Les résultats du referendum en Turquie

Imprimer

V

Les résultats du referendum en Turquie

M. Erdogan peut se réjouir, les résultats de la consultation dans son pays ont bien renforcé son influence et sa popularité dans son pays. En effet, le corps électoral a répondu positivement aux demandes de réformes de la constitution turque. A cela plusieurs raisons.

D’abord, la mauvaise tactique de l’opposition laïque qui a commencé par demander le boycott de ces élections et qui s’est ravisée peu avant le vote. Ensuite, les mauvais souvenirs laissés par le coup d’Etat du débat des années 80 lorsque l’armée a violemment pris le pouvoir et arrêté un certain nombre de gens.

Mais les islamistes qui gouvernent aujourd’hui à Ankara ont surtout voulu conjuré un danger qu’ils espèrent avoir enfin éloigné d’eux : le corps judiciaire, le tribunal constitutionnel observait avec une vigilance accrue les agissements des islamistes soupçonnés de vouloir porter atteinte à la laïcité et ux alliances militaires du pays.

L’AKP, le parti de M. Erdogan n’a échappé à la dissolution que par miracle, les juges de la cour suprême n’ayant dégagé qu’une ou deux vois de majorité pour l’épargner. Et encore, car une forte amende fut imposée au parti dont maints dirigeants de moindre importance furent sanctionnés.

Avec les résultats de ce référendum, on pourra réécrire la constitution dans un esprit moins contraignant.
Mais en réalité, ce que visent les islamistes, c’est l’armée turque dont on se demande comment elle va réagir.

C’est là la grande inconnue de ce scrutin. L’armée a toujours été le rempart contre l’islamisme et la subversion dans ce pays. Se laissera t elle dépossédée de son pouvoir et de ses prérogatives ? Voire…

Elle accepte déjà très mal la détérioration de ses relations avec Israël, l’alliance avec des pats à la sulfureuse réputation comme la Syrie et l’Iran, sans oublier les mauvaises relations avec les USA, premiers bailleurs de fonds du pays.

Et ce n’est pas tout : il y a aussi l’Europe qui n‘entend pas intégrer en son sein un tel pays. Tout ceci conduit peut-être le régime actuel à se radicaliser et poursuivre une politique dont on se demande où elle va aboutir.

Gageons que cette grande nation saura retrouver la bonne voie et retrouver son intérêt bien compris.

Commentaires

  • Tout ceci conduit peut-être le régime actuel à se radicaliser et poursuivre une politique dont on se demande où elle va aboutir. Vous parlez du pays dirigé par des extrémistes religieux qui veulent un état purifié de tout ce qui n'est pas juif.

  • Les Turcs ont fait leurs choix devant les réticences des européens à vouloir accepter leur nation au sein de l'UE. Tous les européens se sont trompés à l'exception des Grecs qui eux savent ce que signifie vivre sous un régime militaire et ses dérives privatives de liberté.

    Ce régime ne sera pas plus religieux que celui d’Israël et certainement moins que celui des Saoudiens et des Hindous.

  • Hypolite, il ne sera peut être pas plus religieux, mais ce sera un état islamiste de plus ! Alors votre "comparaison" avec Israël, pays de 5,8 millions de Juifs avec 1,3 million de Musulmans, excusez-moi, vous ne me faite pas vraiment sourire !

  • Corto

    il y en a que tu ne fais pas non plus sourire
    http://www.youtube.com/watch?v=--5DoCcKv8M&feature=related

  • Hypolite, il ne faut pas confondre les arabes israéliens qui ne souhaitent pas à 98% être rattachés au futur état "palestinien".
    Ensuite concernant les territoires occupés depuis la guerre déclarée par les voisins d'Israël, à la base il s'agit de territoires appartenant sur les papiers à la Jordanie et à l'Egypte !
    L'Egypte en 78 à refusée de reprendre Gaza, par contre elle exigeait en échange d'un accord de paix, la rétrocession des territoires du Sinaï, étrange, non ?
    Concernant la cis-Jordanie, comme son nom l'indique, il s'agit de territoires conquis à la Jordanie, ces habitants son encore reconnus comme Jordaniens, mais le problème est que les Jordaniens n'en veulent plus, donc au niveau légal, ce serait à l'onu d'attribuer ces territoires à qui de droit, ce qui pose un problème pour l'onu car le fait d'attribuer la cis-Jordanie à x ou y va à l'encontre de ses propres règlements !
    Dans la logique des règles onusiennes, ces territoires appartiennent encore aujourd'hui, ou à la Jordanie ou à Israël !
    L'olp s'y est prise mal, dés 67 elle s'en est prise au travers d'action terroriste contre Israël avant même de permettre à son gouvernement de se déterminer concernant les populations et ses territoires !
    Depuis, les choses passent par des hauts et des bas, mais avec Abbas, la direction des pourparlers semblent ouvrir le chemin d'un accord !

  • "Alors votre "comparaison" avec Israël,"

    Corto, notre très cher Hypolithe est un nationaliste qui a une haine si forte d'Israël, qu'il met à toutes les sauces, au point de sympathiser avec les blogs islamistes qu'il dénonce ailleurs.... Ne le saviez-vous pas? Le mieux c'est de mettre toujours cette évidence le concernant, car lui répondre, serait lui donner trop d'importance! "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif"!

  • Au "troll courageux" tiens

    Que voulez-vous nous prouver, que Shlomo Sand est un pur crétin gauchisto- négationniste, mais qui se dit fière d'être Juif Israélien quand même... pour se justifier et se rattraper d'avoir écrit des âneries (alors que ce n'est pas un spécialiste de l'antiquité, il le dit lui même) cela nous le savons. Mais ce que vous ignorez c'est qu'en ayant fait une fixation sur le titre de son "livre" il disait aussi que les autres peuples non plus n'existaient pas - ceci dans une autre interview où il dit aussi:

    "Le sionisme, c'est un mouvement national. Je ne dis pas que c'est bien, ou pas bien, car je ne suis pas anti-national."

    "Ne me faites cependant pas dire que je suis antisioniste. Parce qu'aujourd'hui, quand quelqu'un se dit antisioniste, tout le monde pense qu'il est contre l'existence de l'Etat d'Israël. De ce point de vue, mon livre est certes radical dans la démarche historiographique, mais pas tellement dans son aspect politique, parce que j'exige la reconnaissance d'Israël par les Etats arabes. Mais, encore une fois, comme l'Etat des Israéliens, de tous les Israéliens."

    "L’antisionisme en tant que critique d’un État ethnocratique peut être juste ou faux, bête ou sage mais ne peut en aucun cas être assimilé à de l’antisémitisme. On ne peut pas être antisémite contre un État. C’est du bluff de sioniste à mon avis."

    "Cependant, dans certains groupes radicaux islamistes, il y a un glissement de l’antisionisme vers l’antisémitisme bête et dangereux qui nuit à l’islam"

    Un vrai pantin qui ne sait plus où il en est. Pas d'autres mots pour le qualifier.


    Et puisque vous nous le donnez en "exemple", je me fais un plaisir de passer un texte d'un connaisseur de l'antiquité et non d'un pantin:


    Le négationnisme de Shlomo Sand démonté par Eric Marty

    Je reproduis (à nouveau pour les têtes de mules) ici l'excellent article d'Eric Marty, publié dans Le Monde hier soir, sous un titre anodin (qui provient sans doute de la rédaction du Monde, et qui ne fait pas justice au contenu de l'article). Les médias ont joué un role néfaste dans la diffusion du livre négationniste de ce Faurisson israélien qu'est Shlomo Sand. Je constate qu'Eric Marty fait, tout comme moi, le rapprochement entre la négation du Peuple juif par S. Sand et la négation de la Shoah. (Voir mon article le concernant, Le négationnisme 'soft' d'un nouvel historien israélien). P.I.L
    marty-Eric.jpg
    Eric Marty
    Les mauvaises raisons d'un succès de librairie, par Eric Marty
    LE MONDE | 28.03.09 | 14h11 • Mis à jour le 28.03.09 | 15h24

    out le monde se souvient de quelques énoncés qui, jadis, firent scandale : selon une rumeur venue d'Europe, les chambres à gaz n'avaient jamais existé, selon une autre, émanant du monde arabe, le Temple juif de Jérusalem était une invention des colons sionistes, malgré son attestation par le Coran décrivant Jésus y priant "debout".


    Mais avec le siècle qui vient, et qui s'annonce comme redoutable, on aura compris que ces négations-là ne relevaient que du détail. Le livre de Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé : de la Bible au sionisme (Fayard, 2008), règle la question de manière définitive. Le peuple juif n'existe pas : divine surprise !

    Inutile de faire l'apprenti chimiste pour déclarer l'innocuité du Zyklon B, inutile de jouer à l'archéologue pour faire du Mur des lamentations une excroissance de la Mosquée Al-Aqsa, car si le peuple juif n'est qu'une invention du XIXe siècle sous le paradigme occidental de l'Etat-nation, alors la question est réglée. Certains pourront en conclure d'ailleurs qu'il est bien naturel qu'un peuple qui n'existe pas invente à l'infini des légendes pour attester sa pseudo-existence.

    Ce n'est pas ici le lieu de dénoncer les confusions, et surtout le caractère naïvement massif de la thèse du livre de Shlomo Sand. Des spécialistes l'ont fait. Il s'agit de l'oeuvre d'un historien autodidacte dont les informations sont de seconde main, qui mêle les approximations à des choses connues, mais qui sont présentées sous l'angle biaisé de découvertes sulfureuses.

    Sand présente le fait qu'il n'y a pas de race juive comme une découverte qui fait du peuple juif une invention historique. Mais ce faisant, il confond deux catégories étrangères l'une à l'autre, celle de "race" et celle de "peuple". La tradition d'Israël n'est pas une tradition raciale comme la Bible l'atteste (l'épouse non juive de Moïse, Séphora, Ruth, l'étrangère, ancêtre du roi David), tradition perpétuée par l'actuel Israël, comme tout visiteur peut le constater en admirant dans le peuple juif son extraordinaire pluralité : juifs noirs, jaunes, blancs, orientaux, blonds, bruns... La substitution race/peuple est révélée par le titre : Comment le peuple juif fut inventé... Or tout le livre consiste à vouloir prouver que les juifs actuels ne sont pas "génétiquement" les descendants des Hébreux.

    On dira que le peuple juif n'a jamais cessé d'être "inventé" : par Abraham, par Jacob, par Moïse... Mais aussi par chaque juif. Car l'invention même du peuple juif, loin d'être une preuve de son inexistence, est une preuve radicale - irréfutable - de la singularité radicale de son existence propre. Existence fondée sur le principe abrahamique de son invention ou de sa vocation, puisque cette existence est réponse à un appel.

    CONCLUSION PERVERSE

    Peuple unique en ce qu'il est fondamentalement logocentrique - lié au langage, lié au nom - et textocentrique, lié à un texte : la Torah. Que la filiation soit constitutive du peuple juif ne peut apparaître comme un élément ontologique. Le principe de filiation n'est que la régulation civile de l'existence historique de ce peuple, des conditions de possibilité d'une perpétuation qui autorise son inscription dans le temps chronologique, dans le temps de l'histoire humaine. Voilà pourquoi il y a un peuple juif, voilà pourquoi il n'y a pas de "race juive", même s'il est patent que les Cohen et les Lévy du monde entier ont quelques liens incarnés. C'est ce qu'on peut appeler très simplement la facticité juive : le fait d'être juif.

    Le livre de Sand manifeste là l'indigence de son "épistémologie". Sand est un "moderne". Il voudrait devenir le Michel Foucault du XXIe siècle. Il espère, en proclamant que le peuple juif est une "invention du XIXe siècle", reproduire, en le mimant, le Foucault de jadis affirmant que l'homme était "une invention récente". Mais, pour Foucault, il était fondamental, à l'intérieur du discours philosophique moderne même, de réfléchir méthodiquement à cette "invention" dans les savoirs - l'homme - et de la déconstruire.

    Or c'est sur ce point que le livre de Sand se révèle vide. Car s'il dénie aux juifs une aspiration, qu'ils n'ont jamais eue comme peuple, à se constituer en race, il ne déconstruit pas la notion de race. Au contraire, il lui confère, à dessein ou non, un statut de vérité qui se donne comme vérité ultime. En effet, la conclusion, proprement perverse, de son livre est d'attribuer au peuple palestinien ce qui a été dénié aux juifs, à savoir qu'ils sont - eux, les Palestiniens - les vrais descendants génétiques des Hébreux originaires !

    Cet épilogue est le révélateur de la finalité du livre. On y trouve le principe mythologique de l'inversion dont le peuple juif est la victime coutumière : les juifs deviennent des non-juifs et les Palestiniens les juifs génétiques. On peut, dès lors, en déduire qui est l'occupant légitime du pays. En ne déconstruisant pas radicalement la notion d'héritage génétique, en en faisant, au contraire, bénéficier le peuple palestinien, Sand révèle tout l'impensé qui obscurément pourrit ce qu'il tient pour être une entreprise libératrice. Il montre que la méthode substitutive qu'il emploie est tout simplement mystificatrice, et ce d'autant plus qu'elle voudrait être au service de l'entente entre les ennemis.

    Nier l'identité juive est une vieille marotte, aujourd'hui parasite obstiné de la pensée contemporaine. D'où vient ce vertige du négatif ? On l'aura compris en lisant le livre de Shlomo Sand : d'un désir obscur de faire des juifs de purs fantômes, de simples spectres, des morts-vivants, figures absolues et archétypales de l'errance, figures des imposteurs usurpant éternellement une identité manquante. Eternelle obsession qui, loin de s'éteindre, ne cesse de renaître avec, désormais, un nouvel alibi mythologique : les Palestiniens.

    Eric Marty est écrivain et critique, professeur de littérature à l'université Paris-Diderot

  • Désolée pour l'absence de ponctuations.... Pas eu le temps! :))))))

    Bonne fin d'après-midi!

  • "tiens" donc avant de quitter j'ai lu ceci:

    "Islam et engagement | Hani Ramadan | 13/09/2010
    Israël ne veut pas la paix

    Juif contre sioniste A voir, sans commentaire...

    Et SURPRISE! Il s'agit de la même vidéo du 19 février 2009 que nous recommande le Troll (féminin inclus)"tiens" MDR nos islamistes n'ont plus rien à se mettre sous la dent!

    Hani Ramadan s'essouffle?!!!!!!!!! LOLLLLLLLLLL

  • Pourquoi vos billets tournent toujours vers les insultes et votre blog est envahi que pas des malades?

  • Question, où voyez-vous des insultes !
    C'est juste pour jeter le discrédit ?

  • Corto c'est la vérité qui rend le Troll (cela vaut également pour le féminin) Question malade, étant élevé et ayant la Takiya dans la peau!

  • hani ramadan dans INFRAROUGE:

    Tout simplement pitoyable!

    La journaliste n'a pas su lui faire fermer sa grande gueule d'islamiste qui a encore dévié le problème débattu de la lapidation par "celui" instrumenté des "malheureux" palestiniens..... Mais je salue l'intervention de
    Saïda Keller-Messahli, qui a su le remettre à sa place mais, a ma grande surprise, il l'a complètement ignorée. Sans doute en tant que femme, elle ne méritait aucune considération..... Ainsi que celle de Manon Schick, porte-parole de la section Suisse d'Amnesty International, à qui il réfute la vérité de ce qu'elle rapporte contrairement à lui qui ne rapporte que des textes "VRAIS" concernant la Charia et la condamnation de Sakineh Ashtiani. Nous avons eu droit à des copier/coller de ses billets dont "Sakineh : campagne de désinformation entretenue par les intellectuels sionistes". Quant aux interventions de Henri-Maxime Khedoud, et Serge Michel, rédacteur en chef adjoint "Le Temps", duquel on aurait pu s'attendre à quelques réponses musclées, s'est avéré d'une incroyable pleutrerie, osant à peine murmurer deux mots dans son micro, que le ramadan lui a coupé la parole ... et plus de Serge Michel. Plouf.... Bref ces deux derniers intervenants auraient mieux fait de se taire... leur présence et leur silence donnaient plus de poids au "débat"... si je puis m'exprimer ainsi!LOL

    hani ramadan, l'islamiste vaniteux, a cru avoir le monopole de la parole!

  • C'est un peu la seule manière qu'un pays dont l'économie vit de l'argent sale des dictatures les plus sanguinaires organise sont service après vente !
    Je n'ai pas vu l'émission et je n'y tient pas, j'ai déjà eu le privilège d'assister à cette émission avec d'autres invités, mais l'étalage était tellement lénifiant que je n'ai jamais plus recommencer !
    La TSR, juge important de traiter de la lapidation, comme si le fait que l'une des conseillères fédérales enchifrené car recouverte de fichus, n'avait pas déjà donné le feu vert à l'Iran dans ce jeu de massacre fort enrichissant.
    Etrangement, il n'y a pas eu d'émission concernant Polanski, alors que la Suisse avec ses mains ensanglantées notamment par les employés de kadhafi, elle à encore une fois joué la carte de la lâcheté.
    Alors que des fous jouant avec une troisième guère mondiale en menaçant de commettre un autodafé, les journalistes helvétiques ne manquent à leur devoir de mettre en scène un individu ayant déjà prouvé son intégration à un niveau professionnel. Quel bel exemple pour les populations Suisses, après avoir répétés des millions de fois le nom de Blocher, nos média prennent la population en sandwich avec une autre ordure juste après avoir assisté à la dimension et l'impacte qu'un pasteur inconnu peut avoir sur le plan planétaire en affichant publiquement ses tendances pyromanes.
    Un seul fou catapulté par ce nouveau phénomène de communication et nous frôlons un conflit mondial et trois jours plus tard, la télévision d'un pays neutre et rempli de fric sale, donne l'antenne à un autre fou moins pyromane mais totalement mythomane.
    Pour illustrer le personnage, il est l'un des héritiers de la société anonyme de droit suisse spécialisée en terrorisme connue sous le nom frères musulmans :

    Centre Islamique à Genève, Association, CH-660-0116966-3
    * Ramadan Arwa, d'Egypte, à Genève, membre*, signature individuelle
    * Ramadan Aymen, de Genève, à Carouge, membre* président, signature individuelle
    * Ramadan Bilal, de Genève, à Meyrin, membre*, signature individuelle
    * Ramadan Hani, de Genève, à Genève, membre* directeur général, signature individuelle
    * Ramadan Tariq, de Genève, à Vernier, membre*, signature individuelle
    * Ramadan Wafa, d'Egypte, à Genève, membre*, signature individuelle
    * Ramadan Yasser, de Genève, à Genève, membre*, signature individuelle application image
    F & M Trading Investment & Financing SA, en liquidation à Chêne-Bougeries, Société anonyme, CH-660-0052993-1
    * Ramadan Jordan Tania, d'Orsières, à Genève, adm. secrétaire, signature collective à 2 application image
    Fondation d'intérêt public communal pour le logement à Confignon à Confignon, Entreprise droit public, CH-660-0069004-3
    * Gaspoz Ramadan Bernadette, de Genève, à Confignon, membre* secrétaire, signature collective à 2

    FONDATION SAÏD RAMADAN à Genève, Fondation, CH-660-1470001-6
    * Ramadan Aymen, de Genève, à Carouge (GE), membre* président, signature collective à 2
    * Ramadan Hani, de Genève, à Genève, membre*, signature collective à 2
    * Ramadan Yasser, de Vernier, à Genève, membre* vice-président, signature collective à 2
    * Ramadan Wafa, d'Egypte, à Genève, membre*, sans signature

    Les comptes liés à ces fondations abritent des centaines de millions liés à des attentats meurtriers, c'est pour cette raison que les médias d'états s'occupe du marketing de leurs clients !

  • Pour la seconde fois en deux jours, les forces de sécurité ont déjoué une tentative d’attentat visant les troupes de Tsahal opérant dans la bande de Gaza. La première fois, un commando avait été intercepté à temps alors qu’il était en possession de roquettes RPG . Ce mardi, c’est un missile antichar que les Palestiniens ont lancé en direction des soldats, qui ont riposté, faisant sans doute des blessés.

    Les militaires israéliens ont ouvert le feu sur leurs adversaires et ont peut-être tué un terroriste. Le porte-parole de Tsahal a indiqué dans un communiqué: « les organisations terroristes agissent à tout instant en vue de perpétrer des attentats contre les soldats de Tsahal et contre les citoyens israéliens ».

Les commentaires sont fermés.