- Page 3

  • Comment trouvez vous ces débuts de la coupe du monde de foot ball ?

    Imprimer

    Comment trouvez vous ces débuts de la coupe du monde de foot ball ?

    En principe, ce sujet devrait nous mettre à l’abri des controverses et des tempêtes que nous venons de vivre avec la Turquie. L’équipe de France a un peu déçu, comme les autres, du reste. Que je sache, au moment où je compose, toutes les équipes ont fait match nul…

    J’aime le sport et je le pratique presque chaque jour, sauf quand je suis à l’Université. Mais je considère que la professionnalisation des joueurs et le prix de leurs importations font que les équipes ne sont plus nationales. La victoire d’une équipe n’est plus la preuve de sa force intrinsèque. Quand on regarde ces équipes, elles ne sont que le reflet de la puissance financière des clubs.

    Si vous êtes un pays, petit mais riche, vous vous paierez alors de très bons joueurs qui ne parleront même pas votre langue mais qui marqueront des buts pour vous, lors de rencontres internationales. Un peu comme des mercenaires du ballon rond…

    C’est dommage que l’agent ait gâché le sport.

    D’un autre côté, il faut bien reconnaître que les nations se mêlent au sein d’une même équipe, permettant au sport de transcender les frontières. On sait qu’en Israël, l’un des meilleurs footballeurs (mais pas le seul) est un Arabe israélien qui défend les couleurs de l’Etat juif.

    Et c’est bien : une porte ouverte à la venue de la paix.

  • QU’EST-CE QUE L’IDENTITÉ NATIONALE ? Réflexions sur le livre de Marcel Détienne,

    Imprimer

    près quelques soirées un peu animées et parfois même désagréables par le fait de quelques uns, je sumets aux camardes blogueurs une réflecion sur un excellent ouvrage de M. Marcel Détienne, grand athropologue françcais. Les problèmes posés par ce livre sont importants et mérient une approche pondérée et réfléchie.

    J'espère que ce compte rendu qui va prochainement être publié par une grande revue de débat françaisaidera à se pencher sur une question cruciale, celle de l'identité natioanle et son corollaire, l'intégration, quand celle-ci est passible

     

     

    QU’EST-CE QUE L’IDENTITÉ NATIONALE ?

    Réflexions sur le livre de Marcel Détienne,

    L’identité nationale, une énigme (2010, Gallimard)

    Remarques préliminaires

    Le petit ouvrage, pétillant d’idées et d’aperçus judicieux, de Marcel Détienne pourrait fort bien supporter un sous titre du genre : l’autochtonie, un mensonge ? C’est bien ce qui ressort de l’ensemble de ce livre qui parle de l’identité nationale comme d’une énigme et d’un mystère. Dès les toutes premières lignes, l’auteur cite l’œuvre de l’excellent Pierre Nora, reçu sous la coupole par un autre éminent historien René Rémond, qui eut cette phrase séminale : le mystère des identités nationales.

     

    Lire la suite

  • L’intelligente et apaisante interviex du président turc Abdullah Gül au journal le Monde, d’hier

    Imprimer

    L’intelligente et apaisante interviex du président turc Abdullah Gül au journal le Monde, d’hier.

    L’interview donnée par l’actuel président turc, Gûl, ancien ministre des affaires étrangères de son pays, tranche avantageusement par rapport à son collègue Erdogan qui occupe le poste de Premier Ministre. En M. Gül on sent le diplomate de grande classe, le digne héritier du subtile art ottoman qui dit les choses avec modération, apaise au lieu d’exciter, établit des passerelles au lieu de couper les ponts, bref un homme qui répare les incommensurables dégâts causés par le Premier Ministre.

    Voici quelques exemples spécifiques : à la question posée sur le vote négatif de la Turquie concernant les sanction contre l’Iran, Gül s’est abstenu de dire (comme Erdogan l’a fait) « mon ami Ahmaninedjad» ; il a répondu que les sanctions étaient inefficaces, que les tensions avec l’Iran avaient des conséquences sur les limites frontaliers dont la Turquie et a donné, à cet égard, l’exemple fort instructif, selon lui, de l’Irak. On se souvient que le parlement islamiste turc n’avait pas permis aux forces armées US de traverser son territoire. Il a ajouté que lorsqu’on voit les choses de très près, on porte un autre jugement que celui de gens situés loin du théâtre des opérations.

    Le gros de l’interview est consacré à l’action d’Israël la flottille qui entendait forcer le blocus. Là encore, le président turc, bien qu’islamiste, a porté des jugements modérés : certes, il a souhaité (mais non exigé comme Erdogan) qu’Israël «demande pardon», paie des réparations aux familles des victimes, sans jamais formuler la moindre menace. Là aussi, le ton était modéré. A la question du journaliste qui voulait savoir si la rupture des relations diplomatiques était envisageable, le président a répondu laconique, que tout était envisageable. Alors que son bouillonnant collègue avai, lui, menacé, de conséquences irréparables…

    Le président turc qui est un homme de culture a rappelé que la Turquie n’a jamais été l’ennemie des juifs, qu’elle avait joué un rôle bienfaisant lors de l’expulsion des Juifs d’Espagne et que même lors de la seconde guerre mondiale (alors que son pays était l’allié des puissances de l’axe et donc, de l’Allemagne nazie) les diplomates turcs avaient enté de sauver des familles juives de l’extermination. J’ai été particulièrement ému par un tel rappel car mon lointain ancêtre Moshé Almosnino de Salonique (1515-1580), grand kabbaliste du XVIe siècle, avait publié, en son temps, un excellent commentaire mystique en Turquie… Sans l’aide et la générosité des autorités turques de l’époque, en l’occurrence le sultan Sélim II il eût été, ainsi que tous les siens, condamné au pain de la tribulation et à l’eau de l’angoisse. En 1565, il prit la tête d’une délégation qui demanda au monarque ottoman la confirmation du droit de cité et d’auto-gouvernement en tant qu’entité spécifique. En 1568, le firman fut pris et dura pendant plusieurs siècles : le président turc a donc dit la vérité.

    M. Gül a reconnu s’être rendu en Israël plus d’un dizaine de fois lorsqu’il dirigeait la diplomatie de son pays. Il a même tendu une perche à M. Erdogan dont il ne cite pas le nom en rappelant que Premier Ministre s’est, lui aussi, maintes fois rendu dans l’Etat hébreu. Mais il a aussi rappelé qu’Israël n’a pas réalisé l’importance de l’amitié turque. C’est dit diplomatiquement, mais ce n’est pas très juste : Israël a toujours privilégié le partenariat stratégique avec son allié ottoman, il l’a même aidé dans certains cas mais M. Erdogan a incontestablement commis une erreur en appuyant cette fondation islamiste qui fait plus de politique (rappelez vous son rôle lors de la crise yougoslave…) que d’aide humanitaire.

    Enfin, les relations avec l’Europe sont évoquées. Il est question d’une visite officielle du président Sarkozy en Turquie avant la fin de l’année. M. Gül a souligné que l’UE n’a pas encore pris conscience d’elle-même ni du rôle important qu’elle est amenée à jouer. La aussi, le propos est mesuré, le président s’étant rendu compte que la Turquie n’a pas encore atteint le niveau requis par nos état démocratiques où n’existent ni exclusivisme religieux ni soumission de la femme…

    Lire la suite

  • LAZARE WOGUE ET SON HISTOIRE DE LA BIBLE ET DE L’EXÉGÈSE BIBLIQUE JUSQU’EN 1881

    Imprimer

    LAZARE WOGUE ET SON HISTOIRE DE LA BIBLE ET DE L’EXÉGÈSE BIBLIQUE JUSQU’EN 1881

    (Paris, 1881, Imprimerie Nationale. Réédition, Farnborough, Gregg International)

    Quelle bonne idée d’avoir réimprimé cette belle introduction à l’histoire de la Bible et de l’exégèse biblique, de Lazare Ezéchiel Wogue (1817-1897) qui vécut à une époque où une parfaite symbiose culturelle existait entre le judaïsme d’Allemagne et celui de l’Hexagone. Je veux dire par là que l’on avait compris, de ce côté ci du Rhin, l’intérêt qu’il y avait à récupérer le legs intellectuel de la Wissenschaft des Judentums, notamment dans la formation des rabbins. Il suffit de comparer ce que sait un rabbin français d’aujourd’hui avec ce que savaient ses collègues il y a un siècle ou plus pour se rendre compte de l’énorme décalage entre les deux formations.

    La première fois que j’eux l’opportunité lire l’existence de cette importante somme, ce fut sous la plume d’Ernest Renan qui en disait le plus grand bien. Et c’est un ami très cher, M. Gérard Hess, qui m’en fit l’aubaine, ce dont je le remercie sincèrement.

    Lire la suite

  • A TURQUIE ET ISRAËL : LE JEU ÉTRANGE DU RÉGIME ISLAMISTE ACTUEL

    Imprimer

    LA TURQUIE ET ISRAËL : LE JEU ÉTRANGE DU RÉGIME ISLAMISTE ACTUEL

    La fièvre médiatique étant retombée, on peut enfin distinguer avec quelque sérénité ce qui s’est passé entre l’Etat d’Israël et le régime turc islamiste de M. Erdogan.

    Voyons tout d’abord le contexte : porté au pouvoir par les fondamentalistes turcs, l’actuel Premier Ministre a vite pris la mesure de la situation : une économie en piètre état, une société inquiète avec une sensibilité islamiste à fleur de peau, un environnement régional peu attirant, bref, la question de la réorientation de la politique étrangère se posait avec une certaine acuité.

    Les faits avant l’arrivée des islamistes au pouvoir : depuis un certain temps déjà, la Turquie entendait se moderniser en se tournant délibérément vers l’Europe. C’était un mirage mais il faut bien reconnaître qu’on lui avait donné de faux espoirs en lesquels elle eut la faiblesse de croire. Personne, en ce temps là, ne s’est ému de voir qu’un gouvernement islamiste entendait solliciter son admission au sein d’un club chrétien (l’ancien chancelier He

    Lire la suite

  • L’Iran enfin sanctionné

    Imprimer

    L’Iran enfin sanctionné

    Les USA ont déployé quatre mois durant des trésors d’ingéniosité diplomatique pour atteindre leur objectif : désormais, l’Iran est condamné par la communauté internationale à une écrasante majorité : seuls le Brésil (dont on se demande ce qu’il est venu faire dans cette galère) et la Turqiue (dont le Premier Ministre Erdogan, a enfin ôté le masque) ont voté contre. Le Liban s’est courageusement abstenu, ce qui va lui poser quelques problèmes avec le Hezbollah.

    L’Iran n’a pas tardé à réagir, lui qui est actuellement gouverné par une frange radicale de son armée idéologique, les Gardiens de la Révolution. Est-ce que les sanctions suffiront à ramener ce pays à la raison, ce n’est pas certain. En revanche, l’opposition et l’opinion publique, tout en étant muselées et menacées, finiront bien par réagir.

    Lire la suite

  • Fallait-il légaliser les paris en ligne et les jeux sur internet

    Imprimer

    Fallait-il légaliser les paris en ligne et les jeux sur internet 

    C’est la question que tout le monde se pose depuis hier puisqu’une loi est désormais promulguée en France et applicable sur l’ensemble du territoire. Cette législation met fin à une sorte de jungle sur internet où des sites illégaux se livraient à leur lucrative activité illégale, sans contrôle aucun ni taxation de la part de l’Etat.

    A mes yeux, cela pose une se série de problèmes qui ne sont pas faciles à gérer. D’abord, il y a l’opposition entre l’exercice de la liberté individuelle (je veux jouer et dépenser mon argent comme je l’entends, voire même en gagner, peut-être) et la nécessité pour une collectivité, un pays, un Etat, de protéger ses nationaux, et particulièrement les personnes fragiles, comme les enfants et les adultes mal informés ou soumis à des addictions.

    Lire la suite

  • le plan d’économies en Allemagne…

    Imprimer

    le plan d’économies en Allemagne…

    Ceux qui fréquentent régulièrement ce blog savant combien j’aime la culture et la mentalité allemandes, dont le nazisme n’a été qu’un horrible et odieux accident… aucun rapport n’existe entre les grands classiques allemandes (Goethe, Schiller, Kant, Hegel etc) et la barbarie nazie.

    C’est donc sans surprise que j’ai accueilli ce plan si vigoureux d’économies : plus de 80 milliards d’Euros en quelques années. Incroyable ! Comment vont-ils faire ? Eh bien, contrairement aux habitants de l’Europe du sud (France, Italie, Espagne, Portugal et Grèce) les allemands le feront.

    Il y a quelques années, au début des années 80, j’étais professeur associé à la FU de Berlin. Et les autorités avaient demandé de faire des économies car les caisses de l’université étaient vides… Eh bien, les Allemands si systématiquement appliqué les règles, que les économies réalisées étaient largement excédentaires !! Il fallut demander de cesser d’économiser, tellement la situation s’était redressée.

    Quelle est l’essence de la germanité ? Probablement un mélange réussi de caractère prussien et de protestantisme.

    N’oubliez pas que la Chancelière Angela Merkel est fille de pasteur…

  • Les rythmes scolaires et la santé des enfants

    Imprimer

    Les rythmes scolaires et la santé des enfants

    Décidemment, la France aura toujours des problèmes avec son école. Et ce, pour de multiples raisons, dont la plus visible est l’angoisse des parents qui redoutent une mise à l’écart ou une pénalisation de leurs enfants. Ce qui est parfaitement légitime mais aussi, dans certains cas, incompréhensible. Longtemps, l’enseignement dit technique ou professionnel, a été très mal vu, les enfants et leurs parents considérant cette orientation comme un déclassement, une rétrogradation dans l’échelle sociale. Le résultat ne se fit point attendre : la France a manqué cruellement d’ingénieurs et de techniciens.

    Des décennies durant, les inspecteurs d’académie, responsables de la mise sur pied des programmes, ont mis l’accent sur la culture classique et la culture générale. C’était bien, mais combien d’enfants sont vraiment attirés par de tels programmes qui ne signifient rien pour eux ? Et lorsqu’on a voulu y remédier, certains ont cru que l’on instaurait une école à deux vitesses, comme si cette société duale qu’ils redoutaient n’existait pas déjà, bien installée dans les faits.

    Lire la suite

  • DIMANCHE, CE DIMANCHE EN NORMANDIE

    Imprimer

    DIMANCHE, CE DIMANCHE EN NORMANDIE
    Tard levé, après l’orage qui a succédé à deux journées d’une excellence chaleur, nous nous sommes demandé ce que nous devions faire : rentrer à Paris ou aller au marché à Trouville.
    Pendant le petit déjeuner, pris en face de la télévision, je me suis demandé à quel sujet consacrer mon blog dominical… Gaza, les attaques contre Israël, les éructions de ses ennemis, etc… je n’avais pas envie de revenir sur ce sujet qui n’en vaut pas la peine, tant la manipulation et les mensonges ont pris le dessus.
    Nous décidons d’aller à Trouville, au marché. Je reste dans le véhicule, dans l’attente d’une place de stationnement ; ce qui dure une bonne demi heure pendant ce temps, D. va acheter des fruits, des légumes et du poisson. Finalement, une place se libère sous mes yeux.
    Enfin garé, je décide d’aller au bout de l’avenue qui longe la mer et le port afin d’acheter du pain, du bon pain de Normandie. Arrivé à la boulangerie, je trouve une petite file d’attente : une bonne portugaise qui achète tous les éclaires au chocolat et les religieuses. Un jeune homme est devant moi qui prend rapidement une baguette tradition bien cuite… je crois que mon tour est venu mais je ne voyais pas les deux garçons, 8-10 ans, juste devant moi, accoudés au comptoir et lorgnant les sandwiches… Je demande qu’ils soient servis avant moi.
    Ils se retournent, je regarde leur visage lisse, leurs cheveux coupés court, à la brosse, comme on me coiffait dans ma ville natale, alors que j’avais sept ans (mais moi, mes parents ne m’ont jamais permis d’aller seul dans une boulangerie)… La boulangère, belle jeune femme d’une trentaine d’années, esquisse un sourire et leur demande ce qu’ils veulent. Ils demandent le prix des sandwiches et posent la somme en petite monnaie. Qu’avez vous, demandent-ils ? Jambon beurre crudités, jambon beurre avec œufs… sinon saucisson sec au beurre.
    Les deux garçons se regardent et hésitent. Je les regarde et suis envahi par une tendresse empreinte de nostalgie. La boulangère propose de me servir pendant qu’ils réfléchissent. Ils se décident rapidement, ils iront ailleurs.

    Lire la suite