- Page 2

  • Tsahal, victime d’indiscipline de la part des soldats religieux ?

    Imprimer

    Tsahal, victime d’indiscipline de la part des soldats religieux ?

    Un récent article de cette semaine dans le journal Le Monde se faisait l’écho des craintes de l’Etat-Major israélien qui observerait une montée en puissance de jeunes officiers religieux dans ses bataillons d’élite. L’article se fondait sur une banderole exhibée devant le Mur des lamentations à Jérusalem lorsqu’un bataillon de ces mêmes soldats est venu prêter serment de défendre leur pays jusqu’à la mort. Or, la banderole litigieuse spécifiait que les soldats de ce bataillon d’élite n’accepterait pas de faire évacuer par la force telle ou telle implantation sauvage…

    Lire la suite

  • un philosophe arabo-anadalou de l’islam libéral au Moyen Age

    Imprimer

    Abou Bakr ibn Tufayl (1110-1185)

    un philosophe arabo-anadalou

    de l’islam libéral au Moyen Age

    L’Europe cherche presque désespérément un modèle d’intégration de l’islam. On peu t peut-être trouver un modèle dans le passé, à une époque où régnait l’islam des Lumières, du moins dans certaines couches supérieures de la population. Avec sa célèbre épître mystique qui se lit comme un roman philosophique, intitulé Hayy ibn Yaqzan, ibn Tufayl, médecin-philosophe et protecteur du jeune Averroès à la cour du calife, sut montrer que le fondamentalisme n’était pas la voie mais que l’examen critique du monde, guidé par les seules facultés humaines pouvait édifier les hommes de bonne volonté.

    Le roman philosophique d'ibn Tufayl a joué un très grand rôle dans l'évolution de la philosophie politique au Moyen Age la Risalat Hayy ibn Yaqzan fi asrar al-hikma al-mushrikiyya (Epître de Hayy ibn Yaqzan traitant des secrets de la sagesse orientale) a été écrite entre 565/1169 et quelques années précédant le décès de l'auteur qui eut lieu en 1185. En 1671 à Oxford, E. Pocock en fit paraître le texte arabe muni d'une traduction latine laquelle fut suivie de trois autres, toutes fondées sur la précédente: en anglais, en hollandais et en allemand (1726). La traduction hébraïque anonyme fut commentée en 1349 par Moïse de Narbonne.

    Comment et pourquoi ibn Tufayl a-t-il rédigé une telle épître? Tout d'abord, l'auteur en certainement emprunté le titre à ibn Sina tout en développant une thè

    Lire la suite

  • L’EUROPE ET L’ISLAMOLOGIE

    Imprimer

    L’EUROPE ET L’ISLAMOLOGIE

    De quoi sera-t-il dans ce papier du jour ? De la manière dont les savants d’une Europe judéo-chrétienne ont appréhendé la réalité de l’islam. Qui étaient ces hommes qui voulurent étudier la religion musulmane et qui firent de leur mieux pour la rendre accessible à d’autres civilisations, notamment la nôtre, qui est judéo-chrétienne ?

    Il s’agissait généralement d’hommes issues de puissances coloniales qui étaient imbus de la supériorité de leur propre civilisation et qui, pour comprendre ce phénomène protéiforme qu’est l’islam, recouraient à des principes d’explication et à des catégories mentales qui n’étaient pas issues de leur objet d’étude mais importées de l’extérieur.

    Lire la suite

  • L’Identité natioanle et une autochtonie venue d’ailleurs… A propos de la tribune du président SARKOZY dans le Monde

    Imprimer

    L’Identité natioanle et une autochtonie venue d’ailleurs… A propos de la tribune du président SARKOZY dans le Monde

    Hier a paru en première page du journal Le Monde l’article du président Sarkozy sur l’identité nationale. Cette participation publique est exceptionnelle et très bienvenue. Fidèle à sa nature, le président n’a pas jugé inférieur à sa dignité ni contraire à ses très hautes fonctions de descendre dignement dans l’arène et de dire ce qu’il pense d’un débat qui engage l’avenir du pays.

    Lire la suite

  • L’iran et les USA

    Imprimer

    ’iran et les USA : l’échec de la conciliation Dans le journal Le Figaro en date du 14 décembre on peut lire une intéressante interview du conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, M. James Jones. Cet important relais de la politique extérieure américaine reconnaît à demi mot l’échec de la tentative de conciliation américaine auprès du régime iranien.

    Lire la suite

  • Le patriarche Abraham

    Imprimer

    Le livre sur ABRAHAM un patriarche dans l'histoire est paru (Paris, Ellipses, 2009). En voici la conclusion

    Entre la légende et l’histoire Parler d’Abraham ne peut se faire sans envisager la littérature biblique dans son ensemble, l’Ancien comme le Nouveau Testament. Ce que j’ai tenté de faire dans cet ouvrage, sans trop entrer dans les détails ni dévier du sujet principal, à savoir la vie, le retentissement universel et l’omniprésence du symbole d’Abraham auquel nous relie une insécable filiation spirituelle.. Même si le patriarche a connu une éclipse remarquée dans certains livres bibliques (celui des Juges, par exemple) en raison de l’évolution même de la foi d’Israël (et Moïse a connu le même sort), son incontournable réapparition finit par s’imposer pour toujours, balayant tous les obstacles sur son passage.file:///Users/mauricerubenhayoun/Desktop/Abraham_cahier_quadri-2.pdf

    Lire la suite

  • L’islam radical et le septième art

    Imprimer

    L’islam radical et le septième art

    Les évolutions les plus importantes, les plus déterminantes pour l’avenir du monde et de la civilisation, s’effectuent généralement sans grand bruit. Et quand on en prend conscience, il est généralement trop tard. Pourquoi ? En raison, le plus souvent, de la paresse intellectuelle, des négligences de gouvernements endormis et du leurre de soi-même. L’exemple le plus extraordinaire dans l’histoire européenne récente est assurément la montée du nazisme dans les années trente et les menaces pesant sur l’avenir, que dis-je ? la survie des juifs. Bien que le programme national-socialiste fût des plus clairs (Hitler disant que si la guerre éclatait, il ne laisserait plus un seul juif vivant en Europe…) les dirigeants des communautés juives de l’époque faisaient comme si de rien n’était. Dans sa célèbre autobiographie De Berlin à Jérusalem, Gershom Scholem dénonçait post festum cet aveuglement volontaire.

    Lire la suite

  • Baraclk OBAMA à Oslo

    Imprimer

    Baraclk OBAMA à Oslo

    Devait-on ou ne devait-on pas faire du nouveau président américain un prix Noble de la paix ? Les commentaires ont été suffisamment nombreux et il donc inutile de revenir là-dessus : le président US a reçu son diplôme et sa médaille et nous sommes heureux pour lui.

    Dans son allocution faite sans notes comme d’habitude, il a reconnu la pertinence de la controverse suscitée par ce prix. Il est, a-t-il reconnu, au début de son mandat et un tel prix vient généralement couronner une œuvre, une mission menée à bien. On en est loin, il le reconnaît lui-même, sans difficulté. Reste à connaître les motivations profondes du comité norvégien qui n’est pas composé de naïfs ni d’imbéciles. Quel fut le véritable calcul de ces gens qui n’ignoraient pas que M. Obama se préparait à envoyer des renforts en Afghanistan… Je note, pour ma part, que c’était là son devoir. Il a même dit avec une évidente émotion que les soldats US dépêchés par lui sur ce théâtre de guerre, allaient, pour certains, tuer leurs ennemis, et pour d’autres, être hélas tués…

    Lire la suite

  • Iran- Etats Unis: la guerre de l'ombre?

    Imprimer

     

    Iran- Etats Unis: la guerre de l'ombre?

    Un récent article dans le journal Le Figaro, orné de la photographie du ministre iranien des affaires étrangères a retenu l’attention : le régime des mollahs accusait la CIA d’avoir organisé en Arabie Saoudite l’enlèvement d’un ingénieur nucléaire …

    L’homme en question serait venu en Arabie saoudite pour le pèlerinage de la Mecque. Interrogé par les services wahabites il aurait disparu avoir quitté son hôtel. Depuis, on est sans nouvelles.

    La première remarque qui vient à l’esprit est que ce type de disparition s’est déjà produit dans le passé : on connaît le cas d’un haut dignitaire des Pasdarans, la phalange idéologique du régime, qui a disparu en Turquie avec sa famille. Depuis, pas de nouvelles. Il y a aussi d’autres cas, un peu ambigus mais assez ressemblants. Et dans tous les cas, ces disparitions sont le fait de personnes ayant des attaches avec le nucléaire iranien ou le ministère de la défense. On comprend que le régime des Mollahs soit inquiet car les centrales nucléaires que l’on voulait tenir secrètes voient leur existence (et leur emplacement) dévoilées au grand jour…

    Lire la suite

  • Plus d’enseignement d’histoire en terminale scientifique ?

    Imprimer

    Plus d’enseignement d’histoire en terminale scientifique ?

    N’étant pas historien mais simplement philosophe, j’avoue, cependant, ne pas très bien comprendre les raisons poussant le ministère de l’éducation nationale à prendre une telle mesure.

    L’enseignement de l’histoire n’est, certes, pas très dispensé dans nos lycées et collèges ; mais même sous cette forme imparfaite, il paraît indispensable. Et ce, pour plusieurs raisons.

    Il y a tout d’abord le rythme de notre civilisation et l’exigence de réagir sur l’instant. Or, l’histoire permet de prendre du recul et de comparer les époques les unes aux autres. Cette discipline permet aussi de prévoir ce qui risque d’advenir en constatant que les mêmes causes produisent généralement les mêmes effets. Prenons le cas de la première et de la seconde guerre mondiale : une rapide comparaison permet de voir que les situations étaient assez voisines et qu’en tout état de cause, les séquelles du premier conflit ont largement contribuer à l’émergence du second. La même remarque vaut des grandes doctrines économiques et des grands courants intellectuels et spirituels.

    Lire la suite