Le gel des implantations israéliennes en Judée Samarie..

Imprimer

V

 

 

Le gel des implantations israéliennes en Judée Samarie..

Impossible, ce matin, de parler d’autre chose. Depuis plusieurs jours, et singulièrement depuis hier soir, toutes les radios et toutes les télévisions ne parlent que de cela. Alors que nous avions tous que ce gel n’éait que temporaire et que les constructions reprendraient dès aujourd’hui. Le propos de ce papier matinal est simplement de clarifier le contexte, sans prendre position dans un conflit qui, au fond, nous dépasse tous, tant le nationalisme, de part et d’autre, est inextricablement lié à des racines religieuses : or, comment voulez vous que des diplomates dénouent des problématiques religieuses ?

Commençons par le commencement, à savoir la désignation même de l’action de construire dans des territoires. En français et dans d’autres langues européennes, on utilise le terme COLONIE, terme d’origine latine (romaine), lourdement chargé de connotations négatives. Il faut savoir, à simple titre d’information, que pour les habitants de Judée Samarie, le problème ne se pose pas dans les mêmes termes. Ils utilisent, eux, le terme hébraïque de mitnahalim qui provient du terme biblique nahala qui signifie, héritage, la part échue par une sorte de succession ancestrale. Cette filiation à la terre, cette autochtonie, se fonde, selon les Israéliens, sur la Bible où D- est censé avoir promis cette terre aux tribus d’Israël. Certes, nous savons bien, que la Bible n’est pas un livre d’histoire, que sa chronologie est parfois pleine de contradictions, que les frontières même de cette terre d’Israël ne sont jamais définies avec précision et que cette notion de promesse divine ne peut pas toujours être alide dans les traites internationaux.

Mais à cela, ces habitants de Judée Samarie répliquent qu’à leurs yeux, le Verbe divin et la Bible sont infiniment plus fiables que le tracé arbitraire des frontières et la création artificielle d’Etats (Jordanie, Liban, Arabie Saoudite etc…) par des puissances mandataires mues principalement par leurs propres intérêts..

Fors de cette argumentation, les mêmes en concluent que construire sur sa terre est un droit inaliénable, imprescriptible et que la croissance naturelle d’agglomérations et d’implantations est un doit garanti pour tout être humain…

On le constate aisément, deux logiques opposées, inconciliables, irréconciliables.

Une remarque, cependant : s’il y avait une lueur de paix, une seule, même faible, dans les esprits et les cœurs, l’édification d’un mur ou d’une maison dans cette partie du monde ne déclencherait pas cette vague d’indignation ni cette levée de boucliers. Certes, il y a des extrémistes dans les deux camps. Mais si les Arabes n’avaient pas fait preuve d’intransigeance depuis près d’un siècle à l’encontre de l’Etat juif, nous n’en serions pas là.

Il est temps de revenir à la raison. Mais cela prendra du temps.

Commentaires

  • Il faut tout de même rappeler que le contexte est unique en ce sens que c'est l'histoire qui a permis ce retour sur la terre ancestrale. On ne peut exclusivement s'appuyer sur des considérations moralistes pour reprocher à un peuple d'avoir gagné une guerre défensive lui ayant permis de remettre les pieds sur une terre qui a été sienne et qu'il répugne à perdre une seconde fois. Par ailleurs, l'histoire n'est qu'une suite dec faits accomplis que personne ne songe à détricoter parce que c'est tout simplement irréaliste et que cela se retournerait contre tous. En ce domaine, quel peuple peut dire qu'il a les cuisses propres ?
    Comment peut-on tranquillement envisager d'évacuer une population d'un peu moins de 400 000 âmes au motif que si l'histoire continue à faire des siennes contre vents, marais et peuples, seul le peuple juif doit rendre des comptes, parce quil est le seul peuple qu'on peut esquinter en se prévalant du pour et de son contraire ?
    S'il est acceptable que tout Juif soit banni d'une terre prétendument arabe, uniquement parce que Juif, n'est-il pas alors permis de rétablir la balance de l'autre côté ?
    Enfin, qui croit sérieusement que, après avoir obtenu la Judée et la Samarie, les dits 'palestiniens' seraient mieux disposés ? En fait, qui songe à se poser cette question superflue parmi les non-juifs ?

  • La seule question qui est à l'ordre du jour est: qui va être rendu responsable de l'échec des négociations?
    les gesticulations de l'administration américaine n'ont pour but que de calmer les "alliés" arabes toute initiative visant à intégrer un état palestinien virtuel dans l'organisation des Nations Unies sera ignorée par l'Etat hebreu avec la complicité active des pays occidentaux.
    Les palestinens sont les garants de la cohésion sociale et morale du peuple d'Israel.
    exemple significatif:le commentaire ahurissant de Davidex "Comment peut-on tranquillement envisager d'évacuer une population d'un peu moins de 400 000 âmes" je dois en conclure que les palestinens évacués eux n'avaient pas d'âmes. non mieux pour Corto cerebral ils n'existent pas..

  • "Je dois en conclure que les paléstiniens évacués n'avaient pas d'âme"

    Finement dit ce qui n'empêche pas que ce n'est pas très..... de me le faire dire.

    Dire des réfugiés d'une guerre qui sont susceptibles d'être partie prenante de cette guerre, qu'ils ont été évacués, c'est aller vite en besogne.

    J'ai été un réfugié et je me sens proche de tous le réfugiés. Je n'ai pas été évacué... ça aussi, c'est ahurissant ?

  • Yeshayahou Leibowitz avait souligné que "l'occupation détruit la moralité du conquérant". Les propos racistes et répétés d'Avigdor Lieberman, vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères d’Israël, sont emblématiques de la dérive vers le fanatisme de la société israélienne.
    Les membres des communautés juives en Europe ont tout intérêt à dénoncer ouvertement cette menace plutôt qu'à tenter de justifier une injustice.

  • Là, ce n'est plus un point de vue ouvrant à une discussion.

    On n'a pas intérêt à dénoncer une menace ou une injustice. On a à coeur de le faire, sauf si nos 'intérêts' (?) sont menacés. Les membres des communautés juives en Europe sont-ils sommés de complaire ?

  • Israel a droit à des frontières sûres et reconnues , mais quelles frontières: si l'on revendique la judée la samarie au nom du peuple élu, il faut rendre Brooklin aux amérindiens, enfin s'ils ont une âme , pour conclure :l'honneur d'Israel est d'abriter aussi des citoyens qui considèrent la dimension politique du problème et s'intéressent à ce qui se passe au-delà du mur de la honte.

  • @ Davidex : pardonnez-moi si je continue cette discussion.
    Etant entendu que le pouvoir israélien actuel n'écoute personne excepté son peuple et parfois les membres de la diaspora, celle-ci est la seule a pouvoir ramener à la raison une société en pleine dérive qui menace sa propre existence en tant qu'Etat de droit. Là est le sens de mon emploi du terme "intérêt".
    Pour avoir juste pris maintenant connaissance en détail de l'appel du JCall(*), je me rends compte avec réconfort que, dans ce débat, j'enfonce une porte ouverte. SVP Davidex, vous êtes priés de ne pas la refermer. Shalom.

    (*) http://www.jcall.eu/?lang=fr

  • " il faut rendre Brooklin aux amérindiens, enfin s'ils ont une âme"

    Pas vraiment brillant ! On fait son chiqué ?

  • Dans le fonds, cette histoire de constructions en Cisjordanie est une discussion à faible enjeu mais une discussion essentielle avant d'aborder les enjeux stratégiques. Cette discussion me rappelle celle sur la forme que devrait avoir la table de négociation entre Vietnamiens et américains.

    Franchement, Tant Begin, que Sharon ont montré que lorsque l'intérêt stratégique d'une paix espérée l'exige, on sort les populations qui ne sont pas au bon endroit.

    Le mauvais message de ce qui se passe est indirect... Nathaniahou pense qu'il est plus important de céder à ses propres extrêmes, les nationaux-religieux - alors que s'il les contrait, il aurait le soutien d'autres partis du centre gauche et, par là, la majorité politique et surtout celle du peuple.

    En cassant sa frange nationaliste, il enverrait un message clair à Abbas. Un message qui dit: "je suis prêt pour avancer sérieusement. A vous aussi de faire des pas".

    Cela dit, je trouve moins grave de couler qq m3 de béton que de tirer froidement sur une femme enceinte...

  • @ Monsieur Richard Golay,

    La vision que vous avez d'Israël et de son peuple vous classe malheureusement dans la catégorie des gens bien intentionnés sans qui, tout serait possible.
    Dire de la société israélienne qu'elle est en pleine dérive, c'est faire peu de cas de l'intelligence; c'est aussi lever le voile sur l'étendue de son ignorance.

    Votre commentaire est un copier/coller du 'prêt à penser'. Il contribue à asseoir sa dictature. l'appel JCall donnant droit de cité - mais à quel prix ! - aux élites juives en mal de reconnaissance est dépassé. Plutôt que d'enfoncer des portes ouvertes, consultez, soyez curieux : un autre son de cloche vous offre l'opportunité d'y voir un peu plus clair. C'est l'appel 'raison garder'.

    Si vous y connaissiez quelque chose à ce conflit, vous ne prétendriez pas que la diaspora juive est à même d'influencer la société israélienne sur un point aussi crucial que son existence en tant que nation. Quand vous dites que le sens de votre emploi du terme 'intérêt' va à la société israélienne pour son plus grand bien, j'en prends acte mais je ne suis pas dupe. Ce n'est pas ce qui ressort en première version.

    Délégitimer Israël ne sera pas aussi facile que vous le pensez. Je trouve pathétique que vous vous adressiez à moi au pluriel pour me prier de ne pas refermer la porte. Que dites-vous à Brillant qui, lui, veut carrément abattre le mur ? - "c'est une honte, on ne massacre plus du tout dans les rangs des colons Juifs !"

    Je vais vous dire un secret : les Israéliens sont seuls à décider du prix qu'ils sont prêts à payer pour leur sécurité et celle de leurs familles. Je ne fais qu'émettre un avis, la paix, sous quelque forme que ce soit, c'est avant tout leur affaire. Vous voilà rassuré ?

Les commentaires sont fermés.