- Page 3

  • Qui a vraiment tué la famille israélienne a Itamar ?

    Imprimer

    Qui a vraiment tué la famille israélienne a Itamar ?

    Le monde a été saisi d’effroi devant l’horreur du crime commis il y a près d’une semaine en Judée Samarie, au cours duquel une famille a été presque entièrement exterminée dans son sommeil. Les soupçons se sont naturellement portés sur des terroristes palestiniens qui sont hélas coutumiers du fait.

    Les forces de sécurité de l’Etat hébreu sont sur les dents et ont arrêté une quantité invraisemblable de suspects, résidant dans les localités palestiniennes voisines.
    Mais voici qu’hier, en lisant la presse, je tombe sur une brève qui indique que l’assassinat pourrait (je dis bien pourrait) avoir été le fait d’un travailleur thaïlandais, mécontent des termes d’un accord avec la famille en question. Cette hypothèse, propagée par des organes de presse palestiniens, m’a stupéfié……

    S’agit-il d’une tentative de désinformation ? D’une intoxication afin de dévier des Palestiniens cette grave accusation ? J’avoue clairement mon ignorance.

    Il existe, c’est vrai, beaucoup de travailleurs thaïlandais en Israël, j’en ai moi-même vu des dizaines dans des mochavim, notamment ceux où je séjourne régulièrement dans le Néguev. Il y en a aussi à Eilat sur les bords de la Mer Rouge. Mais c’est la première fois qu’une telle action criminelle leur est imputée.

    Quelques questions : si tel avait été le cas, la police israélienne aurait déjà arrêté le suspect pour interrogatoire. Or, nulle indication dans cette direction.

    En conclusion, quand voit ce qui se passe dans le vaste monde du bon D-, on se demande pourquoi on ne parvient toujours pas à régler ce problème entre les Juifs et les Arabes.

    Face au développement prodigieux de l’Etat d’Israël, aucun pays arabe de la région n’a de véritable plan de développement… C’est navrant. Quand vous entendez des responsables politiques arabes dire à la télévision Al-Djazira que l’état d’urgence est en vigueur dans leurs pays respectifs depuis la guerre de 1967, vous vous dites que l’Etat d’Israël a vraiment bon dos…

  • Mourir à Benghazi ?

    Imprimer

    Mourir à Benghazi ?

    On assiste à un incroyable retournement de situation. Il y a encore quelques jours, les grandes puissances, USA en tête, donnaient à Khadafi le choix entre une triste fin sur place et un exil doré, quelque part dans une monarchie du Golfe ou au Venezuela. Aujourd’hui, le dictateur libyen lance une contre offensive contre les insurgés et chaque jour qui passe le rapproche de la place forte des rebelles de Benghazi.
    Que s’est-il passé ? C’est tout simple : les grandes puissances, à l’exception de la France, se dérobent à leurs engagements moraux envers les combattants de la liberté libyens et préfèrent sauvegarder l’approvisionnement en hydrocarbures (plus la digue contre l’immigration et l’expansion d’al-Quaida) au lieu de s’engager dans une aventure militaire en Afrique du nord. C’est, à peu de termes près, ce que vient de dire le ministre allemand des affaires étrangères… C’est là un cynisme politique inacceptable… Et il ne faudra pas s’étonner que les masses arabes, frustrées d’une victoire assurée en Libye, nous en tiennent rigueur et stigmatisent notre attitude : le pétrole d’abord, les libertés des masses arabo-musulmanes après.

    La France et la Grande Bretagne avaient préconisé l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne, un peu comme en Irak à l’époque, pour préserver les zones du Kurdistan. Les généraux, sollicités sur la viabilité de l’opération, ont indiqué qu’il fallait, au préalable, assurer la sécurité des aéronefs susceptibles de faire respecter cette non fly zone en détruisant les batteries anti-aériennes libyennes, clouer au sol les quelques avions en état de voler et neutraliser les sites de missiles, pouvant être lancés contre les avions occidentaux… Donc, des actes de guerre caractérisés avant même que de faire respecter l’exclusion aérienne. Ceci a fait réfléchir, voire reculer les Allemands.

    Pour obvier à cette situation, les Français ont changé leur fusil d’épaule et se sont rabattus sur une solution a minima : neutraliser l’armée de l’air libyenne par quelques frappes ciblées… La question sera débattue devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Et pendant ce temps, Khadafi avance inexorablement.

    J’avoue ne pas comprendre cette attitude : le monde entier est en délicatesse avec le dictateur libyen, ses avoirs ont été gelés partout lorsqu’on a pu les identifier, même la Ligue arabe a contesté sa légitimité à représenter le peuple libyen, MM Obama et Sarkozy et Cameron lui ont dit de partir, et malgré tout cela, on se prépare à assister, les bras croisés à la chute de Benghazi…..

    Ce n’est pas bien. Souvenez vous de ces pauvres chiites d’Irak lors de la première guerre du Golfe : on les poussa à se soulever contre Saddam et ensuite on les laissa choir, les exposant à une sanglante répression des troupes du dictateur… Les peuples ont la mémoire longue.

    Mourir à Benghazi ! Quel drame et quelle honte pour nous, alors qu’en quelques heures, nous pouvons retourner la situation…

    Ce n’est pas bien, ce n’est vraiment pas bien. Il faut un peu d’éthique dans les relations internationales.

  • Menace de catastrophe nucléaire sur le Japon

    Imprimer

    Menace de catastrophe nucléaire sur le Japon

    Les Japonais sont admirables, admirables en raison de leur sang froid et de leur discipline dans cette dure épreuve. Leurs autorités ont d’ailleurs pris la mesure et la hauteur de l’enjeu en parlant d’une catastrophe équivalente à celle qui s’est abattue sur leur pays en 1945. Mais cette fois ci, ce sont les porte avions US qui volent à leur secours au lieu de semer la mort et la destruction.

    Cette crise aura coûté des milliers de morts car elle se présente comme une véritable loi des séries : tremblement de terre, tsunami, accidents nucléaires et incendies dans les enceintes de ces complexes censés fournir de l’énergie propre et sûre. C’est là que se nouent les problèmes à venir ; le monde entier s’interroge sur l’énergie nucléaire. Les écologistes, tant les intelligents que les sots (et Dieu sait qu’il y en a) se saisissent bruyamment du dossier pour exiger séance tenante la sortie du nucléaire. En Allemagne, toute la presse renvoie au moratoire décidé par Me Angela Merkel et rappelle les rodomontades de l’ancien ministre vert de Gerhard Schröder, M. Trittkin, qui réclamait hadis, à cor et à cri, den Ausstieg aus der Kernenergie… Aujourd’hui, on se rend compte que certaines craintes n’en étaient pas moins fondées. Le problème est que le nucléaire représentait l’occasion rêvée de se soustraire aux servitudes du pétrole et des hydrocarbures en général… Le nucléaire permettait d’alléger la facture pétrolière, de se soustraire aux chantages politico-financiers de pays arabes et de soigner notre environnement. Les accidents survenus au Japon remettent tout ce bel édifice en question.

    Restent l’énergie solaire et toutes ces énergies renouvelables ont on parle tant. Mais sommes nous assez avancés pour en tirer profit dans un délai raisonnable, c’est-à-dire le court terme ? J’en doute.

    En tout état de cause, nous devons nous porter au secours du peuple japonais qui souffre mais supporte toute cette tragédie avec une très grande dignité. Ce peuple, bien formé, éduqué et très discipliné, en a vu d’autres. Il se relèvera et fera de cette terrible épreuve une force.

  • A ceux qui haïssent l’Etat d’Israël gratuitement…

    Imprimer

    A ceux qui haïssent l’Etat d’Israël gratuitement…

     

    Est-ce un hasard ? Est-ce une coïncidence voulue ? Mais je viens de regarder, au terme d’une harassante journée à relire 500 pages d’épreuves de mon prochain livre, le film consacré au terroriste Abou Nidal de sinistre mémoire, sur Canal +. La folie meurtrière de cet homme m’a fait penser aux crimes odieux commis il y a quelques jours dans le site de Judée Samarie d’Ithamar.

    Comment admettre de telles choses ? Un homme fou, littéralement fou, faisant le vide autour de lui, exécutant séance tenante ses plus proches collaborateurs, poussant au paroxysme ses crises sanglantes de paranoïa, bref érigeant le meurtre et la violence en système. Et se faisant passer pour une organisation de résistance.

    Certes, dans aucune des parties tout ne semble pas parfait. Mais cet assassinat de sang froid, c’est inimaginable !

    Ce jour, et même au moment où j’écris, vous n’avez pas cessé d’envoyer vos commentaires. Des dizaines et des dizaines ! Pour ne pas être taxé de partialité, je n’ai rejeté aucun commentaire ? Ai-je eu raison ? A vous de voir.

    La haine n’a jamais rapproché les hommes ni n’a jamais résolu le moindre conflit de manière satisfaisante. La méthode choisie par certains Palestiniens (téléguidés par l’Iran qui se venge de la destruction de tous ses ordinateurs ?) n’est pas la bonne : Israël a déjà réagi et pourchassera les coupables. Il l’a toujours fait, il le fera de nouveau. Et qui viendra lui en faire reproche ?

  • Mais pour qulles raisons tant de gens haïssent ils l'Etat d'Israël?

    Imprimer

    Mais pour qulles raisons tant de gens haïssent ils l'Etat d'Israël?

     

    Je me suis abstenu d'intervenir dans ce violent débat déclenché par ma note matinale, pourtant fort modérée. Quelle ne fut ma surpise de constater que des personnes, les mêmes toujours, prennent la défense des assassins d'enfants, que dis je de bébés, en arguant que leurs parents ont colonisé une terre appartenant à d'autres.. C'est absolument inconcevable! Même des Arabes du Proche Orient dénoncent un tel acte de barbarie.

    Une telle défense des assassins n'honore pas ceux qui entendent l'assumer et je trouve que c'est peine perdue de dialogueer avec eux. Je ne comprends toujours pas comment quelques arpents de terre sablonneuse, héritage pluri séculaire des juifs depuis ds tremps immémoriaux, qui ne dépassent mêmepas la superficie de deux départements français de taille moyenne peuvent susciter la convoitise de tout un monde arabe dont les pays sont couverts par d'innombrables déserts. Et lorsque des juifs idéalistes reviennent chez eux, sur la terre ancestrale, tout un monde dit ne plus pouvoir respirer tant  cette situation leur paraît insupportable.. Que dire? On ne peut rien ajouter.

     

    Israël retrouvera sous peu les criminels assassins de bébés et leur infliegra le châtiment qu'ils méritent.

  • L’horrible assassinat d’une famille isréalienne en Judée-Samarie

    Imprimer

    L’horrible assassinat d’une famille isréalienne en Judée-Samarie

     

    Certains d’entre vous m’ont fait grief de mon silence, suite à l’horrible assassinat d’une famille juive installée à Ithamar en Judée-Samarie. Je n’avais tout simplement pas suivi les informations et cette horrible nouvelle n’est parvenue à mes oreilles que tard hier soir. Informé, je réagis donc sur le champ pour dire mon indignation, qui est, d’ailleurs, générale. De tels actes ne rapprocheront jamais les points de vues et sèmeront la haine et la violence pour des générations à venir.

    Aucune lutte, si sacrée et si importante soit-elle aux yeux de ses défenseurs, ne peut justifier de tels actes barbares : quelle est la cause , suffisamment juste et fondée, pouvant justifier que l’on poignarde un bébé de quelques mois dans son sommeil ?

    En outre, de tels actes ont été commis dans le passé par les Palestiniens et n’ont guère ébranlé la détermination du peuple d’Israël. J’ai appris que près de 20 000 personnes ont participé aux funérailles de ces pauvres victimes…

    Il y a même une chanson très en vogue en Israël, reprise par les vedettes de variétés de ce pays : mi shé ma’amin lo mefahéd et ha-émouna le-abbéd.……

    Am Israël lo yewatter : le peuple d’Israël ne renoncera jamais.

  • La prière du chabbat ce samedi dans un oratoire du XVIe arrondissement

    Imprimer

     

    La prière du chabbat ce samedi dans un oratoire du XVIe arrondissement

    Ce samedi matin, hier donc, j’ai fait une expérience intéressante : je devais rejoindre mon ami Gérard H. dans une minuscule synagogue, non loin de chez moi et de chez lui. Arrivé vers 10h 30, juste au moment de la sortie des rouleaux de la Tora de l’arche sainte, je suis salué par quelques personnes qui m’avaient vu dimanche 6 mars sur France 2 pendant une bonne cinquantaine de minutes exposer les idées de Théodore Lessing sur la haine de soi…

    J’ai été ému par la ferveur religieuse, la piété naïve et le zèle sacré de cette petite communauté . On lisait alors les tout premiers chapitres du livre du Lévitique, consacré exclusivement au culte sacrificiel. J’ai pu, dans cette ambiance religieuse, faire une lecture plus fidéiste de ces chapitres qui nous enjoignent quel type de sacrifices on doit offrir (il y en a sept en tout) pour obtenir la rémission de tel ou tel péché. Que l’on me croie ou non, dans cette ambiance, j’ai été plus perméable à la portée symbolique de la prise de conscience du péché et de la capacité à se racheter. Assurément, je ne crois pas à ces actes sanguinolents, à ces partages des parties de la bête immolée, mais j’ai pensé à l’idée qui dit qu’en immolant une bête, c’est la bête en nous que nous supprimons. Et la péricope prophétique, Isaïe chapitre 43, allait dans le même sens, le culte sacrificiel.

    Un jour, nous cesserons peut-être d’immoler de pauvres bêtes et de faire couler le sang tout court. Il ne faut pas oublier qu’un homme comme Moïse Maimonide avait écrit dans son Guide des égarés que le culte sacrificiel avait été une concession faite à la débilité passagère d’un peuple d’anciens esclaves, soucieux d’imiter les pratiques religieuses des autres peuples.

    C’est le culte intérieur (Avoda shé ba-lev), le culte du cœur qu’il faut promouvoir. Mais cet instant passé rue Saint-Didier m’a bien plus. Pour le reste, cela dépend de la formation de chacun et de ses attentes…

  • la chute annoncée du régime libyen

    Imprimer

     

    la chute annoncée du régime libyen

    Le monde arabo-musulman a vraiment changé. La Ligue arabe a donné son accord à une intervention aérienne en Libye. Précédemment, tous ces potentats et leurs représentants, tous ces gens qui avaient accaparé le pouvoir soit par des coups d’Etat militaires soit par des meurtres et des violences sans nom, ont senti que le vent avait tourné et que les bouchers de leurs peuples ne pouvaient plus se maintenir. Et les émissaires du colonel Kaddhafi au Caire auprès des instances concernées n’y auront rien changé. C’est fini. La Ligue a officiellement demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de prendre les mesures qui s’imposent en accord avec la légalité internationale et le droit humanitaire. C’est très clair : un dirigeant rejeté par son peuple ne saurait se maintenir en se livrant à un bain de sang… Le verdict est appel.

    Mais, pour ma part, je voudrais ajouter une remarque essentielle : les gouvernements occidentaux redoutaient que leur intervention armée dans un pays arabo-musulman ne renforçât encore plus le sentiment anti-occidental des peuples et des opinions arabes. Cet argument est irrecevable et n’est qu’un prétexte : qui rendra la vie à tous ces jeunes héros libyens, morts les armes à la main, mitraillés par l’aviation d’un colonel devenu fou, ivre de puissance démente, tel Néron jouant d’un instrument de musique alors que Rome était la proie des flammes..

    Le Pr Obama s’est félicité de la décision de la Ligue, décision attendue surtout dans une nouvelle Egypte révolutionnaire. La VIe flotte se prépare à lancer ses avions contre les bases aériennes libyennes, les arsenaux militaires, les terrains d’aviation et peut-être même me fameux bunker du Guide libyen qui ne va pas manquer d’être égaré, comme dirait Maimonide.

    Vu la vétusté de l’armée libyenne et son état d’impréparation, en quelques heures, les USA mettront un point final à toute cette affaire. Avant la fin de la prochaine semaine, le colonel aura soit rejoint ses pères dans l’au-delà soit rencontré son acolyte vénézuelien…

    Une main invisible a guidé tous ces événements, une divine Providence qui a confié à d’humaines mains le soin de rétablir la paix et l’équité sur cette terre.

    Nasrallah, lui aussi dans son bunker, a du souci à se faire car des scenari similaires se joueront dans un proche avenir en Syrie et en Iran, deux pays dont les citoyens se sentiront encouragés par le dénouement du dernier acte en Libye.

    Mais qui a dit que le monde ne repose pas sur la justice mais sur le pétrole ? C’était vrai jadis, mais cela ne l’est plus aujourd’hui…

  • L’UMP, le débat sur l’islam et Jean-François Copé

    Imprimer

    L’UMP, le débat sur l’islam et Jean-François Copé

    Lu dans le journal Le Monde de cette semaine : une réunion de responsables associatifs musulmans qui contestent sous la houlette d’un conseiller de l’Elysée la tenue d’un vaste débat sur l’islam, prévu le 5 avril.

    D’emblée, on peut dire que l’on comprend l’inquiétude de ces gens qui redoutent d’être au centre d’un débat qui risque (je dis bien que ce n’est qu’un risque) de les isoler, de les désigner comme une sorte de brebis galeuse, à la vindicte populaire. Bref, de les ostraciser. Cette crainte est légitime mais il faut aussi voir comment on en est arrivé là.

    M. Copé, nouveau secrétaire général de l’UMP, concentre sur lui les critiques du conseiller élyséen qui prend soin de dissocier le président de la république de cette critique acerbe. Il va jusqu’à envisager que les adhérents musulmans de ce parti majoritaire quittent ses rangs…

    Mais recentrons le débat et voyons donc comment nous en sommes arrivés là : pour les partisans de la clarification, les adeptes de l’islam n’ont pas joué le jeu, ils n’ont pas voulu s’intégrer à la socio-culture française qui est d’essence judéo-chrétienne. Au lieu d’enrichir la France, de se montrer reconnaissants d’être accueillis dans ce grand pays de tradition laïque et républicaine, certains activistes et extrémistes ont voulu changer la France au lieu de changer eux mêmes. Je résume ici l’argumentation de ceux qui font des reproches à nos compatriotes musulmans ou aux résidents non français, adeptes de cette même religion. Et, poursuivent-ils, à force d’insister sur leurs différences inassimilables avec nos mœurs (refus de la critique textuelle, refus de l’égalité homme/femme, refus de la tolérance religieuse, etc…) ils ont réussi à se présenter comme un corps étranger, entre parenthèses dans la société française. On a vu apparaître des revendications étranges : voile islamique, burka, refus de la mixité dans les soins médicaux, etc…

    Mais la situation est encore sous contrôle, si, toutefois, on mettait en sourdine certaines choses incompatibles avec les mœurs de notre pays.

    Reconnaissons aussi, pour être juste, que l’insistance du Front National et son envolée dans les sondages ont bousculé l’UMP au point de lui dicter une partie de son agenda politique. Mais voilà, lorsqu’un électeur sur cinq vous dit quelles sont ses préoccupations, comment ne pas en tenir compte lorsque vous tenez les rênes du pouvoir ? Les sciences politiques, ce n’est pas la théologie, ce n’est pas la loi et les prophètes…

    Même les autorités religieuses ne sont pas loin de dresser le même constat : le cardinal Barbarin, né dans un pays musulman, a donné une interview au journal Le Monde dans laquelle il a eu cette formule sibylline : l’islma est compatible avec le christianisme si les musulmans le veulent bien…

    Faisons une exégèse de cette phrase : on sent ici une légère mise en opposition de l’islam et des musulmans. Entendez par là : une religion est ce que ses adeptes veulent bien en faire. Et le cardinal sait de quoi il parle. Le Coran contient de fortes critiques de certaines doctrines chrétiennes, notamment la divinité trine qui demeure, rappelons le, au cœur de l’enseignement de l’Eglise.

    Et c’est normal, la France est un pays chrétien où l’on consomme certaines boissons et certaines viandes, même si moi-même je n’en consomme point.

  • Le tremblement de terre au Japon

    Imprimer

    Le tremblement de terre au Japon

     

    Tremblement de terre, séisme, secousse tellurique, etc… ces mots me rappellent le tremblement de terre d’Agadir dont je suis l’un des rescaps. C’est dire avec quelle émotion je revois ces scènes de désolation et de détresse à la télévision. C’est une impression indescriptible, ineffable, inexprimable, que de sentir la terre trembler sous ses pieds. On a l’impression que de l’électricité parcourt le sol.

    Je me souviens très bien de la première secousse à Agadir il y a un peu plus de cinquante ans : nous étions à l’école de l’Alliance, c’était peu avant midi, heure à laquelle nous rentrions à la maison pour le déjeuner. Le maître d’école nous fit sortir précipitamment dans la cour. Les petits enfants que nous étions ne se rendaient pas compte de ce qui passait. Nous risquions la mort. Et c’est cr qui se produisait le même jour, peu avant minuit, lorsque les entrailles de la terre furent prises d’un violent tremblement. En quelques secondes, le centre la ville d’Agadir où nous résidions, la rue de la Kissariya se transforma en un amas de ruites. Et le tribut à payer fut très lourds ; des dizaines de milliers de morts.

    C’est dire combien nous pensons à ce qui passe en ce moment même au JApon.

    Jusqu'à ce jour, je ressens souvent une sensation que je ne m’expluqiais point, je rêve que je reviens dans un lieu, lequel, le je ne savais pas, mais que j’avais quitté précipitamment et que je retrouvai des choses abandonnées il y a fort longtemps. J’ai enfin compris que c’était la nostalgie de ma ville natale, réduite à l’état de poudre par cette catastrophe naturelle… Revenir sur le lieu quitté et retrouver les choses telles qu’on les avait quittées. Rêve d’enfant, rêve que le temps serait figé et que les choses n’auraient pas évolué. Négation du réel ou réaction humaine à un arrachement, à un exil.