La traque d'Eichmann par le Mossad

Imprimer

LA TRAQUE D’EICHMANN, DE NEAL BASCOMB. PARIS, PERRIN, 2010

Je vous recommande chaleureusement ce livre qui se lit comme un vrai roman policier, à cet détail près que tous les faits relatés sont véridiques et ont permis à l’Etat d’Israël de mettre la main sur un exterminateur de son peuple qui avait pu semer tous les pièges et se réfugier, avec sa femme et ses enfants, en Argentine, aidée par le Vatican et d’autres filières aptes à exfiltrer les Nazis d’une Europe enfin libérée.
Tout est dans ce livre qui se lit sans effort tant il est passionnant : on y voit comment le Mossad (encore lui) monte une opération, comment tout est calculé, prévu, même l’imprévu !  Comment Adolf Eichmann fut enlevé alors qu’il rentrait en bus de l’usine où il œuvrait comme contremaître…
Ce qui m’a stupéfie dans ce livre, c’est la citation qu’Eichmann fait devant ses geôliers, découvrant, à leur accent, qu’ils sont israéliens : il récite le premier verset du Shema Israël, la profession de foi juive lue tous les matins et jusqu’à notre lit de mort, et prétend l’avoir apprise du rabbin Léo Baeck (1873-1957) !! Un auteur que j’ai beaucoup étudié et même traduit.

LA TRAQUE D’EICHMANN, DE NEAL BASCOMB. PARIS, PERRIN, 2010

Je vous recommande chaleureusement ce livre qui se lit comme un vrai roman policier, à cet détail près que tous les faits relatés sont véridiques et ont permis à l’Etat d’Israël de mettre la main sur un exterminateur de son peuple qui avait pu semer tous les pièges et se réfugier, avec sa femme et ses enfants, en Argentine, aidée par le Vatican et d’autres filières aptes à exfiltrer les Nazis d’une Europe enfin libérée.
Tout est dans ce livre qui se lit sans effort tant il est passionnant : on y voit comment le Mossad (encore lui) monte une opération, comment tout est calculé, prévu, même l’imprévu !  Comment Adolf Eichmann fut enlevé alors qu’il rentrait en bus de l’usine où il œuvrait comme contremaître…
Ce qui m’a stupéfie dans ce livre, c’est la citation qu’Eichmann fait devant ses geôliers, découvrant, à leur accent, qu’ils sont israéliens : il récite le premier verset du Shema Israël, la profession de foi juive lue tous les matins et jusqu’à notre lit de mort, et prétend l’avoir apprise du rabbin Léo Baeck (1873-1957) !! Un auteur que j’ai beaucoup étudié et même traduit.
Le récit final, celui de l’exécution, est sobre : Eichmann demande qu’on le laisse prier quelques instants, fume toutes ses cigarettes, boit plusieurs verres de vin rouge, menace ses ravisseurs (Messieurs ! Au revoir, nous ne tarderons pas à nous revoir…) et rend hommage aux trois pays qu’il a aimés : l’Allemagne, l’Autriche et l’Argentine…
Ce procès du grand tortionnaire a donné lieu à une violente controverse entre Hannah Arendt et Gershom Scholem : fallait-il tuer Eichmann ? Fallait-il le juger ?  Il me semble que oui : cet homme a sans broncher signé l’arrêt de mort de centaines de milliers de victimes, hommes, femmes et enfants.
Je vois le symbole de ce procès de la manière suivante : ceux qui n’avaient pas de pays, pas de patrie, pas d’aide, abandonnés par tous, ont eu des descendants qui ont jugé le tortionnaire. Malheureusement, le Mossad n’a pas mis la main sur le Dr Josef Mengele qui était plus malin. Dèsq u’il apprit que le Mossad était à ses trousses, il disparut.

Commentaires

  • Ô D-ieu qu'est ce que l'homme?
    La feuille au vent qui vole,
    Un poids sur la balance
    Pesant l'insignifiance,
    Volière à mensonges
    Comme en cage mésanges...
    Pourrait-Tu donc penser
    A sévir contre lui,
    Fumée qui s'évanouit,
    Bois vermoulu, moisi?
    Gracie-les à ton aune, et non pas à la leur!
    Soudain survient leur heure : ils se couchent et meurent.

    Chlomo Ibn Gabirol.

  • Personnellement, je ne sais pas si la peine de mort fut la bonne réponse à cette monstruosité incarnée, comme si la mort pouvait lui permettre de s'échapper à nouveau, je l'aurait enfermé avec sa personne pour unique compagnie.
    Dans l'anonymat le plus total, enlever, acheminer en Israël et enfermer vivant dans une cellule sans horizon jusqu'à mort s'en suive !
    Pour ces monstres, ennemis de la vie, la mort semble trop douce et tellement dérisoire face aux actes commis, ils ont maltraité la vie, la vie les maltraiteras !
    Que chaque minute face à un mur blanc, il se confronte à sa propre monstruosité, que son agonie, lente et silencieuse s'occupe de ce qu'il resterait d'humain dans son âme !

  • @Sabourjian,

    En entrant j'ai un titre frappant "L’ASCENDANCE JUIVE D’HITLER Une «explication» par la haine de soi" PAR Mohamed FTELINA | Savoir la vérité"

    Y avez-vous été? Personnellement cela fait un moment que je ne poste plus chez lui mais là, il se fait tard. Je ferai un saut demain pour lire ce qu'il raconte.

    Bonne nuit Corto.

    SVP: Revenez à Corto.

  • Err: j'ai "lu" un titre :)))))))

  • Patoucha, je n'ouvre même plus les blogs de fletina et hani, ils n'ont qu'une seule obsession, comme tous les malades psychotique !

Les commentaires sont fermés.