De grâce, pas de procès d’intention à M. Claude Guéant !

Imprimer

De grâce, pas de procès d’intention à M. Claude Guéant !

Une grande nervosité, voire un certain affolement s’est emparé de quelques salles de rédactions depuis que le nouveau ministre de l’intérieur, M. Claude Guéant, a pris ses fonctions. Les élections cantonales ainsi que la percée, attendue et prévisible, du Front National, y sont pour quelque chose. Depuis de nombreuses années, de tels bouleversements étaient  à l’ordre du jour ; l’arrivée du leader frontiste au second tour de l’élection présidentielle de 2002 n’était pas un épiphénomène. Au lieu de prendre les mesures qui s’imposaient et de se mettre à l’écoute d’une frange importante de l’électorat, le président élu, Jacques Chirac, a préféré gérer son nouveau mandat comme si de rien n’était, comme si le vote exprimé n’était qu’une saute d’humeur sans conséquences…
Le résultat du premier tour des élections cantonales lui ont administré la preuve du contraire… Que fallait-il faire ? Continuer de se taire alors qu’un électeur sur cinq dérivait vers l’extrême droite ? Ne fallait-il pas, tout au contraire, prendre en compte les revendications des Français qui réclament plus de protection et plus de répression de la criminalité ? Ce serait agir comme l’ancien Premier Ministre socialiste qui n’avait rien fait contre l’insécurité galopante et en paya le prix : malgré cinq années passées à Matignon, il fut éliminé dès le premier tour…
C’est donc un véritable procès d’intention que l’on cherche à faire à Claude Guéant. Il est vrai que les ministres et tous ceux qui exercent le pouvoir doivent choisir soigneusement leur vocabulaire, mais le ministre de l’intérieur a le droit, comme tous les citoyens, de recourir à des expressions françaises courantes. Même si ces expressions ou ces mots ont un champ sémantique déterminé et un arrière-plan historique ou culturel marqué.
Claude Guéant a parlé de croisade dans une expression dite figée, c’est-à-dire un signifiant qui renvoie au sens figuré et non au sens propre, à un certain signifié… Que n’aurait-on dit s’il avait recouru à l’expression «partir en guerre« en lieu et place de «partir en croisade«, ou «prendre la tête de la croisade…«
La langue française fourmille (comme, d’ailleurs, l’anglais et l’allemand) d’expressions dont les constituants veulent dire autre chose que ce qui est signifié prima faciae…
Le second point sur lequel on prête au ministre de l’intérieur de noires arrière-pensées qu’il n’a pas, tient au refus de certains d’accepter la mixité médicale ou hospitalière. Claude Guéant n’a fait que rappeler ce qui se produit parfois dans des banlieues ou des cités où certains prétendent interdire à des gynécologues masculins d’ausculter leurs épouses, ce qui pourrait, dans certains cas, compromettre une naissance , voire même la santé de l’accouchée. Expliquez moi, je vous prie, ce qu’il y a de répréhensible dans de telles déclarations. Nous sommes en présence d’un véritable procès d’intention orchestré par des gens qui sollicitent les textes.. Pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas.
Ce n’est pas ainsi que l’on contiendra la montée du FN ni sa progression alarmante dans les sondages. Si une partie de plus en plus forte de la population française s’estime peu ou mal défendue contre un certain nombre de maux, on ne peut pas détourner son regard : tout gouvernement aurait réagi et n’aurait pas laissé les choses  aller à vau l’eau…
Pour reconquérir cet électorat qui se porte sur les extrêmes, il faut simplement, dans le respect des idéaux républicains, répondre à ses attentes. Les journalistes et les association qui se parent des plumes du paon  pour donner des leçons d’éthique font fausse route. On me permettra peut-être, de faire dans cet article une chose que je ne fais jamais : porter un témoignage personnel.
Je connais bien M. Claude Guéant. C’est un homme droit et honnête un grand commis de l’Etat qui a consacré sa vie au service public. C’est la première impression que j’ai eu lors de notre première rencontre il y a quelques années. Il n’a jamais varié depuis.
Souvenez vous de sa gestion de l’état d’urgence et des troubles graves qui sont secoué les banlieues françaises, il y a quelques années. Nous n’avons pas eu un seul mort à déplorer car les forces de l’ordre étaient bien encadrées et bien dirigées. Aucun coup de feu n’a été tiré par la police, c’est elle qui en a essuyé un certain nombre et qui eut des blessés à déplorer. Et cette irréprochable gestion d’une crise grave est à porter au crédit du nouveau ministre de l’intérieur.
Il faut donc cesser d’accabler injustement un homme qui ne mérite vraiment pas un tel traitement.

Commentaires

  • Le ministre se débat comme un diable dans un bénitier (excusez cette allusion religieuse, je suis athée) devant la montée du PS qui sera le grand vainqueur des cantonales lors du deuxième tour car on peut supposer que nombre d'électeurs UMP soutiendront le PS dans le but de rabaisser le caquet de la marinière.

    Depuis la fin de la dernière guerre mondiale la France a toujours eu des ministres de l'intérieur calamiteux, Claude Guéant fait dans la continuité.

  • Monsieur Claude
    Les français ne se sentent plus chez eux. Et nos divisions n’ont rien fait d’autre que jeter un peu d’huile sur le feu.
    On appelle ça comment déjà ?
    La gaie hantise… merci monsieur Claude.

    Cette haine de l’étranger qui sévit au cœur de notre cité… qu’est-ce que c’est ?
    Est-ce une idée ? Une valeur ? Ou une réalité ?
    J’hésite… parce qu’il n’y a plus personne pour hésiter !

    C’est une idée qui prouve que la réalité n’a aucune valeur.
    Ou une valeur qui prouve que l’idée n’a aucune réalité.
    Ou une réalité qui prouve, que de la valeur, on n’en a aucune idée !

    La haine de l’étranger n’est en définitive que la haine de celui qui ne se sent nulle part chez lui et qui le fait payer cher, à celui qui aime et se sent partout chez lui.

    Dois-je déchirer ma carte d’identité pour être assurée d’avoir une place dans le bateau qui va les reconduire en dehors de nos frontières ?
    Non, je ne fais pas de sentiment. Je me sens étrangère. Pour de vrai. Pour de bon. Avec quelques gouttes de sang… du Christ… dans mes veines.
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/monsieur-claude/

  • Rassurez vous Monsieur Hayoun.. Claude Guéant est un saint et bientôt Dieu enverra l'archange Gabriel pour sauver son honneur.

  • Monsieur Hayoun,
    Vous semblez ignorer que Claude Guéant est encore ou du moins était l'"éminence grise" de l'Élisée : officine des basses besognes de Sarkozy, un Jacques Foccart des années soixante en quelque sorte.

  • Quoi que vous en disiez il a le courage de ses opinions. C'est pour cette raison que le MCG a fait un malheur à Genève! Il a damé le pion à la gauche!

    Au vu de la forte abstention: 55,68% au premier tour et 55,22% au second il n'y a pas de quoi pavoiser!

Les commentaires sont fermés.