- Page 2

  • Al-Qaida décapitée en Irak ?

    Imprimer

    Al-Qaida décapitée en Irak ?

    L’irak connaîtra-t-il un jour une paix tant attendue et ardemment souhaitée ? On se le demande. Après la chute de Saddam qui a libéré le pays du joug d’un sanguinaire oppresseur, la mosaïque irakienne a éclaté, donnant libre cours à des massacres interconfessionnelles, bientôt relayés par un mouvement Al-Qaida, qui était tapi dans l’ombre et qui a tenté de faire de ce pays le pays de ralliement de tous les djihadistes du monde entier…On peut d’ailleurs s’interroger sur le laxisme américain à la chute de Bagdad : au lieu de restructurer l’armée irakienne, de chasser les officiers supérieurs et de garder l’ensemble des hommes de troupe, des sous officiers et des officiers subalternes, les USA ont, d’un trait de plume, dissous l’armée de Saddam, mis sur la paille des dizaines de milliers d’hommes, toujours en possession d’armes et qui allèrent grossir les rangs des insurgés. Même les arsenaux ne furent pas gardés ni protégés : car, aujourd’hui encore, s’il y a tant de voitures piégées et d’attentats un peu partout dans le pays, c’est grâce aux stocks d’armes détournées… Pourquoi les Américains n’ont-ils rien fait, alors que les ministères du pétrole et des affaires étrangères furent investis et solidement protégés… On ne sait.

    On annonce la mise à mort, dimanche dans les environs de Tikrit, des deux principaux chefs d’Al-Qaida en Irak. C’est un grand fait d’armes, imputable à l’armée irakienne qui a bénéficié d’un renseignement utile et du soutien logistique de l’arme US. Mais est-ce la fin d’al-Qaida en Mésopotamie ? Ce n’est pas sûr. C’est l’hydre à dix têtes. Il y a un peu plus d’un an, on annonçait la fin de ce mouvement terroriste et peu après, on connu une recrudescence des attentats.

    Souhaitons que le dialogue nationale e poursuive entre les parties irakiennes et que ce pays retrouve enfin un peu de paix et de sérénité.

  • que diront les historiens dans cinquante ans de cette paralysie du ciel ?

    Imprimer

    que diront les historiens dans cinquante ans de cette paralysie du ciel ?

    Si Aristote, le plus célèbre de tous les stagirites (la ville de Stagire où il naquit) était notre contemporains, qu’aurait-il dit de notre émoi après le nuage de cendres, lui qui se permet d’écrire des livres portant des titres peu modestes que la physique, la métaphysique, les Météorologiques, de l’âme, l’éthique à Nicomaque, l’éthique à Eudème et tant d’autres choses ? Oui, qu’aurait-il dit de notre impuissance face à un dérèglement climatique, puisque l’entrée en activité d’un volcan n’est, au fond, qu’une chose des plus naturelles ?

    Lire la suite

  • otages d’un grain de sable

    Imprimer

    otages d’un grain de sable

    C’est seulement depuis hier que les media ont commencé à évoquer le sort peu enviable d’Européens obligés de prolonger des éjours imprévue bien loisn de chez eux. On parle, entre autres, de 50.000 Français et de 100.000 Britannique ne pouvant pas regagner leur domicile. Du jamais vu. En France, on parle même de mobiliser les aérodromes de l’armée, qui s’est d’ailleurs pré positionné au plan militaire pour parer à toute éventualité. Sait-on jamais. En outre, la règle absolue est que la défense aérienne du pays doit toujours être assurée…

    Mais revenons aux passagers en rade, c’est bien le cas de le dire : on a entendu des gens du monde entier dire qu’ils ne pouvaient plus financer les frais d’hôtel et de restaurant… Deux sœurs danoises ont appelé leurs parents à la rescousse car elles sont à court d’argent : leurs géniteurs viennent les chercher à Paris en voiture depuis ce pays scandinave.

    Lire la suite

  • Une malédiction ? Le nuage de cendres, la paralysie du trafic aérien et les funérailles du président Kaszinski…

    Imprimer

    Une malédiction ? Le nuage de cendres, la paralysie du trafic aérien et les funérailles du président Kaszinski…

    Une précédente note sur la Pologne, qui me valut d’ailleurs une interview de mon ami Pascal Décaillet sur Radio-Cité de Genève, se demandait sérieusement si la Pologne était maudite… Evidemment, il ne s’agissait que d’une interrogation exprimant l’étendue de l’horreur : alors qu’ils se rendaient sur le site du supplice de plusieurs milliers d’officiers et d’intellectuels de leur pays, ces 96 personnalités polonaises dont le président de la République et son épouse s’ajoutèrent, par l’effet d’une implacable Providence, aux victimes d’il y a soixante-dix ans. Un tel concours de circonstances néfastes est absolument rarissime et nous interpelle : l’avenir est-il écrit quelque part ? Echappons nous au destin qui pèse sur nous comme une loi d’airain, tel un cheval lancé au galop et que l’on ne peut pas éviter ? Parfois, je me le demande.

    Lire la suite

  • La peur en Occident : le nuage de cendres, venu d’Islande

    Imprimer

    La peur en Occident : le nuage de cendres, venu d’Islande

    Ce que nous vivons depuis hier est hallucinant : dans une partie du monde, toutes les flottes aériennes sont clouées au sol. Et comme le monde est un espace clos, si je puis dire, les vents portent au loin, dans les quatre coins du globe, ou presque, ces infimes particules de cendres, dues l’éruption volcanique en Islande, menaçant de perturber gravement le fonctionnement des réacteurs.

    Ce que je note en tout premier lieu, c’est l’indocilité des éléments qui réduisent pratiquement à néant les plus belles inventions et avancées technologiques. Le rêve de l’homme a toujours été de voler, de vaincre la pesanteur, de s’élever dans les airs, d’être aussi léger que le vent. Bref, de transcender sa condition terrestre. Et voici qu’un grain de sable (c’est le cas de le dire) vient gripper toute la machine : des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont loin de chez eux, d’autres ne peuvent pas se rendre sur leurs lieux de vacances ou de rendez vous professionnels. Et tout cela pour quelle raison ? Un nuage de cendres, long, nous dit-on, de près de 2500 km, interdit tout décollage et tout atterrissage ! C’est le vieux dieu Eol qui se rappelle à notre bon souvenir.

    Lire la suite

  • DES SANCTIONS CONTRE L’IRAN ?

    Imprimer

    DES SANCTIONS CONTRE L’IRAN

    On serait presque tenté de dire que le président OBAMA a fini par comprendre que sa politique de la main tendue n’a guère comprise par les dirigeants iraniens actuels qui l’ont interprétée comme une faiblesse et la peur de les affronter véritablement. Je crains pour eux qu’ils n’aient commis une grave erreur d’appréciation qui risque de leur coûter assez cher dans un avenir assez proche… On n’humilie pas sans conséquences importantes le président de la plus grande puissance mondiale.

    Avant d’entrer dans le vif du sujet on voudrait souligner le risque qu’il y aurait pour de petits pays s’ils venaient à confier l’impératif de leur sécurité extérieure à d’autres qu’eux-mêmes car, par ses atermoiements, le président US a perdu plus d’un an en d’inutiles palabres.

    Lire la suite

  • GOOGLE VA-T-IL DÉTRÔNER GUTENBERG ?

    Imprimer

    GOOGLE VA-T-IL DÉTRÔNER GUTENBERG ?

    Oui, c’est bien la question que posait récemment un grand quotidien nationale et sur laquelle je ne reviens qu’aujourd’hui, en raison d’une actualité pressante.

    L’invention de l’écriture est l’une des plus grandes conquêtes de l’humanité. Les fondements de la culture humaine reposent le savoir-lire et le savoir-écrire. L’écriture est la mémoire de l’humanité. Elle eut pour support des amphores, des tablettes en terre cuite (celle du Nuzzi, Kirkouk actuelle), des stèles, du parchemin et enfin du papier. La découverte de l’imprimerie a sonné le glas de l’obscurantisme religieux et a dessaisi les accapareurs de savoir de leur pouvoir exorbitant. Les bibliothèques sont devenues les temples de la culture qui depuis des décennies est le bien commun (ou presque) de l’humanité.

    La révolution internet, la révolution du virtuel, marque, en dépit de quelques risques, un progrès transcendant pour nous tous. Un exemple : vous pouvez consulter, chez vous, assis devant votre écran d’ordinateur, tous les livres accessibles en virtuel dans la plupart des bibliothèques et Google a signé des contrats avec des Etats, notamment nos voisins italiens pour numériser les ouvrages. Je ne sais pas si vous imaginez ce que cela représente de numériser, par exemple, toute la Library of Congress…

    Lire la suite

  • Réforme des retraites et dialogue social en France

    Imprimer

    Réforme des retraites et dialogue social en France

    Depuis hier, le président de la République s’est attaché à prendre à bras le corps l’épineux problème des retraites. C’est pourtant simple, même si sa solution ne l’est guère : telle qu’elle se présente, l’évolution de la situation est ingérable si l’on ne fait rien. C’est-à-dire : soit baisser le montant des retraites, ce qui est inacceptable, soit augmenter les cotisations, soit allonger le durée des années d’activité, ce qui est nettement refusé par les syndicats.

    Avoir fixé l’âge légal de la retraite à 60 ans est une erreur capitale que nous payons chèrement, comme nous payons tout aussi lourdement l’instauration des 35 heures. Je ne conteste pas la bonne foi de ceux qui furent à l’origine de cette mesure, je dis simplement que tout le monde autour de nous travaille plus et plus longtemps, et les Français, eux, en dépit de leur situation précaire, optent pour le contraire… Est ce que cela peut durer ? Ernest Renan aurait dit que cela n’a pas le sens commun…

    Lire la suite

  • yom ha-shoah

    Imprimer

    yom ha-shoah

    Pour commémorer le massacre de six millions de juifs par les Nazis, on a institué un jour de la Shoah. En Israël, on ajouté à cette expression un autre terme : we-ha-géboura qui signifie et de la bravoure ou de la vaillance. Ce qui signifie qu’il n’y aura plus jamais de Shoah.

    C’est une émouvante journée du souvenir, tout le monde s’arrête en Israël. La vie s’immobilise dans tout le pays.

    Je me souviens d’un discours du général Ehoud Barak, le soldat le plus décoré d’Israël, parlant dans l’enceinte d’un camp de concentration. Il rappelait que les soldats d’Israël arrivaient sur les lieux du supplice, cinquante ans après. Et il ajoutait cinquante ans trop tard…

    On dit aussi que les pilotes de l’armée d’Israël ont eu l’autorisation des Polonais de survoler avec leurs avions de chasse et leurs bombardiers ces mêmes camps. Façon de montrer que si les juifs avaient eu une armée pour les défendre, les choses se seraient passées autrement.

    Il faut savoir que l’Etat d’Israël a pris son temps avant d’intégrer les survivants dans le cadre de ses commémorations et de cérémonies du souvenir. Les survivants eux-mêmes se faisaient tout petits jusqu’au début des soixante… Ensuite, l’historiographie moderne a réagi dans le bon sens.

    A un tout autre niveau, le philosophe judéo-allemand Hans Jonas qui avait échappé à la mort en se réfugiant vers 1933 en Palestine a consacré à la Shoah des pages pleines de sagacité. Il a comparé les suites de la chute du temple de Jérusalem en 70 de notre ère aux événements qui ont suivi la Shoah. Il a relevé qu’après la première catastrophe nationale qui mit fin à l‘existence de l’antique Etat juif, on ne changea rien dans la théologie. Même le kaddish resta le même, les prières furent complétées par des références à la reconstruction du temple de Jérusalem… Rien de plus ! Aucune réflexion sur la providence, sur le peuple élu, sur le messianisme.

    Alors que faire pour la Shoah ? Sinon prier pour les disparus sans sépulture, dans cette terrible éclipse de Dieu. Prier mais aussi veiller à ce que cela ne se reproduise plus jamais. Que plus aucun peuple ne soit victime d’une tentative de génocide.

  • la Pologne est-elle maudite ?

    Imprimer

    la Pologne est-elle maudite ?

    Je ne pouvais pas ne pas consacrer quelques lignes de compassion et de sympathie pour la Pologne qui vient de subir une énorme épreuve, absolument incroyable et qui repose un certain nombre de questions sur notre maîtrise humaine des événements et des choses. Sommes nous maîtres de notre destin ou voguons nous sur des flots apparemment autonomes qui rendent légères et invisibles les chaînes d’airain de notre destin ?

    Comment expliquer un tel enchaînement des choses ? Des dissensions internes ont conduit le défunt président polonais à ne pas faire le voyage avec son premier ministre duquel le séparent de fortes controverses politiques. Il décide donc de partir plus tard avec une imposante délégation, composée d’une forte élite politique, militaire et administrative de son pays…

    Lire la suite