Israël et ses Bédouins

Imprimer

Les Bédouins en Israël

Contrairement à ce qu’on imagine souvent, l’Etat d’Israël n’est pas exclusivement peuplé de juifs ; il y a des minorités, à commencer par des musulmans israéliens qui sont plus d’un million, les druzes très bien intégrés au point de servir dans Tsahal, des chrétiens bien évidemment, des réfugiés du Darfour, des Arméniens (surtout à Jérusalem) et bien sûr des Bédouins, surtout dans le Néguev, notamment dans la région de Béershéva.

Depuis quelque temps, les incidents se multiplient avec cette communauté qui compte un peu plus de trois cent mille âmes. Certes, il y a aussi des hommes de ce milieu spécifique qui font la chasse aux terroristes, dotés d’une ouïe parfaite et d’une vision, même de nuit, incomparable. Mais ce ne sont ceux là qui font parler d’eux. Ces derniers temps, les Bédouins n’ont pas vraiment la côte. On leur reproche leurs rapines quasi endémiques, leurs vols de voitures, leurs incursions nocturnes dans les champs des cultivateurs israéliens et même leurs cambriolages.

Lors d’une conversation au marché de NAtanaya, j’avais indiqué au vendeur que je devais aller pour le chabbat dans le Néguev, bien après Béershéva, au Mochav. L’homme me demanda aussitôt si on n’avait pas de problèmes avec les Bédouins. Je répondis par la négative. C’est alors qu’il me conta le liste de leurs méfatst selon lui.

Il n’avait pas entièrement tort puisque j’ai lu peu après dans les Yediot Aharonot le cas d’un policier israélien qui a ouvert le feu sur un Bédouin en train de voler une voiture. Ses collègues étaient indignés par le jugement rendu : 15 mois de prison. Le condamné porta l’affaire devant la cour suprême d’Israël dont la présidente est réputée pour son activisme. Mal lui en prit : il vit sa peine de prison doublée, il écoupa de 30 mois au lieu de de 15 !! Ses collègues dénoncèrent un jugement inique, menaçant de ne plus intervenir en cas de vol et d’agression, de peut de se retrouver sur le banc des accusés.

Mais ce n’est pas tout, il y eut le cas d’un citoyen israélien qui a fait jurisprudence un certain deromi (le bien nommé puisque ce terme signifie en hébreu l’homme du sud !). Cet avait mortellement blessé un Bédouin venu nuitamment voler dans son champ. La cour suprême avait alors rendu un jugement à la Salomon… Je connais même le cas d’un homme qui fut enfermé pendant quelques jours au motif qu’il avait mis des voleurs bédouins en fuite en tirant à l’Ouzi dans leur direction ; heureusement, sans les blesser. Faute de quoi, il aurait été poursuivi.

Un ancien officier de Tsahal ayant servi dans les blindés m’a raconté que sur un terrain d’entraînement où l’armée dispose de vieux véhicules blindés pour aguerrir les soldats, on remarqua la disparition d’un char. Les Bédouins, séduits par l’idée de revendre 50 tonnes d’acier l’avaient dérobé la nuit, recourant pour ce faire, aux services d’une grue et d’un camion porte-chars !!

A ma question portant sur ce laisser aller apparent des autorités, l’officier mer épondit que c’était une décision politique qui voulait pacifier les relations avec cette communautés dont les turbulences pourraient provoquer des troubles. Et aussi, sans doute, aider par des alliances dictées par la vengeance, comme dans le Sinaï égyptien, à des activités anti-israéliennes. Qui connaît le désert mieux que les Bédouins qui y sont nés et y vivent ? Les Egyptiens eux même l’ont récemment appris à leurs dépens… Il y a quelques années et aussi il y a quelques jours..

Prudence, mais force doit rester à la loi.

Les commentaires sont fermés.