En flanant le long des routes de France et de Suisse…

Imprimer

Sur les routes de Suisse et de France, d’un beau rivage à l’autre…

Au lieu de parler du soi disant royal baby ou des troubles en Egypte ou même des pseudo polémiques inventées de toutes pièces par des journalistes gravement désœuvrés en cette fin du mois de juillet (d’ailleurs, ne serait-il pas bon de fermer les journaux pendant la période estivale ?), je souhaite parler du bien vivre, de la détente estivale et des merveilleux lieux de vacances, tant en France qu’en Suisse.

Mais un petit mot de la France et des relations parfois contrastées entre les deux pays : à la fin des conférences à Genève, autour d’un bon café sur la place, face à l’université des Bastions, l’un de mes étudiants me racontait devant ses amis hilares un bon mot sur les Français. C’est une histoire où tous les pays du monde vont se plaindre à Dieu d’avoir outrageusement favorisé la France qu’il a doté de tant d’enviables bienfaits : bon climat, diversité des paysages, riches terrains agricoles, belles femmes, haute gastronomie, etc… etc… Dieu, me dit mon étudiant, écoute l’air pensif et finit par réagir : Oui, j’ai bien doté la France mais tous ces bienfaits sont tout de même contre balancés par un élément dirimantft : A la France j’ai aussi donné … les Français !!

Eh bien, je parlerai de magnifiques endroits tant en France qu’en Suisse. Partis en voiture à Genève afin d’y régler des détails de quelques conférences à venir, j’ai pu revoir ces magnifiques paysages baignés de soleil. Tant de nuances de vert, tant de collines ou de vallées en fleur ! Et puis surtout, cette atmosphère estivale si feutrée sur les bords du lac Léman. Mais tout près de Genève il y a Talloires et Annecy, une ville pleine de charme, bâtie d’une manière curieuse, un peu comme une succession de fermes isolées mais qu’un plan d’urbanisme moderne a reconstitué pour leur donner un aspect citadin..

Vendredi soir, on me fait remarquer qu’un passage à la synagogue pour le chabbat serait apprécié, nous nous y rendons sous une pluie battante. Et je peux revoir ce qu’est une petite communauté juive de province, fondée par un éminente personnalité locale, le regretté Rodolphe Moos, généreux donateur et mécène de la ville d’Annecy. Une plaque commémorative lui rend un hommage mérité. Nous sommes à peine un peu plus du quorum religieux. A la fin de la prière, je salue les présents et l’un d’entre eux me demande avec un accent inimitable d’Afrique du nord : Monsieur Hayoun,, c’est pas vous qu’on voit à la télévision… chabbat chalom !

A Annecy, il y a ce magnifique hôtel l’Impérial où vous avez une vue imprenable sur le lac.  Le charme n’est pas désuet et l’immeuble, majestueux, fait penser à l’hôtel Beaurivage de Lausanne. Alors que nous y étions, on vit soudain la ville s’animer le long de ses canaux, dans la vieille ville, à ne pas confondre avec une autre partie, nommée Annecy le Vieux… Le Tour de France passait par Annecy, ce que j’ignorais absolument. Il faut s’imaginer ce qu’est une foule compacte, venue applaudir les coureurs…

Une fois le calme revenu, nous sommes allés découvrir les hauts lieux de la fine gastronomie de la ville. Je demande à la réception l’adresse d’un beau restaurant italien sur place ; la jeune femme hésite un instant puis me recommande un établissement qui s’avérera excellent et qui répond au nom bien étudié de L’atelier des quatre gourmets ! Je n’aurais jamais donné un tel nom à un restaurant italien. Ne sachant pas faire marcher le GPS nous finissons par arriver au 16 rue Jean Mermoz. Et là, surprise ! Une gastronomie très fine, un vin blanc italien remarquable, Alissa,  un fromage (buffala) hors du commun et une pana cotta (mon dessert préféré) faite maison… Mais c’est en sortant, après avoir acheté à l’épicerie du restaurant ce bon vin blanc italien, que je découvre juste en face de l’Atelier des quatre gourmets, le magnifique restaurant étoilé (deux étoiles au Michelin) Le clos des sens. Nous entrons le visiter car il y a aussi un hôtel. Malheureusement, le restaurant était déjà complet pour les deux ou trois jours à venir. L’endroit semble magique, le personnel très stylé et accueillant.  Ne dit on pas en allemand et en yiddish : heureux comme Dieu en France (glücklich wie Gott in Frankreich) ?

Après quelques jours passés à ne rien faire, entre coupés de baignades dans le lac et de séances de bronzages sur les terrasses de l’hôtel, l’heure du retour sonne. Mais pour sortir d’Annecy, on trouve toutes les directions, sauf celle de Paris qui n’st pas annoncée explicitement. En fait, il faut prendre la direction de Genève et ensuite Paris est indiquée. Nous nous trompons mais ce fut une erreur hautement productive puisque Danielle redécouvre soudain, par un heureux hasard sur les bords de la troute, une belle hostellerie qu’elle n’avait plus revue depuis quatre décennies ! C’est un chemin en dénivelé qui nous y mène. Je suis réservé mais ma méfiance face à l’inconnu disparaîtra comme par un coup de baguette magique.

Nous sommes au Bourget du lac, l’hôtel s’appelle l’Ombremont et le restaurant (deux étoiles au Michelin) le Bateau ivre avec des menus nommés Verlaine, Baudelaire, etc… Nous nous installons sur une terrasse à l’ombre et pouvons de là contempler ce lac merveilleux.

Le service et la nourriture sont à la hauteur de la réputation de ce lieu. Certes, je ne peux pas tout y manger mais les poissons du lac y sont largement représentés. Et le chef étoilé, Monsieur Jacob, vient nous saluer et nous raconter l’historique de son établissement. Il rend hommage à son père qui fut un excellent restaurateur et nous explique les différentes étapes ayant conduit à son installation sur place. Il est légitimement fier de faire partie de la chaîne des relais-châteaux. Son site est magnifique et on y trouve même une belle piscine. Le rêve…

Oui, les vacances sont merveilleuses surtout lorsqu’il fait beau, qu’on est disponible, que les soucis ou les tracas quotidiens sont loin de nous.

Esprit méthodique qui craint toujours les improvisations et les imprévus, je dois reconnaître que cette fois ci j’ai bien apprécié ces rencontres dues au hasard. Mais le hasard existe-il vraiment ou sommes nous simplement incapables de relier les choses entre elles comme il convient ? En philosophie, j’ai toujours été intrigué par l’idée même de causalité : s’agit d’un enchaînement purement mécanique des choses ou existe t il une volonté personnelle qui les agence, nous guide à notre insu vers des lieux qui ont quelque chose à nous dire ?

Les commentaires sont fermés.