- Page 3

  • La marché aux puices, chouk ha pichpouchim de Tel Aviv Yafh

    Imprimer

    Le marché aux puces de Tel Aviv, Chouk ha-Pichpouchim

    Une brume épaisse inhabituelle s’étend sur Tel Aviv. Nous sommes le 2 mai, il est presque dix-huit heures et le mariage où je suis invité commence sous peu à l’autre bout de la ville. Mais cette brume est franchement inquiétante et tous regarde le ciel. En sortant de l’hôtel, situé sur le front de mer, une petite troupe attend aussi un taxi. Le portier, d’une gentillesse inhabituelle me dit en hébreu de patienter, ce que je fais car il n’y a pas d’autre solution.

    Le taxi arrive et comme toujours en Israël chacun a une histoire personnelle bien à lui, à raconter. La salle où se tiendra le mariage est assez éloignée, dérékh Menahem Beguin, donc on discute. Comme toujours, il est étonné par la richesse de mon hébreu mais devine bien, à mon accent, que je suis français. Lui est né ici à Tel Aviv de parents égyptiens qui quittèrent les rives du Nil en 1946, deux ans avant la renaissance de l’Etat d’Israël. Le français était leur langue maternelle. Il me demande ce que je fais et je lui réponds. Alors il me prie de lui expliquer les raisons du schisme entre la chrétienté d’orient et celle d’occident. Je lui explique mais lui demande aussi de m’expliquer pourquoi tout est plus compliqué en Israël qu’ailleurs. Son verdict est catégorique : je suis né ici, j’ai grandi ici, il n y a ni culture ni politesse (sic).. Charmant.

    Entre temps nous arrivons sur les lieux du mariage : je passe les contrôles effectués par un jeune russe, très impressionné par ma décoration ; c’est à peine s’il me demande ce que je viens faire ici. Je lui demande en hébreu où se passe le mariage ; il s’incline respectueusement et me répond bien. Nous trouvons grâce à lui.

    Lire la suite

  • Le sommet de Moscour sur la Syrie: des milliers de morts pour rien?

    Imprimer

    Syrie: des dizaines de milliers de morts pour rien?

    C'est la réflexion plutôt désabusée que l'on peut se faire en prenant connaissance des résultats de la conférence, du mini sommet, entre Russes et Américains à Moscou hier. Comment une telle chose est elle possible? Comment peut on faire comme si tous ces morts n'avaient servi à rien? Comment imaginer une seconde que les insurgés et l'opposition, en général, accepetraient de siéger aux côtés de représentants de leur boucher et de leur tortionnaire? C'est absolument incroyable.

    Cela montre aussi que les nations doivent être suffisamment puissantes pour pouvoir décider seules de leur sort.

    C'est aussi une victoire du cynisme sur la morale. Certes, les révolutionnaires de Syrie ne sont pas des enfants de choeur et al quaida s'est infiltrée en leur sein, mais tout de même. Bacahr est responsable de la mort de plus de cent mille morts et on voit que ses victimes négocient avec lui!!

    Le gouvernement russe porte une lourde responsabilité morale dans cette affaire. Mais cela ne servira à rien car il est très improbable que les insurgés acceptent les termes de cet accord. Qui n'en est pas un. Les USA ont capitulmé fac aux Russes qui savent que leurs partenaires américains hésitéront à armer solidement les insurgés alors qu'eux, les Russes, les tiennent à bout de bras. C'est aussi une défaite pour la diplomatie occidentale qui avait là une occasion rêvée de se débarrasser d'Assad et de ses affidés au Proche Orient, l'Iran et le Hezbollah.

    Mais il se pourrait aussi que ces projets de conférence à la fin du mois ne soient que de la poudre aux yeux. Et que les vraies décisions soient prises plus tard et ailleurs. Que vont dire les monarchies du Golfe , que va dire l'Arabie saouidte? Que les USA ne sont guère fiables.

    Lire la suite

  • Qui était le père de Benjamin Netanyahou?

    Imprimer

    Qui était le père de Benjamin Netanyahou?

    Avant de partir en Chine pour une visite de 5 jours, signe de l'importance de la visite du premier ministre d'Israël, ce dernier a tenu à évoquer la nécessité d'assurer avant toute chose la sécurité du pays et de ses habitants.

    Pour ce faire, il s'est référé à père le professeur Benzion Netanyahou, auteur , entre autres choses, d'un excellent ouvrage sur Isaac Abrabanel (ob. 1506), Isaac Abrabane, philosopher and statesman.

    Dans tous mes livres sur la philosophie médiévale juive, j'ai cité cet ouvrage de référence. Pour ceux qui l'ignorent, Abrabanel a lutté contre les commentateurs averroïstes du Guide des égarés de MAimonide, et en tout premier lieu contre Moïse de NArbonne (1300-1362) qu'il traite parfois de commentateur corrupteur (ha mefarésh ha mafsid), afin de bien marquer son opposition.

    Mais Abrabanel a beaucoup réfléchi sur la notion de messinaisme.

    Le pemier ministre Benajmin Netanyahou peut donc être légitimement fier de spère .

  • Au bord de la palge à Tel AViv

    Imprimer

    Sur la plage de Tel AViv, en face du Hilton

    On va finir par croire que les juifs ont des caractéristiques soécifiques. A les entendre parler, notamment en français sur les plus belles plages de ce pays où ils s'expriment ans peur ni crainte, ni même retenue.

    Certes, je reconnais que moi, mes centres d'intérêts et mes préoccupations ni sont jamais d'ordre matériel ni financier. Certes, je passe ma vie, même en bord de mer, à lire et à réfléchir sur tout ce qui 'entoure. Je ne puis donc pas juger de manière objective. Mais tout de même, ces taux de convertibilité de l'Euro que l'on hurle, ces prix d'appartement que l'on compare, ces astuces pour cirocnvenir le fisc israélien ou français, tout cela finit par m'agacer.

    Par contre, ce qui me tue de rire, ce sont les interminables histoires de ces femmes tunisiennes qui n'ont toujours pas quitté dans leur tête les petites cités d'où elles proviennent. Cet accent si oriental posé sur les syllabes non accentuées, ce mélange d'arabe et de français, parfois aussi d'hébreu, tout ceci me contraint parfois à abandonner Buber ou Kant pour lesécouter.

    Oh, je n'ai pas un gros effort auditif à fournir, elles parlent si fort et ne se gênent jamais.

    Une petite anecdote: le jeune plagiste chargé de leur faire payer le prix des transats, des parsols et des chaises ient me voi. Je lui demande de prier ces dames de parler moins fort. Il me répond dans un français truculent: tu perds ton temps , me dit-il, dans moins de deux heures, elles seront trente... Je te conseille de changer de place..

    Je fais un petit somme et je suis réveillé par les hurlements de mes bonnes voisines tunisiennes. Le plagiste revient me voir, hilare: alors, tu vas de place ou tu restes, me dit-il?

    Je change de place et au bout d'une heure, Da veut manger de la pastèque dans le bistrot juste derrière. Je l'accompagne et de ce point d'observation, je regarde le dos de ce groupe: une petite vingtaine d'hommes et de femmes qui racontent chacun son histoire..

    C'est peut être cela la vraie vie, les gens qui ne font rien alors que d'autres se ravagent les méninges...

  • Intervention aérienne d'Israël hier à Damas?

    Imprimer

    Intervention de l'armée de l'air d'Israël sur Damas?

    C'est fort probable. Et les déclarations imprudentes de Nasrallah y sont pour quelque chose. C'est comme si la milice chiite illégale du Liban avait décidé de voler de son protecteur libanais en embrasant l'ensemble de la région afin due le monde arabe voit dans les insurgés syriens des alliés objectifs d'Israël.

    Mais comme d'habitude, l'Iran se profile derrière de tels agissements. Souvenez vous d'il y a quelques années: la milice chiite avait kidnappé et pui tué deux soldats israéliens. Une violente confrontation s'ensuivit et pendant ce temps l'Iran  n'était plus sous les feux de la rampe avec ses projets nucléaires. Le Hezbollah semble uvrer dans ce sens, mais cette fois ci c'est au prodit de son protecteur à Damas.

    On peut aussi en tirer d'autres enseignements: le régime de Damas vacille sérieusement, même si par moments il semble se resaiisir  .

    En tout état de cause, le Hezbollah joue un jeu dangereux Et cette fois ci l'armée israélienne ne lui fera pas grâce. C'est assez terrible car cette région du monde sembme êtrele point de jonction de tous les conflits. Pour ma part, je n'ai jamais compris de manière rationnelle, pour quelles raisons l'Iran des Mollahs s'inétresse tant à Israël.

  • La déclaration de guerre du Hezbollah

    Imprimer

    La déclaration de guerre du Hezbollah

    Hassan Nasrallah a probablement commis une erreur en faisant la déclaration qu'il a prononcée avant hier. Certes, c'était un secret de polichinelle, chacun savait que les hommes de la milicie illégale chiite du Liban se battaient aux côtés de l'armée de Bachar el Assad.

    Mais en disant urbi et orbi que le Hezbollah et l'Iran ne laisseraient jamais choir le régime d'Assa, Nasrallah s'est mis en difficulté et personne ne pourra plus reprocher à d'autres puissances de voler au secours des insurgés. Les USA et pas seulement eux, pourraient très bien dire qu'il y a déjà des interventions étrangères et qu'eux même sont donc fondés à défendre le droit et la justice, réclamés par les insurgés.

    Mais pourquoi Nasrallah  a t il tout haut ce que tout le monde savait? Est ce une mise en garde au gouvernement libanais? Est ce la volonté d'impliquer le Le Liben dans le conflit? Est ce tout simplement pour impresssionner les autres et dire, par là même aux Syriens qu'ils ne sont pas seuls?

    La diplomatie arabo-islmaique est difficile à décrypter. Mais il est incontestable que l'homme du Hezbollah a fait une déclaration de trop. Du coup, Israël peut se préparer. Mais comment Tsahal pourrait il rester inerte alors que le Hezbollah se prépare à la guerre? Il y a aussi la possibilité de tendre un piège au puissant voisin afin qu'il intervienne, ce qui permettrait de refaire l'unité arabe et d'enflammer la région...

    Décidément, ce Proche Orient ne connaîtra jamais la paix et l'harmonie

  • Soirée à Yafoh (Jaffa)

    Imprimer

    Soirée à Yafoh (Jaffa)

    Une simple coruse à Tel Aviv et une longue ballade le long de la mer, cette promenade sublime de Tel Aviv où vous croisez tant de joggers et de sportifs. Il y a eu des aménagements de qualité et l'ouverture de beaux restuarants de poissons.

    Il y en a un qui ne paie pas de mine mais qui est très bon sans être très recherché, il s'appelle: Le vieil homme et la mer, ha-zaquen we ha yam. Une tablée de joyeux Italiens occupaient la plupart des tables.

    Surtout des touristes, beaucou^d'Israéliens et même quelques Arabes d'Israël qui sont chez eux dans cette partie de la ville. Si vous quittez le restaurant vous trouvez dans le même complexe des bars à vin, des librairies, un théâtre de petite taille, des magasins de souvenirs, etc...

    Apparemment, les deux communautés, juive et arabe, sohabitent mais personne ne parle à personne. Une transparence absolue. Sauf les serveurs, tous arabes, suriants, heureux de vivre.