Incidents frontaliers entre l’US Army et les Gardiens de la révolutio

Imprimer

Incidents frontaliers entre l’US Army et les Gardiens de la révolution à la frontière occidentale de l’Iran

 

On pourrait penser qu’il s’agit d’une guerre de l’ombre tant les incidents curieux, les disparitions mystérieuses et les explosions de sites iraniens nucléaires, se succèdent à un rythme encore jamais vu. Et ces derniers jours, France 24 a, dans un focus, parlé d’incidents meurtriers à la frontière entre l’Iran et l’Irak, mettant aux prises les Marines et les pasdarans.

Les journalistes, spécialistes de ce genre d’informations, ne semblent guère s’émouvoir de ce black out observé par les deux parties. On ne reconnaît pas des incidents dont souhaite qu’ils demeurent secrets. C’est possible, mais une chose est sûre : il y a entre l’Iran et les forces US en irak un regain d’activités qui ne laisse rien augurer de bon.

On a déjà eu l’occasion de parler de cette mystérieuse explosion dans une base de missiles qui serait due à des en,gins de destruction. Mais les habitants des villages voisins de la base, réveillés par de terribles explosions, ont cru à un raid aérien. Mais dans ce cas, ce serait des avions US ultra furtifs (pilotés par qui) qui en seraient responsables.

Et si cela s’ajoute à des incidents frontaliers, cela laisse présager des changements graves : quand on veut lancer une offensive de grande envergure, les militaires testent les défenses ennemies en lançant des opérations de commandos, entraînés à la survie dans le désert, ne circulant que la nuit et se reposant ou observant de jour. Toutes les hypothèses sont envisageables. Nous ne saurons jamais la vérité exacte : j’avoue ma perplexité.

Car d’où viennent ces bribes d’information ? Et pourquoi les services israéliens ont été les premiers à divulguer l’attaque (ou l’accident) du 12 octobre ? Etait-ce une sorte de cadeau offert au président iranien venu narguer les Israéliens tout près de la frontière ?

Tout ceci est bien étrange. Si on pouvait nous renseigne

Commentaires

  • Il ne faut pas sous estimer l'opposition iranienne aux pasdarans, aussi la pagaille iranienne, regardez en face l'état général de ce pays rongé par les nombreux des mollahs dans les banques genevoises !

    il exportent pour 7 milliards de $ de pétrole et de gaz par mois, mais le pays est totalement exsangue, 60% des jeunes sont accros à l'héroïne venant directement d'Afghanistan, la prostitutions féminine, enfantine et masculine est présente dans tous les boulevards des villes iraniennes.
    En plus les mesures d'embargo sur des produits "stratégiques" plonge encore plus le pays dans l'obscurité tant matérielle que psychologique, les iraniens n'en peuvent plus de crever la faim et de voir passer des mercedes remplies de mollahs en destination pour le weekend dans les centres commerciaux de Dubaï et consorts.

    Donc, à tous les échelons de ce pouvoir corrompu, gravitent des iraniens prêts à ce sacrifier pour changer la donne !

    Ce n'est pas à mettre aux oubliettes, ce à quoi nous assistons, ce sont des minages systématiques de cette grande organisation terroriste, tant pour le peuple iranien que pour le Liban et autres exutoires faciles.

    Mais la mollahcratie va gentiment à sa perte et cela de manière aussi sournoise que ce qu'elle impose à ses états vassaux. Le pourrissement par le bas !

    Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup à faire, pour assister à l'écroulement systématique de ce Sodome grandeur nature.

    L'informatique de ce pays est sous contrôle du Mossad, les installations balistique sont paralysées, la plus grande base de missile de ce pays est caramélisée, c'était l'unique base dotée de missiles shaab 3, les seules missiles balistiques capables d'atteindre des cibles à plus de 1'300 km munies de têtes types ADM. Sans compter de nombreux autre sabotages comme ceux ayant détruits d'autres bases de missiles shaab 1 et 2 à la frontière de l'Irak et du Pakistan, dont une très importante il y a 2 mois.
    Non l'Iran est à genoux sans même que des attaques extérieures aient eu lieu !

  • Mr d'où tenez-vous ces informations, car il n'y a que vous qui en parle...?

  • http://fr.news.yahoo.com/79/20101016/twl-mystrieuse-explosion-sur-une-base-de-fe7f0c9.html

    http://www.iran-resist.org/mot177


    http://www.lefigaro.fr/international/2010/08/04/01003-20100804ARTFIG00323-une-explosion-pres-du-convoi-d-ahmaninejad.php

  • http://www.youtube.com/watch?v=wuEhhPbAAdA&feature=channel

  • Mystérieuse explosion sur une base secrète iranienne

    La responsabilité du Mossad est évoquée dans ce nouvel «accident» touchant une installation ultraprotégée des pasdarans.

    Disparitions ou morts inexpliquées de scientifiques, défaillances techniques en tous genres, mystérieux virus informatiques, les programmes militaires et nucléaires iraniens subissent régulièrement des accidents qu'il n'est guère vraisemblable d'attribuer au seul hasard.

    La triple explosion survenue le 12 octobre dans une base secrète de missiles des pasdarans, les gardiens de la révolution, est la dernière d'une longue série de revers et d'accidents, qui ont tous en commun de toucher les capacités de frappe stratégiques et les programmes nucléaires de l'Iran.

    Située près de Khorramabad, dans la province du Lorestan, dans l'ouest de l'Iran, la base Imam Ali est un vaste complexe souterrain de galeries abritant des rampes de lancement de missiles Shahab-3. Dispersés dans des tunnels creusés sous les montagnes de Zagros, les missiles sont ainsi protégés d'une éventuelle attaque aérienne pendant le remplissage de leurs réservoirs en carburant liquide, phase la plus délicate précédant le tir.

    Missiles à portée de Tel-Aviv

    Le relief escarpé, les difficultés d'accès, et sa proximité avec la frontière occidentale de l'Iran en font un site idéal. La base Imam Ali dépend des brigades al-Hadid, unités chargées des armes balistiques stratégiques au sein des pasdarans, qui forment une véritable armée parallèle, chargée notamment des programmes militaires les plus avancés.

    Des batteries de DCA et de missiles SAM défendent ce site ultrasecret, dont les missiles, d'une portée d'environ 2 000 kilomètres, sont accessibles au tir d'Israël, mais aussi des bases américaines d'Irak. Selon les spécialistes, les missiles Shahab-3 auraient pu avoir été modifiés pour emporter plusieurs ogives, technique typiquement utilisée pour l'emploi éventuel de charges nucléaires afin de multiplier les cibles.

    Selon le site Menapress, une série d'explosions auraient été entendues par les habitants des villages voisins, qui ont cru à un raid aérien israélien.

    Guerre de l'ombre

    Les autorités iraniennes ont nié qu'il puisse s'agir d'une audacieuse opération secrète, et ont expliqué que l'explosion avait été causée par «un feu survenu dans un dépôt de munitions voisin». Le bilan officiel de 18 morts et d'une dizaine de blessés pourrait cependant être beaucoup plus lourd.

    La responsabilité du Mossad, les services secrets israéliens, est de nouveau envisagée. D'autres analystes parlent d'un raid aérien. Mais, comme il est d'usage dans la guerre de l'ombre que se livrent israéliens et iraniens, personne n'a évidemment revendiqué quoi que ce soit.

    Quels qu'en soient les responsables, cette dernière série d'explosions dans l'une des installations les plus secrètes et les mieux protégées d'Iran, est un coup sérieux porté à Téhéran. Elle affaiblit les capacités de riposte à longue portée de l'Iran dans l'éventualité d'une attaque contre ses sites nucléaires.
    Par Adrien Jaulmes
    Le Figaro

Les commentaires sont fermés.