Qui sera le prochain président de la République française ?

Imprimer

Qui sera le prochain président de la République française ?

Oui, qui sera donc le nouveau président de la République française ? Je pose la question au masculin, la candidate écologique n’ira pas jusqu’au bout et si elle venait à persister dans son projet initial, son score sera si faible qu’elle en perdrait toute crédibilité, à la fois pour elle (ce qui n’est pas une surprise) et pour son mouvement.

Je ne pense pas, non plus, que Marine le Pen serait en en situation pour l’emporter, même si elle faisait un bon score au premier tour. Par contre, il est hautement invraisemblable qu’elle devance Nicolas Sarkozy au premier tour, alors qu’ il n’est pas du tout exclu qu’elle l’emporte face au candidat socialiste qui caracole en tête des sondages tant que l’autre porte-avions (N.S) n’est pas encore sorti du port : Fr Hollande risque de s’effondrer lorsque N.S chargera ses armes et fera feu de toutes pièces. Son statut de président sortant lui interdit de passer immédiatement à l’attaque.

Que dire de François Bayrou ? Je note que son score a tendance à progresser au fur et à mesure que l’on se rapproche de la date du vote, mais qu’il ne transforme pas l’essai. Récemment, M. Field de LCI lui a posé la question suivante : avec qui seriez susceptible de gouverner en cas de victoire ? La réponse n’a pas été claire, le candidats centriste ayant évoqué l’existence d’une sensibilité centriste présente dans tous les partis représentés à l’Assemblée Nationale… Voire.

Et M. Mélenchon ? Il fera un score symbolique mais qui ne sera pas dérisoire car il tient un langage qui plaît aux couches les plus défavorisées de la population, notamment aux classes moyennes les plus exposées à la crise et donc menacées par un déclassement jugée insupportable. J’ai été surpris de voir et d’entendre l’assentiment de ces gens qui louent ce parler vrai et cette gouaille populaire et anti-élites…

Ce discours anti-élites me surprend et m’inquiète. Certes, plus que d’autres, je sais pour l’avoir personnellement subi, que les élites se reproduisent entre elles, veillent jalousement sur leurs privilèges et refusent de s’ouvrir à celles et à ceux qui n’ont pas suivi le même cursus ni opéré à travers les mêmes filières. C’est probablement un fait qui dure depuis trop longtemps et qui commence à froisser durablement et profondément les gens qui ne comprennent pas qu’il n’y ait pas plus de capillarité, de cooptation afin de donner sa chance à chacun et à renouveler les élites à l’aide d’un sang nouveau.

Toutefois, les critiques contre nos grandes écoles ou nos grands établissements (ENA, polytechnique, HEC etc…) sont aussi injustifiées lorsque la stigmatisation se fait globalisante et dépourvue de nuances. Donc excessive.

Roger Fauroux (qui partage mon engouement pour l’hébreu biblique) me disait un jour que si tous les énarques faisaient grève une seule journée, la France cesserait de fonctionner le jour dit… Il n’a pas tort, mais il faut aussi d’autres gens aux postes de responsabilités et dans les grands corps. Deux exemples parfaits : ni François Fillon (que j’admire) ni Nicolas Sarkozy (que j’ai toujours soutenu malgré son oubli de certaines promesses) ne sont d’anciens élèves de l’ENA… Un avocat d’affaires et un ancien assistant parlementaire dirigent la France. Ce qui prouve que le salut peut aussi venir d’ailleurs.

Un dernier point qui concentre les critiques et que même des diplomates européens en poste à Paris m’ont confié : la France, me disent-ils, n’a pas encore vraiment quitté la monarchie, tant le système de désignations et de nominations est opaque…

Enfin, j’en viens aux deux candidats les plus sérieux, Nicolas Sarkozy et François Hollande : Ce dernier a incontestablement réussi son premier meeting, même si les slogans et les recettes utilisés ce jour là sont d’un autre âge : on ne dit pas lors d’un tel meeting que son ennemi ou adversaire est le monde de la finance ! L’UMP s’est immédiatement engouffrée dans cette brèche et risque fort de mettre à mal le bon départ du candidat du PS.

Et Nicolas Sarkozy ? Selon moi, et sauf accident majeur (que je ne souhaite pas) il passera dès qu’il aura fait acte de candidature. Les mesures déjà préconisées par Fr Hollande n’ont pas encore été chiffrées et je pense que le duel de ce soir avec Alain Juppé, notre excellent ministre des affaires étrangères, devrait recentrer les sondages au bénéfice du candidat de la droite. Alain Juppé, c’est la force tranquille mariée à la solidité. Quel calme, quelle fermeté, quelle assurance ! Disparus ce ton cassant et cette arrogance qui indisposaient jadis gravement ses interlocuteurs.

Et il est heureux que Nicolas Sarkozy le laisse enfin faire.

La partie finale se jouera sur l’Europe, l’Euro et les conflits internationaux. Sur ces trois points, le président Sarkozy a toutes ses chances. Il lui faut simplement changer un peu son caractère, mieux écouter les personnalités les plus sages de son gouvernement (au premier rang desquels Fr. Fillon, Alain Juppé et Claude Guéant), et les choses devraient bien se passer.

En ces cinq années éprouvantes, il a beaucoup appris, mieux compris que la France était souvent ingouvernable et que l’esprit français obéit à des idiosyncrasies que l’homme politique, fût-il le plus doué ne saurait réformer.

 

Maurice-Ruben HAYOUN, professeur à l’UNI de Genève

Tribune de Genève du 25 janvier 2012.

 

 

 

Commentaires

  • Excellent point-de-vue par rapport à tous ces commentateurs enterrant un futur candidat sur la base de sondages très certainement peu fiables.
    Suivant l'actualité politique française depuis plus de 40 ans et m'étant jamais trompé sur le pronostic final de l'élection présidentielle (j'étais sûr de la victoire de Giscard en 1974 comme de sa défaite en 1981 - beaucoup de gens ayant voté Mitterrand, le ministre de l'intérieur ayant envoyé l'armée rétablir l'ordre en Algérie, même étant anti-socialo-communistes!!), je partage votre avis que M. Hollande ne va pas tenir la dernière distance, non pas seulement pour son indécision sur tous les problèmes mais aussi grâce ou à cause de la planche savonnée que n'arrêtent pas de lui présenter les autres éléphants du PS et son secrétariat central (même chose faite à Mme Royal il y a cinq ans, par les mêmes personnes d'ailleurs!).

Les commentaires sont fermés.