LA DISPARITION DE L’INSPECTEUR COLUMBO

Imprimer

LA DISPARITION DE L’INSPECTEUR COLUMBO

ADIEU L’ARTISTE ! j’ai appris hier la disparition d’un homme qui a été vu et suivi, nous dit-on, par plus de deux milliards de téléspectateurs, un homme que j’aimais regarder à la télévision. Chaque semaine, France 2 programmait un épisode de sa série. Quand j’ai appris que deux ans avant sa mort, il souffrait de la maladie d’Alzheimer et de crises de démence, j’étais bouleversé : comment un homme si talentueux, si doué, pouvait-il avoir une si triste fin. L’aventure humaine, me suis-je alors dit, finit toujours mal car au bout du chemin, il y a la mort. Mais ce n’est pas la mort qui est un mal en soi, c’est la dégénérescence, l’effondrement de nos capacités mentales et physiques. Lors d’un dîner-débat avec des praticiens, j’exprimai mes doutes et l’un des médecins présents m’a fait remarquer ironiquement : vous aimeriez mourir en bonne santé…
Sa remarque était fondée, j’appris par la suite qu’il souffrait d’une maladie grave. Que faire ? Subir ou croire qu’après la mort, ce n’est pas le néant, le grand trou noir, l’aveuglement pour toujours comme le disait l’Ecclésiaste ? Je ne sais. Jean D’Ormesson, grand écrivain français mais aussi ancien élève de l’ENS, agrégé de philosophie, a donné à son dernier livre un titre intéressant : c’est une chose étrange que la vie…
Qu’est ce qui nous plaisait tant chez Columbo ? Cet imperméable à la propreté douteuse, ces cols de chemises d’un autre âge, cette 403 décapotable qui appelait la nostalgie et cette manière insidieuse de planter ses crocs dans la chair des suspects, sans jamais les lâcher jusqu’à ce qu’ils rendent les armes et avouent leur crime… Ce qui était aussi très remarquable, c’est que l’inspecteur Columbo n’a jamais tiré un seul coup de feu ni jamais frappé qui que ce soit. Autre point remarquable : ma femme, ma femme, mais on ne l’a jamais vu cette femme dont il se servait pour endormir ou tromper la vigilance des suspects.
Merci à l’inspecteur Columbo, le grand Peter FLAK, qui nous a fait oublier les problèmes et les soucis quotidiens en meublant si agréablement nos soirées hebdomadaires…

Les commentaires sont fermés.