Mythes, paraboles et allégories dans la Bible.

Imprimer

Mythes, paraboles et allégories dans la Bible.

CONFÉRENCE A LA MAIRIE DU XVIE ARRONDISSEMENT

Le 2 mai 2012 à 19 heures

La littérature biblique comporte une diversité de genres littéraires.

Nous avons deux grandes subdivisions réparties entre le judaïsme et le christianisme : la Bible hébraïque, d’une part, et les Evangiles, second testament, d’autre part.

Dans la Bible hébraïque, le canon compte 24 livres : le Pentateuque, les prophètes et les hagiographes. Parmi cette dernière rubrique, nous découvrons une forme de littérature sapientiale, de la sagesse comme le livre des Proverbes, de l’Ecclésiaste, de Job, sans oublier une certaine partie du livre des Psaumes.

Commençons par définir les différentes figures ou genres littéraires que sont les mythes, les paraboles et les allégories .

INSISTER SUR LE SENS QUADRUPLE DE L’ECRITURE

a) mythes.

Veulent généralement rendre compte des origines, avant l’Ecriture de l’Histoire. Veulent nous informer de l’origine du mal, du sens de l’existence, la vie s’arrête-t-elle avec la mort ?

Ce terme est généralement appliqué à la mythologie grecque, à l’Iliade et à l’Odyssée d’Homère qui fut l’instituteur de la Grèce comme Moïse le fut pour la Bible et le judéo-christianisme. Mais peut-on parler de mythes dans la Bible ? Oui et non. Pour les croyants, les récits bibliques n’ont pas l’inconstance des mythes, ne font pas intervenir un panthéon où figurent des héros divinisés. La Bible est considérée comme le document révélé du monothéisme éthique.

Pourtant, cette Bible sur un mythe universel, celui du couple paradisiaque et de la création du monde. Cette cosmogonie est mythique.

Mais le mythe n’est pas qu’un bavardage sans intérêt, il faut l’interpréter allégoriquement pour en extraire une certaine philosophie ou sagesse.

Le mythe apparaît aussi dans le récit de certaines naissances miraculeuses, par exemple celle de Moïse ou de Jésus, où une providence divine particulière accompagne les premiers pas d’un héros appelé à un brillant avenir. C’est ce que Freud nommer le roman familial.

Adam et Eve au paradis.

Caïn et Abel

Depuis le XIXe siècle, on a découvert l’épopée de Gilgamesh avec cette histoire du Déluge et du corbeau envoyé pour constater la baisse des eaux.

La tour de Babel et la confusion des langues

Abraham Sara et la naissance d’Isaac

Sodome et Gomorrhe (visite des trois anges)

Le combat de Jacob avec l’ange

La ‘accession de Joseph à le vice royauté en Egypte : récit mythique de la promotion légendaire d’un Hébreu vendu comme esclave et devenu le maître de l’Egypte.

Moïse et le buisson ardent

Le veau d’or

LES MURAILLES DE JÉRICHO

Combat de David contre Goliath

Daniel dans la fosse aux lions

b) les paraboles

Les récits paraboliques tant dans la Bible hébraïque que dans les Evangiles visent à édifier le lecteur, à lui transmettre par une image ou une métaphore une valeur d’ordre religieux.

Les arbres se donnent un roi Jg 9

Le riche et la brebis du pauvre 2S 12

L’ajonc et le cèdre 2R 14.9s//

La vigne Es 5 ; Jr 2 ; Ez 15 ; 19.10ss La vigne et les aigles Ez 17

La lionne et ses petits Ez 19.1-10

Les deux femmes, les deux alliances.

Epître aux Galates 4 ;24

Jésus, selon les évangiles synoptiques

Jeûne et mariage, vin nouveau, pièce neuve Mc 2.18-22// Béelzéboul et l’homme fort Mc 3.22-27// Le semeur Mc 4.1-9,13-20// La lampe Mt 5.14-16 ; Mc 4.21 ; Lc 8.16 ; 11.33 La semence qui pousse toute seule Mc 4.26-29 La mauvaise herbe Mt 13.24-30,36-43 La graine de moutarde Mc 4.30-32// Le levain Mt 13.33 ; Lc 13.20s Le trésor et la perle Mt 13.44-46 Le filet de pêche Mt 13.47-50 Le scribe disciple et le maître de maison Mt 13.51s Le retour de l’esprit impur Mt 12.43-45 ; Lc 11.24-26 Les ouvriers de la onzième heure Mt 20.1-16 Les vignerons meurtriers Mc 12.1-12// Le figuier Mc 13.28-32// Le sel Mc 9.49s// Les serviteurs qui veillent Mc 13.35-37 ; Lc 12.35-40 L’œil et la lampe Mt 6.22s ; Lc 11.34-36 L’esclave de deux maîtres Mt 6.24 ; Lc 16.13 La paille et la poutre Mt 7.1-5 ; Lc 6.37-42 La maison bâtie sur le roc ou sur le sable Mt 7.24-27 ; Lc 6.47-49 L’esclave impitoyable Mt 18.23-34 L’esclave / l’intendant fidèle Mt 24.45-51 / Lc 12.42-48 Les dix vierges Mt 25.1-13 Les talents / les mines Mt 25.14-30 / Lc 19.11-27 Les moutons et les chèvres Mt 25.31-46 Les deux débiteurs acquittés Lc 7.41-43 Le bon Samaritain Lc 10.30-37 L’ami importun Lc 11.5-13 L’homme riche et ses projets Lc 12.16-21 Le figuier stérile Lc 13.6-9 La première et la dernière place Lc 14.7-14 Les invités au banquet Lc 14.16-24 La tour et le combat Lc 14.28-33 Le mouton retrouvé Mt 18.12-14 ; Lc 15.1-7 La drachme retrouvée Lc 15.8-10 Le fils retrouvé (« le fils prodigue ») Lc 15.11-32 Les deux fils Mt 21.28-32 Les noces Mt 22.1-14 L’intendant infidèle Lc 16.1-9 L’homme riche et Lazare Lc 16.19-31 Le maître et l’esclave Lc 17.7-10 La veuve et le juge Lc 18.1-8 Le pharisien et le collecteur d’impôts Lc 18.9-14     Jésus, selon Jean La nouvelle naissance Jn 3.1-33 Le pain du ciel Jn 6.25-58 Le bon berger Jn 10.1-16 La vigne et les sarments Jn 15.1-6

C) Les allégories bibliques

L’échelle de Jacob, avec ses anges qui montent et descendent.

En conclusion, la Bible ne vise qu à édifier, transmettre une éducation morale et religieuse. Et se sert cet effet de divers genres littéraires comme le machal et son explication, le nimchal.

Les commentaires sont fermés.