RETOUR SUR L’AFFAIRE DSK

Imprimer

RETOUR SUR L’AFFAIRE DSK
Il ne faudrait pas que l’acharnement judiciaire fasse une nouvelle victime, en l’occurrence DSK. Vous savez tous ce que je pense : cet homme doit retrouver sa liberté absolument et ensuite il sera confronté à lui-même, à sa vraie nature qu’il est le seul à connaître. Il devra faire face à ses actes qu’il est le seul à connaître, se tenir debout devant sa conscience et affronter le regard de ses proches : n’est-ce pas la pire des sanctions, être jugé par ses propres actes qu’on est le seul à bien connaître ? C’est la pire des sanctions, la plus grave des punitions.

En revanche, les personnes qui s’échinent à joindre un certain dossier français à celui de NY qui est vide, joue un jeu qui suscite bien des interrogations. Imaginez vous que la justice aurait  entre baillé sa porte pour une affaire (qui n’en est pas une si je comprends bien puisqu’il s’agit d’une tentative et non d’un viol : mais si je me trompe, qu’on veuille bien me corriger) et qui remonte à plus de huit ans ? Tous les juristes que j’ai saisi de l’affaire, dont certains, je le reconnais, ont défendu DSK dans d’autres affaires (mais qui n’engageaient pas ses mœurs proprement dites) m’ont répondu que les deux affaires, celle de NY (avérée mais sans culpabilité de DSK) et celle (hypothétique à l’heure où nous écrivons) devaient être disjointes et que le procureur de NY essayait, par ce biais, de faire pression sur les avocats de DSK pour qu’ils acceptent de plaider coupable sur des points mineurs, et ce, en vue de ne pas perdre la face complétement.

Car il faut bien se dire ceci : comment a-t-on pu un dimanche après midi à NY, en moins de quatre boucler (plutôt : bâcler) une affaire si grave et envoyer un personnage si important en prison ? C’est du jamais vu !! Et puis il y a les dommages et intérêts que DSK ne manquera de demander à la ville de NY…  Et je n’aurai pas la cruauté de parler de la réélection du procureur qui n’a plus aucune chance ! S’il avait tenu en laisse ses adjoints durant son absence dominicale, le pire eût été évité…

Oui, le pire… Il y a des conjonctions dans la vie qui peuvent tout changer. Mais pourquoi cette femme de chambre est-elle entrée dans la suite de DSK ? S’il avait eu un rendez vous urgent dans l’heure, il ne se serait rien passé… Qui sait ? J’ai toujours été intrigué par les théories de la providence, étant médiéviste à l’origine ; mais c’est partout pareil : réfléchissez, comment vous avez rencontré la femme de votre vie, comment  et où sont nés vos enfants, quels métiers ils ont choisis etc…

Ah, si le rendez vous avec Me Merkel avait été prévu vingt-quatre heures auparavant… Seigneur, comment faire pour que ce qui a été n’eût jamais été…

Les commentaires sont fermés.