• Milan Kundera, Un Occident kidnappé.  Ou la tragédie de l’Europe centrale. (Le Débat) Gallimard  

    Imprimer

    Milan Kundera, Un Occident kidnappé.  Ou la tragédie de l’Europe centrale. (Le Débat) Gallimard

     

    Vous ne lirez pas ces textes si forts sans une certaine émotion. Tant d’eau a coulé sous les ponts depuis 1983,  mais la gravité de l’enjeu persiste. Certes, l’URSS n’existe plus et le danger d’une invasion a disparu. Il faut se remettre dans l’atmosphère de l’époque où les missiles étaient braqués sur l’Europe occidentale tandis que la partie centrale et orientale du continent vivaient sous la botte de l’armée Rouge. L’Europe était alors plus divisée que jamais. On craignait que les blindés soviétiques, massés aux frontières de la RDA, ne déferlent sur les membres européens de l’OTAN. Mais ceci ne sert que de toile de fond à cette belle plaquette.

    Lire la suite

  • Marcel Gauchet,  La droite et la gauche.  Histoire et destin. (Le Débat). Gallimard,

    Imprimer

    Marcel Gauchet,  La droite et la gauche.  Histoire et destin. (Le Débat). Gallimard,

     

    Passionnante enquête sur l’origine de ces deux vocables qui résument à eux seuls toute l’évolution de la philosophie politique, pas uniquement en France mais partout dans le monde. Comment en est-on venu, même de nos jours, à résumer et à classifier les tendances politiques par des emplacements spatiaux tels que la droite et la gauche. Et qui allait donner l’expression politique : de droite ou de gauche… C’est sur l’origine de cette dévolution, à la droite le conservatisme, à la gauche le progressisme, que porte ce livre, écrit par l’un de nos meilleurs spécialistes de philosophe politique.

     

    Lire la suite

  • Joël Chandelier, D’Alaric à Léonard (400-1450). L’Occident médiéval. Belin

    Imprimer

    Joël Chandelier, D’Alaric à Léonard (400-1450). L’Occident médiéval. Belin

     

    Voici un livre splendide, un beau livre, qui préconise une approche fine et intelligente d’une problématique dont peu de gens sont conscients, à savoir, que signifie vraiment l’expression Moyen-Âge et son épithète dérivée, médiéval. De nombreux lecteurs confondent allègrement médiéval et moyenâgeux… Et cela est éminemment regrettable car le Moyen Âge, pris globalement, c’est-à-dire couvrant tout l’espace -temps requis, est d’une infinie richesse, en dépit de son esprit parfois timoré, de son inféodation à la religion chrétienne, véritable culte solidement établi dans tout ce qui se rattache à l’Europe et à sa culture. Donc aussi à sa religion.

    Lire la suite

  • Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage. Gallimard (suite et fin)

    Imprimer

    Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage. Gallimard (suite et fin)

     

    A la fin du papier précédent, j’évoquais le monde nouveau dans lequel devait être examinée la reconfiguration de ce thème aux implications si nombreuses qu’est la réduction à la servitude. Dans cette dernière partie, on examinera, entre autres,  comment l’esclavage s’est déporté vers d’autres cieux (les colonies, les États Unis d’Amérique, l’Afrique, etc…) De fait, tant l’église que les pouvoirs temporels en Europe ont  œuvré en faveur de l’abolition. Cette démarche est nettement perceptible quand on prend soin d’observer les différents indices qui jalonnent les différentes législations visant à humaniser la chose pour l’abolit progressivement et de manière définitive. Mais la traite négrière avait encore, hélas, de beaux jours devant elle.

    Lire la suite

  • Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Gallimard (II)

    Imprimer

      

    Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Gallimard (II)

     

    On a vu dans le précédent papier que l’Église chrétienne, bientôt héritière de tout l’empire romain, suite au célèbre faux de la Donatio Constantini,  a dû gérer, si j’ose dire, deux impératifs contradictoires. Certes, abbayes et monastères possédaient de nombreux esclaves (dont certains s’étaient même convertis à la religion du Christ) et devaient concilier des intérêts opposés : un commandement d’ordre religieux traitant une seule humanité, sans distinction aucune (homme libre / esclave), qui se reconnaissent dans le message du Christ et les réalités incompressibles de la conjoncture et de la vie économiques. Lorsque l’Église chrétienne n’a plus connu de persécutions et a pu vivre sa religion au grand jour, il restait la question de l’esclavage dont la solution ne dépendait plus que d’elle. Et d’elle seule. On rencontre alors une nouvelle méthode, du moins, nouvelle, en apparence, celle de l’affranchissement pieux. En abolissant cet assujettissement du corps au maître, l’esclave ne peut pas jouir de l’autonomie de son esprit, or, cet état est un préalable à toute vie religieuse et à l’adhésion à une religion. Mais, dans sa tentative presque désespérée de concilier des inconciliables, certains théologiens chrétiens ont souligné que même dans cette situation ancillaire, l’esclave pouvait préserver son autonomie intellectuelle et avoir aussi une vie spirituelle totalement  libre, ou presque…

    Lire la suite

  • Éric  Zemmour, antidote à la haine de soi…   On pourrait aussi changer de titre et chercher une périphrase équivalente : France cherche président crédible désespérément…   Tellement les événements que nous vivons chaque jour que Dieu fait sont uniques

    Imprimer

    Éric  Zemmour, antidote à la haine de soi…

     

    On pourrait aussi changer de titre et chercher une périphrase équivalente : France cherche président crédible désespérément…

     

    Tellement les événements que nous vivons chaque jour que Dieu fait sont uniques en leur genre. On nous l’a répété ad nauseam : un simple journaliste politique, un écrivain, auteur de best-sellers rameute des foules de plus en plus nombreuses , parmi lesquelles certains paient même pour venir le voir et l’écouter. Là où les représentants de la classe politique, blanchis sous le harnais, peineraient à rassembler un peu plus de deux cents personnes, Éric Zemmour joue, si j’ose dire, à guichets fermés. A Versailles où un certain nombre d’éléments objectifs auraient milité en faveur d’un accueil moins enthousiaste, le non encore candidat a réuni environ mille quatre cents personnes, toutes ravies de l’écouter et d’échanger avec lui.

    Lire la suite

  • Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Gallimard (I)

    Imprimer

    Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Gallimard (I)

     

    Voici un thème qui ne manquera pas d’attirer l’attention par son aspect paradoxal , en apparence : comment l’Église en sa qualité de servante du Christ et de gardienne de son Évangile a-t-elle pu tolérer une telle pratique avilissante, voire parfois même en tirer un profit considérable pour la bonne marche de ses affaires ? Pourquoi un homme si religieux que saint Paul n’a-t-il pas prôné la suppression pure et simple de l’esclavage au nom justement des idéaux incarnés par la nouvelle foi ? Et en particulier empêcher que des chrétiens en réduire  d’autres à l’esclavage…

    Lire la suite

  • Abu Bakr ibn Tufayl, philosophe arabo-andalou, apôtre de  l'islam libéral

    Imprimer

    Abu Bakr ibn Tufayl, philosophe arabo-andalou, apôtre de  l'islam libéral

    L’actualité politique dans notre pays  a placé l’islam et ses adeptes au centre même de la campagne électorale, au point d’occulter toutes les autres questions, si urgentes soient-elles. Pourtant, si l’on veut bien jeter un regard un peu moins rapide que ce qui se fait ces jours-ci, on se rend compte qu’un certain islam n’est pas à exclure d’emblée, qu’il a pris sa part au mouvement des Lumières médiévales et apporté sa contribution aux thèses philosophiques sur l’essence même de la religion.

    Nous avons affaire avec Ibn Tufayl à une approche philosophique de la religion révélée en général, et en cela l’auteur a illustré une sorte d’humanisme islamique, assez oublié ces temps-ci…

    Lire la suite

  • Jean-Clément Martin & Julien Peltier (Data designer), Infographie de la Révolution française. Éditions Passés / Composés.

    Imprimer

     

    Jean-Clément Martin & Julien Peltier (Data designer), Infographie de la Révolution française. Éditions Passés / Composés.

     

    L’infographie, création d’images numériques… Telle est la définition proposée par le dictionnaire…Ce projet bien abouti, de présenter les grands moments de la Révolution française d’une manière presque ludique, a un bel avenir devant lui. Quand on tient ce grand livre entre les mains, on a l’impression de tenir une bande dessinée. On commence par être dépaysé, et en tout état de cause, c’est mon cas.  Au lieu de présenter leurs s réflexions et leur interprétation historique de tous ces événements, d’une manière classique, c’est-à-dire en chapitres et en paragraphes,  donc de manière un peu ennuyeuse, les auteurs ont voulu, chacun à sa façon, mettre à la portée du lecteur moyen une présentation vivante et intéressante de la Révolution, ses principaux acteurs et ses décisions dont la plus tragique fut l’exécution du monarque, le 21 janvier 1793. Sans oublier les années de la Terreur qui ensanglantèrent l’ensemble du royaume.

    Lire la suite

  • Colette Beaune & Nicolas Perruchot, L’assassinat politique en France. Éditions  Passés / Composés, 2021.

    Imprimer

    Colette Beaune & Nicolas Perruchot, L’assassinat politique en France. Éditions  Passés / Composés, 2021.

     

    Voici un sujet qui n’est pas très répandu ni très familier dans les recherches académiques, pourtant cette histoire des assassinats politiques en France fait aussi partie, à, s manière, de l’histoire de France proprement dite… Je pense surtout aux conséquences qu’on en escomptait : changement de régime, mise à l’écart d’un adversaire redoutable et redouté, favoriser une classe sociale, etc

    Lire la suite