Des enfants israéliens et palestiniens jouent au foot ball

Imprimer

Une lueur d’espoir au Proche Orient : des nefants israéliens et palestiniens jouent au football

Je m’apprêtais à vous parler ce matin de tout autre chose, de luttes partisanes, de démissions retentissantes, de critiques acerbes contre des projets de loi fort controversés, bref encore de choses qui ne vont pas et voici que BFM Tv passe un bref reportage où l’on pouvait voir un match de foot entre des jeunes d’Israël et de Palestine. Voilà enfin, avec la timide apparition du printemps, une lueur d’espoir, une raison d’espérer. Même l’Union Européenne suit ce projet de près et l’aide à se développer. Le reportage indiquait que le processus de paix était au point mort et qu’aucune des parties ne souhaitait faire évoluer sa position. Mais écouter ces enfants dire que l’affrontement sportif et amical entre leurs équipes les rapprochait les uns des autres fait vraiment chaud au cœur. Comme vous le savez, j’écoute chaque jour les chaînes satellitaires arabes et le discours (non pas des rédactions) mais des interviewés est hélas désespérant… Alors, entendre ces jeunes non encore contaminés par l’antisémitisme ni la haine d’Israël, parler de leurs voisins et jouer au football dans un terrain tout proche de Tel Aviv a quelque chose de réconfortant. Tout comme l’annonce que la popularité du Hamas à Gaza fond comme neige au soleil, au profit du pouvoir représenté à Ramallah par M. Mahmoud Abbas. Je me souviens d’un événement révélateur qui s’était produit il y a quelques années : une organisation humanitaire israélienne avait organisé une sortie d’une journée à Tel Aviv  pour un groupe d’enfants palestiniens. Au programme, tournée en autocar dans la région et déjeuner sur l’une des plages de Tel Aviv avec baignade et jeux (Volley ball, basket ball, etc…) Dans l’autobus du retour, un enfant palestinien demande au guide qui le ramène chez eux  si l’endroit où ils étaient et que les Israéliens appellent Tel Aviv était une nouvelle colonie en  territoire occupé…

Les commentaires sont fermés.