L’ADMIRABLE COURAGE DES SCHOLL, MARTYRS DES NAZIS EN 1943

Imprimer

 

 

L’ADMIRABLE COURAGE DES SCHOLL, MARTYRS DES NAZIS EN 1943

Voici un livre que j’aurais dû recenser depuis de longs mois mais qu’un surcroît de travail m’a fait remettre à plus tard. Mais comme on dit en allemand, aufgeschoben ist nicht aufgehoben… Ce qui est remis à plus tard n’est pas supprimé purement et simplement.
Le traducteur Pierre Emmanuel Dauzat n’a pas seulement bien rendu les textes allemands des lettres et des journaux intimes, il a aussi rédigé une belle introduction puisant aux meilleures sources dont celles signées par un grand spécialiste, Saül Friedlander.
Comment une frère et une sœur bien intégrés dans ls société allemande de leur temps ont ils pu braver un si terrible danger et et organiser des distributions  de tracts dans les rues et à l’université, voire même des envois postaux, pour dénoncer Hitler comme ce qu’il était, à savoir ein Massenmörder, un tueur en masse.
Dans ce recueil de lettres et d’extraits de journaux intimes du frère et de la sœur, guillotinés alors qu’ils n’avaient pas même 25 ans, on sent monter leur inquiétude qui se mue en indignation. Leur pureté, leur innocence, leur ignorance encore du monde des adultes -bien qu’ils fussent des étudiants (Hans se préparait à être médecin tandis que sa sœur Sophie faisait elle aussi des études supérieures- expliquent peut-être un peu leur inconscience : comment avoir osé poser des tracts dans le grand hall de l’université de Munich ? La Gestapo était déjà sur leurs traces car ils avaient envoyé par la poste des centaines de tracts anti-hitlériens qui n’étaient pas parvenus à leurs destinataires, preuve qu’ils avaient été interceptés et que les services de sécurité enquêtaient…
Il y a aussi le rôle bénéfique joué par la culture humaniste allemande avec des figures de proue telles Goethe et Schiller. On rapporte qu’une femme juive déportée et promise à la mort avait écrit avant son supplice «c’est à nous qu’il appartient de sauver Goethe» , c’est-à-dire l’héritage  classique du Sage de Weimar, l’incarnation de l’esprit libéral dans l’Allemagne de la fin du XVIIIe et du premier tiers du XIXe siècle.
Le petit réseau de résistance , monté par Hans et Sophie, s’appelait la Rose blanche.  Il  me semble que le 19 avril 1941 marque un tournant dans la prise de conscience de Hans qui livre ce jour là à son amie Rose le long compte rendu d’un cauchemar où tout se mêle, ses visions, ses craintes, ses prévisions, son propre avenir : il se destine à la médecine, mais dans ce rêve qu’il raconte à Rose, il fait irruptions dans une infirmerie sordide et les malades lui demandent ce qu’il fait là… Il répond qu’il est médecin. Les malades, hilares, se moquent de lui et se demandent ce que peut bien faire un médecin dans un tel lieu… C’est le signe même du désespoir, de la perte de confiance en soi : si même un médecin dans l’Allemagne nazie perd toute crédibilité, toute légitimité, si même des patients décrètent qu’ils n’en veulent pas, que reste-t-il de saint dans cette Allemagne dévoyée ? Plus rien. Ce rêve revêt une importance particulière.
Entre-temps, le jeune homme progresse dans ses études de médecine, accomplit son service militaire, a même maille à partir avec la justice et participe à la guerre. Il se rend à Vienne, désormais sous Anschluss, à Paris et rend hommage à la solidité des infirmières parisiennes qui sont fidèles au poste.
L’autre point tournant dans l’esprit de Hans est marqué par le texte publié dans un forum de discussion en novembre 1941 : il y est question de l’autre rive et de l’impossibilité d’y accéder. La rivière est sombre, profonde et son début est rapide. Donc un cours d’eau dangereux, pas une étoile ne brille,  pas de pont, pas de sentier, rien. En fait, c’est le constat d’un blocage complet. Que faire contre le régime ? Sinon l’action de résistance…
Lorsque le frère et la sœur comparaîtront devant leurs juges, le procureur demandera à Sophie si elle avait eu l’intention d’attenter aux jours de Hitler… La jeune fille répondit sans hésiter : oui. Dès lors, le sort des deux accusés était scellé.
C’est entre  le 27 juin et le 12 1942 que Hans et Sophie rédigèrent leurs quatre tracts. Les deux jeunes appellent un chat un chat. Ils tentent tout d’abord d’éveiller la conscience humanitaire de certains intellectuels de Munich contactés par voie postale. Le second texte dénonce les atrocités anti-juives des Nazis et condamnent sans appel une telle extermination.  Dans le troisième tract, les auteurs dénoncent la tyrannie nazie et appellent au sabotage. Le quatrième tract présente la Rose blanche comme la mauvaise conscience de l’Allemagne.
De Russie où il a été envoyé, Hans invoque Dieu dans son journal :  O Dieu d’amour, aide moi à triompher de mes doutes. Oui, je vois la Création qui est ton œuvre et qui est bonne. Mais je vois aussi l’œuvre de l’homme, notre œuvre qui est cruelle, qu’on appelle destruction et désespoir… Pourquoi la souffrance est elle si injustement infligée ?
Hélas, le 22 fevrier 1943 furent exécutés à Munich. La sentence de mort fut exécuté l’après-midi même de leur condamnation. Ce frère et sa sœur sont la conscience morale d’une Allemagne qui en avait été privée par Hitler. Gloire à leur mémoire !

Commentaires

  • Si vous laisser le précédent commentaire, je ne veux même pas entrer en matière !

  • Corto le Raymond est donc Rambam qui a remplacé ses recettes par ce fleuve posté aussi chez Hommelibre. Nous avons affaire à un malade!

  • @Corto,vous avez raison et qu'ensuite on ne s'étonne plus malheureusement de l'amalgame fait entre Islamistes et Musulmans,dommage!

  • Disons également que le silence des musulmans face à l'islamisme ne sent pas très bon non plus ! ! !

  • Rhoooooooo Pierre Emerach a encore fermé un billet? Tant pis! vais tout de même poster ici une interview de Ftouh Souhail, qui nous apporte un éclairage sur le sujet "Les télévisions arabes....." que la poignée de nos tricheurs islamistes, qui se dédouble pour faire plus nombreux, ne se fient qu'à elles et surtout la Al Jazzira!



    ".Les journaux et les stations de télévision arabes sont fermés devant ceux qui portent une opinion différente sur ce qui se passe réellement au Proche Orient. Pensez vous que les medias arabes sont démocratiques ? Pensez vous que vous pouvez donner librement votre avis, par exemple, dans ces journaux sur le rapport Goldstone ? Ou vous pouvez expliquer avec honnêteté ce qui s’est réellement passe sur le Navire terroriste turc Mavi Marmara ? Pensez vous qu’il est possible, sur un plateau de télévision arabe, de contester la version palestinienne autour de la mort de Mohammed al Dorra ? Ou alors de rappeler que historiquement le tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches faisaient partis du patrimoine du peuple juif ?


    Les médias arabes sont , soient sous contrôles étatiques (impossible d’y accéder puisqu’ils sont conçus pour la langue du bois) , soient des médias privés (comme Al Jazz ira) alors motivés par des considérations purement idéologiques et qui interdisent à leurs employés d’élargir les cercles de réflexion.


    J’aimerai bien voir une évolution réelle de la presse arabe (comme il y ‘a dans le reste du monde) mais hélas cette dernière est entre les mains d’une poignée d’individus totalitaires qui découragent les partisans des mouvements libéraux pour la paix. Le genre de presse qu’il y’a en ce moment est censé promouvoir les guerres des conquêtes arabes perdues. Nous voyons chaque jour des chefs de guerres sur nos écrans qui s’expriment librement pour enflammer la rue Arabe.


    Seuls les pires antisémites ou les radicaux pro palestiniens sont les bienvenus dans ces médias pour étayer leurs mensonges et faire leurs plaidoyers anti-juifs.


    En plus, la stratégie des médias arabes consiste à minimiser ou d’ignorer la souffrance de l’autre parti, puisque les Juifs ou les Israéliens ne sont pas vus ici en tant qu’individus. Outre leurs investissements dans la désinformation, ces médias « idéologisés » ne sont animés de nul souci d’objectivité, de nul devoir d’impartialité, et de nulle éthique, et se retrouvent complices dans la corruption de l’information.
    _________________

    "Hans invoque Dieu dans son journal : O Dieu d’amour, aide moi à triompher de mes doutes. Oui, je vois la Création qui est ton œuvre et qui est bonne. Mais je vois aussi l’œuvre de l’homme, notre œuvre qui est cruelle, qu’on appelle destruction et désespoir… Pourquoi la souffrance est elle si injustement infligée ?
    Hélas, le 22 fevrier 1943 furent exécutés à Munich. La sentence de mort fut exécuté l’après-midi même de leur condamnation.

    Je ne sais plus qui a dit: Dieu est mort à Auschwitz!

    Ftouh Souhail, encore lui, - lu également chez nos blogueurs islamistes les Trolls Rambam & Cie "Dommage qu'Hitler n'a pas fini son travail" - a dit "Les islamistes radicaux pro palestiniens (et certains de leur complices en Europe) veulent aujourd’hui terminer le « travail » d’Hitler. Aujourd’hui, l’islamisme totalitaire, bien caché, derrière la « cause palestinienne », veut en finir avec tous les juifs avec l’aide d’un "nouvel Hitler" musulman cette fois." Faut avouer, qu'il n'est pas loin de la vérité!

  • @ lovsmeralda

    Islamiste: Qui a rapport à l'islamisme. Partisan de l'islam.
    Musulman : Qui professe la religion de Mahomet. Qui est propre à l'Islam. (petit Robert)

    Vous confondez avec les "fous de Dieu" qui se font exploser en son nom. Mais que les arabo-musulmans vénèrent.....

    Vous avez dit: amalgame fait entre Islamistes et Musulmans?

Les commentaires sont fermés.