Daniel Larose,  Aristote de A à Z. PUF. Que sais-je ?

Imprimer

Daniel Larose,  Aristote de A à Z. PUF. Que sais-je ?

 

Il faut d’emblée saluer  la parution de ce petit ouvrage si bien écrit, car il rendra bien des services à des lecteurs peu familiers avec la pensée aristotélicienne. La présentation est sobre et claire, on situe bien l’auteur et son œuvre. Aristote, ce nom à lui seul personnifie la philosophie dans son entièreté ; c’est incomparable, aucun autre penseur, à l’exception de Socrate en personne, ne peut s’en prévaloir. Au point qu’au Moyen Âge, lors de sa réintroduction dans la scolastique juive, chrétienne et musulmane, les tenants de cette tradition -rapprochant la spéculation philosophique de la tradition religieuse- se contentaient de dire le philosophe et tous leurs lecteurs comprenaient qu’il s’agissait d’Aristote, né à Stagire, ce qui lui valut le surnom de Stagirite.

Daniel Larose,  Aristote de A à Z. PUF. Que sais-je ?

 

 

 

Son œuvre qui ne nous a pas été transmise dans son intégralité se divise grosso modo en deux grandes catégories, les écrits ésotériques ou achromatiques , et les écrits exotériques, accessibles à tous alors que les précédents requièrent une préparation préalable. Aristote nous a donné  une vision du monde qui est devenue universelle et a franchi sans trop d’encombre les siècles. C’est principalement grâce à lui que nos maîtres en Sorbonne nous ont enseigné la répartition suivante : la philosophie est au deux-tiers grecque et le dernier tiers est allemand… A n’en pas douter, l’activité philosophique de style aristotélicien a apposé sa marque à toute activité noétique. Cette noétique aristotélicienne put revendiquer pour elle seule le label de spéculation philosophique. Le Stagirite a examiné l’univers avec l’œil d’un philosophe exigeant. A tel point que lorsqu’on évoque les grandes subdivisons de son œuvre (Métaphysique, Physique, Politique et Éthique) on écrit la première lettre M avec une majuscule). Quand on écrit que c’est dans le livre VIII de la Physique  qu’est démontrée l’éternité du mouvement et l’existence du Premier moteur, nul besoin d’ajouter de quelle physique il s’agit ; c’est d’Aristote qu’il est question.

 

Aristote s’est aussi intéressé au climat,  aux animaux, à la logique, au régime politique, à l’intellect et aux autres fonctions de l’âme humaine. Rien d’important n’a échappé à sa grande sagacité. Il a donc  profondément  influencé le penser humain, et ce depuis près de deux millénaires et demi. Mais le vrai miracle aristotélicien se trouve, selon moi, ailleurs. Dans la façon dont les scolastiques monothéistes, cités plus haut, ont recyclé les enseignements philosophiques  pour démontrer la véracité de leurs dogmes religieux. Cette captation d’héritage montre la grande richesse de la pensée d’Aristote.

 

Je me limiterai à un seul exemple qui vaut plus que tout le reste : alors qu’Aristote était un polythéiste qui acceptait le panthéon grec, les scolastiques médiévaux ont réussi à lui attribuer  la paternité d’un texte nommé La théologie d’Aristote, alors qu’il ne s’agissait que des trois dernières Ennéades de… Plotin. Il fallait vraiment une telle fusion pour que les théologiens médiévaux, adeptes du monothéisme éthique, en arrivent là. Ainsi, les commentateurs arabes disposant de textes traduits se sont ingéniés à réconcilier le maître et son disciple puisque dans le monde religieux les deux, l’enseignant et l’enseigné doivent être d’accord. Le contraire est impensable. Les opinions philosophiques du maître eu disciple doivent converger…

 

Et en effet, cette noétique aristotélicienne fut réduire à un rôle ancillaire de la religion, la philosophie fut subordonnée à la théologie. C’est donc au Moyen Âge que le Stagirite connut un renouveau, une véritable renaissance. Des penseurs aussi religieux que Maimonide, Averroès, al-Farabi, Avicenne, al-Ghazali, Avempace, et tant d’autres d’un rang plus mineur, ont passé leur vie à réfléchir sur des textes aristotéliciens en tentant de les mettre en accord avec des dogmes  religieux tels que l’existence d’un Dieu unique, l’adventicité de l’univers, l’inerrance prophétique, la foi en une vie dans l’au-delà, l’immortalité de l’âme, les miracles, etc… Ce fut une confrontation entre le message de la tradition religieuse et les théories d’Aristote. Pourtant, même un philosophe juif comme Maimonide a prévu de retrouver les quatre éléments primordiaux dans le récit de la création de la Genèse. D’autres ont transféré les démonstrations du livre VIII de la Physique à la preuve de l’existence divine, usant des idées du Stagirite dans la démonstration de l’éternité du mouvement et du Premier moteur ; du coup le Premier moteur prenait, en apparence, la place du Dieu révélé de la Bible. Même l’essence divine devenait un intellect suprême, qui ne ressemblait en rien au Dieu de la Bible hébraïque, libérant son peuple, les Hébreux, de l’esclavage d’Égypte… Un autre exemple ; un philosophe juif provençal, nommé Joseph Ibn Caspi, mort à Largentière en 1344,  risque cette formule frappante et si spécifique : ki ha él hou ha sékhél we ha sékgél hou ha El… (Car Dieu est l »intellect et l’intellect est Dieu).

 

On n’avait encore jamais assisté à une telle intellectualisation de l’essence divine. Cela risquait de porter atteinte à l’idée même de transcendance.

 

Sans les miracles, aucune religion révélée ne peut persister dans l’existence. Or, la Révélation en soi est déjà un miracle, le miracle en soi. Autant d’idées, de concepts, intrinsèquement étrangers à la noétique d’Aristote qui ne pouvait pas croire en un Dieu unique… On pourrait multiplier les exemples. Sans la scolastique aristotélicienne, l’Europe intellectuelle n’aurait jamais vu le jour. Or, c’est ce levain grec qui a stimulé la pensée occidentale lui permettant de dominer le monde, de bien le connaître, et d’en assimiler les principales valeurs. C’est dans le legs aristotélicien qu’il faut chercher le miracle intellectuel et spirituel de l’Europe.

 

Je ne dispose pas de l’espace requis pour traiter cette filiation judéo-arabe d’Aristote au cours du Moyen-Âge, sans omettre le puissant rameau chrétien. On connait tous les limites de ce type d’abécédaire ou de morceaux choisis. Tout Aristote ne saurait y être compris, mais les indications et les renvois aux textes de l’auteur suffisent amplement. Les vrais spécialistes, dont je ne suis pas, comprendront qu’on ne peut pas tout mettre en deux cents pages. Aristote est un géant de la pensée qui a trouvé grâce  aux yeux des Latins, des Juifs et des Arabes.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel