Le débat d’hier entre Nicolas Sarkozy et François Hollande,

Imprimer

Le débat d’hier entre Nicolas Sarkozy et François Hollande,

 

Ce débat a dû battre des records d’audience, pourtant il fut trop long, confus et entre coupé d’interruptions et de réparties mal équilibrées. Au-delà des deux finalistes, les journalistes responsables de la conduite du débat n’ont peut-être pas été à la hauteur.

 

J’ai l’impression qu’on a changé d’époque : c’est une habitude bien française, héritée de la république des professeurs et des avocats, de croire qu’une telle confrontation d’idées peut apporter la lumière, décider les électeurs et rendre le champ de manœuvre plus visible. Ce ne fut pas le cas.

 

On n’en est plus à l’époque des débats entre François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing, ni à l’opposition François Mitterrand et Jacques Chirac. Certaines formules ou réparties de ce temps là sont entrées dans l’histoire… C’est une ère nouvelle, aujourd’hui, les problèmes ont changé de nature, le champ politique s’est diversifié, le parti communiste a disparu, la droite lepéniste s’est rudement fortifiée et l’écologie a fait son apparition. En une phrase, ce n’est plus le même monde.

 

Pourtant, on sent bien que c’est l’avenir du pays qui se joue, la forme que prendra ou ne prendra pas son identité, sa place en Europe et dans le monde. En une phrase, le bien-être ou la ruine de ses habitants, c’est-à-dire la pérennité du modèle français auquel, personnellement, je ne crois plus vraiment. Je repense à une expression ancienne de VGE, évoquant in petto une forme de société duale»

 

Et ceci met en cause les élites. Il ne s’agit de désigner un coupable qui servirait de victime expiatoire. Nous n’en sommes plus au temps du règne d’une sorte de culte sacrificiel. Mais il y a un hiatus entre les classes sociales en France. Hier un important diplomate allemand me confiant son admiration pour les élites de notre pays. Il avait raison, mais ces mêmes élites devraient irradier davantage sur le reste de la population qui représente tout de même 95% … Usons d’un euphémisme : ce n’est pas une quantité négligeable !

 

Alors que je pensais le contraire, je vais finir par croire qu’au fond le débat d’hier n’a pas fondamentalement changé la donne, même si rien n’est joué et que les électeurs se détermineront seuls dans le secret de l’isoloir. Cependant, je n’exclus pas un resserrement de l’écart.

 

Le seul facteur déterminant, celui qui pèsera lourdement dans la décision finale des votants, c’est la crise. Ceux qui penchent en faveur du candidat du PS ne voient qu’une chose : la crise, l’incertitude de l’avenir, le saut dans l’inconnue et les bouleversements que cela implique pour la vie de chacun. Cette préoccupation est légitime. Mais ce qui l’est moins, c’est (encore une réponse très française) de confondre la crise avec les gouvernants du moment et de leur en imputer la responsabilité. Ceci est injuste.

 

Mais qui se préoccupe de justice et de vérité ? Dieu certainement, mais pas les forces politiques.

 

Maurice-Ruben HAYOUN

In TDG du 3 mai 2012

Commentaires

  • Pour une fois que vous écrivez quelque chose de plus ou moins potable.

  • « Mais ce qui l’est moins, c’est (encore une réponse très française) de confondre la crise avec les gouvernants du moment et de leur en imputer la responsabilité. Ceci est injuste. »


    Si Sarkozy n'y est pour rien dans l'explosion du chômage, de la dette publique, de l'augmentation des faillites et des délocalisations, etc., etc., à quoi peut-il bien servir??? Et donc, pourquoi le garder???

  • La question posée par "Kiki" mérite à mon avis quelques commentaires.
    Tous ces maux dont souffre la France peuvent en effet être considérés globalement, car leurs causes interfèrent les unes avec les autres.
    Le chomâge, les faillites et les délocalisations peuvent trouvent leur origine dans les mêmes causes :
    La non compétitivité des entreprises françaises.
    Je ne pense pas que l'on puisse contester que les "fameuses" 35 h n'en soient pas en partie responsables, cette brillante disposition dont Mr Sarkozy a hérité. Quand on impose à un patron dont l'entreprise est déjà en difficulté qu'il va devoir payer ses employés pour 39 h de travail alors qu'ils ne vont plus en faire que 35, il ne faut pas s'étonner de l'accroissement de ses difficultés !
    Je ne pense pas non plus que que l'on puisse contester, quoiqu'en dise l'opposition, que les conditions de travail et de rémunération de la main d'oeuvre française soient un facteur très favorable de compétitivité. Il me semble que si ces patrons français si décriés vont installer leur activité dans des pays où les prix de revient sont acceptables, ce n'est pas pour s'en mettre plein les poches ou jouer un mauvais tour aux syndicats, c'est tout simplement pour essayer de "sauver les meubles"; encore ferais je observer qu'une partie des personnels arrivent ainsi à ne pas perdre leur activité, notamment les services d'études et la main d'oeuvre hautement qualifiée qui peut intervenir à l'étranger.
    Le gouvernement peut certes procéder de manière autoritaire. On appelle ça de l'économie dirigée. On a vu ce que cela a donné dans certains pays aux idéologies gauchisantes, l'URSS notamment où le régime politique s'est effondré tout seul.......Car ne l'oublions pas aucun pays n'est seul au monde, principalement de nos jours avec la mondialisation. Et cette situation me paraît difficilement imputable au président actuel !
    Maitenant il y a la dette......Cette dette dont on dit qu'elle a commencé à apparaitre en 1974....Quel âge avait Mr Sarkozy à cette époque......
    Il est vrai que Mr Sarkozy n'a pas manqué d'imiter ses prédécesseur et on peut lui reprocher d'avoir mis trop de temps à réagir à ce suicide économique. Mais pouvait il faire autrement ?
    D'abord il y a le fait qu'en France, grâce "aux luttes" les conditions de travail, les durées des congés, les conditions de retraite et le niveau des rémunérations se sont fortement améliorées au fil du temps, dans des périodes ou l'écononie était très florissante. Bien sûr je ne le regrette pas; je vous avouerai d'ailleurs pour dissiper tout malentendu, que je suis un retraité qui a travaillé comme salarié jusqu'à 62 ans et demi et qui en a profité lui aussi !
    Mais enfin, toutes ces améliorations se sont ajoutées les unes aux autres et rien n'a été changé quand la situation financière et économique française (et mondiale) se sont dégradées.
    Enfin, je citerai pour mémoire l'abus impensable des français aux prestations de santé qui fait que la Sécurité Sociale est perpétuellement en déficit et qu'il faut renflouer sa trésorerie en permanence. Faut il en incomber la faute à Mr Sarkozy malgré les dispositions conservatoires si décriées qu'il a prises ?
    D'ailleurs, Mr Sarkozy, à supposer qu'il l'ait envisagé, pouvait il dès son élection prendre des mesures pour tenter un redressement des finances publiques?
    Pesonnellement je ne le pense pas, car Mr Sarkozy, dès les premiers mois de son mandat s'est heurté à une farouche opposition politique, totalement antidémocratique qui ne fait d'ailleurs pas honneur à l'opposition, laquelle avait pourtant été largement battue "à la loyale". Vous ne me croyez pas : Souvenez vous du temps où le Président de la République était aimablement qualifié de "nain de jardin".
    Les Français qui ont l'habitude se plaindre beaucoup seraient bien avisés de considérer qu'ils vivent dans un régime démocratique (tel qu'ils le conçoivent tout du moins...). C'est un régime politique dans lequel les candidats ne sont élus qu'en faisant d'alléchantes promesses.....Ils ne les tiennent généralement pas toutes, mais quand même, ils ne peuvent toutes les ignorer une fois élus.
    On peut constater cette réalité dans la période actuelle de campagne éléctorale pour l'élection du Président de la République.
    Qu'ils ne viennent pas se plaindre, dans 5 ans, d'avoir fait un éventuel mauvais choix !

  • @Gérard

    Trop long et trop indigeste. Pouvez vous résumer ?

  • C'est écrit pour des lecteurs pourvus d'une certaine capacité d'analyse. Nul n'est tenu de lire ma réaction à vos (respectables) réflexions.
    Est ce suffisamment concis ?

  • @ Gérard

    Votre analyse est bonne sauf, que vous n'osez (?) pas écrire que Sarkozy a été un faible en laissant des 35h, en politique fiscale, en ne réformant pas l'éducation nationale et les grandes écoles, en se pliant aux lobbies islamiques ce faisant en matière d'immigration ou l'islamisation est constatée, enfin, il a baissé pavillon face aux banques.

    Ou a-t-il fait une bonne réforme des retraites? Les handicapés à 80% ne peuvent partir à la retraite avant soixante ans, ils ne peuvent comme les fonctionnaires, racheter des trimestres...

    Les cotisations sociales ne sont pas à la hauteur des besoins, c'est mathématique, il faut ajouter que des catégories professionnelles aisées ne paient pas à leur justes valeurs les dépenses de santé.

    Toute la famille des employés de la SNCF ne paient pas le train.Ajoutons les privilèges des fonctionnaires...

    Aucune réforme des banques ou une nationalisation partielle est nécessaire afin de contraindre celles ci à ne plus jouer avec l'argent de la véritable économie avec des taux d'environ 20% pour les crédits consommation. Aucune réforme pour harmoniser les lois en matière de surendettement entre l'Alsace et les autres départements etc...

    je connais bon nombres d'artisans ou chefs d'entreprises de qualité, et autant qui se paient des 4X4 ou villas de princes, alors que leurs employés -qualifiés sont au smic...sans compter que leurs mioches ont leurs maisons à vingt ans!

    On peut aller très loin dans les manquements de Sarkozy et sa bande, en matière d'islamisation ou plus de 12 000 islamistes très dangereux sont près à en découdre avec n'importe quel pouvoir afin que la charia s'applique en France. Ou est la politique de réciprocité avec les pays musulmans ou des chrétiens sont massacrés des juifs sont obligés de quitter les lieux etc..

    Il faut être convaincu des bienfaits du capitalisme vertueux, de la liberté d'entreprendre pas aux charlatants du système libéral des clans, des tribus..

    Un dernier mot sur les nouvelles énergies ou là, on se moque du monde afin de faire plaisir aux royautés des pays du golf Persique. Nous sommes largement en retard par rapport aux besoins.

    En résumé, Hollande a été "fabriqué" par cette vieille droite conservatrice qui n'a plus d'idéal sauf pour se donner bonne conscience....

  • @Pierre Noël,

    Le point de vue que j'ai développé à la suite du commentateur "kiki" avait pour objet de déresponsabiliser Mr N.Sarkozi des quatre principales critiques qui lui étaient faites, le chômage, la dette publique, les faillites et les délocalisations d'entreprises. Je suis bien aise que vous m'ayez compris et ce résumé succint de mon propos devrait par la même occasion satisfaire ceux (ou celui) que ma prose aurait pu indisposer....
    Vous ajoutez un certain nombre de reproches à lui faire; je ne les partage pas toutes mais peu importe, je suis d'accord avec certain d'entre eux. Il est inévitable que la politique menée par le gouvernement de Mr N.Sarkozy ait négligé des problèmes auxquels tels ou tels français attachent plus ou moins d'importance. Toute action dans un laps de temps assez court (5 ans) présente inmanquablement des défauts. Et puis le grand public juge avec les éléments mis à sa disposition (souvent par des journalistes "engagés" ou tout simplement plus ou moins compétents). Il ignore, ce public, des éléments déterminents auxquels seuls certains hauts responsables ont accès. Il peut ignorer aussi les arbitrages auquels il faut se livrer pour que les décisions prises ne puissent pas provoquer de réactions susceptibles de faire plus de mal que de bien.
    Enfin, tout ne pouvant être entrepris à la fois, il faut savoir apprécier les urgences à leur juste mesure.......
    En bref, gouverner c'est prévoir, mais je crois que ce n'est pas si facile que ça et il me semble que peu de gens en ont conscience !
    A l'heure actuelle, tout le monde donne Mr F.Hollande vainqueur. Si cette prévision se réalise, bien que je ne sois pas favorable à priori à son programme, j'espère qu'il réussira pleinement à redresser la France de sa situation délicate et à satisfaire ainsi nos compatriotes (Là sera certainement le plus dur !).
    Ainsi nous verrons bien qui avait raison....Je rappelle que la prochaine campagne pour l'élection Présidentielle commencera dimanche prochain à 20 heures.

  • @ Gérard

    Hollande peu très bien réussir s'il constitue un gouvernement d'union nationale. Il ne peut aller en faveur d'un "peuple de gauche" mais doit se "recentrer" en fonction de l'appel du pied de Bayrou.

    Oui, gouverner c'est prévoir je fais partie d'un petit groupe qui a alerté Sarkozy par l'intermédiaire de deux députés et un Sénateur, sur un certain nombre de difficultés liées à l'islamisation des banlieues, des villages...

    La réaction est venue trop tardivement ce qui a eut pour effet de consolider le FN.Nous l'avions -écrit- !

    Il n'a pas été assez près de la réalité ou plutôt ses "conseillers" n'ont pas fait leur boulot?

    Nous avons réussit à faire modifier la loi sur les retraites des jeunes entrepreneurs, qui, ne payant pas de charges la première année, perdaient quatre trimestres ( pour une économie de l'entrepreneur de 100€/ mois, celui-ci perdait à la retraite en réalité 200€/700€ mois et une année de retraite en moins en final..)

    Il y a eut des textes de loi à l'emporte pièce, pour aboutir à plus de problèmes qu'auparavant..(loi sur le surendettement, loi sur le harcèlement sexuel ou non etc..)

    N'oublions pas que son échec, est aussi l'échec de celles et ceux qui ont voté pour lui en 2007. C'est l'échec de la France qui entreprend.

  • Pierre Noël,

    Je suis un peu sceptique concernant l'efficacité des gouvernements d'union nationale toujours très fragiles et dans lesquels chacune des différentes composantes tirent le char de l'état dans la direction qui leur convient !

    Ceci étant dit, merci que l'on veuille bien me pardonner les nombreuses fautes de français de mes commentaires, fautes que par un malin hasard je n'arrive à voir qu'avec retard.....

  • @ Gérard

    Pour les fautes ce n'est pas grave, ce qui compte c'est la qualité du message.

    Il me semble qu'en période de crise très grave, les obligations des gouvernants ne sont pas les mêmes. Nous allons bel et bien à la catastrophe, ce qui va obliger le futur Président à appliquer une politique ou les marges de manoeuvres sont faibles.Une alliance de bon sens me paraît nécessaire.

    Le FN est aussi, source d'un possible remue ménage*, dans la mesure ou la flexibilité de l'emploi comprend la fin des CDI. (contrats à durée illimités ou indéterminés)

    *Bien des salariés, des artisans, des paysans, des chômeurs, sont allé voter pour les thèses du FN.

    Les extrémistes représentent 30 à 35% des votes exprimés; la fin de l'état providence provoquera une incompréhension pour beaucoup d'entre eux, n'oublions pas les retraités, etc...Les semaines qui viennent vont être très difficile.

Les commentaires sont fermés.