- Page 4

  • l’affaire dsk : la bataille de procfdure, les associations noires

    Imprimer

    l’affaire dsk : la bataille de procfdure, les associations noires

     

    Apparemment, l’affaire se complique pour DSK sans toutefois s’aggraver ni s’envenimer. Les fondamentaux restent les mêmes : l’accusatrice n’est plus crédible, pire, elle risque l’emprisonnement et l’expulsion et est tout à fait inapte à témoigner lors d’un hypothétique procès puisqu’elle est parjure, suite à ses mensonges devant le grand jury. Et comme l’unanimité des 12 membres de ce jury populaire est absolument nécessaire, il n’y a plus rien à faire.

    Conscient de ce retour de situation, l’avocat de la Guinéenne a fait une déclaration proche du désespoir : le retrait du procureur Cyrus Vance Jr, lequel a évidemment refusé de se dessaisir du dossier. Question d’honneur personnel car après toutes ces fausses accusations, il se couvrirait d’opprobre en capitulant en rase campagne, ouvrant la voie à de colossales indemnités versée par l’Etat et la ville de New York.

    Mais l’affaire prend une tournure dangereuse : voyant que sa cliente est définitivement discréditée, tant au plan moral que judiciaire, l’avocat afro-américain qui la défend a cherché à déplacer le centre de gravité de l’affaire vers les droits de l’homme, et notamment de la minorité noire des Etats Unis. Donc du combat judiciaire perdu, il se dirige vers le combat autour des droits civiques… On peut comprendre cette préoccupation et les Noirs US ont beaucoup souffert de la ségrégation raciale durant trop longtemps. Mais dans ce cas précis, la translation ne jouera pas : on peut être blanc et avoir raison et être noir et être coupable. L’inverse est tout aussi vrai.

    Mes pronostics sont que l’affaire ne va pas tarder à se dénouer de manière heureuse pour DSK puisque même ce combat d’arrière-garde de Vance et de Thompson n’ira pas loin… Les avocats de DSK ne veulent pas céder et on les comprend : aucun indice irréfragable n’est venu une once de culpabilité pénale de DSK. Son accusatrice ne présente pas de garanties suffisantes de probité et de crédibilité. Et son défenseur n’a jamais apporté le moindre début de réponse aux graves doutes pesant sur son honorabilité.

    Mais comme je le répète à longueur d’articles, DSK est peut-être innocent pénalement, il n’est pas irréproochable moralement. Mais les tribunaux ne font pas la morale, ils se contentent de dire le droit. Et c’est déjà pas si mal…

  • mourir à Hama (Syrie) pour la liberté et le dignité

    Imprimer

    mourir à Hama (Syrie) pour la liberté et le dignité

     

    Enfin, nous pouvons nous tourner vers de vrais sujets qui nécessitent toute notre attention. Contrairement à ce que l’on pouvait raisonnablement espérer, les choses ne reviennent pas à la normale en Syrie, elles auraient plutôt tendance à s’aggraver et à s’envenimer. Aucun dialogue n’est plus possible et l’on s’orient plutôt vers un scénario à la yémenite ou à la libyenne. C’est-à-dire vers une véritable guerre civile (harb ahlya) où les morts risquent de se compter par milliers.

    En effet, le jeune Bachar el-Assad ne peut plus reculer dans la répression, et même si’l le voulait parce que la vieille garde de son père l’en empêche, il ne le pourrait plus en raison du bain de sang qui noie les rues d’Alep, de Hama et de Homs.

    A Hama, on parle littéralement de la reconquête de la ville qui est passée dans le camp de la rébellion et les habitants, acquis à la cause de l’opposition, se souvient des massacres de 1982, date à laquelle le père et l’oncle de l’actuel président avaient massacré plus de 20. 000 personnes, dans l’indifférence générale.

    Il faut faire une analyse en profondeur pour assigner à toutes ces révolutions arabes des causes réelles et non prétendues. En plus des oppositions réelles de l’islam vis-à-vis de la démocratie, assimilée à tort à une création judéo-chrétienne dont le moule serait la Bible hébraïque et la pointe de diamant le Décalogue, il y eut le dévouement d’une cause qui a tout occulté, tout relégué à l’arrière-plan, pour se mettre en avant, le conflit israélo-palestinien…

    Le monde arabo-musulman, au lieu de s’occuper de son développement intrinsèque (lutte contre le sous développement, l’analphabétisme, la maladie, la misère et la mort) a rassemblé toutes ses ressources pour éradiquer toute présence non arabo-musulmane au Proche Orient. Il est inutile de développer, tout le monde le sait : est ce que quelques arpents de terre sablonneuse, d’une superficie inférieure ou égale à deux départements français de taille moyenne, dépourvues de toutes richesses, pouvait justifier une croisade qui dure encore, depuis plus de 80 ans (si l’on prend 1929 comme point de départ, suite à l’horrible massacre des étudiants de la Yeshiva locale ?

    Tout ce qui se passe au Proche arabe découle de cette cécité volontaire : quel besoin avaient la Syrie, l’Egypte, la Jordanie, le Yémen et l’Irak de se lancer dans de telles guerres ? Même des pays qui aujourd’hui, en toute discrétion coopèrent avec Israël (comme le Maroc, l’Algérie et la Tunisie) avaient jugé bon d’en voyer des corps expéditionnaires (symboliques) contre Israël… C’est dire !

    Pourtant, c’est au contact d’Israël que quelques Palestiniens ont fini par accepter le mode démocratique de gouvernement et de liberté. Mais est-ce suffisant ? Non pont. Et que faisons nous pour les persécutés et les morts syriens ? Rien. Est-ce normal ? Non.

    Il est vraiment grand temps que les Arabes se prennent en main et réfléchissent convenablement à leur avenir. Ils s’en trouveront nettement mieux et le monde entier avec eux.

  • DSK: UNE AFFAIRE SANS FIN ?

    Imprimer

    DSK: UNE AFFAIRE SANS FIN ?

     

    Je ne sais pas encore ce que pense l’opinion publique de la plainte pour agression sexuelle présumée que s’apprête à déposer un avocat parisien, absolument inconnu jusqu’ici et qui, n’en doutons pas, va attirer sur lui et sur sa cliente, les feux d’une actualité estivale, ravie d’avoir encore quelque chose à se mettre sous la dent en cette période où il faut ressortir les vieux marronniers ou le fameux monstre du Loch Ness…

    Comprenons nous bien : loin de moi l’idée de porter un jugement sur le bien fondé ou le mal fondé d’une telle démarche qui intervient, nous dit-on, plus de 8 ans après des faits, niés par le mis en cause qui, depuis son exil new yorkais, assigne à son tour son accusatrice pour dénonciation calomnieuse. De nouveau, il semble que des mains invisibles s’acharnent sur DSK, voulant l’empêcher d’envisager le moindre avenir politique. Et on sait ce que je pense à ce sujet : bien que DSK n’ait guère besoin de conseils, nous l’incitons fortement à abandonner l’action politique pour un temps, afin de se reconstruire personnellement.

    Mais tout de même ! Au moment où un homme qui est notre compatriote est en train de retrouver une certaine dignité et une certaine honorabilité, au moment où il remonte du puits, où il sort la tête hors de l’eau, une personne s’acharne sur lui et prétend qu’elle ne peut pas supporter sans réagir, le fait qu’il dîne avec des amis dans un restaurant de luxe à NY… Oubliant ainsi que cet homme est passé, en quelques heures, d’une réputation mondiale aux abîmes de la déchéance, là où rien le lui fut épargné. Il fut exhibé comme une bête rare devant des milliards d’hommes et de femmes, menotté, hirsute et hagard. Selon certains commentateurs, c’était tentant de s’introduire dans la photo. Mais pour ma part, je ne sais que penser, tant cette démarche est encore mystérieuse. Que s’est-il passé réellement passé, il y a huit ans ? Le saurons nous un jour ? Il faut attendre pour se prononcer.

    Je m’abstiens de porter le moindre jugement sur la personne même si les actes me paraissent suspects… Non, ce qui est frappant, c’est la presse. Il ne faut pas tout publier, tout restituer au public qui subit sans discernement cette avalanche de faits, de rumeurs, de racontars, etc… Il faut cesser de judiciariser la vie et les comportements. Il est indéniable que DSK a un problème avec les femmes mais, parallèlement, on ne saurait en faire un délinquant sexuel à l’échelle de la planète. Cet homme a du talent et des compétences reconnues par le monde entier.

    Heureusement, la justice française, si critiquable soit-elle, sait prendre son temps. De longs mois seront nécessaires avant que cette affaire ne soit tirée au clair… D’ici là, les différentes parties auront eu leur quart d’heure de notoriété et de médiatisation. C’était l’effet recherché, non ?

    Vivement que cette affaire s’achève afin que nous passions à autre chose, par exemple, le Hezbollah et le meurtre de Rafic Hariri ou les massacres de la population syrienne par Bachar el-Assad.

  • DSK retrouve son passeport : les excès de la presse et de la justice US

    Imprimer

    DSK retrouve son passeport : les excès de la presse et de la justice US

     

    Le temps de la justice n’est pas le temps des media qui bousculent tout dans un sens ou dans un autre. On pourrait presque y voir la main d’une Providence qui se joue des prévisions des hommes et impose son tempo quand elle veut et si elle le veut bien. A y regarder de plus près, n’étaient ces horribles nuits passées dans une prison au large de NY, DSK aurait-il été conduit à envoyer sa lettre de démission ? Quand on y réfléchit, on se demande si des mains invisibles mais mal intentionnées n’ont pas visé exclusivement cette seule fin (l’éjecter du FMI) et ensuite amorcer un retour vers la vérité, une fois que le mal aura été fait !

     

    Revoyons les unes de la presse, elles attestent, comparées à celles d’aujourd’hui, un total revirement : au début, sous le coup de révélations qui étaient plutôt des affabulations, tout le monde (sauf quelques uns, dont votre serviteur) était acquis à celle qui n’est aujourd’hui qu’une menteuse, une tricheuse et une parjure, pour m’en tenir à des qualificatifs décents… Et dans ce contexte, je n’aurai pas la cruauté de rappeler les titres de la grande presse américaine !

    Et voici qu’aujourd’hui, c’est l’inverse ! tout le monde tombe à bras raccourcis sur une femme qui a menti et pratique la prostitution : c’est hélas un moyen de subsistance pour certaines femmes en Afrique, car la vie y est si difficile et les moyens de subsistance si rares. Mais la mis !re ne justifie pas l’injustice, surtout une injustice aussi criante.

     

    Une question me trouble : comment une telle dévergondée a-t-elle pu abuser tout ce monde, tous ces fins limiers ou prétendus tels qui lui ont admis e, leur créance ses affabulations ? Et je laisse de côté ce pauvre avocat qui est simplement pathétique et confond les marches du palais avec le prétoire…

     

    Oui, le passeport de DSK lui est rendu sous peu ! Mais de grâce qu’il ne commette plus d’erreurs et se tienne loin de la politique pendant un certain temps. On le dit et on l’a vu : il n’ y a pas d’amitié en politique. Je pense qu’à l’heure qu’il est, il a dû s’en rendre compte.

  • DSK : RETOUR AU FMI OU CANDIDATURE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ?

    Imprimer

    DSK : RETOUR AU FMI OU CANDIDATURE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ?

    Au fond, si l’on remonte le cours des événements, c’est la fausse accusation de la Guinéenne qui a contraint DSK, du fond de sa cellule new yorkaise, à envoyer sa lettre de démission au FMI. Et maintenant que l’accusation s’effondre, que la femme de chambre est taxée de prostituée dans un hôtel de luxe, les raisons de cette démission disparaissent et si DSK est rétabli dans son honneur et dans ses droits, il devrait mener son ancien mandate jusqu’au bout. Il semblerait que certains cabinets d’avocats travaillent sur cette configuration et sur la demande de dédommagements à l’Etat de NY pour sa désastreuse gestion de l’affaire et sa coupable impéritie qui eut, n’ayons pas peur des mots, un retentissement mondial… C’est incroyable ! Comme est incroyable le traitement de DSK par la presse US qui est passée d’une  extrême à l’autre : de pervers on le traite aujourd’hui de victime, d’accusé immonde il devient une victime expiatoire pour tous les militants du tiers-mondisme et les partisans inavoués ou inconscients de la haine de soi, si courante en Occident judéo-chrétien. Le raisonnement était le suivant et il constituait la trame du système de défense de l’avocat afro-américain de la Guinéenne : les forts, les riches, les puissants qui sont tous blancs s’arrogent le droit de faire du mal aux pauvres, aux faibles qui sont tous noirs… Ce n’est pas un raisonnement, c’est un gargouillement et tous ceux qui ont écouté la plaidoirie de cet homme sur les marches du palais de justice l’ont compris. J’ai bien apprécié l’analyse de Robert Badinter l’autre soir sur France 2 : tous les pseudo-arguments de cet avocat avaient déjà été portés à la connaissance de Cyrus Vance Jr qui n’en a pas tenu compte. Et dans moins de dix jours, DSK sera lavé de tout soupçon de viol.

    Comment un tel renversement de situation a-t-il été possible ? J’ai déjà évoqué hier les écoutes téléphoniques qui ont mis la puce à l’oreille de l’équipe du procureur lequel a décidé d’approfondir ses investigation : pourquoi ne l’a-t-il pas fait plus tôt ?

    Et là on a découvert des choses graves dont la plus grave est le mensonge de la Guinéenne face au grand jury devant lequel elle témoignait sous serment. Aux USA, ce n’est pas comme en France, on ne pardonne pas le parhure, punissable par 7 années de prison et 10.000 $ d’amende. Ensuite on a découvert que cette femme qui pratiquait l’amour tarifé pour les clients avait reçu plus de 100 000$ sur ses comptes, qu’elle avait plusieurs portables, qu’elle avait fait une fausse déclaration au fisc de NY pour payer moins d’impôts, qu’elle savait parfiatement bien qui était DSK, qu’après son rapport sexuel consenti avec lui, elle avait, contrairement à ses allégations, continué à nettoyer la chambre voisine, était même revenue dans la suite de DSK pour y parachever le ménage, et qu’elle ne fut pas retrouvée prostrée par ses collègues, prostrée et effarée par ce qui venait de lui arriver… Cela fait beaucoup !

    Cette femme apparaît comme l’essence même de la duplicité, si les choses s’avéraient. Je ne sais pas si le grand tabloïd de NY dit vrai, mais elle ne serait pas cette musulmane pieuse, allant de chez elle à l’hôtel et ensuite à la mosquée, entièrement dévouée à sa fille qu’elle élevait seule, besogneuse et honnête… On se croyait dans un roman de Zola à l’africaine.

    Vous vous souvenez sûrement des déclarations de tous ces Afro-amércains qui disaient que cette était dévastée, qu’elle émergeait à peine, etc, etc… Et on les a presque crus, tant l’empathie avec la victime présumée était naturelle.

    J’ai moi-même ici laissé timidement place à des doutes sur le déroulement des faits, mais connaissant la réputation d’hommes à femmes de DSK, j’ai pensé qu’il avait dérapé, mais je ne l’ai jamais imaginé comme un violeur !

    Que va-t-il se passer à présent ? Que va faire le Sofitel qui avait précipitamment décerné à son employée un certificat de bonne conduite et d’honorabilité alors qu’elle se livrait (ailleurs, chez elle ou hors les murs) à des activités que la morale réprouve ? L’hôtel prendra ses responsabilités et n’oublions pas que c’est son directeur qui a appelé la police avant de vérifier les faits…

    La grande leçon à tirer porte sur l’attitude de la presse qui avait condamné DSK sans appel. Que va faire le principal intéressé ? Il aurait le droit de revenir au FMI puisque son départ lui fut imposé par des faits qui ne sont plus avérés ?

    Quelle affaire ! Comment une petite femme de chambre, l’incarnation même de la duplicité et du mensonge, a-t-elle pu abuser, un temps, la planète entière ?

  • UN PETIT CONSEIL A DSK : PLUS DE POLITIQUE !

    Imprimer

    UN PETIT CONSEIL A DSK : PLUS DE POLITIQUE !

    Il est des retournements dont  on se demande d’où ils proviennent, pourquoi ils interviennent à tel moment et pas à tel autre, qui les initie et comment ? Il est des rencontres qui ont lieu et d’autres qui n‘ont jamais lieu et qui, pourtant, auraient changé le cours de l’Histoire, ou plus modestement, le cours d’une vie !  Entre la réussite et l’échec, entre le bonheur et le malheur, m’avait dit un jour une dame d’un certain âge, il y a tout juste assez de place pour la tête d’une épingle… Cette métaphore n’a jamais cessé d’obséder mon esprit. Certes, je vous ai déjà parlé de citations talmudique, bibliques, notamment des livres de Job et des Psaumes. Mais ces retournements restent incroyables tant ils sont soudains et s’imposent par je ne sais quelle force magique.

    Hier, je prévoyais, sans en avoir parlé avec DSK (que je ne connais pas personnellement) qu’il irait au restaurant savourer avec des amis sa première soirée de liberté. Il a donc jeté son dévolu sur un petit restaurant italien où il s’est régalé de pâtes aux truffes : On le lui permet pour une fois car c’était une fête mais il faut qu’il fasse un régime pour mincir ! Cependant, quel changement ! C’est comme dans les livres prophétiques où D- change les jours de deuil en jours de joie, les jours de contrition en jours d’allégresse. Et là la prophétie s’est réalisée : un DSK, la main dans la poche, la démarche un peu chaloupée qui plaît tant aux femmes, et un sourire presque de revanche. Mais quelle épreuve.

    A propos des facteurs déclenchants qui surgissent à tel moment plutôt qu’a tel autre, ou, hélas, ne surgissent jamais… Pourquoi ? Le saurons nous un jour ? Je ne le crois pas. Mais méditez ceci : on dit que la plaignante qui est une menteuse effrontée et qui devra répondre de l’accusation de parjure pour avoir menti sous serment devant le Grand Jury, a téléphoné à un détenu (pour trafic de drogue et falsification de cartes de crédit) en lui disant à peu près ceci, 24 heures après la prétendue agression : Ne t’inquiète pas, ce gars est plein aux as, je sais ce que je fais… Or, cet échange tenu en langue poehl n’a été traduit que plus tard et a fini par mettre la puce à l’oreille du procureur Cyrus Vance qui eut le courage et l’honnêteté d’interrompre la procédure. Et s’il n’a pas, dès hier soir, abandonné toutes les charges, c’est pour ne pas perdre la face et ne pas compromettre définitivement ses chances d’être réélu.

    Question troublante : pour quelle raison la divine providence n’a-t-elle pas permis à d’humaines mains d’exploiter plus vite et plus efficacement des informations révélant la vraie nature de la plaignante ? Cela aurait épargné à DSK des jours horribles, abrégé ses souffrances, mis un terme à son opprobre, interrompu le calvaire vécu par sa famille, peut-être même lui aurait permis de conserver son poste à la tête du FMI, voire même de se présenter à l’élection présidentielle… Je n’aurais personnellement pas voté pour lui, en dépit de l’estime que je lui porte.

    Se rend on compte de tout ce qui se serait passé, s’il la menteuse avait directement parlé en anglais ? Les écoutes téléphoniques auraient été exploitées sur place, séance tenante. Les charges auraient été pulvérisées et DSK serait peut-être déjà en France…

    Quelles leçons retirerons nous de tout cela ? L’homme est peu de chose, une vie, un destin, basculent comme un rien ? Si la menteuse n’avait pas été de service ce jour là au Sofitel, si simplement DSK n’avait pas prévu de déjeuner avec sa fille Camille, étudiante à Columbia, rien ne serait arrivé… Alors, pourquoi ? On ne le saura jamais. Des forces obscures agissent en chacun de nous : ne parle-t-on pas des démons secrets du roi David qui firent de sa vie mouvementée ce qu’elle fut ? Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

    Mais je donne à DSK un conseil, bien qu’il ne m’ait rien demandé : plus de politique pendant quelques années. Plus de femmes à part sa épouse Anne Sinclair laquelle mérite toute notre admiration pour sa conduite exemplaire. DSK sera consulté par tous les grands de ce monde pour les orientations économiques, il fait l’unanimité dans les cercles gouvernementaux du monde entier. Et surtout, je dis bien surtout, qu’il fasse le ménage et le départ entre ses amis et ceux qui ne le sont pas, ne l’ont jamais été et ne le seront jamais…

  • DOMINIQUE STRAUSS-KAHN EST INNOCENT (II)

    Imprimer

    DOMINIQUE STRAUSS-KAHN EST INNOCENT (II)

    Je viens de suivre en direct ce qui s’est passé lors de l’audience imprévue de ce jour à NY.  DSK se voit restituer sa caution, plus de bracelet électronique, plus de contrainte domiciliaire. Le juge qu’on a entendu parler en anglais directement s’est montré très déférents envers le prévenu. DSK était élégant, reposé, il a même esquissé un sourire avant de monter dans sa belle Lexus noire.

    Ses deux avocats, si compétents et civilisés tranchaient avantageusement face à l’autre conseil, celui de la plaignante (qui n’est plus une victime) qui s’est lancé dans une extravagante plaidoirie où abondaient les détails les plus scabreux. En entendant ce personnage s’exprimer, on se demandait alors quelles raisons pouvaient bien avoir poussé M. Cyrus Vance à reconnaître publiquement que la fameuse Guinéenne n’était plus la personne qu’elle prétendait être. Au lieu de se conduire noblement, comme les autres qui ont remercié le procureur de son travail et de son intégrité, l’avocat de la plaignante, un afro-américain connu, a choisi de charger DSK. Mais ce fut en pure perte puisque la caution est restituée à DSK, il pourra dîner dès ce soir dans le plus beau restaurant de NY avec ses amis, ses avocats et sa famille. Comme je le notais supra, le juge a fait preuve d’une grande déférence. Seule restriction temporaire : pas de passeport mais il peut se rendre où il veut aux USA. Une semaine de vacances en Californie lui fera le plus grand bien.

    En contemplant l’ancien directeur général du FMI, j’ai pensé à Job et à la cruauté du destin : quatre jours avant la prise de fonctions de celle qui lui succède, DSK est pratiquement innocenté. Le procureur n’a pas voulu capituler entièrement ce jour, laissant à une prochaine audience  la possibilité de le faire…
    Donc Job redividus (ramené à la vie) ! Dans les quarante-deux chapitres de ce beau et poignant livre biblique, on trouve une expression hébraïque qui me fait penser à ce qui est arrivé à DSK : malté’ot ‘awel, les mâchoires de l’iniquité ! DSK y a été pris, mais une main providentielle l’en a libéré.

    L’affaire DSK n’a jamais existé ; commence la vrai procès, celui d’une affabulatrice guinéenne. Mais les Américains sauront-ils se montrer indulgents eux qui furent si cruels avec DSK, promené comme une bête de cirque, les mains menottées derrière le dos ? Espérons le. Mais le mérite-t-elle ?

  • DOMINIQUE STRAUSS-KAHN est innocent!!!

    Imprimer

    DOMINIQUE STRAUSS-KAHN est innocent!!!

    Vous allez probablement penser que mon mode de pensée est intrinsèquement religieux ou confessionnel puisque, à chaque occasion, je me réfère à des réminiscences scripturaires. Et ce cas présent ne fera pas exception. Un verset du Psaume 118 dit ceci pour décrire l’émerveillement du Psalmiste qui chante l’immanence de la justice divine : c’est de Dieu que cette chose provient, elle est une merveille à nos yeux (mé-ét ha-Shem hayeta zot, hi niflat bé-énénou).

    De quoi s’agit-il ou plutôt que s’est-il passé dans la nuit chez nuit ? Des fuites adressées au New York Time indiquent que la fameuse Nafissa n’est plus crédible, qu’elle est une affabulatrice et que le procureur qui paraissait si sûr de lui ne peut plus soutenir, ni même porter l’accusation. Quelle honte ! Quelle injustice ! Nous avons eu Outreau et voilà que la ville de NY a le déni de justice de l’affaire Strauss-Kahn !

    Vous vous souvenez de l’ignominie dont a été victime cet homme, même si son amour des femmes était quelque peu immodéré ! Mais est ce un crime ?

    Vous vous souvenez de ces affirmations proférées contre les riches, les puissants, qui s’arrogeaient le droit de violer les pauvres, les petits et les misérables. En fait l’accusatrice qui n’az jamais été une victime avérée mais une simple plaignante a menti sur toute la ligne, entretenait des relations d’affaires avec des mafieux, trafiquants de drogue en prison, lesquels avaient viré sur ses comptes en banque des centaines de milliers de dollars… La fameuse femme de 32 ans que l’on nous présentait comme une musulmane pieuse, employée modèle du Sofitel de New York, élevant seule et dans la misère sa fille, s’avère comme l’incarnation  d’une machination diabolique.

    Vous vous souvenez de tous ces Africains ou Afro-américains qui y allaient de leurs couplets anti-blancs, martelant devant la terre entière que les puissants n’avaient pas tous les droits etc… Vous vous de ce clown, de ce pitre, qui reprit la défense de la plaignante et lançait un appel au peuple, véritable appel à la délation, ayant un retentissement mondial ! Prenez contact avec moi disait ce sinistre personnage à toutes les femmes de la terre, que DSK aurait, selon lui, abusées ou violées.

    Enfin, c’est affreux ! Quand je pense que cet homme innocent des faits reprochés, va voir son poste au FMI pris par une autre, son honorabilité piétinée, sa réputée ruinée, et tout cela parce qu’il a manifesté un comportement inattendu à l’égard d’une femme… Tout de même que le sofitel de NY ait pris à son service une employée capable de porter atteinte à des clients d’une telle importance, cela reste incroyable.

    J’ai toujours pensé que les journalistes ne respectaient pas suffisamment les règles d’éthique et de déontologie. Leurs démangeaisons scriptiraires devraient être plus contrôlés : que n’a t on pas lu dans la presse ? Que n’a t on pas entendu ou vu sur les écrans de télévision ?

    Il faudra que la justice de NY (j’ai été le seul à la comparer à la justice du Far West) s’excuse et dédommage l’homme DSK qui va sûrement passer un excellent chabbat ce soir.

    Mais ne cherchons pas la vengeance. Un exemple que j’ai toujours médité : à la mort de Nasser, le directeur du journal officieux Al-Arham, Hassani Heykal, fut jeté en prison pour injures au nouveau chef de l’Etat, Anouar el-Sadate. Lorsque ce dernier fut assassiné par des comploteurs, adversaires du traité de paix avec Israël, Moubarak qui lui succéda, le fit aussitôt libérer. A sa sortie de prison, les journalistes, nombreux, l’interrogèrent pour connaître ses sentiments après de telles épreuves. Voici sa réponse : Oublions et pardonnons !

    Quelle grandeur, quelle altérité ! DSK saura s’inspirer d’un si haut exemple