Titre de la noteLa télévision a parfois du bon..

Imprimer

La télévision a parfois du bon..

Cela est rare mais cela peut arriver et quand c’est bien le cas le
convient de le dire et de le faire savoir. Mercredi soir, à une heure
où les idots dorment, France 3 a diffusé un magnifique reportage sur
Jérusalem, très équilibré, bien fait et avec des commentaires
intelligents. D’habitude, je passe mes soirées ou mes veilles à
méditer sur des philosophes, à préparer des conférences ou à corriger
des épreuves, là j’ai pu savourer le fait de payer une redevance TV à
l’Etat français.

On pouvait voir la cérémonie du feu chez les orthodoxes, les rites
arméniens, les plus anciens à Jérusalem (bien après les juifs ;
évidemment) et les Arabes, plutôt modérés dans les critiques,
d’ailleurs presque inexistantes.

On a eu droit à une tournée des boutiques, notamment d’Arméniens qui
font des tatouages et là j’ai pu me rendre compte combien l’humanité
est une et unique, en dépit de toutes différences, les divergences,
les oppositions et les rejets qui jalonnent notre histoire, si peu
humaine.

Un vieil Arménien sémillant de malice et d’intelligence, parfaitement
francophone, a une boutique de tatouage, il la met désormais entre les
mains de son fils afin que survive cette tradition de tatouer une
petite croix chrétienne sur le poignet. Il expliquait devant une
vieille femme qui venait de se faire tatouer que c’est seulement après
le tatouage que l’on passait du rang de touriste à celui de pèlerin.

Mais ce qui était intéressant, c’est la motivation de son postulat. Il
dit ceci= si l’on s’apprête à commettre un acte délictueux ou
criminel, voler, frapper, tricher, bref ce qui ne se fait pas, à la
vue de cette croix tatouée sur sa propre main, on réprime par soi-même
cet acte condamnable. C’est donc la vision de cette croix tatouée.

Or, c’est précisément ainsi, par la vue, que le Pentateuque nous
recommande de coudre à nos vêtements des franges rituelles (petillim)
: vous les verrez, et vous vous souviendrez de tous les préceptes
divins (u-re’itém oto u zekhratem et kol mitswot ha-Shem wa assitem
otam. Et vous les accomplirez. C’est un commandement biblique.

Etrange de retrouver dans la bouche d’un vieil ARMÉNIEN MALIN,
PARTFAITEMENT FRANCOPHONE, le même raisonnement…

Ce qui atteste sans conteste la profonde unité de l’être humain, quel
qu’il soit.

C’est peut-être cela, la sainteté sans pareille de la cité du roi David.

Les commentaires sont fermés.