Le cas Trierweiler

Imprimer

Version:1.0 StartHTML:0000000105 EndHTML:0000007352 StartFragment:0000002408 EndFragment:0000007316

Le cas Valérie Trierweiler

 

il semble, en ce cas d’espèce, que la méthode de François Hollande qui consistait jusqu’ici à faire le gros dos et à attendre que l’orage passe, butte contre ses limites. Je dis cela sans mauvais esprit et sans la moindre animosité. L’affaire est difficile et surtout douloureuse pour deux êtres qui se sont trouvés, aimés et qui aujourd’hui ne vont pas tarder à se déchirer. Cela est regrettable mais cela se comprend. En revanche, si l’on veut passer à tout autre chose et si le président veut que cesse ce handicap qui le poursuit  partout où il va, alors il faut trancher, dans un sens ou dans un autre.

 

 

 

De qui s’agit-il du président ou de l’homme ? Mais toute l’évolution de l’affaire prouve que ce qui touche le président touche l’homme et vice versa. Alors à quoi bon finasser car chaque jour qui passe apporte son lot de nouveautés et de rumeurs. Des éclaircissements, une clarification semble urgente et nécessaire.

 

 

 

Voici un exemple : hier soir, au restaurant, dans une table voisine, les clients se passaient l’un à l’autre le tirage papier d’un article paru dans un site d’internet. Il s’agissait de la folie destructrice qui se serait emparée de la première dame, ce fameux vendredi, lorsqu’elle découvrit dans Closer les fameuses photocopies prouvant la nature des relations de son compagnon présidentiel avec une actrice bien plus jeune qu’elle. Si l’on en croit les indications d’un haut fonctionnaire du mobilier national et des gardes républicains appelés à la rescousse pour maîtriser une dame en proie à une crise de folie, on a vraiment frôlé la catastrophe : la dame aurait fait irruption dans le bureau présidentiel, jeté par terre les dossiers et les documents ultra confidentiels du président, brisé des vases précieux, arraché des appliques, bref, et toujours selon les confidences de la personne en question (sous toutes réserves), une sérieuse bousculade aurait opposé les deux partenaires du couple. Au point que le médecin du palais fut appelé afin d’injecter un calmant à la dame..

 

 

 

Je souhaite du plus profond de moi-même qu’un démenti soit publié pour infirmer de telles informations, je souhaite ardemment que ce soient des rumeurs car sinon la fonction présidentielle n’en sortira pas indemne. Or, toujours à la table voisine, l’un des convives assura qu’un grand quotidien de la presse nationale allait reprendre cet article d’internet dans son édition dominicale.. Suspense …

 

 

 

En tout état de cause (et je le répète, je prie pour qu’il n’en soit rien), une clarification sera le bienvenue. Sur I-Télé Christophe Barbier faisait preuve d’une grande sévérité (méritée ?) en évoquant la nécessité pour François Hollande d’ ouvrir une page nouvelle dans sa vie amoureuse.. Je serais pour ma part, plus prudent et ne m’aventurerais pas à prophétiser. Le Talmud dit que depuis la destruction du deuxième de Jérusalem, seuls les enfants et les fois se mettent à prophétiser. Deux catégories de personnes que les gens qui ont un esprit rassis ne prennent jamais au sérieux.

 

 

 

Nous devons tous, et les commentateurs en premier lieu, faire preuve de compassion ou, au moins, d’humanité dans cette affaire : ces deux êtres se sont aimés, ont vécu ensemble un certain nombre d ‘années… Quoiqu’il arrive, ils ne doivent pas détruire ce qu’ils ont vécu.

 

Commentaires

  • "Nous devons tous, et les commentateurs en premier lieu, faire preuve de compassion ..." et de compréhension...
    Que pourrait jeter la première pierre à quiconque???
    Le plus sage: Quoi qu'il arrive, ne détruisons pas ce que nous avons vécu!
    Merci beaucoup

Les commentaires sont fermés.