La Turquie et Israël, vers un rétablissement mais sans réchauffement

Imprimer

 

La Turquie et Israël : vers un rétablissement mais sans réchauffement.

 

Si l’on devait chercher désespérément  ou presque un élément constructif ou une retombée positive du voyage du président Obama au Proche Orient (hormis son aspect touristique à Bethlehem et à Pétra) ce serait sans conteste le rétablissement de relations normales mais non plus chaleureuses entre Jérusalem et Ankara. En effet, avec l’Arabie Saoudite et les monarchies du Golfe, il s’agit de deux alliés solides des USA dans cette région en proie à des soubresauts depuis toujours : M. Obama avait donc tout intérêt à pacifier les relations entre ces deux puissances régionales. Et Ankara est de surcroît membre de l’OTAN. Enfin, les difficultés de M . Erdogan tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de son pays l’on rendu moins récalcitrant.

 

DE son côté, Israël a fait un geste puisque M. Netanyahou a appelé son homologue turc pour lui présenter des excuses, suite à la riposte israélienne contre les convois turcs désireux de se rendre à Gaza malgré  l’interdiction de Tsahal.  Saül Liebermann s’y opposait avec quelque raison mais comme il est actuellement empêché, le premier ministre a pu agir.

 

L’affaire avait été préparée par les Américains et par quelques rencontres discrètes. Les ambassadeurs ont été envoyés à leurs postes respectifs et il semble que la situation en Syrie et les remous en Egypte aient convaincu le premier ministre turc que son meilleur allié, fiable, puissant et démocratique, n’était autre qu’Israël. M. Erdogan a pris son temps, il a fini par comprendre que les impératifs de politique intérieure ne devaient jamais peser sur les bons choix à l’extérieur.

 

C’est un bon signe pour la suite. M.Erdogan n’ignore pas que les USA et Israël vont sûrement agir en Iran dans les semaines qui viennent, eu égard au retour du beau temps et de la saison chaude.

 

La Michna, une partie du Talmud dit que celui qui vient se purifier doit bénéficier de toutes les facilités. On lui facilite la tâche. Ha-ba lehitthér, messsaye’im lo/

 

Maurice-Ruben HAYOUN

In Tribune de Genève du 24 mars 2013

 

Les commentaires sont fermés.