• Rachid Benzine,  Dans les yeux du ciel. Le Seuil, Points.

    Imprimer

    Rachid Benzine,  Dans les yeux du ciel. Le Seuil, Points.

     

    J’avoue d’entrée de jeu, avoir un peu hésité à poursuivre la lecture de ce roman attachant et même émouvant ; mais je n’ai découvert ce sentiment qu’ultérieurement. Je connais personnellement l’auteur et entretiens avec lui des relations personnelles d’une grande cordialité. Mais c’est le nouvel aspect de sa personnalité et de son œuvre qui m’a pris de court. Je connaissais le Rachid Benzine historien des religions, spécialiste de la science des religions comparées et lecteur intelligent du Coran. Je ne faisais que découvrir soudainement  le romancier, même si je savais qu’il avait déjà publié d’autres ouvrages  de ce type comme Lettres à Nour…

    Lire la suite

  • Yonatan Sagiv, Le silence est d’or ( L’antilope). Traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche

    Imprimer

      

    Yonatan Sagiv, Le silence est d’or ( L’antilope). Traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche

     

    L’accueil est presque unanime : la littérature israélienne bénéficie d’un préjugé favorable, largement motivé par sa qualité, son authenticité et son illustration de l’universalité des valeurs juives, en dépit d’un ciel politique plutôt sombre mais qui connait de plus en plus d’éclaircies grâce aux retombées des accords d’Abraham. Il y a plus, encore : une nouvelle génération, bien plus douée, a succédé aux grands auteurs classiques comme A.B. Yehoshoua, Amos Oz, David Grosman et tant d’autres que je ne puis citer. Ce sont eux qui bénéficient d’un nouvel élan de créativité et de popularité bien méritées. A preuve, ces multiples traductions de romans hébraïques  en français. On pouvait craindre que toute une génération de nouveaux talents eût été assassinée par le conflit israélo-palestinien. Ce ne fut pas le cas, fort heureusement. La littérature néo-hébraïque a su s’imposer, tirer le meilleur de cette situation de guerre larvée et féconder la matière sociale ou historique.

    Lire la suite

  • Jacques Semelin & Lauent Larcher,  Une énigme française : pourquoi les trois quarts des juifs en France n’ont pas été déportés ? Albin Michel. 

    Imprimer

    Jacques Semelin & Lauent Larcher,  Une énigme française : pourquoi les trois quarts des juifs en France n’ont pas été déportés ? Albin Michel.              

     

    Au-delà de toute polémique politicienne, j’ai bien aimé ce livre et la personnalité de son principal auteur, atteint depuis son plus jeune âge d’une implacable détérioration de la rétine, entrainant une cécité presque totale. Malgré un tel handicap, ce chercheur affilié au CNRS a développé toute une œuvre scientifique  et s’attelle à une tâche sur laquelle Simone Veil en personne avait attiré son attention, lors d’un échange : comment expliquer que, comparativement à d’autres pays européens occupés par les armées nazies, la communauté juive française a été relativement épargnée… On parle même d’une préservation à près de

    Lire la suite

  • Thibault de Montbrial, Osons l’autorité. Éditions de l’observatoire

    Imprimer

    Thibault de Montbrial, Osons l’autorité. Éditions de l’observatoire

     

    On ne peut pas dire que la lecture de cet ouvrage soit une mesure d’apaisement. On ne  peut pas dire, non plus, qu’il exagère le danger qu’il entend dénoncer, développer sous nos yeux, en allant chercher le moindre détail, en n’omettant pas le moindre fait, provoqués par l’islamisme. Jeune avocat, passionné, comme il le dit d’entrée de jeu, par la défense et la pérennité de son cher pays, la France, il s’est lancé dans un combat pour la bonne cause, celle de notre beau pays. Et lui au moins ne parle pas de sentiment d’insécurité mais d’insécurité réelle… Cette paresse intellectuelle, cette grosse ficelle avait été utilisée par un ancien Premier ministre socialiste lors d’une cohabitation ; elle fut reprise de manière éhontée par un récent garde des Sceaux.

    Lire la suite

  • Primo Levi, Auschwitz, ville tranquille, Albin Michel, 2022

    Imprimer

    Primo Levi, Auschwitz, ville tranquille, Albin Michel, 2022

     

     C’est une lecture qui vous saisit et ne vous lâche plus, tant que dure l’étude un peu déroutante de ce recueil d’œuvres du plus célèbre rescapé du génocide, de la Shoah. J’ai mis un peu de temps avant de rentrer dans l’esprit de ce livre qui, une fois que j’avais serré la question de plus près, se révéla à moi dans toute sa richesse cauchemardesque, inhumaine.

     

    Lire la suite

  • Marie-Laure Susini, Éloge e de la corruption, Fayard

    Imprimer

    Marie-Laure Susini, Éloge e de la corruption, Fayard

     

    Quand j’ai reçu ce livre, offert par son auteure rencontrée lors d’une réception chez des amis communs, j’ai été un peu troublé, pour la bonne raison que la conception de la corruption que je me faisais en tant que philosophe médiéviste était à des années-lumière de ce qui figurait dans ce livre. Pour le médiéviste qui vous parle, il y a la génération et la corruption, si chères ç Aristote, sinon il y a la déchéance morale des élus, des élites, appelés à gouverner la cité et qui cèdent aux cèdent aux sollicitations de  leurs instincts, d’où la trahison des idéaux qu’ils étaient censés servir… D’où l’adjectif corrompu.

    Lire la suite

  • Jean-Clément Martin, La Révolution n’est pas terminée.  Interventions (1981-2021) Passés / Composé

    Imprimer

    Jean-Clément Martin, La Révolution n’est pas terminée.  Interventions (1981-2021) Passés / Composés

     

    Dana ce recueil nous avons affaire à d’intéressantes mises au point concernant l’autorité, la singularité, voire l’exemplarité de la Révolution française. Bien de gens confondent tant de choses et peu savent ce que nous commémorons chaque 14 juillet que Dieu fait… Est-ce qu’on cherche à se prévaloir des rivières de sang des années dites de la terreur ou est-ce que nous nous référons au massacre des Vendéens ou encore à toutes ces charrettes de condamnés sans procès ni possibilité d’appel ?

    Lire la suite

  • Ciotti-Pécresse, un tandem politique  improbable…

    Imprimer

    Ciotti-Pécresse, un tandem politique  improbable…

     

    Pour la candidate de LR à l’élection présidentielle du mois d’avril, les choses sérieuses commencent tout juste. Sans jouer les Cassandre ni ni convoquer  Pétrarque  et la Pythie de Delphes, on peut  dire que pour toute candidature à droite les vrais problèmes ne font que commencer. Je ne m’appesantirai  pas sur les tout premiers couacs concernant la reprise par la candidate de telle ou telle mesure préconisée par son concurrent d’hier. Il y en aura d’autres, pour la bonne raison que certaines propositions de l’une et de l’autre sont comme l’eau et le feu.

     

    Lire la suite

  • Meryem Sebti,  Avicenne le prophète.  Prophétie et  gouvernement du monde. Le Cerf.

    Imprimer

     

    Meryem Sebti,  Avicenne le prophète.  Prophétie et  gouvernement du monde. Le Cerf.

     

    Voici un très beau travail d’analyse et d’interprétation portant sur l’un des penseurs persans, de religion islamique, qui a le plus puissamment contribué à l’émergence d’une scolastique juive et chrétienne, et ce, en dépit des fortes critiques que lui adressera son collègue plus jeune, l’arabo-andalou ibn Rushd (Averroès). Pour donner un simple exemple du rôle joué par ce grand précurseur, à l’instar d’Al-Farabi, il suffit de citer le titre d’une étude classique, offerte par le fondateur  des études médiévales en France, Etienne Gilson, qui parlait de l’augustinisme avicennisant.  

     

    Quant à son influence, il suffit de rappeler que sans Avicenne (980-1037) le Guides des égarés de Moïse Maimonide (1138-1204 n’aurait jamais vu le jour. Cette dépendance étroite de Maimonide par rapport aux enseignements philosophiques d’Avicenne a donné naissance à un terme un peu barbare, l’alfarabo-avicennisme, ce qui désigne une fusion conceptuelle des principales doctrines de deux penseurs, Avicenne assurément, et Abu Nasr al-Farabi (870-950), le second maître (après Aristote) dans le monde islamique.

    Lire la suite

  • Jérôme Lefiliatre, Mister K.  Petites et grandes affadies  de Daniel Kretinsky, Le Seuil

    Imprimer

    Jérôme Lefiliatre, Mister K.  Petites et grandes affadies  de Daniel Kretinsky, Le Seuil

     

    Ce livre, bien documenté et plutôt bien écrit, analyse en profondeur et sans complaisance aucune, la trajectoire ad astra d’un homme d’affaires, encore jeune, devenu milliardaire alors qu’il n’a pas encore 40 ans ! Ses origines sont plutôt modestes, une enfance tranquille sans éclat particulier. Même ses études  juridiques  n’en ont pas fait une fine lame du barreau…  Cet homme, ce mystérieux Mister K (pour Kretinsky) soulève un certain nombre d’interrogations.. Alors, d’où a-t-il  pu  tirer ces millions d’Euros , (ou de couronnes tchèques) nécessaires pour bâtir l’empire industriel qu’il a su et pu ériger ?

    Lire la suite