• prféface à l'Examen du monde de Yedaya Bédersi

    Imprimer

     

    Préface à l’Examen du monde

                                  Georges Vajda

    CharlesTouati in  memoriam

     

     

    La présente œuvre médiévale, L’examen du monde,  que notre éminent collègue et ami René Gutman, grand rabbin honoraire de Strasbourg et du Bas-Rhin, et docteur en philosophie, a tiré d’un  oubli immérité, pourrait être assimilée à une sotériologie hébraïque, tant  y est présente la volonté d’orienter l’âme humaine vers la voie du salut dans l’au-delà. Mais Ce philosophe-théologien, Yedaya ben Abraham de Béziers, qui a vécu en un  temps axial pour l’avenir du judaïsme médiéval, post-maïmondien, a laissé une œuvre considérable dont la grande richesse n’a pas encore été convenablement étudiée. C’est pourquoi j’espère que le travail de pionnier de Monsieur René Gutman sera suivi de beaucoup d’autres recherches sur ce même sujet.

    Lire la suite

  • René Maran, Batouala. Préface d’Amin Maalouf. Albin Michel (2021)

    Imprimer

    René Maran, Batouala. Préface d’Amin Maalouf. Albin Michel (2021)

     

    Qui se souvient encore de ce grand écrivain qui fut le premier écrivain noir à recevoir le Prix Goncourt en 1921 ? Peu de gens, à commencer par l’auteur de ces lignes… Les éditions Albin Michel, guidées par d’humaines mains ont fait œuvre de piété éditoriale et ont voulu fêter comme il se doit ce grand centenaire qui va de 1921 (date d’attribution du Prix) à 2021, date de la présente réédition.

     

    C’est aussi une problématique d’actualité, mais sans reprendre les outrances inacceptables de la soi-disant cancel culture qui ne propose rien d’autre qu’une éradication du passé historique de notre civilisation. Mais reconnaissons, aujourd’hui encore, sans avoir à battre sa coulpe à langueur d’années, qu’être à la fois homme noir et écrivain français est une tâche ardue. On est alors attaqué de toutes parts : par les exploiteurs qui estiment avoir tous les droits contre ceux qui sont noirs, et cette frange minoritaire mais agissante d’écrivains ou d’intellectuels noirs qui considèrent que vous n’allez jamais assez loin dans la dénonciation de l’iniquité, que vous êtes l’alibi noir de  la domination blanche etc…

     

    Lire la suite

  • Martin Heidegger,  Réflexions VII-XI. Cahiers noirs (1938-1939)(Gallimard) (V)

    Imprimer

    Martin Heidegger,  Réflexions VII-XI. Cahiers noirs (1938-1939)(Gallimard) (V)

     

    Voici un nouveau volume des Réflexions de Heidegger, compris dans ces fameux cahiers noirs qui nous occupent depuis plusieurs semaines. La traduction, remarquable  est le fruit du travail de  Pascal David. Mais j’ai une réserve à propos de son avertissement. Et notamment concernant une seule phrase, vers la fin de l’avertissement du traducteur. Monsieur David signale sobrement qu’on trouve quelques rares passages où les préjugés antijuifs de Heidegger sont indéfendables mais dont une certaine presse s’est saisie pour déformer la pensée de Heidegger et lui faire ainsi barrage. Jusqu’içi tout va bien, mais c’est la suite que voici qui me choque : libre à chacun de préférer aux mines d’or les scories

    Lire la suite

  • Fabrice Grenard, Le choix de la Résistance. Histoires d’hommes et de femmes (1940-1944) PUF

    Imprimer

    Ce sympathique ouvrage ne se veut pas une énième contribution à l’histoire de la Résistance française contre l’occupant nazi. C’est la présentation d’une quinzaine de personnes qui, du jour au lendemain, ou tout à coup, basculèrent dans le camp de ceux qui ont dit non à la défaite, non à la collaboration du régime du maréchal Pétain. Et en effet comment devenait-on un résistant, surtout un résistant de la première heure, puisque les mouvements de la Résistance ne constituaient, au début, guère plus de 1% de la population française générale ?

    Lire la suite

  • Les leçons du 9 Av : de l’acte de contrition à l’acte de résilience…     Analyse doctrinale du rouleau des Lamentations

    Imprimer

    Les leçons du 9 Av : de l’acte de contrition à l’acte de résilience…

        Analyse doctrinale du rouleau des Lamentations

     

    La lecture, de rigueur en cet été qui tarde à s’installer durablement, du rouleau des Lamentations (dit en hébreu meguillat Qinot) conduit à s’interroger sur ce qui fait l’originalité ou l’authenticité du peuple d’Israël, un peuple dont l’existence dans ses  moindres détails,  a toujours été coextensive à celle de Dieu lui-même. Ce qui explique que l’inconduite de ce peuple, si souvent renouvelée au cours de son histoire mouvementée, voire tragique, ait provoqué l’ire divine de manière absolue.

    Lire la suite

  • Martin Heidegger, Réflexions XII-XV. Cahiers noirs ‘#939-1941) Gallimard (IV)

    Imprimer

    Martin Heidegger, Réflexions XII-XV. Cahiers noirs ‘#939-1941) Gallimard (IV)

     

    Je poursuis la lecture attentive de ce si riche volume des Cahiers noirs, où Heidegger a désormais choisi d’exprimer sa pensée sous une forme qui tourne le dos à celle du traité et   de la thématisation, comme il l’annonce lui-même. On sent, en cette fin de volume, une forte volonté de se confronter avec les auteurs allemands classiques. Mais la palme des citations revient sans conteste à Hölderlin (le meilleur des Allemands), à Nietzsche et parfois aussi à Herder et Kant. On trouve un passage assez long où l’auteur marque ses réserves face à certains aspects (surtout chrétiens) de la pensée de Sören Kierkegaard…

    Lire la suite

  • Martin Heidegger, Cahiers noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (III)

    Imprimer

     

     

     

     

    Martin Heidegger, Cahiers noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (III)

    Je poursuis mes glanes dans ce riche volume des Cahiers noirs de Heidegger. Dans le paragraphe §27 je découvre une intéressante remarque concernant le sens du message qu’un penseur ou un poète adresse à quelqu’un, l’auteur recommande de vérifier d’abord à quel genre de public le dictum en question est adressé. Plusieurs possibilités s’offrent alors à nous.

    Voici un passage de ce paragraphe : Quand on demande ce qu’est au fond, ce qu’ un penseur, un poète dit, il faut du même coup e en priorité se demander qui est celui à qui il a à dire quelque chose. Peut-être n’a- t-on à faire qu’à un importun arborant le masque de l’humilité qui, avant même de proprement entendre, a déjà transformé fallacieusement tout ce qui est dit en quelque chose de tel qu’on n’ai plus à l’utiliser pour enjoliver, enrichir ou dissimuler sous un voile une vérité dont on s’est déjà assuré. Mais celui qui pose la question pourrait aussi bien être quelqu’un qui écoute, prêt à se jeter en personne et de tout son être, dans ce qui fait de ce qui est dit quelque chose de digne de question et à devenir soi-même un questionnant…

    Lire la suite

  • Martin Heidegger, Cahiers noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (II)

    Imprimer

     

     

      

     

    Martin Heidegger, Cahiers noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (II)

    Je poursuis la lecture attentive de ce volume des Cahiers noirs allant de 1939 à 1941. Il est des passages où le philosophe ne peut que faire allusion à ce qui se passe autour de lui, ou non loin de lui, sur de grands théâtres d’opérations militaires. Et cela l’incite à s’interroger comme il le fait dans ce paragraphe § 9 : La victoire sur l’ennemi ne prouve pas encore que la vainqueur est dans son droit. Mais cette vérité n’est déjà plus d’aucun effet, lorsque le droit est interprété non seulement comme ce que la victoire confirme et renforce, mais bien et avant tout, comme ce qu’elle pose et constitue : le droit est alors la puissance du vainqueur, la puissance de la surpuissance.

    De si ombreuses considérations ne peuvent provenir que de graves dysfonctionnement à un niveau très élevé, peut-être même au niveau d’une guerre ravageant tout le continent européen. C’est qu’on est en 1939 : le liquidation de la Tchéquie, de la Pologne et l’invasion de la Belgique et de la France ne remontent pas à un loin passé mais sont d’une actualité brûlante.

    Lire la suite

  • Martin Heidegger, Cahier noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (I)

    Imprimer

     

    Martin Heidegger, Cahier noirs (volume 3) Années 1939-1941. Réflexions XII-_XV (I)

    Inépuisable Heidegger. Je ne compte plus les recensions de livres qu’on lui doit ou qui lui sont consacrés. Dans ce tout nouveau volume, j’ai lu attentivement la très éclairante préface du traducteur. J’en profite pour le féliciter de la qualité de son travail. Et des conseils judicieux qu’il donne pour appréhender le mieux possible la pensée de ce philosophe qui a révolutionné le penser philosophique. Il montre tout d’abord la nature des chemins ou des passerelles que l’auteur de Sein und Zeit emprunte pour déployer sa pensée. Réflexions (Überlegungen) Pensées (Gedachtes) etc…

    Lire la suite

  • Oscar Wilde, Le protrait de Dorian Gray (Gallimard, édition bilingue)

    Imprimer

     

     

    Oscar Wilde, Le protrait de Dorian Gray (Gallimard, édition bilingue)

    Voici un classique de la littérature européenne qui fit couler beaucoup d’encre en son temps et valut quelques graves déconvenues à son auteur, sans le contraindre à abandonner ce à quoi il a cru sa vie durant. Certes, nous ne sommes plus dans l’ambiance victorienne dont l’auteur dénonçait les hypocrisies, la double morale et le système social. Ce n’est plus la même époque, et bien que l’homosexualité figure constamment à l’arrière-plan de tout ce qui arrivé aux différents héros, on a appris à y voir aussi autre chose, par exemple la critique des relations humaines, leur dégradation, l’existence d’une ploutocratie et d’une aristocratie oisive, bref une société stratifiée qui n’existe plus nulle part… Et plus, tout en arborant fièrement ses opinions largement iconoclastes, notre homme a tout de même eu recours à un confesseur catholique avant le grand départ pour un un monde meilleur ?

    Lire la suite