L’éprouvante solitude de M. Saad Hariri, premier ministre du Liban…

Imprimer

L’éprouvante solitude de M. Saad Hariri, premier ministre du Liban…

Le réveil est dur pour le jeune Premier Ministre libanais qui retrouve la place de son père, quelques années après l’assassinat de son père… Ne parlons même pas des mois nécessaires à la formation du gouvernement et voyons plutôt comment il s’accommode d’un Hezbollah, désireux d’être maître du jeu politique et de substituer au pouvoir politique légitime.

Certaines puissances européennes, y compris les USA, et parmi les Arabes, l’Arabie Saoudite, avaient promis un soutien indéfectible au jeune dirigeant qui constate aujourd’hui combien sa marge de manœuvre est réduite !

Le changement d’attitude tant espérée de la Syrie a fait long feu. Certes, les soldats syriens ne sont plus sur place mais l’influence de ce pays est encore palpable. Dans les services de sécurité (ce qui crucial dans ce pays), le personnel politique et même l’armée… Ce n’est pas surprenant : trente années d’occupation laissent des traces. Et, au fond, la présence militaire syrienne n’est plus nécessaire puisque le Hezbollah, supplétif de Damas et de Téhéran, est là pour tout bloquer : la réforme du pays, la paix avec Israël et la reconquête d’une souveraineté pleine et entière.

Mais que faudra-t-il donc faire pour avoir enfin la paix dans cette région ? La venue du Messie ?

Commentaires

  • so what Monsieur le bloggeur! je devise dans une courtoise mauvaise humeur avec un intervenant qui, fait rare ,bien que pas de mon avis ne m'incendie pas pour autant, et que voilà vos méchants ciseaux , dois-je croire que mes modestes arguments vous mettent à ce point mal à l'aise qu'il vous faille les CENSURER. c'est vrai ils concernent la politique étrangère de l'etat hebreu ce brusque retour à une argumentation politique dans un conflit dont le religieux sert in fine d'alibi à l'inacceptable , indispose; d'ailleurs c'est le sens même de mon intervention , indisposer , bouger les lignes du conformisme de la bonne conscience des uns et des autres.

Les commentaires sont fermés.