François FILLON, une belle leçon de moralité politique

Imprimer

François FILLON, une belle leçon de moralité politique

Je consacre mon blog ce matin à un phénomène assez rare, voire rarissime : la loyauté et la fidélité en politique. Le Premier Ministre de la France, M. François Fillon, a réitéré hier devant le Sénat, avec la dignité et la solennité qui s’imposaient, sa fidélité au président de la République, démentant ainsi, de la manière la plus formelle, je ne sais quels graves désaccords entre lui-même et le chef de l’Etat.

Nous ne sommes pas des naïfs, il y a et il y aura toujours de petites frictions ou grincements de dents entre les deux têtes de l’exécutif, mais M. François Fillon fait preuve, à cet égard, d’une loyauté et d’une fidélité à toute épreuve. Ce n’est pas lui qui a fait la constitution de la Ve République laquelle instaure des relations plutôt ambiguës entre les deux têtes de l’exécutif…

 

Pourtant, le tempérament de ces deux hommes est nettement différent : l’un est plutôt rapide et parfois un peu emporté (révérence gardée, bien sûr), l’autre fait preuve d’un calme presque olympien, voire même d’un véritable phlegme britannique. Et je me demande où il a bien pu aller le chercher, lui dont le fief est dans la Sarthe…

Ce qui est absolument exceptionnel dans le cas du premier Ministre, c’est qu’il a su s’imposer sans effort apparent : régulièrement, la presse (qui doit rendre grâce au ciel d’avoir sous la main ou sous la plume un tel sujet) pronostique régulièrement son départ, son énervement, son remplacement, ses états d’âme etc… Mais lui, est toujours là. Et les choses se passent plutôt bien.

J’ai toujours pensé que dans l’existence, c’est la conduite éthique qui compte et détermine tout le reste. François Fillon dément des vérités tristement enracinées dans le milieu des élus selon lesquelles il n y aurait pas d’amitié en politique. Mais qui peut vivre et travailler sereinement , en ayant autour de lui des gens de peu et prêts à tout pour prendre la place ?

Mes lecteurs de la Tribune de Genève et d’ailleurs ricaneront probablement en lisant cette note matinale, inspirée par le passage à la télévision du Premier Ministre au Sénat ; ils auraient bien tort de le faire. Car par son attitude stoïque (parfois, il faut bien le reconnaître) François Fillon démontre qu’il n y a de vertu que lorsqu’il y a tentation…

Puissent les hommes politiques d’ici et d’ailleurs s’inspirer d’un si haut exemple !

MRH

(Blog de ce matin dans la Tribune de Genève : Vu de la place Victor Hugo (mrhayoun.blog.tdg.ch

Pourtant, le tempérament de ces deux hommes est nettement différent : l’un est plutôt rapide et parfois un peu emporté (révérence gardée, bien sûr), l’autre fait preuve d’un calme presque olympien, voire même d’un véritable phlegme britannique. Et je me demande où il a bien pu aller le chercher, lui dont le fief est dans la Sarthe…

Ce qui est absolument exceptionnel dans le cas du premier Ministre, c’est qu’il a su s’imposer sans effort apparent : régulièrement, la presse (qui doit rendre grâce au ciel d’avoir sous la main ou sous la plume un tel sujet) pronostique régulièrement son départ, son énervement, son remplacement, ses états d’âme etc… Mais lui, est toujours là. Et les choses se passent plutôt bien.

J’ai toujours pensé que dans l’existence, c’est la conduite éthique qui compte et détermine tout le reste. François Fillon dément des vérités tristement enracinées dans le milieu des élus selon lesquelles il n y aurait pas d’amitié en politique. Mais qui peut vivre et travailler sereinement , en ayant autour de lui des gens de peu et prêts à tout pour prendre la place ?

Mes lecteurs de la Tribune de Genève et d’ailleurs ricaneront probablement en lisant cette note matinale, inspirée par le passage à la télévision du Premier Ministre au Sénat ; ils auraient bien tort de le faire. Car par son attitude stoïque (parfois, il faut bien le reconnaître) François Fillon démontre qu’il n y a de vertu que lorsqu’il y a tentation…

Puissent les hommes politiques d’ici et d’ailleurs s’inspirer d’un si haut exemple !

Commentaires

  • "J’ai toujours pensé que dans l’existence, c’est la conduite éthique qui compte et détermine tout le reste. François Fillon dément des vérités tristement enracinées dans le milieu des élus selon lesquelles il n y aurait pas d’amitié en politique. Mais qui peut vivre et travailler sereinement , en ayant autour de lui des gens de peu et prêts à tout pour prendre la place ?"

    Cher Monsieur,

    Vous exprimez là une vision de la politique que j'aimerais bien partager. Je pense également que pour travailler sereinement, il faut dans son entourage des gens pour qui l'éthique a encore une signification. Que M. le premier ministre français soit "l'oiseau rare" doté de cette loyauté indefectible envers son président ne peut que me réjouir. J'espère simplement que sous le manteau de la loyauté ne se cache pas un costume de courtisan.

    Cela dit, il n'y a aucune raison de ricaner à vos propos, car ils semblent témoigner du désir de voir la politique occuper la place qui lui revient dans toute société : être au service de tous et gérer les intérêts publics au bénéfice de tous.

    Mais votre formulation laisse planer quelques doutes sur les politiciens...qui seraient bien inspirés de suivre l'exemple de M. Fillon.

    L'honnêteté et la loyauté sont des vertus qui sont - malheureusement - trop souvent mal récompensées.

Les commentaires sont fermés.