Politique religion

Imprimer

Politique religion

 

Les représentants de six religions pratiquées en France doivent, nous dit-on, publier une sorte de manifeste afin de mettre en garde contre ce qui leur apparaît comme un danger de stigmatisation d’une confession particulière, laquelle affiche des difficultés avérées à se mouvoir au sein du cadre laïc en vigueur sur le territoire national.

Ces représentants des cultes sont assurément dans leur rôle lorsqu’ils attirent l’attention sur des dangers potentiels, et notamment lorsqu’ils soulignent qu’un parti politique ne devrait pas assumer seul ce rôle. Cette remarque pose évidemment la question fort disputée cet an-ci entre le religieux et le politique.

Durant de longs siècles, la France, fille aînée de l’Eglise et solidement ancrée dans le terreau des valeurs chrétiennes, c’est-à-dire vétéro- et néo-testamentaires, a connu une sorte de monogénisme religieux. La religion chrétienne, et notamment le catholicisme, y régnait en maître absolu, protestantisme et judaïsme n’y jouant qu’un rôle périphérique.La décolonisation, la course désordonnée vers l’industrialisation et le regroupement familial, si confusément prônée par Valéry Giscard d’Estaing ont bouleversé ce paysage. En quelques décennies, l’islam est devenu la seconde religion de France.

Au fond, si cette religion s’était harmonieusement coulée dans le moule français qui est tout sauf rigide, il n y aurait eu aucun problème, la France ne reconnaissant aucun culte mais respectant strictement la liberté de conscience. Le problème, marginal au début et gagnant de l’ampleur au fil du temps, est que l’intégration à la fois sociale et étatique de l’islam a connu des difficultés que l’on n’a pas su résoudre. Car, en réalité, les retards accumulés durant des décennies se révèlent aujourd’hui bien plus complexes. D’où l’idée de débattre de la place de l’islam dans notre société.

Quelle forme va prendre ce débat ? Sommes nous certains qu’il n y aura pas de dérapage ? Il est évident que la désignation d’une seule religion comme étant celle qui pose problème ressemble un peu, tout de même, à un début de stigmatisation. Mais est ce la faute de l’Etat ou celle du parti majoritaire ?

Ce serait plutôt imputable à la carence d’une certaine élite musulmane qui a fait défaut et qui n’a pas su, pas pu ou pas voulu, s’organiser comme les catholiques, les protestants et les juifs.

Lorsque je me suis entretenu, il y a quelques années de cela, avec un important dirigeant musulman de notre pays, il attiré mon attention sur la grande diversités des composantes de l’islam en France, m’expliquant qu’il était très malaisé de le rendre homogène pour en f aire un islam français. C’est juste.

Je suis en train de lire un livre fort intéressant d’un chercheur américain sur la guerre d’Algérie, Matthew Cinnelly, L’arme secrète du FLN. Comment de Gaulle a perdu la guerre d’Algérie (Payot, 2011).

Ce livre nous fait tant comprendre tant de choses.

Commentaires

  • Ce que les nos politiques françaises, et européennes ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre, est pourtant très simple : Nous gaulois, nous européens de souche ne reconnaissons pas la culture et l’héritage de nos ancêtres dans cette "religion politisée et dictatoriale".

  • Je suis français et chrétien mon pays n'appartient qu'aux chrétiens blancs. Ni juifs ni musulmans tous dehors!

  • Je ne peux qu'être d'accord avec ce qui est écrit dans ce billet.
    En particulier ce ne sont ni la France ni les Français qui ont créé le problème que pose la religion musulmane dans mon pays.
    Je pense qu'il est grand temps que ce problème soit remis à plat. Il me semble qu'il appartient en premier lieu aux Ministres du culte Musulman de prendre leurs responsabilités et de définir clairement (sans aucune ambiguité)leur position dans la République Française. Et je pense aussi qu'il leur appartient de se démarquer des déclarations, des menaces et parfois des exactions clamées ou commises par des extrémistes irréductibles et irresponsables.
    Que les Musulmans prennent exemple sur les autres religions suivies dans notre pays et qu'ils pratiquent pacifiquement la leur sans interférence dans les affaires Françaises.

  • Y a plus de de catholique en France, quelques milliers par ci, par là, en plus les vagues d'immigrations rassembles des dizaines de milliers de nouveaux immigrés par semaines venant cette fois de tout le monde arabes et sub-saharien, il est maintenant certain qu'il y a dix fois plus de personnes pratiquants l'islam en Europe que de personnes pratiquants le christianisme.

    Cette forme de croisade arabe est très efficace, les coutumes européennes vont assez vite s'adapter à la nouvelle religion majoritaire en pleine manoeuvre de colonisation générale.

    Il n'y a plus de doute, l'Europe est déjà musulmane, pour le reste ce ne sont que des formalités politiques !

  • nous avons voté la séparation de l'église et de l'état et jamais nous ne l'avons regretté!

  • l'ump court dérrière le fn, comme un toutou !

  • Vive le FLN!

Les commentaires sont fermés.