• Erri de Luca, Aller simple suivi de l’hôte impenitent (Gallimard, Folio)

    Imprimer

     

     

    Erri de Luca, Aller simple suivi de l’hôte impenitent (Gallimard, Folio)

    Nos lecteurs ont déjà lu ici même des critiques très élogieuses des livres de l’auteur, un Italien autodidacte, polyglotte et assez bon connaisseur, dit-il, de l’hébreu biblique. Mais jusqu’ici je ne me suis occupé que de nouvelles et de romans de l’auteur. Avec le présent ouvrage consacré à la poésie, c’est une autre paire de manches .

    L’auteur entonne une longue complainte, toujours émouvante, qui dénonce l’attitude inhumaine de l’Europe, et singulièrement de son pays, l’Italie, à l’égard des migrants qui jonchent les fonds marins. La Méditerranée est devenue un cimetière marin. Il est difficile de faire un commentaire linéaire d’un si long poème. J’ai donc sélectionné quelques vers qui me paraissent assez clairs. Même si l’ensemble n’est pas uni de façon mogique. Difficile d’agir autrement.

    Lire la suite

  • Fédor Dostojevski, Les nuits blanches (Gallimard folio)

    Imprimer

    Fédor Dostojevski, Les nuits blanches (Gallimard folio)

    Quand on a achevé la lecture de cette belle nouvelle, œuvre de jeunesse de l‘auteur, on se dit qu’aucun écrivain n’échappe à un processus de maturation ou dévolution, généralement dans le bon sens. C’est le cas aussi de l’auteur des Frères Karamazov qui avait aussi publié des œuvres moins marquantes dans la littérature universelle. L’histoire ici est assez simple quoique très belle : celle d’une rencontre des plus improbables dans les rues de Saint Petersburg , au cours d’une soirée entre mai et juin, une période au cours de laquelle la nuit ne dure que très peu d’heures, permettant à la ville de baigner dans un crépuscule presque romantique. C’est ce qui va arriver au narrateur, jeune homme de 26 ans, qui rencontre une belle jeune femme dont il va tomber follement amoureux. Le trait, disons le d’emblée, est aussi un peu autobiographique puisque dans la vraie vie, D. va s’éprendre de l’épouse d’un instituteur qu’il finira par épouser quand elle deviendra veuve…

    Lire la suite

  • Katajun Amripur, Khomeini, Révolutionnaire de l’islam (Der Revolutionär des Islams). Einee Biographie) (Munich, Beck, 2020) ( suite et fin)

    Imprimer

    Katajun Amripur, Khomeini, Révolutionnaire de l’islam (Der Revolutionär des Islams). Einee Biographie) (Munich, Beck, 2020) ( suite et fin)

    Durant son long exil irakien, le futur maître de l’Iran eut le temps de se radicaliser et d’établir les fondements théoriques d’un état islamique. On note une forte radicalisation par rapport aux thèses émises dans le précédent écrit, La divulgation des mystères. Vu l’étendue de cette recension, je ne pourrai pas entrer dans les détails, mais je peux en résumer les thèses principales : Khomeiny considère que la lettre du Coran d’une part, les faits et gestes du Prophète, d’autre part, sont les deux sources auxquelles l’état islamique doit s’en référer. De même, il considère, en interprétant certains versets sacrés que le Prophète avait bel et bien nommé Ali, son cousin et gendre, comme successeur. Khomeiny est absolument sûr de son fait et c’est bien cette thèse qu’il défend dans ses leçons sur l’état islamique. A ses yeux, le Coran a réponse à tout, il n’existe pas une seule problématique importante qu’il n’ait abordée au point d’en fournir la solution. Enfin, l’idée selon laquelle l’islam doit se tenir loin de la politique, en somme de ce que nous nommons de nos l’islam politique, constitue vraiment un obligation de nature religieuse.

    Lire la suite

  • Katajun Amripur, Khomeini, Révolytionnaire de l’islam (Der Revolutionär des Islams). Einee biograpgie) (Munich, Beck, 2020) (II)

    Imprimer

    Comme on le notait dans le précédent papier, Khomeiny avait réussi un parcours sans faute dans son ascension au sein du clergé chiite. Bien que ses meilleurs maîtres aient conseillé à leurs ouailles et à leurs disciples de se tenir éloignés de tout engagement politique, lui ne l’entendait pas de cette oreille. En gros, il optait pour un retour au Coran dont les enseignements pouvaient servir à moderniser le système monarchique, voire à le remplacer D’autres religieux n’avaient pas un point de vue aussi tranchée que le sien sur la réforme institutionnelle et les tensions avec le pouvoir impérial allaient en s’aggravant. L’auteur de cette biographie cite deux exemples qui n’en font en réalité qu’un seul, au cours desquels le divorce se faisait de plus en plus grave. Il s’agit de l’anecdote suivante : un jour, la mère du Chah (d’autres parlent de sa femme) visita la grand mosquée de Téhéran sans se voiler, ce qui fut reçu comme un insupportable offense. Un religieux présent dans l’enceinte religieuse lui ordonna de quitter les lieux sur le champ. Quand le chah apprit la nouvelle, il se précipita dans l’édifice religieux, y pénétra avec ses bottes de cavalier et jeta le religieux dehors en le tirant par la barbe… On ignore dans quelle mesure l’incident est authentique mais il prouve au moins une chose : les rapports entre le palais impérial et le clergé chiite étaient très tendus. Le monarque ne parvenait toujours pas à trouver un modus vivendi avec ce clergé dont l’influence sur le petit peuple était très grande

    Lire la suite

  • Michel Serres, De bonnes nouvelles. Petites chroniques du dimanche. Entretiens avec Michel Polacco (2004-2018) Le pommier 2021. 1583 pages

    Imprimer

    Michel Serres, De bonnes nouvelles. Petites chroniques du dimanche. Entretiens avec Michel Polacco (2004-2018) Le pommier 2021. 1583 pages

    Tous les fidèles auditeurs de France-Info se souviennent de cet instant béni, le dimanche en début de soirée, lorsque les deux Michels se livraient à un duo incomparable : un grand journaliste, directeur de cette station-radio questionnait un non moins grand philosophe qui tenait un discours à la fois accessible à tous et hautement instructif. Ce dialogue fructueux a duré presque quinze années. Au cours desquelles la demande du public et la fidélité à l’émission n’ont jamais faibli. Ce qui y a mis terme, c’est tout simplement la loi d’airain qui limite la vie de toute chose de toute émission sur cette terre.

    Lire la suite

  • Marcel Mauss (1872-1950), Psychologie, sociologie, physiologie (PUF 2020)

    Imprimer

    Marcel Mauss (1872-1950), Psychologie, sociologie, physiologie (PUF 2020)

    Voici un grand savant , Marcel Mauss, qui a fécondé les sciences sociales et dont tant d’autres ethnographes et sociologues (entre autres Claude Lévi-Strauss) se sont fortement inspirés. Et lui-même avait bénéficié de la profonde affection de son oncle maternel, le célèbre Emile Durkheim, le fondateur de l’école sociologique française. Mauss est reçu à l’agrégation de philosophie à 21 ans. Mais il se détournera de l’enseignement de cette manière pour suivre les propositions de cet oncle éminent qui cherche à en faire une sorte d’héritier et de successeur au sein de la discipline qu’il venait d’initier. Et en fin de compte, à la mort de son protecteur , il le dépassera même, sans toutefois le crier sur les toits…

    Lire la suite

  • Gilles Kepel, Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Proche-Orient (Gallimard) (suite et fin)

    Imprimer

     

     

      

    Gilles Kepel, Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Proche-Orient (Gallimard) (suite et fin)

    Dans mon précédent papier, j’abordais la thèse principale de Gilles Kepel : comment les masses arabo-musulmanes ont soudainement brandi l’étendard de la révolte à la suite de l’incident tragique et poignant du marchand de Bouzid qui s’immole par le feu parce qu’une policière municipale l’a giflé publiquement, au motif qu’il n’était pas permis de vendre ses fruits et légumes à la sauvette… Or, c’était là sa seule source de subsistance. Il décide aussitôt de mettre fin à ses jours. C’est le pire exemple de la série bien connue, le battement d’ailes d’un papillon provoque à l’autre bout du monde un terrible ouragan… L’écho de ce drame qui eût été sans résonnance aucune peu de temps auparavant a atteint toutes les nations du monde, et notamment du monde arabe. C’est la gifle satanique qui a bouleversé l’ordre mondial. Aucun régime arabe, carencé en démocratie, n’y a échappé, tant en Afrique du Nord qu’au Proche- et Moyen-Orient.

    Lire la suite

  • lles Kepel, Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Proche-Orient (Gallimard) (I)

    Imprimer

     

     

    Gilles Kepel, Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Proche-Orient (Gallimard) (I)

    Spécialiste connu et reconnu (et très médiatisé) du monde arabe, Gilles Kepel nous offre dans cet ouvrage une vaste fresque des crises qui secouent le monde arabo-musulman depuis des décennies. Mais ces secousses tectoniques se sont à la fois accélérées et aggravées à la suite d’événements récents absolument imprévisibles. Certains journalistes, victimes d’un forte paresse intellectuelle, ont voulu annoncer la naissance d’un printemps arabe, opérant ainsi un faux parallélisme entre de simples révoltes sociales contre la tyrannie politique et la confiscation des libertés élémentaires, et ce qui s’était passé au cœur même de l’Europe, lorsque des pays derrière le rideau de fer se sont révoltés contre l’occupation soviétique. L’objectif est, certes, le même, à savoir pouvoir enfin bénéficier d’un peu de liberté au sein d’une société traditionnelle étouffante, celle des pays musulmans et/ ou arabo-musulmans.

     

    Lire la suite

  • Benjamin Netanyahou, l’homme (e plus (injustement) haï d’Israël…

    Imprimer

     

    Benjamin Netanyahou, l’homme (e plus (injustement) haï d’Israël…

    Le spectacle de plus en plus désolant de la réalité politique dans l’Etat hébreu suscite les plus fortes inquiétudes. Mais que se passe-t-il donc ? Pourquoi un homme politique surdoué, à la longévité exceptionnelle, cristallise-t-il sur sa personne une telle détestation, pour ne pas dire une telle haine ? C’est un récent débat diffusé par la chaîne I24News à l’occasion de la première comparution de l’actuel Premier Ministre israélien qui m’incite à prendre la plume. J’ai trouvé insupportable l’attitude de certains opposants qui débordent de haine lorsqu’il s’agit d’évaluer l’action de Benjamin Netanyahou au service de son pays..

    Lire la suite

  • Simone Weil, Etude pour une déclaration des obligations envers l’être humain… et autres textes (Gallimard)

    Imprimer

     

     

     

    Simone Weil, Etude pour une déclaration des obligations envers l’être humain… et autres textes (Gallimard)

    J’entendis pour la première fois, en Sorbonne, nom de cette philosophe, née juive mais séduite par le christianisme, , lors du séminaire hebdomadaire de mon maître, le professeur Georges Vajda, sur la pensée juive du Moyen Age. Je ne me souviens plus du prétexte à une telle mention, mais la phrase prononcée par ce savant, il y a plus de quarante ans, s’est gravée dans ma mémoire : Simone Weil qui a tout très bien compris sauf le judaïsme… Cela me trouble aujourd’hui encore, même lorsque, dans un ouvrage récent consacré à l’œuvre d’Emmanuel Levinas, j’expliquai les réserves et les réticences du philosophe du visage à l’égard dette femme qui naquit en 1909 à Paris, suivit les cours d’Alain au lycée Henri IV, rejoignit l’ENS, se présenta avec succès à l’agrégation de philosophie et enseigna à son tour quelques années. Elle décida d’aller travailler en usine afin de ressentir directement ce qu’éprouvaient les ouvriers… En 1940, elle quitta Paris pour Marseille avec ses parents. Elle finit par trouver refuge aux USA et de là partit rejoindre la France combattante du général de Gaulle à Londres. Elle manifesta le désir de se rendre en France occupée afin de rejoindre la Résistance. Cette demande ne fut pas acceptée . Simone Weil était atteinte de tuberculose. Elle cessa de se soigner et mourut en 19433 à Ashford. Les testes réunis dans ce fascicule ont été publiés à titre posthume.

    Lire la suite