- Page 3

  • Comment faire confiance à l'Iran?

    Imprimer

    Faut-il faire confiance à l’Iran des Mollahs ?

    Tout le monde connaît cette image : quand on dîne avec le diable, on prévoit une longue cuillère ! En fait, l’Iran est étranglé par les sanctions qui ne lui laissent plus aucune marge et d’autre part, le Congrès des USA se prépare à voter une autre série de sanctions qui vont neutraliser le peu d’allant qui reste dans l’économie de ce pays. On voit le ministre des affaires étrangères d’Iran plaider  désespérément pour un accord alors que des années durant, son pays a fait marcher els Occidentaux refusant les inspections, multipliant les signaux et les messages contradictoires. Et surtout faire tourner à plein régime les centrifugeuses pour enrichir l’uranium.

    Contrairement à leurs habitudes d’atermoiements et de reculades, les Occidentaux ont compris et multiplient les messages de prudence et de réserve. C’est encore ce que disait ce matin même le porte-parole de l’Union Européenne qui rappelait que si les Iraniens voulaient un accord, il devraient traiter enfin des questions de fond et cesser de louvoyer et de pratiquer la politique de l’esquive.

    Les Occidentaux disposent enfin d’une arme fatale pour se débarrasser de ce régime qui ose menacer la paix mondiale et s’en prend sur les ondes et les voies de la presse à un pays avec lequel il n’a aucun conflit. En effet, on ne comprend toujours pas pourquoi l’Iran veut la destruction d’Israël et pourquoi il cherche à acquérir l’arme nucléaire. Les Arabes, sunnites pour la plupart redoutent ce turbulent et dangereux voisin et verraient d’un très bon œil l’élimination par la force ses velléités nucléaires. Imaginez ce que serait un Iran nucléarisé, ce qui ne manquera pas d’arriver, si on laissait faire : jamais l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis et toutes les monarchies pétrolières de la région ne se sentiraient en sécurité. Pour la fixation du prix du baril de brut, pour le stationnement de troupes US dans cette région, tout ceci et bien d’autres choses deviendraient impossibles.

    Enfin, il y a le peuple iranien qui souffre sous cette dictature des Mollahs : s’entendre avec eux sans qu’ils donnent des gages sérieux et vérifiables serait un crime moral contre des millions d’hommes et de femmes qui souhaitent vivre libres et heureux. On feint souvent de l’oublier, mais vivre heureux, c’est d’abord vivre libre. Certes, cette élection de M. Rouhani, montre que les Iraniens n’ont pas été, une nouvelle fois, victimes du bourrage des urnes, mais cela ne suffit pas. L’actuel président est probablement moins fou que le précédent qui tenait des discours à la limite de la démence, mais il reste un Mollah, acquis aux fondements d’une société fondée sur la coercition religieuse.

    En conclusion, si l’on veut la normalisation avec l’Iran, il faut renforcer les sanctions, forcer ce pays à renoncer à ses capacités nucléaires et c’est seulement ensuite qu’il faudra l’intégrer à une vie normale. Et je ne parle même pas de son action en Syrie où ce sont ses troupes qui maintiennent la tête de Bachar hors de l’eau.

    Au terme des tristement célèbres accords de Munich, on disait que l’on avait face à Hitler, évité la guerre et le déshonneur. La suite a montré que l’ monde libre, par lâcheté, a eu et la guerre et le déshonneur. De grâce ne refaisons pas la même erreur gravissime

     

  • Le récit biblique de lExode: mythe fondateur ou récit historique?

    Imprimer

    Le récit de la sortie d’Egypte, récit historique ou mythe fondateur du peuple d’Israël.

     

             Conférence à la Mairie du XVIe arrondissement de Paris

                        Le mercredi 6 novembre 2013

                                        Salle des mariages

     

     

    La Bible n’est pas un livre historique

    C’est une lecture théologique de l’Histoire

    Attribue le rôle majeur, exclsuif à D)

    Les bené Israël en Egypte

    L’Egypte, maison des esclaves, creuset de fer (kour ha barzel

    Description de sbrimades, des persécutions dont victimes les enfants d’Israël

     

    Ha-Am, peuple plus un agrégat d’anciens esclaves

     

    MOÏSE, mythe du fondateur de religion ou d’empire (Sargon d’Accad

    L’hégire de Moïse : puisqu’il fuit l’Egypte pour se réfugier en pays de Madian

     

    Exode 12 ; 1-14 lA fête de Pâque pour Dieu pas une orgine (lél shimmourim hou la shem

    Pessah hou la-Shem

     

    après la trvsersée de la Mer rougen, commence la traversée du désert

     

    Ex 2. 11 : Moïse sortit voir ses frères !!!

     

    Mythe fondateur

    Centralité de la sortie d’Egypte.
    Souvenir gravé dans la mémoire nationale

    L’Egypte, creuset matriciel du peuple d’Israël

    C’est là qu’il devient un peuple

     

    Comment s’est opéré cette théologisation d’un simple exode, devenu un événement inoubliable.

    Déja les patriarches s’étaient vus annoncer que leurs fils seraient esclaves en Egypte……

    Conclusion : la signification historique de la sortie d’Egypte

    La signifique symbolique de cette même sortie d’Egypte

    Ce que la Bible doit à l’Egypte

     

    MRH

  • La France est elle devenue raciste?

    Imprimer

    La France est elle devenue raciste ?

    Si me permets de poser la question directement ce matin, c’est parce que Michel Field dans sa revue de presse de ce matin LCI a évoqué deux unes qui portaient justement ce même titre, Les Français, la France, sont ils devenus racistes

    En fait, le mot racisme a lui-même changé de sens car l’approche positiviste du XIXe où un grand philosophe-historien du nom d’Ernest Renan parlait de race, de racialiste, a disparu depuis car nos biologistes et nos généticiens ont prouvé que des familles humaines constituent l’humanité mais sont dépouillées de caractéristiques telles que la couleur de la eau, noire chez les Africains et jaunes chez les asiatiques… Par racisme aujourd’hui, on entend tout autre chose et notamment ce qui touche l’Hexagone.

    Aujourd’hui, le terme racisme recouvre des choses bien différentes. Il s’agit d’un phénomène de rejet, aggravé par la crise économique, de gens issus de culture et de sensibilité différentes qui affluent dans des pays dont ils ne partagent ni l’histoire ni même les mœurs et auxquelles ils refusent volontairement ou involontairement de s’assimiler. Et quand je dis de s’assimiler, je ne parle pas de désintégration de leur personnalité morale ou morale mais de leur intégration au sein du corps traditionnel social français.

    Aujourd’hui, ceux qui se font passer pour des racistes sont en réalité des gens qui n’osent pas désigner publiquement ni clairement ceux dont ils exigent le renvoi dans leur pays d’origine ; ils visent les arabo-musulmans et les Noirs mais préfèrent dire qu’ils combattent le communautarisme, pour la laïcité et contre l’exclusivisme religieux. Aux du public averti, aucun doute ne subsiste plus, les cibles sont nettement désignées.

    Essayons de comprendre ou d’expliquer cette attitude : en Europe, la France a derrière elle une longue tradition d’accueil et d’amitié pour ceux qui ne sont pas nés sur son sol. Cela remonté à la Révolution mais parallèlement il y a une forte demande, pour ne pas dire une pression afin que les nouveaux venus s’acclimatent, se fondent dans la population prennent des prénoms français, bref s’intègrent. Au XIXe siècle, la France devenue grande puissance coloniale a catéchisé et socialisé des millions d’Africains dont une bonne partie sont de religion chrétienne, ce qui a contribué à ôter du chemin tous les obstacles susceptibles de rendre difficile l’assimilation de ces gens. L’affaire se présentait sous un tout autre avec des pays de culture et de religion islamiques où les différences sont nombreuses et les interdis multiples, tant au plan de l’alimentation, des croyances et du statut personnel, je pense au statut d’infériorité de la femme… Sans même parler de l’exclusivisme religieux. Certains n’ont toujours pas oublié le petit pain au chocolat dévoré par les petits écoliers français sous les yeux de quelques camarades en plein jeûne de ramadan.

    On peut donc dire en toute objectivité et sans aucune posture ni arrière-pensée idéologique que les Français qui n’aiment pas les étrangers sont, certes, xénophobes mais pas racistes. Aucun facteur racial n’intervient dans leur dissentiment mais simplement la volonté d’être comme chez eux , chez eux. Or, le sentiment qui bouillonne aujourd’hui dans le cœur de certains est que les Français ne sont plus maîtres chez eux. C’est un peu excessif, même si dans certaines pays du territoire, ces éléments de la population sont surreprésentés.

    En fait, les Français ne veulent pas qu’on remette en question leur mode de vie, leurs habitudes, leurs mœurs et l’ensemble de leur socio-culture.

    Et ils pensent qu’une partie non négligeable de leurs maux provient de l’immigration, elle-même étroitement liée, selon eux, à la délinquance et l’insécurité. Le département de Seine Saint Denis se voit accablé de ces maux dénoncés, à tort ou à raison.

    Et lorsque l’affaire prend une tournure politique, ce phénomène de rejet revêt des allures inquiétudes puisque c’est le Front National qui recueille les fruits de ce dissentiment et de cette xénophobie..

    Alors ? Non la France n’est pas raciste mais ses habitants sont de plus en plus nombreux à réclamer le respect strict et net  du caractère humaniste, démocratique et judéo-chrétien de leur pays. C’est aux étrangers de s’adapter non aux autochtones. Cette leçon est à méditer.

    Mais je reviens sur cela, et plus encore, en présentant le dernier livre de Pierre Nora, Recherches de France…

  • De la situation politique en France

    Imprimer

    De la situation politique en France

    Si l’on s’abstient de regrouper les différentes secousses qui agitent la situation politique en France, on n’obtient pas d’image reflétant la réalité. On se contente de signaler, de ci de là, des manifestations, des troubles, des vols à main armée, des lycéens en colère, un président qui semble absent, un gouvernement plutôt inexpérimenté et l’impression d’un vide général… Tous ces éléments disparates doivent s’emboîter les uns dans les autres. Et une fois l’assemblage achevé se dégagé alors une image plutôt inquiétante de la situation intérieure dans l’hexagone.

    Comment analyse tout ceci de manière froide et objective sans le moindre parti pris ? Il y a d’abord la grave situation économique, le chômage qui grimpe de manière presque inexorable, les fermetures d’entreprise, les dépôts de bilan d’innombrables PME, le matraquage fiscal (puisque c’est le mot qui est retenu par tous les contribuables, de droite comme de gauche) et enfin un problème global de leadership.

    Après son élection, le président François Hollande a cédé à la tentation de diriger le pays comme il avait dirigé le PS durant toute une décennie : pas de risque, pas de confrontation directe, beaucoup de souplesse, d’agilité, pas de tentative de résoudre les contradictions mais une politique de contournement, d’évitement, bref pas de choc. En fait une présidence tranquille, normale.

    La spécificité de la France, la nature du peuple français et la vraie situation économique ont déjoué de tels plans. Le président est resté sur l’idée que les choses allaient s’améliorer et que les mesures prises finiraient par produire leurs fruits. Combien nous eussions aimé qu’il eût raison et que ses prévisions fussent avérées. Il semble que le président soit le seul à croire en une inversion de la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année. Je ne vois vraiment pas, avec tout le respect dû au président de la République, comment ses prévisions pourraient s’avérer. Sauf miracle, la situation ne changera pas car des mesures sérieuses n’ont pas été prises. Certes, il faut aussi rendre compte de la situation du point de vue du pouvoir : la majorité actuelle avait le choix entre la réduction des dépenses sociales et la hausse des impôts. On ne peut exiger du président Hollande qu’il opte pour la première solution car ce serait se renier et trahir les espoirs de ceux qui l’ont élu…

    Alors que faut-il faire ? Il serait présomptueux de prétendre donner des conseils à chef de l’Etat. Mais une chose est sûre : on ne pourra pas continuer comme cela. Plusieurs options s’offrent à lui, sauf une : laisser les choses en l’état car ce pays prend chaud rapidement et les bonnets rouges de notre chère Bretagne en donne un léger avant-goût. Personne ne le dit mais la situation dans la presqu’île est pratiquement pré insurrectionnelle : avez vous vu les portiques de l’écotaxe s’écrouler ? Avez vous vu les grilles de la sous préfecture de Morlaix enfoncées par un engin de terrassement ? Et plus calmement, avez vous écouté ces hommes et des femmes demander qu’on leur laisse leur gagne-pain ? Ce ne sont ni de dangereux gauchistes ni d’insupportables extrémistes… Alors, quoi ?

    Le budget 2014 a, si je ne m’abuse, été voté et le volet recettes est encore plus lourd fiscalement que celui de 2013. Je rappelle que même Bruxelles a mis en garde le gouvernement contre l’  alourdissement des taxes qui va bloquer la reprise et la croissance.. 

    Quelles solutions s’offrent au chef de l’Etat ?

    a)     Changer de gouvernement mais un changement qui ne soit pas cosmétique. Avoir un gouvernement plus soudé, écarter les écologistes qui n’apportent rien d’essenyiel et rendre au Premier Ministre, quel qu’il soit, une autorité véritable.

    b)    Changer de politique et évoluer doucement vers le centre droit et non plus le centre gauche afin de ne pas faire fuir les chefs d’entreprise, artisans et créateurs de la richesse nationale.

    c)     Dissoudre l’assemblée au motif que la majorité parlementaire ne correspond plus à la majorité sociologique…

    Cette dernière solution est à exclure car le PS sait bien que si les élections législatives se tenaient demain, le FN et l’UMP seraient en tête. Or François Hollande ne peut pas vouloir d’une cohabitation . Et même s’il y était contraint, les députés socialistes ne le suivraient pas.

    Dans un précédent papier de la TDG, je parlais de la baraka ou de son absence. Aujourd’hui, hélas, on en ressent cruellement l’absence.

     

  • Mais qui sont les assassins des deux journalistes de RFI

    Imprimer

    Mais qui sont les assassins des deux journalistes de RFI ?

    Avant d’examiner les nombreuses zones d’ombre entourant cet assassinat il me faut rendre un très respectueux hommages à ces deux martyres qui ont perdu la vie en voulant nous informer sur ce qui passe dans les zone de conflits de notre monde. Nous pensons à eux mais aussi à leurs familles et au drame subi. C’est un monde sans foi ni loi qui a tendance à gagner du terrain. On ne pouvait pas imaginer pareil drame et je garderai toujours en mémoire le visage de de ce jeune journaliste de RFI qui a fondu en larmes en évoquant la chaise de Ghislaine qui restera vide dans la salle de rédaction…

    DE très zones d’ombres entourent cet assassinat qui a été planifié et exécuté avec une méticulosité toute militaire. Il y a d’abord les circonstances : à la sortie d’une interview avec un dirigeant touareg : y a t il un rapport de cause à effet ? Craignait on des révélations ? comment se fait-il que l’enlèvement ait eu lieu en plein jour, au vu et au su de tous ? Comment se fait-il que les deux otages aient été tués froidement moins d’une heure après leur enlèvement ? Comment se fait-il que les assaillants aient pu entrer et sortir de Kidal avec leurs prisonniers sans être inquiétés ?Comment se fait-il qu’on ait retrouve le véhicule des meurtriers sans le moindre impact de balles, fermé à clé en plein désert ? Comment les assaillants ont ils réussi à s’évanouir dans la nature ? Ont ils été récupéré par des complices en hélicoptère ? Et surtout, comment s’exfiltrer de Kidal dont les  entrées sont étroitement surveillées ? Tout ceci génère une impression étrange et semble éloigner l’hypothèse !se d’une simple attaque crapuleuse.

    En général, quand des bandes terroristes ou de trafiquants enlèvent des Occidentaux, c’est pour en tirer une rançon, ce n’est pas pour les exécuter sur place.. Par ailleurs, il n y a eu, à ce jour, aucune revendication. Or, c’est généralement le cas pour faire avancer une cause ou réclamer une rançon. L’impression qu’on a et contre laquelle on se défend mal, c’est une opération planifiée, organisée avec sortie garantie des assaillants et une exfiltration prévue d’avance. Les hélicoptères de la force Serval n’ont rien trouvé. Tout ceci sent l’opération pas très claire…… Mais si ces journalistes ont été sciemment tués, que redoutait on de leur part ? S’étaient ils trop approchés de grands intérêts stratégiques de quelque grande puissance dans la région ? Devaient ils emporter leurs secrets dans la tombe ? Certains milieux du renseignement échafaudent désormais d’autres scénarii qui pourraient en surprendre plus d’un.

    L’aventure malienne de la France risque de réserver bien des surprises…

  • François Hollande va t il changer de politique ou de majorité.... ou les deux?

    Imprimer

    François Hollande, va t il changer de politique ou de majorité ? Ou les deux ?

    Sans exagération aucune, c’est la question que tout le monde se pose. Même l’homme de la rue. Même les militants socialistes qui sont inquietsd e voir un président issu de leurs rangs friser les côtes de popularités les plus basses jamais atteintes par un président de la Ve République. Ils s’alarment car, selon la côte a été atteinte sans réaction de l’exécutif. Tout le monde se défend mal de l’impression qu’il n y a pas de cap, qu’on procède au coup par coup, on recule quand il y a de la résistance, on maintient quand on se sent soutenu, etc Est-ce diriger ? Est-ce gouverner ?

    Pierre Mendes France nous acait enseigné que gouverner c’est prévoir ! Or, on se demande qui conseille vraiment le chef de l’Etat et s’il calcule politiquement les risques encourus avant d’agir. Prenons quelques exemples : le cas Léonarda relevait d’un simple sous préfet, le président de la République n’aurait jamais dû s’impliquer, même les dirigeants socialistes s’en sont émus.  Le cas de l’écotaxe, bonne en soi, n’aurait jamais dû être imposée à la Bretagne, région sinistrée au plan économique et dont il faut aider au renouveau et au redressement. L’imposition à 75% des revenus de plus d’un million d’Euros va contenter quelques esprits grincheux et ignorants les réalités économiques mais dissuadera nombre de grands dirigeants de venir travaillet gérer leurs affaires dans l’Hexagone.

    A décharge, on doit reconnaître que l’épidémie de fermetures d’usines et de licenciements est à peine croyable. Et même le retour en France de quatre otages du Sahel vient d’être terni par l’exécution de deux journalistes de RFI à Kidall…… Ni François Hollande ni personne n’est responsable. Mais cela contribue à créer un climat où l’on pense que rien ne réussit, rien ne marche, quoiqu’on fasse…

    Il faut donc revoir la composition du gouvernement et ne plus tenir à cette majorité plurielle : les écologistes et les communistes peuvent partir le PS gardera la majorité. Mais il faudrait que ce gouvernement monochrome fît une politique oscillant entre le centre gauche et le centre droit.

    Certains pensent que c’est la seule voie praticable et que pour y arriver il faudra dissoudre. Mais qui s’y risquera ?

  • L'attaque du port de Lattaquié d'avant-hier

    Imprimer

    L’attaque contre le port de Lattaquié d’avant-hier

    Les nouvelles en provenance du Proche Orient sont toujours contradictoires et pour le moins inattendues. Alors que l’on apprend de manière surréaliste que les inspecteurs de l’ONU ont détruit les installation de production de gaz toxiques dans les 21 sites que le gouvernement syrien a bien voulu leur révéler, et ce avec un jour d’avance sur le délai prévu, on apprend qu’un étrange raid a frappé une base de missiles dans le port de Lattaquié. Etait-ce un raid aérien ou une attaque à partir de la mer, ou bien les deux. Même l’idée des assaillants ne semble pas claire même si les soupçons se portent à juste titre sur Israël qui fera tout pour que des missiles pouvant atteindre son territoire ne tombent jamais entre les mains de son ennemie le Hezbollah

    Au fond, dans cette région du monde, on peut dire qu’un conflit chasse l’autre. La guerre civile en Syrie continue de faire rage mais cette fois ci les troupes de Bachar el Assad sont nettement mieux placées qu’il y a quelques semaines. Je n’exclus pas, pour ma part, une reconquête totale du territoire syrien par les soldats loyalistes, car les Occidentaux se refusent à armer des islamistes réputés incontrôlables et anti occidentaux. Et on comprend cette prudence quand on voit ce qui se passe en Libye et en Tunisie.

    Pourquoi donc Bachar continue t il à s’attirer les foudres d’Israël alors qu’il a déjà bien du mal à gérer la situation intérieure de son pays ? C’est très probablement l’allié iranien qui n’a pas digéré les coups que lui assènent la CIA et d’autres services dans cette guerre de l’ombre qui décime un certain nombre d’ingénieurs atomistes iraniens. La présence iranienne en Syrie est telle que l’on n’observe plus la moindre défection d’un général ou d’un colonel. Et même sur le terrain, les troupes marquent des points, preuve qu’elles sont mieux commandées et par des officiers absolument sûrs…

    On apprend aussi que la tension monte du côté de Gaza où des soldats israéliens ont été blessés lors d’une opération de dégagement d’un tunnel. La réponse de Tsahal a neutralisé les assaillants.

    Décidemment  on n’arrivera jamais à changer de méthode, à remplacer la violence par le verbe et la haine par l’harmonie. Si cela continue, on ira au-delà de la guerre de cent ans, dans une région du monde qui a vu naître le monothéisme éthique… Incroyable !