Viviane Reding et les Roms : la France sur le banc des accusés ?

Imprimer

 

 

Viviane Reding et les Roms : la France sur le banc des accusés ?

Quelle mouche a piqué la commissaire européenne à la justice pour parler de la France comme elle l’a fait tout récemment ? Pour quelle raison a-t-elle abandonné le langage diplomatique et les voies habituelles pour communiquer sur l’attitude du gouvernement français à l’égard des Roms ? Plus inacceptable encore cette comparaison, inaboutie et maladroite, entre la situation actuelle et ce que furent les choses au temps de la seconde guerre mondiale ? Je ne comprends vraiment pas pourquoi cette affaire a pris de telles proportions…

Les autorités françaises ont, certes, pris des mesures pour lutter contre un certain nombre de débordements et d’inconduites de la part des Roms. Il y eut aussi cette circulaire maladroite qui a été rectifiée depuis, mais on ne parle jamais des nuisances que certains Roms occasionnent à la population française quotidiennement…

Loin de nous l’idée de stigmatiser qui que ce soit mais que Madame Reding vienne donc voir sur la place Victor Hugo à Paris ou au Trocadéro ou sur le site de la tour Eiffel les enfants, les handicapés que certains Roms, dépourvus de scrupules, forcent à mendier du matin au soir, parfois selon un mode fort agressif. Les nationaux s’en sont plaints, les touristes aussi, qui sont importunés par cette avalanche d’enfants qui s’agrippent à eux

Il y a moins d’un an, je sortais du restaurant en compagnie d’un amiral, ancien Pacha du porte avion le Clemenceau et une femme Rom s’est collée à nous, exigeant de l’argent. Je lui en aurai volontiers donné mais je n’avais plus que de gros billets et ma carte bleue. Je le lui ai dit et elle m’a répondu que je pouvais lui payer un sandwich ou un gâteau dans une pâtisserie… Vous devenez l’effet produit.

Dois je aussi parler des Roms qui prennent des bébés, des nourrissons sur leurs genoux pour quêter plus efficacement ? Et ces mêmes qui ont parfois proposé de vendre des enfants dans des supermarchés de la région parisienne…Les Roms sont des hommes comme les autres mais ils doivent aussi respecter la loi s’ils veulent que les pays qui les accueillent les respectent.

Je pense que le déplacement du ministre Pierre Lellouche à Bucarest a remis les choses en place. Madame Reding devrait, en fait, non plus exprimer des regrets, mais s’excuser. L’affaire ne restera pas sans conséquences. C’est la première fois qu’un commissaire européen commet un rel dérapage.

Commentaires

  • Vous admettrez sans doute qu'avoir un lieu de pélerinage bien français,comme les Saintes Maries en Camargue peut provoquer bien des quiprocos et ce dans l'esprit des nomades,sans pour autant les soutenir tous absolument ,et qu'en échange beaucoup de touristes profitent des gitanes se laissant parfois photographier,ou alors laissant des endroits dignes d'une déchetterie,ses gens n'ont fait aucune étude,et sûrement pensent -ils ,puisque chez eux certains touristent partent après avoir laissé des endroits pareil à un tsunami de déchets qu'ils osent faire pareil,leur instruction est semblable au système d du scoutisme ,alors faudrait -il peut-être commencer par le début,l'hygiène élémentaire comme dirait ce cher Watson

  • Un éminent islamologue tire sa révérence :

    Le professeur Mohamed Arkoun, grand islamologue, est mort mardi 14 septembre à Paris à l'âge de 82 ans, a annoncé le "curé des Minguettes" Christian Delorme, qui était un de ses proches. Il était professeur émérite d'histoire de la pensée islamique à la Sorbonne et un des initiateurs du dialogue interreligieux.

    Mohammed Arkoun était né en 1928 à Taourit-Mimoun, petit village de Kabylie, dans un milieu très modeste. Après avoir fréquenté l'école primaire de son village, il avait fait ses études secondaires chez les Pères blancs à Oran, puis avait étudié la littérature arabe, le droit, la philosophie et la géographie à l'Université d'Alger. Grâce à l'intervention du professeur Louis Massignon, rappelle Christian Delorme, il a pu préparer l'agrégation en langue et littérature arabes à la Sorbonne. Il a enseigné ensuite dans plusieurs universités puis en 1980, il a été nommé professeur à la Sorbonne-Nouvelle - Paris III, y enseignant l'histoire de la pensée islamique. Là, il a développé une discipline : l'islamologie appliquée.

    Depuis 1993, il était professeur émérite de la Sorbonne. Il continuait d'intervenir par des conférences dans diverses universités à travers le monde. Mohammed Arkoun était convaincu que l'événement historique de "la parole coranique devenue texte" n'avait pas bénéficié de l'intérêt scientifique qu'il méritait, et que d'immenses chantiers restaient à ouvrir. Pour lui, les "trois définitions de la révélation" : la définition juive, la définition chrétienne et la définition musulmane ne pouvaient pas être dissociées, et leur étude apportait à chacune des éclairages salutaires.

    En 2008, il avait dirigé la réalisation de l'Histoire de l'islam et des musulmans en France du Moyen Age à nos jours (éd. Albin Michel), un ouvrage encyclopédique auquel avaient participé de nombreux historiens et chercheurs, qui racontait et expliquait une histoire commune et millénaire. "Le fil directeur, avait-il alors dit, n'est pas seulement de rappeler des faits ou des personnages mais de raconter l'histoire d'un regard, une histoire psychologique et culturelle des relations entre la France et l'Islam." L'objectif est de former "la conscience civique, avec un regard historique critique des deux côtés sur tout ce qui s'est passé", pour aider à ce que le musulman ne soit plus un autre mais un citoyen à part entière.

  • C'est marrant que vous suiviez benoitement vos gourous UMP sur la voie de l'attaque personnelle pour défendre l'indéfendable directive raciste.

  • Votre histoire d'agression de Rom sur votre éminente personne et celle d'un amiral, ainsi que l'attaque du Clemenceau contre une pâtisserie pour récupérer vos gros billets, votre carte bleu ou un sandwich est absolument terrifiante.
    J'espère que vous avez pu recevoir un soutien psychologique.
    Quelle idée aussi de sortie au restaurant avec un pacha.

  • Bonjour, vous écrivez :

    "Plus inacceptable encore cette comparaison, inaboutie et maladroite, entre la situation actuelle et ce que furent les choses au temps de la seconde guerre mondiale ?"

    Vous avez un clip où elle prononce "seconde guerre mondiale" ? Tiens, il y a deux ans quand il s'était fait éditeur de Guy Môquet j'avais dédié à Sarkozy le poème suivant.

    THEOREME : La bannière d'un Devoir de mémoire universel, est forcément démagogique.

    PREUVE :

    a) S'il est universel, le Devoir n'admet pas d'exceptions.

    b) Si le Devoir n'admet pas d'exception, il faut tenir pour immoraux les amnésiques qui ne l'accomplissent pas.

    c) Dès lors qu'on tient la déficience mentale [ou l'homosexualité, ou les roms...] pour immorale, on se rapproche de l'ambiance qui a précédé le Génocide des juifs.

    d) Si l'on se rapproche d'une telle ambiance, on s'éloigne du but du Devoir de mémoire.

    e) Enfin, lorsqu'on brandit une bannière tout en éloignant du but qu'elle signifie, l'on commet un acte de démagogie.

    C.Q.F.D.

  • @lovsmeralda: le pélerinage de Saintes Maries de la Mer est un pélerinage gitan sans lien avec les Roms... les amalgames ont été légions en france jetant l'opprobe non seulement sur les roms mais aussi sur tous les gitans et autres gens du voyage pourtant en situation parfaitement légale en France.

    Lorsque Mr Hortefeux se dit choqué par ces propriétaires de grosses berlines il entretient, en parfaite conscience, cet amalgame... je n'ai toujours pas vu un seul rom au volant d'une mercedes...

  • Quoi donc! Cette importune réclamait du gâteau? Diable, on aurait coupé la tête de Marie-Antoinette pour rien? Ainsi sont les gueux, qui viennent sans autres façons gâcher la digestion - parfois douloureuse et compliquée de gaz - du bourgeois au sortir des agapes. Lequel fouetterait bien l'effrontée si un reste de magret, sournoisement coincé entre les dents, ne l'agaçait plus encore.
    Ah, quel bonheur: en une anecdote, Monsieur Emerach nous fait revivre Prévert (Dîner de tête) et Brel (Les bourgeois).

  • Et quand Woerth qualifie un socialiste de "collabo" à l'assemblée nationale, vous en pensez quoi? On attend votre indignation...

Les commentaires sont fermés.