- Page 2

  • L’attentat d’Oslo

    Imprimer

    L’attentat d’Oslo

     

    L’ffet d’une bombe, c’est bien le cas de le dire. Et pourtant, nous sommes dans le noir, sans savoir ce qui s’est vraiment passé. Les journaux parlent d’un jeune Norvégien, islamophobe (ce qui permettrait d’écarter la piste islamiste), proche, nous dit-on, des milieux d’extrême-droite. Le suspect aurait laissé sur internet un message étrange vantant les hommes ayant des convictions et qui auraient plus de puissance que quiconque. Mais tout ceci est loin d’être clair.

    On ne comprend pas très la simultanéité ou la successivité des deux attentats. Et surtout le nombre trop élevé de victime et l’étendue des dégâts dans le centre officiel d’Oslo.

    La leçon à tirer de tout cela est que le terrorisme n’est pas mort.

  • L’Euro et le surendettement des pays européens

    Imprimer

    L’Euro et le surendettement des pays européens

     

    Un accord est intervenu au terme d’âpres discussions hier au sommet européen de Bruxelles : n’étant pas un expert, je pourrais me tromper en écrivant que jamais auparavant, on n’avait frôlé d’aussi près la catastrophe. Il faut dire que le phénomène est général et que le niveau de surendettement a atteint des proportions inacceptables. Nos pays se sont endormis sur tous les plans, et notamment les plus vitaux : on travaille moins et on fait moins d’enfants. Et ce qui n’arrange pas nos affaires ; des masses de migrants démunis envahissent de plus en plus nos rivages pour survivre parfois, mais le plus souvent pour bénéficier de prestations sociales qui aggravent les déficits et les déséquilibres/ Mais, plus inquiétant encore, les déséquilibres politiques engendrés par de telles invasions, poussent une frange sans cese croissante des Européens, vers des partis d’extrême droite, alertés par des menaces pesant, selon eux, sur l’identité culturelle et religieuse de l’Europe…

    En termes clairs, les dérives et les crises économiques et monétaires pourraient bien pousser les pays démocratiques européens vers d’autres régimes. Une autre leçon nous est offerte par les désordres monétaires actuels : à la longue, le surendettement pourrait être fatal aux pays qui le pratiquent sans vergogne en se disant que l’Europe ou les générations futures en feront leur affaire…

    Voyez simplement en France les dérives des assurances sociales, le chômage, la maladie : les aides multiformes etc… devraient être distribuées avec parcimonie et réservées à ceux qui y ont vraiment droit.

    Certes, Bruxelles a défendu victorieusement la monnaie unique et envoyé un message clair, indubitable aux marchés. Et on a même forcé les banques privées à mettre, pour une fois, la main à la poche, pour un peu moins de 50 milliards. Il n’était pas normal que les perdants soient toujours les mêmes et les gagnants aussi… Mais est-ce suffisant, est-ce une solution durable ou un simple expédient ? Qu’il y ait désormais un FME à la place du FMI est louable, mais tout de même…

    L’enseignement majeur qu’il faut tirer de tout cela : ne plus coopter qui que ce soit en Europe et ne forcer personne, même au sein de l’UE, à adopter l’Euro. Que l’aventure grecque nous serve de leçon.

  • La crise de l’Euro

    Imprimer

    La crise de l’Euro

     

    Le non économiste que je suis ignore si nos concitoyens européens, plusieurs centaines de millions, prennent la mesure de ce qui se passe dans la capitale belge : l’avenir de notre monnaie. Et si j’étais cruel, je dénoncerai par la même occasion l’inconscience de ceux qui s’ingénient à découvrir qui a partagé l’intimité de DSK : la mère, la fille, la grand mère, l’ancienne épouse etc… Oh, je sais bien que ce nom DSK évoquait jadis la haute finance… mais cela fait une éternité que ce n’est plus le cas !

    Au moment où j’écris, la faillite d’un pays comme la Grèce est avérée et le risque est grand de voir d’autres pays faibles se réclamer in petto du précédent grec pour demander que grâce leur soit fait de leur dette ! Après tout, la Grèce oui, et pourquoi pas l’Espagne, le Portugal, qui, eux sont obligés de se serrer la ceinture ?

    J’avoue que dans cette affaire, je suis entièrement derrière la chancelière allemande qui, en tant que première puissance payante, a le droit de dicter ses conditions. Vous rendez vous l’Allemagne jadis nain politique et géant économique dévient l’unique banquier de l’Europe ? Beaucoup de gens critiquent l’Allemagne mais pourquoi ne pas l’imiter et faire preuve de discipline et d’esprit de sacrifice ?

    Vous rendez vous compte que si, pour des raisons X, la RFA refusait de s’aligner, l’Euro disparaîtrait ? L’Allemagne n’aurait aucun problème à revenir au Mark, mais les Français, les Italiens, les Portugais, les IESpagnols, sans même parler des autres ?

    Ce fut une erreur colossale de faire rentrer dans l’Europe et dans la zone Euro des pays qui n’ont rien à y faire ! J’espère qu’on en tirera les leçons nécessaires concernant le cas de la Turquie : au moins la Grèce voisine aura servi à cela !!

  • Le feuilleton de l’été : un syndicat, une société des anciennes maîtresses de DSK ?

    Imprimer

    Le feuilleton de l’été : un syndicat, une société des anciennes maîtresses de DSK ?

     

    Nous venons d’apprendre une nouvelle qui fait la une des journaux nationaux français : en raison de l’intérêt médiatique soutenu de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle pour les frasques réelles ou imaginaires de DSK, il a été décidé de former une véritable association des anciennes maîtresses de l’ancien patron du FMI. Les statuts en ont été déposés hier dans la matinée à la préfecture de police de Paris. Le nom retenu est Société des anciennes maîtresses de DSK (SAMDSK)…

    Vous avez tous suivi cette passionnante saga de l’été où les marraines, les mères et les filles ayant partagé l’intimité de DSK, veulent faire valoir leurs droits et être dédommagées pour les préjudices subis. Mais on a aussitôt appris que certains membres de la nouvelle association n’étaient plus d’accord entre elles et voulaient entrer plus avant dans les détails… Certaines veulent même être entendues, d’autres se voient intimer l’ordre de garder le silence par leurs proches, et même un futur candidat à l’élection présidentielle a laissé apparaître son irritation en voyant qu’on tentait de l’entraîner dans cette affaire qui n’est guère reluisante. Il a menacé de poursuites celles et ceux qui tenteraient de l’immiscer une nouvelle fois dans cet embrouillamini…

    Et voici que depuis hier, on nous laisse entendre que l’affaire dans l’affaire pourrait se dépayser à NY ! En d’autres termes, la personne qui fait tant parler d’elle aujourd’hui après avoir gardé le silence durant huit années, pourrait aller déposer devant une juridiction américaine. Bref, tout est fait pour nourrir et soutenir notre curiosité jusqu’à la fin de l’été. Et cette attitude donne raison à ceux qui dénoncent la presse e les infos trash…

    A côté de cela, la famine sévit plus que jamais en Somalie et l’Euro vit peut-être ses derniers mois… Mais c’est l’affaire DSK qui passe avant tout le reste.

    Evidemment, et vous l’avez compris, c’est un petit billet d’humeur qui présente de manière amusée ce qui devrait être une affaire sérieuse. Comment voulez vous réagir lorsque vous lisez dans des journaux réputés sérieux que telle mère et telle fille ont reçu les avances de DSK, que ce soit vrai ou supposé… Que voulez vous penser quand vous découvrez que dans des bureaux de grandes organisations internationales, des femmes s’offrent à des hommes… Que voulez vous penser en apprenant que certaines personnes étaient amies entre elles et se trahissaient allégrement dès que l’occasion s’en présentait.

    Je dirai tout de même ce que je pense : DSK s’en tirera car toutes ces gesticulations ne peuvent pas être converties en arguments judiciaires. Mais en revanche, quel gâchis moral, quelle déconfiture de nos valeurs ! Quelle perte de confiance dans le personnel politique !

    Certains me répondraient que Bill Clinton n’a guère fait mieux dans le fameux bureau ovale de la Maison Blanche…

    Et la presse dans toute cette affaire ! J’ai été abasourdi de voir que sans transition, après avoir écouté le discours d’hommage de la nation aux morts d’Afghanistan, le journaliste d’une grande chaîne embrayait sur l’affaire DSK et sur ses révélations !

    Mais comme dit un humoriste célèbre, vous n’êtes pas obligé de me croire !

  • la faim dans le monde et en Somalie

    Imprimer

    la faim dans le monde et en Somalie

     

    Focus sur France 24 : la faim en Somalie où il ne pleut plus depuis des lustres et où les enfants meurent de faim et de soif. Le spectacle était insoutenable. Le responsable de l’UNICEF en France a dit qu’avec 50€, on pouvait sauver un bébé et lui permettre de survivre durant le premier mois suivant sa venue au monde. Le responsable a donné le chiffre des mors et des malnutris. C’est terrible. Dès demain, j’envoie un chèque de la somme modique demandée. Si vous pouvez en faire autant, faites le, je vous en prie. En Suisse, en France ou ailleurs.

    Je voudrais dire aussi autre chose, tant ce spectacle m’a heurté. Cela ne va pas plaire mais je le dis en toute bonne foi.

    En Europe et dans les pays développés, avant de mettre des enfants au monde, nous prenons des dispositions pour le logement, la crèche, les ressources, les études supérieures, les vacances, etc…

    Comment et pourquoi mettre des enfants au monde pour les voir mourir sous les yeux de leurs parents ? Dans le quartier où je me trouve il y tant d’ambassades africaines, les unes plus cossues que les autres, alors que dans leurs pays respectifs, parfois deux habitants sur cinq n’ont pas d’eau potable…

    Que dire ? Qu’en penser ?

  • Vive Avignon et son restaurant La Mirante

    Imprimer

    Vive Avignon et son restaurant La Mirante

     

    Enfin chez moi, je peux travailler sur mon ordinateur et ne pas remettre une copie défectueuse.

    Quand vous sortez du Palais des papes, après une visite si instructive et plaisante, après que vous avez vu ce que furent les appartements du pape, de ses collaborateurs les plus proches, sa salle à manger, la salle qui serait de dressoir, la cuise avec une hauteur de 18 mètres pour laisser échapper la fumée et les odeurs… vous vous trouvez face à un établissement comme on les aime en France : un beau restaurant gastronomique, doté d’une étoile au Michelin et qui, croyez moi, la mérite pleinement.

    Le personnel est charmant, stylé et accueillant, la salle du restaurant baigne dans un clair obscur savamment étudié et puis cette mélodie qui vous fait rêver. C’est rare dans les établissements parisiens de cette catégorie.

    Arrive vers nous le jeune élève sommelier Rémi qui nous conseille un excellent vin de la région et qui, suprême distinction, nous propose de visiter les deux caves avec, comme je le disais précédemment près de 2000 bouteilles et 460 références. Rémi nous a fait visiter les deux caves, l’un climatisée, l’autre pas.. En remontant dans la salle du restaurant, nous croisons la table d’hôtes, placée près des cuisines où les connaisseurs et les habitués se régalent des merveilles de la cuisine d’un chef très réputé ;

    Bref un établissement impeccable. Et à côté de nous, pendant le café, dégustant une coupe de champagne, Jeanne Moreau et Etienne Daho… Les deux récitaient le lendemain des textes de Jean Genet, dans la cour d’honneur…

  • Avignon

    Imprimer

    Avignon, pendant le festival

    Difficile de trouver un taxi dans cette bonne ville d'Avignon où abondent les pectacles en tous genres. C'est un peu comme la langue d'Esope, la meilleure et la pire des choses. Mais l'atmosphère est bon enfant. Hier nous avons subi un orage incroyable, mais vers la fin de la journée, le soleil est revenu. Ce palais des papes est merveilleux: je considère cette captivité d'Avignon comme l'un des meilleurs bienfaits du christianisme à cette ville.

    Nous avons vu une répétition de la fameuse répétition de Mac Beth avec cet acteur tout nu, chantant dans la cour d'honneur et des dizaines de femmes russes se bousculant pour le prendre en photo et garder ce costume en souvenir.

    Il est impossible de faire honneur à tout ce qui se donne ici, mais tout de même. Ma seule critique, c'est l'absence scandaleuse de taxis et d'autobus. Lais que faire?

    Le colloque d'Althaïre auquel j'ai participé, s'est bien passé. Nous avions pas mal d'auditeurs et la convivialité était au rendez vous. Quand je rentreai, je referai le blog sur le resurant La Mirante qui le mérite vraiment.

  • uN BON REPAS A LA MIRANDE 0 aVIGNON

    Imprimer

    uN BON REPAS VAUTAUTANT QU4UN BEAU SPECTACLE 0 aVIGNON

    aLLEZ DONC AU RESTAURANT lE mIRANDE O% VOUS SEREZ TR7S BIEN RE9U; rEMI? LE JEUNE 2L7VE SOMMELIER VOUS RECOMMANDERA UN EXCELLENT VIN ET VOUS FERA VISITER LES DEUX CAVES COMPTANT 2000 BOUTEILLES ET 460 R2F2RENCES;

    EN BAS LA TABLE D4HÖTES EST MAGNIFIQUE ET L4ATMOSPH7RE DES PLUS CONVIVIALES;  aU FOND? UN BON RESTAURANT APR7S UNE VISITE D2TAILL2E DU PALAIS DES PAPES? C4EST TR7S BIEN;

  • Aujourd’hui, soixante-neuvième anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv…

    Imprimer

    Aujourd’hui, soixante-neuvième anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv…

     

    Presque une vie d’homme ! Tant de décennies sont passées et la blessure commence tout juste à se cicatriser. Il y eut le très beau discours de Jacques Chirac, écrit par Christine Albanel. Un discours qui disait les choses sans circonvolution : oui, la France avait, ce jour là, commis l’irréparable. On peut dire que depuis ce discours, une tache, que l’on croyait indélébile, avait été effacée de l’étendard de la France républicaine. L’honneur du pays était rétabli.

    Il y eut un beau film mais dont la distribution des rôles fut plus que discutable puisque le metteur en scène a confié le rôle principal à un artiste de variétés, certes doué pour son genre, mais guère à sa place dans ce contexte précis…

    Je le répète encore une fois ; il ne faut pas que ces souffrances inouïes sombrent dans l’oubli, mais il faut trouver de nouvelles façon de commémorer de tels événements inoubliables.

    Je me souviendrai toujours de la phrase de mon vieil ami Willy Rickner, natif de Varsovie et qui vivait alors en France depuis de nombreuses années. Il me disait ceci : je prie D- pour que tu n’iaes jamais à connaître cela. Quoi donc, répondis-je ? Des gendarmes portant l’uniforme français venant rafler d’autres Français, au seul motif qu’ils étaient juifs…

  • L’opposition syrienne à Istanbul

    Imprimer

    L’opposition syrienne à Istanbul

     

    La diplomatie turque justifie sa bonne réputation traditionnelle et renoue avec son brillant passé, sans vraiment faire son mea culpa et revenir ses récentes erreurs. Le pouvoir turc a accueilli à Istanbul les dirigeants de l’opposition syrienne qui étaient plus de quatre cents à dénoncer les méfaits sanglantes du pouvoir baassiste en place. On dit qu’à Damas, là où devait se tenir la même conférence contre le pouvoir près de 30 personnes auraient été tuées, empêchant ainsi la tenue de la réunion.

    Le gouvernement syrien s’entête et plus il retarde son départ plus la crise s’aggrave et ses membres devront rendre des comptes devant la justice pénale internationale. Au rythme où vont les choses, on aura bientôt dépassé les 1500 morts dus à la répression de l’armée qui tire à l’arme de guerre contre des manifestants désarmés.

    Mais revenons à la courageuse décision turque et au recentrage de la diplomatie d’Ankara. M. Erdogan s’est enfin calmé, il faut dire qu’il a atteint ses objectifs : gagner les élections et pour cela il avait besoin de blesser la partie la plus dure de son électorat islamiste en s’en prenant –verbalement- à Israël, son allié d’hier et qui est en train de retrouver son ancienne place. Dans cette affaire, le malaise syrien est un hasard providentiel : alors qu’une sorte de trio diabolique était en train de se mettre en place et unissait la Turquie à deux autres pays douteux, la Syrie et l’Iran, voilà que l’opposition syrienne se bat pour sa liberté, dévoilant à la face du monde la vraie nature de ses dirigeants. Directement concernée, la Turquie se voit contrainte d’accueillir des milliers de réfugiés et voit des blindés syriens se rapprocher de sa frontière qui s’étend , rappelons le, sur plus de 800 km…

    C’est un nouveau pas que M. Erdogan franchit en accueillant cette nouvelle conférence de l’opposition qui demande désormais ni plus ni moins que le départ de Bachar du pouvoir. Les ponts sont coupés et l’on a atteint le point de non retour.

    Quelles conclusions tirons nous de l’affaire ? Le pouvoir turc n’est pas indifférent à la démocratie. Certes, cela n’est pas un ticket d’entrée dans l’UE mais cela contribue à en faire un allié de poids dans la région. La seconde conclusion est que les Turcs redécouvrent Israël, son régime absolument démocratique et sa puissance sur tous les plans. Il est évident que les USA reviennent eux aussi sur les devants de la scène, ce qui explique que Madame Clinton ait été présenté à Ankara ce week end, lors de la réunion de l’opposition.

    Est-ce suffisant pour chasser Bachar du pouvoir ? J’en doute. En revanche, les insurgés libyens, aidés par l’OTAN, avancent. Quant au Yémen et à l’Egypte, les choses en sont au statu quo