Le retour annoncé de Nicolas Sarkozy et la situation politique en France

Imprimer

Nicolas Sarkozy, le retour?

On se demande si c'est la presse qui se cherche un nouveau sujet paolpitant, de nature à vendre un peu plus de journaux et d'informations ou s'il s'agit bien d'un retour. En effet, la coupe du monde du football commence à faiblir malgré les victoires récentes des bleus et il est sage de brancher l'opinion sur d'autres thèmes à l'annonce des vacances estivakes, période d'étiage pour la presse.

Mais la situation est plus préoccupante: pourquoi sortir de son silence sitôt? Il reste encore trois ans à François Hollande. Trois années au cours desquelles tant de choses peuvent se passer, sauf un redressement spectaculaire de la situation et une remontée de M. Hollande dans les sondages. Cei signifie que de plus en plus de gens se disent que des changements graves pourraient bien se produire avant la fin du quinquennat. En d'autres termes, une crise institutionnelle. Pour être plus clair: une interruption de la présidence Hollande sous sa forme actuelle. Soyons encore plus direct, selon certaines officines politiques: une dissolution de l'Assemblée Nationale puisque la majorité actuelle ne correspond plus à la réalité dans le pays.

Mais même cela n'est plus aussi simple: des gens envisagent que la droite sortie largement vainqueur aux élections refusera de gouverner avec l'actuel président. Bref, un vrai cauchemar!

Toujours selon ces mêmes milieux, ceci expliquerait que N. Sarkozy soit pressé de prendre les choses en main. Mais qui peut bien souhaiter une telle crise institutionnelle, la plus grave grave depuis 1968?

Et d'abord pourquoi la côte de popularité ne peut pas remonter et restera à 18%? Selon des experts indépendants il faudrait 5 années entières à un taux de croissance de plus de 2% pour que le chômage commence à refluer…… Il faudrait un miracle, comparable à la division de la Mer rouge ou au don de la manne dans le désert pour que cela se produise.

La grande question n'en demeure pas moins celle-ci: les Français accepteraont ils de vivre encore trois dans une telle situation?

La plus grande prudence s'impose. Il faudrait qu'Alain Juppé soit appelé à la rescousse pour diriger un gouvernement d'union nationale. Mais la classe politique aura t elle le courage nécessaire pour éviter un nuafrage ou une crise institutionnelle?

Les commentaires sont fermés.