- Page 2

  • Ségolène Royal et le PS

    Imprimer

    Ségolène Royal et le PS

    Décidément, les réconciliations ne durent jamais très longtemps en politique, et singulièrement lorsque les intérêts des uns et des autres sont en jeu. Ce qui s’est passé ce week end à Montpellier vient de le prouver une nouvelle fois.

    Mais croyait vraiment à une réconciliation Aubry-Royel ? personne, pas même les militants appelés à célébrer l’entente enfin retrouvée. Le fait est que Me Royal veut devenir présidente de la République, ou, à tout le moins, se représenter en 2012 contre M. Nicolas Sarkozy, tandis que Me Aubry et les cadres du PS ne veulent pas en entendre parler… L’affaire est donc insoluble et toutes les tentatives de régler ce conflit ne seront que des manœuvres destinées à égarer ou à chloroformer l’adversaire et ou l’opinion publique.

    Lire la suite

  • LA SHOAH : UN MYTHE ??

    Imprimer

    LA SHOAH : UN MYTHE ??

    C’est décidément une idée fixe, une véritable névrose chez l’actuel président iranien. Non content d’avoir gagné les élection d’une manière pour le moins douteuse, non content d’avoir réprimé dans le sang les mouvements d’opposition dénonçant cette importante fraude, le voilà qui repart, une fois de plus, à l’assaut contre la Shoah. Sa thèse, si l’on peut ainsi nommer ce vulgaire gargouillement, est la suivante : le massacre de six millions de juifs par les Nazis n’aurait jamais eu lieu et, pour faire court (mais ce saisissant raccourci ne gêne pas l’homme qui est tout sauf historien), les sionistes auraient monté ce mythe de toutes pièces en vue de favoriser l’établissement d’un Etat juif qui se serait développé au détriment d’un autre peuple.

    Lire la suite

  • JOSEPH ROTH (1894-1939) Une vie sous le signe de Job

    Imprimer

    JOSEPH ROTH (1894-1939)

    Une vie sous le signe de Job

    Il y a tout juste soixante-dix ans disparaissait le grand écrivain judéo-autrichien Joseph Roth, à Paris où il vivait en exil dans un petit hôtel, aujourd’hui disparu, situé rue de Torunon, à un jet de pierre du Sénat de la République . Le musée d’art juif lui consacre une exposition bien méritée et qui connaît un grand succès.

    Dans son livre sur La haine de soi ; le refus d’être juif (Berlin, 1930 ; Paris, 1990) Theodor Lessing qui dresse un constat implacable de l’aveuglement volontaire de l’establishment judéo-allemand d’avant-guerre relate l’anecdote suivante : un opulent banquier juif reçut l’écrivain Joseph Roth à dîner. Au cours du repas l’écrivain fit part de la vive inquiétude que lui inspirait la montée du nazisme et la probable prise du pouvoir par Hitler. Son hôte lui fit l’étonnante réponse suivante : “Ne vous inquiétez pas ! Hitler ne s’en prendra jamais à nous. Tout au plus tuera-t-il quelques Ostjuden .” Indigné, Roth le gifla en le traitant de Saujude … L’auteur d’un superbe roman intitulé en allemand Hiob ou l’histoire d’un homme simple (en français Le poids de la grâce, Paris, 1965, Calmann-Lévy) se souvenait qu’il était lui-même issu de la Galicie orientale, ce berceau des juifs d’Europe de l’est si méprisés par leurs coreligionnaires des métropoles allemandes.

     

    Lire la suite

  • Est-il possible de moraliser les transactions financières ?

    Imprimer

    Est-il possible de moraliser les transactions financières ?

    Les vingt-sept pays européens vont donc parler d’une seule voix lors du sommet de Pittsburgh la semaine prochaine en présence du président Obama. Espérons. Mais le problème est que le président américain a fait des déclarations plutôt dissonantes sur ce sujet. Il n’était pas d’accord avec la proposition du président Sarkozy de plafonner ces primes qui obèrent largement les comptes et ne respectent pas l’économie réelle. On s’oriente donc vers une solution intermédiaire qui consiste à mettre les bonus en relation avec actifs réels et les fonds propres des banques. Tant il est vrai qu’il est difficile de moraliser le commerce de l’argent.

    Lire la suite

  • Monsieur Farouk HOSNI, les juifs d’Egypte et la direction générale de l’UNESCO

    Imprimer

    Monsieur Farouk HOSNI, les juifs d’Egypte et la direction générale de l’UNESCO

    Hier soir, cédant à l’amicale pression du président de l’amicale des juifs d’Egypte, Monsieur Yves Fedida, je me suis rendu au dîner organisé avec le concours de France-Egypte dans un salon du Sénat à Paris. L’invité du jour était évidemment Monsieur Farouk Hosni, ministre de la culture du gouvernement égyptien. Il fut rejoint quelques minutes plus tard par son collègue, le ministre de l’Education, venu le soutenir à la tête d’une délégation égyptienne de haut niveau.

    M’étant entretenu quelques instants aen arabe avec le Ministre, qui parle et comprend très bien le français, je puis dire que ce n’est pas (ce n’est plus) l’homme qui se laissait aller à des déclarations outrancières, propre à l’emportement des Orientaux. C’est à peu près la remarque que me fit hier soir, à l’issue du dîner, un homme sage et pondéré, Monsieur Emile Gabbay, qui relativisa les déclarations inadaptées –et désormais anciennes- du ministre en insistant sur leur caractère contingent.

    Lire la suite

  • Grippe A : se faire vacciner ou ne pas se faire vacciner ?

    Imprimer

    Grippe A : se faire vacciner ou ne pas se faire vacciner ?

    Depuis l’affaire de la vache folle (ESB) on n’a pas vu cela : la crainte d’être victime d’une véritable pandémie, c’est-à-dire d’un affection virale à l’échelle planétaire. Mais ce qui complique singulièrement l’affaire, ce sont les contestations portant sur la façon de se prémunir contre ce fléau. Et aussi la variété des diagnostics qui vont de l’indifférence totale aux craintes les plus profondes. Voici un résumé de ce qu’on peut lire dans la presse ou écouter à la radio :

    Lire la suite

  • L'identité juive et la culture europenne

    Imprimer

    L’identité et la culture

    Paru en 2005 sous le titre Ecoute Israël, Ecoute France[1], ce volume, revu, augmenté et mis à jour, connaît une nouvelle fois les honneurs de l’impression, sous un titre qui correspond encore mieux à son contenu : L’identité juive et la culture européenne.[2][3]

    Un sujet aussi vaste ne peut pas être traité de manière exhaustive dans un volume unique, même si j’y ai résumé la quintessence de mes travaux sur l’histoire intellectuelle du judaïsme depuis trente ans.

    Comment définir l’identité juive, sachant que celle-ci a toujours été une identité éclatée, qu’elle a toujours fluctué, d’une part en raison des vicissitudes de l’histoire du peuple juif, et d’autre part, parce que la définition religieuse de l’essence juive n’a pu prévaloir au cours de ces deux millénaires de l’ère chrétienne qu’à la suite de la destruction de l’ancien Etat juif et de la dispersion de ses habitants. Comme le notait Ernest Renan dans son Histoire d’Israël, le seul groupe constitué et capable de survivre fut celui des Docteurs des Ecritures, mieux connus dans le littérature traditionnelle sous le nom de disciples des Sages. L’auteur des Souvenirs d’enfance et de jeunesse précisait que la noblesse de cour, la caste sacerdotale et même la structure militaire avaient été impitoyablement laminées[4]. Ne restait plus que ceux qui, dans le sillage du grand Yohanan ben Zakkaï[5][6], acceptèrent les résolution du synode qu’il aurait organisé à Yavné aux alentours de 90-100 de notre ère.

    Le talmud nous a conservé plusieurs versions parallèles de cet acte de résignation des chefs spirituels d’un peuple juif défait et condamné à l’exil : Yohanan aurait imploré le général romain victorieux de permettre la fondation d’une académie talmudique, donc purement religieuse, l’assurant qu’elle ne contesterait jamais la moindre menace pour l’occupation du pays par Rome. En somme, l’Etat juif cessait d’exister dans l’histoire pour se retirer dans un univers purement spirituel d’où toutes contestation armée serait absente. L’histoire donnera tort à Yohanan moins de quatre décennies après. Mais la bonne foi du saint homme était indéniable.

    Lire la suite

  • Comment se mesure le bonheur ?

    Imprimer

    Comment se mesure le bonheur ?

    Ce matin, peu après 10 heures, le prix Nobel Joseph Stieglitz remettra au Président Sarkozy un rapport sur la nouvelle manière de calculer le PIB (Produit Intérieur Brut). Quelques idées de ce rapport ont transpiré dans la presse de ce matin. Le sujet est d’importance.

    L’homme n’est pas uniquement un économiste de talent, c’est aussi un penseur profond qui se sert des paramètres économiques pour aller bien au-delà de sa propre discipline. Et il pose la question que toute l’humanité pensante se pose depuis les origines : qu’est ce que le bonheur ? Qu’est-ce que la justice sociale ? Qu’est ce qui distingue une société épanouie d’une société qui ne l’est pas ?

    Lire la suite

  • QUE FAIRE DE LA TAXE CARBONE ?

    Imprimer

    QUE FAIRE DE LA TAXE CARBONE ?
    Que se passe-t-il ? Le monde entier souhaite rouler propre, émettre le moins de CO2 possible dans l’atmosphère et voilà que tous crient haro sur le baudet lorsque des mesures sont prises pour limiter les dommages.
    Plusieurs raisons à cela : le nouveau pouvoir , élu depuis un peu plus de deux ans, a promis de ne pas lever de nouveaux impôts, l’imposition, de son propre aveu, ayant atteint dans l’Hexagone, un niveau confiscatoire.

    Lire la suite

  • La joyeuse prison de Pont L’Evêque

    Imprimer

    La joyeuse prison de Pont L’Evêque …
    Depuis des années je passe en voiture devant un édifice, aujourd’hui entièrement rénové, sans jamais savoir quelle est sa vocation. Il se situe non loin de l’église de Pont-L’évêque, à une encablure du palais de justice, lui-même faisant face à la petite gendarmerie.
    Et voici qu’un beau jour de 2005 la Mairie préempte le bâtiment et le rénove entièrement, y organisant même des visites guidées pendant la période estivale et seulement les week ends, pendant les autres périodes de l’année.

    Lire la suite