvoir semble presque absent. Il faut dire que ses marges de manœuvre sont étroites. Que peut il faire, que doit il faire ? Autour de la France, les économies repartent, les investissements s’accélèrent alors que sur les bords de Seine, la stagnation semble l’emporter. Pas un jour ne passe sans que des gens ne perdent leur emploi. Les fermeture d’entreprises se suivent et se ressemblent tandis que la frustration sociale fait des pas de géant.

    Que va t il se passer ? Dieu seul le sait.