Qu’est ce que le harcèlement sexuel ?

Imprimer

Qu’est ce que le harcèlement sexuel ?

Voici un thème qui fait couler tant d’encre en France malgré l’entrée de la campagne présidentielle dans sa phase décisive. Il s’agit d’une décision du Conseil Constitutionnel, instance judiciaire suprême, qui examine si la législation en vigueur est conforme aux principes républicains. Et voici que cette autorité juridique absolument indépendante décide d’annuler la loi sur le harcèlement sexuel au motif qu’elle ne détermine pas avec suffisamment de netteté le champ d’application de la mesure. Du coup,  toutes les affaires en cours d’enquête et de procès disparaissent. On comprend l’émoi des associations féministes et des victimes, réelles, celles-là, qui voient leurs agresseurs profiter d’une mesure qui ne visait pas d’intention première à les amnistier…

Qu’en est-il au juste ? Et pourquoi donc le Conseil a-t-il pris cette mesure, dans l’attente que le gouvernement fasse une autre proposition au parlement ? Autant il faut punir sans retenue les gens qui agressent d’autres personnes, femmes ou hommes, autant il faut être sûr de son fait. C’est là que la bât blesse. Hélas, la mesure qui se veut plus juste entraîne tout d’abord une injustice à l’endroit des victimes véritables. Car il y en a, même beaucoup, et ces victimes voient leurs tourmenteurs acquittés, que dis-je ? même dispensés de procès.

Le Conseil a été sensible aux injustices entraînées par cette loi. A travers une affaire récente, on a vu des femmes dire, à tort ou à raison, qu’elles avaient été victimes de viol et de harcèlement sexuel. Ces plaintes sont malheureusement fondées, mais il arrive aussi que de prétendues victimes se jurent la perte d’un homme ou d’une femme, ruinant ainsi sa carrière et sa vie, au seul motif qu’ils ou qu’elles n’ont pas pu de lui ou d’elle ce qu’elles voulaient… Souvenons nous de ce petit fils accusant injustement son propre grand père, avant de se rétracter quelques années plus tard ! Même quand c’est le cas, l’opprobre reste indélébile, comme la malédiction de Caïn.

Il arrive qu’un professeur qui ne note pas bien une personne, un médecin qui délivre pas le médicament qu’on veut, un avocat qui n’agit pas comme on le veut, se voient accusés d’un tel harcèlement. Je me souviens aussi du cas d’un grand chercheur, accusé par sa collaboratrice de harcèlement. Le tribunal l’a acquitté, mais une autre cour aurait pu agir autrement. On connaît la caractère aléatoire des décisions de justice.

On connaît bien moins les dégâts irréparables qu’elles causent…

Commentaires

  • c'est le pouvoir absolu recherché par une personne sur une autre a qui l'on a toujours dit,aimes ton prochain comme toi même,tends l'autre joue,tout le monde il est gentil etc ! les victimes très souvent sont des enfants de parents qui ont été battus dans leur enfance et qui n'ont jamais appris qu'en affirmant un non catégorique on sauvait sa peau en premier, charité bien ordonnée ne commence-t'elle pas par soi-même?
    Il existe aussi un mobing de la part de certains parents qui encore maintenant croient qu'en couvant trop leurs enfants ils leur rendent service et c'est tout le contraire.
    Combien de femmes ayant dépassé les 60 ans affirment en riant,ah si on avait su on aurait fait pire.Beaucoup ayant compris très vite l'importance de tenir tête au père de famille.La soumission féminine a rendu service aux abus sexuelles,le fameux une bouche de moins à nourrir hérité d'une époque aux moeurs faciles a favorisé aussi ces perversions sexuelles qui souvent étaient le fruit inconscient de pères remariés n'hésitant pas à rejeter les enfants du premier lit dans les bras de n'importe qui.Même l'église était complice indirectement soit,mais tout de même!

Les commentaires sont fermés.