Tractations secrètes entre Washington et Téhéran… ?

Imprimer

Tractations secrètes entre Washington et Téhéran… ?

Je dis cela à la suite d’une déclaration apparemment anodine du président Donald Trump, passée entièrement inaperçue par la grande presse américaine ou européenne : Téhéran et Washington pourraient négocier en secret d’ici au mois de janvier.. Pourquoi cette inattention ou ce manque d’intérêt ? Parce que les grands médias nourrissent une telle aversion pour l’actuel président US, accusé de tous les maux et de toutes les bassesses que même si on leur disait que Trump, semblable à Jésus, marche sur l’eau, ils lui reprocheraient de ne pas savoir nager !!

 

 

Tractations secrètes entre Washington et Téhéran… ?

 

Je revins un instant sur l’inénarrable ministre t français des affaires étrangères, qui s’est ridiculisé en croyant pouvoir ironiser sur le plan de paix Trump. Il a osé demander qu’on l’informe si l’on dispose d’informations sur le sujet. Ce que ce pauvre diplomate ignorait, c’est que quelques semaines après se malheureuses déclarations, deux états arabes du Proche Orient allaient oser défier l’anathème et nouer des liens avec l’Erat juif, au vu et au su du monde entier. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, au moins cinq ou huit Etats de la région s’apprêtent à leur emboîter pas, plus ou moins rapidement.

Mais pourquoi donc, tous les gouvernements Françaix depuis au moins l’indépendance de l’Algérie s’attachent ils à une vision classique et démodée du monde arabo-musulman et à un attachement quasi pathologique à un leadership palestinienn divisé et totalement dépassé par les événements ? La France est pratiquement inaudible depuis la signature de ces accords de normalisation et n’ a toujours pas pris la mesure des mœurs et de la culture des Orientaux ; elle se croit dans un monde acquis aux règles de Descartes… Et elle a du mal à s’adapter. Des hauts fonctionnaires d’un niveau élevé m’ont avoué parfois que le Quai d’Orsay n’arrive toujours pas à se réformer intérieurement à s’éloigner des vieilles lunes. Et se permet de critiquer le pragmatisme efficace de Donald Trump. L’une de ses vieilles lunes, c’est la solution à deux états dont même les Arabes ne veulent plus vraiment. On y revoie comme à un codicille ou une note iinfra-paginale

Or, tous ces bouleversements se sont produits sous l’effet du plan Trump. Il faudrait que certains méditent l’allégorie de Jean de la Fontaine au sujet de la grenouille sui se prenait pour aussi grande que le bœuf Ou méditer la phrase assassine de Henry Kissinger : La France est une grande puissance de taille moyenne.

En quelques mois le président US est arrivé à faire bouger les lignes alors qu’une certains presse, toujours la même, veut voir en lui, un bousilleur qui se noie dans un tourbillon d’encre, toujours à courir entre le four et le moulin… Il n’empêche : cet homme est en train de faire plier les Mollahs, si nos informations ont avérées.. Il faut reconnaitre que contrairement à d’autres, il manie l’arme des sanctions économiques et financières sans que sa main ne tremble. Il a mobilisé près de l’Iran toute une armada autour de laquelle les Pasdarans font des ronds dans l’eau. Que peut faire une vedette rapide face à un gigantesque porte-avions ? Les Arabes l’ont compris. Et se mettent à agir n conséquence. La France a donc perdu en influence dans cette région et les voltiges de Emmanuel Macron au Liban n’y changeront rien puisque même le gouvernement qui devait être formé ne l’est toujours pas en raison de l’opposition du Hezbollah qui bloque toute la machine. Et je doute fort que qui ce soit y arrive, excepté Trump qui en a les moyens.

Un mot du contenu de ces tractations secrètes qui se dérouleraient, comme auparavant dans le sultanat d’Oman qui a de bonnes relations tant avec Washington qu’avec Téhéran. D’après ce qu’ l’on sait, les USA ne veulent pas seulement interdire l’acquisition de la bombe, ils exigent la mise hors d’état de nuire des milices chiites dans les pays suivants : Liban, Syrie, Irak, Yémen et Bahreïn. Or, cette aide fait partie de l’ADN du régime des Mollahs. En bon businessman Trump veut régler la question une fois pour toutes. Et quand il a lancé sa petite phrase sur un Iran prêt à négocier, il a parlé d’un mois : janvier 2021.

Que des négociations se tiennent, même en secret, ne signifient que la paix est au coin de la rue. Les Mollahs savent qu’ils ne pourront pas tenir éternellement avec une économie bloquée, une monnaie dévaluée, une armée dotée d’un matériel obsolète, même s’ils donnent le change avec des défilés militaires etc… Les révoltes populaires ont déjà été réprimées dans le sang d’après les nouvelles qui filtrent de l’intérieur. Bref, le statu quo ne peut pas durer éternellement. Les Iraniens ont cru que les USA n’oseraient jamais s’en prendre à eux, or ils l’on bel et bien fait.

Enfin, les Etats arabes signataires de l’accord ne cachent plus leur méfiance quasi automatique de l’Iran qu’ils soupçonnent de vouloir les contrôler et les dominer. Ils se sont donc mis sous l’aide protectrice des USA et d’… Israël ! Je suis étonné par leur empressement, ils font preuve d’un tel zèle. Déjà de multiples réunions sont prévues avec des entreprises israéliennes. Ces messieurs veulent une paix chaleureuse, des échanges, des affaires juteuses en commun. J’ai même entendu dire qu’ils préparent des repas cacher pour des touristes religieux…

J’espère donc que le plan Trump réussira complètement. Il est déjà bien parti… Souhaitons lui bonne chance.

Commentaires

  • Trump, Poutine, XiJinPing ont une vision du monde et de son évolution concordante : un retour des grands empires dont ils doivent être les maîtres.
    L'Europe néolibérale a 30 ans de retard sur le plan politique et le covid19 l'a tuée.
    Il est plus que temps de changer le personnel politique européen.

  • Vous parlez de cette "solution" à deux états.

    Premièrement il s'agit d'un seul état, un état qui aurait pu être créé depuis 1947 ou en 1948, ce qui n'a jamais été fait de la part de ceux que l'on appelle maintenant "palestiniens" mais qui à cette époque, appelaient "palestiniens" ceux qui devinrent israéliens.

    Israel a déclaré son indépendance le 14 mai 1948 et Israel a fêté cette année ses 72 ans d’existence.

    Deuxièmement, durant tout ce temps, ceux qui se sont proclamés "palestiniens" n'ont été que deux fois aux urnes depuis 1947. Leurs présidents, car en plus, ils se sont séparés, de leurs vivants, ne remettront jamais en ballots leurs status de dictateurs de faits. A Gaza ils ont élus le hamas en protestation contre l'olp jugée bien trop corrompue à leur goût, et maintenant ils sont depuis cette élection de 2004, sous la coupe d'une corruption égale, voir pire, à celle de l'olp. Ce qui rend encore plus compliqué une éventuelle indépendance nationale autant que son unité. Il faut regarder les choses en face, les arabes de Cisjordanie voteraient pour le hamas et Gaza voterait pour l'olp, car dégoûtée par la corruption du hamas.

    Il ne peut pas y avoir d'état et encore mois d'état palestinien, c'est pour cette raison que depuis quelques années, ils l'appellent simplement le "deuxième" état en s'appuyant sur l'existence du seul état qui existe et qui est l'état d'Israel. Se servir de l'ossature puissante étatique d'Israel pour former une sorte d'exo-état appuyé et se reposant uniquement sur l'existence d'Israel, tout en voulant faire disparaître ce dernier. Ce n'est pas possible et ça ne pourra pas se faire comme ça ne s'est jamais fait depuis 72 ans.

    Quelques jours avant la signature de l'accord entre Israel et les Emirats Arabes Unis, des "palestiniens" domiciliés aux Emirats ont manifestés contre cet accord, l'émir leur a fait comprendre que si ils ne rentraient pas immédiatement chez eux ou que si ils recommençaient à manifester, ils seraient tous, c'est à dire, tous les 250'000 "palestiniens" présents dans les émirats, expulsés manu-militari du pays avec leurs passeports pour la plupart jordaniens issus par l'ONU.

    Ca n'a pas fait un pli, ils sont tous et immédiatement repartis dans leurs demeures sans demander leur reste.
    Ainsi fut-il.

    Aucun média européen n'en a fait la moindre allusion et ceux qui ont été photographier lors de cette manifestation sont introuvables, ils vont certainement se retrouver hors du pays dans les 15 jours.

    Pourquoi les émirats, Bahrain et bientôt d'autres y compris l'Arabie Saoudite accourent pour s'allier avec Israel ?

    C'est principalement parce qu'Israel a démontré sa stabilité en tant qu'état, qu'Israel est un état fort et stable.

    Tous ces pays arabes ont besoin de s'allier avec des exemples de stabilité et de performance, non pas avec des chimères "révolutionnaires" moitié socialiste et moité islamiste, c'est à dire, incompatibles.

    Avant tout, la victoire de cet accord historique est la victoire d'un retour aux sources, d'un retour à la normalité, d'un retour vers l'ancestral.

    Concernant la France,

    Le président a été élu avec 20% de la totalité des scrutins au deuxième tours, cela au vu de l'abstention due à un certain désintéressement généralisé vis-à-vis de la politique. Les français ne se sentaient pas assez représentés par les partis traditionnels. Avec le "changement" de LREM, les politiques français s'éloignent encore plus de la réalité et du quotidien des travailleurs, de la masse laborieuse du pays. Dans un pareil contexte, nous le voyons, la moindre panique emporte l'ensemble du pays dans des incertitudes insurmontables. Durant une manifestation de gilets jaunes, le président français, avait deux hélicoptère présents dans les jardins de l'Elysée prêts pour se soustraire de son palais.

    Faisons une simple comparaison, d'un coté un émir qui avec une courte phrase l'ordre en un claquement de doigts et de l'autre coté, un président ordonne à l'armée de lui fournir deux hélicoptère à cause d'une banale manif de moins de 2'000 manifestants selon la police.

    Coté Donald Trump, c'est la double victoire, un prix Nobel en vue, des états dirigés par des démocrates enfoncés dans leur propre chaos et une garde nationale qui remet de l'ordre en moins de 15 minutes !

    Moralité, les nations ont besoin d'ordre pour ne pas tomber dans la terreur.

  • Le terme "démocratie" vient du grec, là je n’apprend rien à personne, mais d'où vient le "Kratos" ?

    Le "kratos" traduit "cratie" est loin d'être un symbole paisible et encourageant. C'est tout le contraire, c'est le fils du Titan Pallas et de Styx et je vous laisse à vos clavier pour consulter wikipédia afin que vous puisiez apprécier.

  • Ce que certains appellent "le grand Israel" est peut-être en train de se construire en ce moment !

    Le "grand Israel" c'est Israel en paix avec ses voisins et avec le monde arabe !

    Il n'y a jamais eu de volonté de la part des musulmans et des arabes durant des siècles, voir millénaire, ce n'est que depuis que l'Europe chrétienne interfère dans le Moyen-Orient que les choses se sont gâtées.

    C'est fini, une nouvelle ère s'annonce, un partenariat unique se crée entre Israel et les pays arabes et même la Perse d'ici peut !

    Là où le panarabisme socialiste a échoué lamentablement, la réconciliation entre ces deux inséparables cousins réussira, même si il faut s'attendre à des coups bas et des batons dans les roues.

Les commentaires sont fermés.