Première victimes collatérales de l’affaire DSK

Imprimer

Première victimes collatérales de l’affaire DSK

C’était parfaitement prévisible : on a ouvert la boîte de Pandore, pour parler comme la mythologie grecque ! Les femmes, en France notamment, mais cela ne se limitera pas au pays de Jeanne d’Arc, vont commencer à évoquer les pressions, voire le harcèlement, qu’elle sont subis de la part de leurs collègues, patrons ou autorités…

Et si cela peut aider à moraliser les comportement et les attitudes, c’est une très bonne chose, mais on y instrumentalise l’affaire DSK pour des règlements de comptes alors c’est une vraie catastrophe. Ce qui st particulièrement choquant, c’est l’impossibilité même de résister à de telles accusations, pour ne pas dire de telles allégations.

Je ne préjugé pas de la culpabilité ni de l’innocence de tel ou tel, mais la présomption d’innocence existe. Et lorsque vous êtes au gouvernement comme ce fut le cas de Georges Tron, vous êtes aussitôt acculé à la démission, est-ce juste, est-ce éthique ? Absolument pas !

Nous devons avoir de la sympathie et de la commisération pour les victimes et faire droit à leurs plaintes, mais rendez vous compte ! Plus personne n’est à l’abri. Et les femmes, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne sont pas toujours naïves ni vulnérables. Il fut un temps, m’ont dit quelques avocates spécialistes du droit de la famille, où les femmes en instance de divorce, accusaient leurs anciens époux d’attouchements sur leurs filles afin d’être certaines d’en avoir la garde… Ce sont des pratiques qui furent banales à un certain moment au point que les juges, m’ont dit les mêmes femmes, ont fini par ne plus prendre en considération de telles plaintes lors de divorces douloureux et hautement conflictuels… Par conséquent, il faut aussi prévoir des peines lourdes et dissuasives pour toutes ces dénonciations calomnieuses…

Quand viendra le temps où hommes et femmes entretiendront des relations d’amour véritable ? Cela ne passera sûrement pas aux USA où les relations sont franchement placées sous la menace de la police, voire des cabinets de psychanalystes !

Les commentaires sont fermés.