L’assemblée générale de l’ONU et l’ordre éthique mondial

Imprimer

L’assemblée générale de l’ONU et l’ordre éthique mondial

 

Réussirons nous à rétablir un jour un ordre éthique qui, en fait, n’a jamais existé précédemment ? Parviendrons nous à faire de cette terre une sorte de paradis perdu, alors que ce paradis n’a jamais existé nulle part et qu’il représente la frustration la plus vieille de l’humanité dans son ensemble. Relisez le Paradise lost de John Milton et vous verrez. Au fond, comment retrouver, ressusciter une chose, une ère, un temps qui n’a jamais été ?

Sombres considérations que ces pensées : elles m’ont envahi en écoutant depuis hier et ce matin même les beaux discours à l’ONU où l’on parle de plus de 900 000 000 millions d’êtres humains, nos frères en humanité, souffrant de la faim.

Il est vrai que l’ONU avait pris de sages résolutions qui ne furent pas suivies d’effet, en raison, nous dit-on, de la crise économique qui ravage la planète. Monsieur SARKOZY a proposé une sorte de taxe Tobin mais qui n’a que peu de chance d’être adoptée en raison de l’opposition de deux géants de la planète : la Chine et les USA.

Derrière la question de l’éthique économique, de la juste répartition des richesses, d’un minimum de justice pour tous, ne butons nous pas, sans l’avouer, sur les aléas de la nature humaine, une nature axée autour de notre égoïsme, de notre volonté de puissance et aussi de l’inégalité des esprits…

Je crois que ce dernier point revêt une importance cruciale : si les gens qui souffrent savaient se tirer de leur misère, se donner une bonne gouvernance, s’abstenir de trop procréer quand on n’a que peu de moyens, ne pas se lancer dans des dépenses somptuaires quand on est à court d’argent, les choses iraient un peu mieux. Je pense, par exemple, à des pays africains dont un habitant sur trois est privé d’eau potable et qui entretiennent à Paris et à Genève de somptueuses légations dans des immeubles de haut standing. Les voitures de luxe stationnées devant leurs maisons nous laissent rêveurs.

Dans un poème de Jean de la Fontaine, on nous apprenait ce refrain, devenu proverbial : Aide toi le ciel t’aidera.

J’ajoute : le sort et le destin des individus est entre leurs mains. Si les pauvres du monde entier, notamment en Afrique, se prenaient un tant soit peu en main, les choses iraient mieux pour tout le monde.

L’Afrique est un continent jeune, encore intouché avec des ressources immenses. Pourquoi donc braver les dangers et la mort et venir à tout prix en Europe, un continent qui n’est plus, hélas, un eldorado ?

Sind das Ketzrgedanken ? Est-ce mal de le dire ? L’éthique ne règnera pas sur terre par un coup de baguette magique. Il faut en préparer la venue comme se prépare le royaume de D- sur terre.

Commentaires

  • Ca me fait vraiment mal au ventre de vous lire parler d'éthique.

Les commentaires sont fermés.