DSK : La chute d’une étoile

Imprimer

DSK : La chute d’une étoile

 

Impossible de parler d’autre chose, ce matin, comme d’ailleurs tous les matins suivants tant que cette affaire absolument incroyable se maintiendra à la une de la presse internationale. Je crains aussi un retentissement sur le sentiment anti-américain en France car c’est une partie de l’Hexagone qui est jetée en pâture aux média outre-Atlantique.

On peut vraiment parler de la chute d’une étoile, même si, au plus profond de lui-même, je souhaite que DSK soit relâché, qu’il se ressaisisse et, d’une certaine manière, fasse amende honorable. Il faut aussi avoir une pensée pour la jeune femme, mère célibataire de deux enfants, qui a dû, elle aussi, subir un choc.

Comme l’écrivait Ernest Renan au milieu du XIXe siècle dans son œuvre de jeunesse, L’avenir de la science, publiée plus de quarante ans après sa rédaction, la Bible se situe au cœur de l’histoire humaine. On y trouve tout et notamment cette éloquente citation dans la bouche du prophète Isaïe (14 ;12) qui vivait au VIIIe siècle avant l’ère chrétienne : Comment est tu tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ?(Eykh nafalta mi-shamayim héllel ben shahar…)

En effet, ce qui arrive à DSK, c’est la chute d’une étoile. Malheureusement, il y a peu de chances pour qu’il retrouve son lustre d’antan, qu’il renoue avec sa brillante carrière et qu’il accède aux fonctions éminentes qu’il ambitionnait d’occuper. Mais il se redressera, se sortira d’affaire et surmontera au plan humain cette terrible affaire.

Mais la justice américaine a joué là une partition qu’elle risque fort de regretter sous peu. Même si les lois de ce pays l’autorisent à publier de telles images, si humiliantes et si dévastatrices pour un prévenu non encore condamné, elle devra rendre des comptes devant d’autres instances, internationales, celles-là, plus sensibles aux notions de dignité humaine et de protection de la vie privée : pas un homme, pas une femme, pas un enfant sur cette planète qui n’ait vu de telles images. Lorsque la sérénité reviendra, DSK et ses avocats pourraient très bien réclamer une compensation suite aux dommages subis.

Il est temps de ramener cet incident fort regrettable en soi à des proportions plus justes : certes, l’acte ou plutôt la tentative d’un tel acte est inacceptable, inadmissible, mais les tribunaux sont saisis chaque jour que D- de telles accusations. Il ne faut plus exhiber le spectacle d’un homme déchu, hagard, mal mis, abandonné de tous ou presque…

J’ai bien aimé la réaction fort sincère de M. Juncker du Luxembourg qui a publiquement exprimé sa grande tristesse de voir un ami à lui, DSK, dans de telles conditions.

La juge et le procureur américains ont commis une lourde erreur en humiliant mondialement DSK et en le maintenant en détention. On commence à percevoir un frémissement dans l’opinion en sa faveur. Lui fait-on payer tout le contention France-USA, remontant au temps de J C (Jacques Chirac) quand le pays refusait de s’engager en Irak ? C’était l’époque du fameux France bashing

Les dégâts causés sont irréparables. Il faut maintenant remettre DSK en liberté conditionnelle, comme c’est toujours le cas aux USA, sauf s’il y a eu mort d’homme.

C’est la réputation de la justice américaine qui est en jeu. Pour le moment, on n’a eu droit qu’à des scènes apparentées à des feuilletons de série B. Ou une justice digne du Far West.

Commentaires

  • Deux poids, deux mesures : vous et vos compatriotes vous étiez en plein délire lorsque les Américains nous avaient présenté Saddam Hussein, alors cessez votre délire émotionnel.
    Nombre de mes concitoyens n'ont strictement rien à cirer de ce personnage qui n'intéresse que les Français. Les Britanniques se gaussent avec plaisir des dérives sexuelles de vos politiciens et grands capitaines d'industrie.

  • Certains expriment leur tristesse de voir DSK dans une situation "si humilante", "du drame qui le frappe". Mais de qui se moque-t-ton? Et cette femme de chambre d'origine ghanéenne, habitante du Bronx, qui voit sa vie basculée en tous les sens, qui pleure sur son sort?

    "il y a peu de chances pour qu’il retrouve son lustre d’antan, qu’il renoue avec sa brillante carrière et qu’il accède aux fonctions éminentes qu’il ambitionnait d’occuper." On peut imaginer le nombre de femmes qui auraient pu occuper des fonctions éminentes si elles n'avaient pas croisé son chemin ...

    Il faut arrêter de vouloir faire une analyse psy du personnge; seuls le statut et le pouvoir économique "expliquent" et "motivent" ce type d'abus.

    C'est une forme de violence à prendre au sérieux!

  • Le problème n'est pas DSK.
    Le problème est la connivence entre politique,information et justice.
    Sous prétexte de présomption d'innocence, l'information en France se réduit à ne permettre qu'à la "défense" de s'exprimer, voire à se faire l'écho de son...silence. On ne sait rien des accusations, et encore moins de se qu'il faut en comprendre.
    Pour une fois, les choses sont dites et clairement et il ne faudra pas attendre des dizaines d'années de procédure pour en connaître le dénouement.

  • Bonjour,

    Il est vrai que sur ce blog ca fait deux jours que vous continuer à valoriser DSK. Bon c'est votre droit je vous l'accorde, mais il n'est pas un messie ou quelconque personnalité irréprochable moralement. Je ne reviendrai pas sur ces dernières "frasques" au FMI.

    Au vu de ce qui est reprocher on doit certe faire preuve de prudence. Néanmoins, les chefs d'accusations ont été importants pour qu'il ait été retenu en cellule et qui plus est le refus de la caution. L'affaire Polanski n'est pas une excuse en soit. Elle donne de l'air à la défense qui, selon la presse, n'a rien de solide malheureusement pour leur client. Les avocats se concentrant plus sur la personne de DSK que sur les faits, on besoin de temps pour fabriquer leur défense.

    Je spécule sur une tractation entre avocat pour qu'une indemnité soit versée. Au lieu d'un long procès médiatique. On lui fera comprendre que tout est bien plus simple pour tout le monde et que personne n'a y gagner de retourner à la cour.

    Ainsi, public dira que cette femme était attirée par l'argent et DSK blanchi... attendons la suite.

    Ce qui m'intéresse c'est la faillite des USA qui sont arrivé à leur limite. John Lipsky ex-vice président de JPMorgan Investment Bank actuellement patron par intérim pourrait sérieusement donner un coup de mains aux USA. Ou aider ses anciens collègues traders dans le placement des billes. Le FMI aidera la Grèce ou pas?

    Une longue odeur pourrie continue de règner sur les marchés (truqués)...

    Bien à vous!

Les commentaires sont fermés.