L’affaire Clearstream

Imprimer

L’affaire Clearstream

L’affaire Clearstream est la facette la plus repoussante de la politique. Il est dommage qu’elle ait éclaté et qu’elle connaisse de tels développements qui polluent la vie politique française.

L’enjeu est de taille : un homme, le président de la République, a été calomnié par des comploteurs qui visaient à l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle. Il en a été meurtri et déposé plainte, comme la la loi autorise tout citoyen français à le faire.

Après bien des péripéties, le verdict est tombé : à part le principal suspect et un lampiste, tous les autres prévenus furent condamnés (dont deux fort sévèrement). Comme il fallait s’y attendre, ils ont fait appel.

Mais là où les choses se compliquent, c’est que le Procureur a lui aussi fait appel afin, dit-il, qu’émerge une autre part de vérité, absente du premier verdict. Les gens et les média y ont vu un interventionnisme extra-judiciaire de mauvais aloi. Je comprends que le principal relaxé ait mal pris la chose mais d’éminents juristes de gauche, donc peu suspects de sympathie à l’égard du pouvoir, ont jugé conforme la réaction du procureur.

Que va-t-il se passer demain ? Cette affaire va-t-elle polluer la vie politique française jusqu’à l’élection de 2012, faisant les choux gras des journalistes de droite comme de gauche ?

Mais, eu égard aux retombées politico-médiatiques, fallait-il vraiment faire appel ? Donnant ainsi prise à d’interminables soupçons sur l indépendance de la justice française ? N’étant pas juriste, je m’abstiens de donner une réponse à une question qui me dépasse.

En revanche, je conseille de se reporter à l’excellente interview télévisée de Monsieur Claude GUEANT, Secrétaire Général de l’Elysée, sur BFM TV avec Olivier Mazerolle. Il a fort résumé la situation. ET vu sa concision et sa précision, on comprend que le Président lai choisi au point d’en faire un très proche collaborateur.

Commentaires

  • Si Sarkozy était un "seigneur", cela se saurait! Lorsqu'il fut élu président de la France, il aurait dû tirer un trait sur l'affaire Clearstream. Etre beau joueur, cela lui aurait été profitable.

    Mais avec aucune séparation de pouvoir entre état, justice, politique, ce gouvernement est un panier de crabes qu'aucun pays ne mérite.

    Voyez Woerth, il est ministre et trésorier de l'UMP. Voyez la liste HSBC prise en otage par des dirigeants incapables de gérer un pays qui s'enfonce de plus en plus dans les dettes. Et qui va nous faire croire que la liste remise au Ministre allemand provient de Falciani, puisque le gouvernement français la détient?

    Comment Falciani vit-il aujourd'hui? A-t-il un salaire pour entretenir sa famille. Est-il à la charge de l'Etat français. Et l'Etat français monnaie-t-il la remise des documents avec Falciani, avec l'Allemagne et d'autres encore. On n'est pas loin des méthodes du far-west: La bourse ou la vie?

    Pour nous les Suisses, nous nous réjouissons de cette guerre que mène Sarkozy et Willepin. Elle démontre un pays sous perfusion avec des dirigeants malades de leur image.

  • Parlez pour vous, Océane, et ne me prenez pas à témoin ou en otage de vos phobies.
    Je suis Suissesse et je n'ai aucune joie à voir l'un ou l'autre de nos voisins connaître des problèmes, ni ne me réjouis de ceux que mes concitoyens rencontrent.

    En revanche, il me semble que nous avons effectivement, en tant que citoyennes suisses, à nous pencher sur la manière dont nos autorités gèrent les tensions avec nos voisins en matière de secret bancaire et de fraude fiscale. Et quant à moi, je pense qu'elles ne vont de reculade en reculade, au lieu d'empoigner le problème à la racine : la fraude fiscale, aucun gouvernement ne peut l'accepter, ni ici, ni ailleurs. Il serait temps que le peuple suisse entende autre chose que ce qui le flatte. Balayons devant notre porte avant de faire donner des leçons aux autres. Aménageons notre droit en la matière de manière à ce qu'il soit conforme à la moralité et au droit international.
    C'est ainsi que nous pourrons redorer notre blason et défendre les valeurs que nous prétendons avoir.

  • Chère Anne-Marie Brunner,

    Je m'en voudrai de convaincre qui que ce soit et de tenter de vous influencer par mes réactions à des faits de société.

    Vous avez une opinion très pure que je respecte et si vous pouvez apporter votre collaboration sincère à une Suisse en mal de reconnaissance, vous êtes la bienvenue.

    Je posai mon commentaire aux alentours de 13.00 heures alors que la presse annonçait aux environs de 15.00 h. la réaction de Falciani. Il n'est pour rien dans les données HSBC à l'Allemagne. Alors qui?

    Tous les pays voisins endettés jusqu'au cou sont aux abois et utilisent des moyens de voyous pour obtenir des milliards. La Suisse est leur cible. Quant au secret bancaire, je pense qu'Anne-Marie Brunner ne voit pas d'invonvénient à ce que nous votions sur le sujet.

    Contrairement à la France, le peuple Suisse vote et n'est pas à la merci des dirigeants qui gouvernent. Et surtout nous ne voulons pas un Etat tout-puissant, fouineur et inquisiteur. Et des querelles d'enfants dans le bac à sable tels que Sarkozy et Willepin.

  • En effet, je ne vois aucun inconvénient à ce que les citoyens suisses votent à ce propos.
    Mais tout le dossier "banque" doit être mis en discussion... Mais le "secret" bancaire semble de plus en plus éventé. Et les tergiversations de nos autorités semblent n'avoir pu que contribuer un peu plus à cet état.
    Quant aux disputes de MM. Sarkozy et Villepin, vous pouvez considérer qu'il s'agit de querelles de bac à sable. C'est tout de même une affaire grave, où l'on a manipulé des données et des personnes pour chercher à en atteindre d'autres. Il appartient bel et bien à la justice française de tirer cela au clair, et au peuple français de savoir ce qu'il en est.
    Et encore une fois, parlez pour vous. Ce que vous voulez, vous Océane en tant que Suissesse, n'est pas forcément ce que je veux, moi Anne-Marie tout aussi Suissesse que vous... Utilisez le "je", et non le "nous". Ne vous cachez pas derrière un peuple suisse uni. Il ne l'est pas.

  • En ce qui me concerne, je ne sais toujours pas pourquoi les personnes qui viennent d'être jugées et condamnées par le Tribunal Correctionnel de Paris et qui, fait acquis, ne connaissaient pas personnellement Monsieur Sarkosy, se sont livrées à de graves manipulations tendant à faire croire qu'il détenait des comptes bancaires cachés à l'étaranger.

    Il me semble que ce devait être là la principale préoccupation du Tribunal en question. Je regrette qu'il ne s'en soit pas assez inquiété !

    Sans préjuger aucunement de la responsabilité de Monsieur de Villepin dans cette machination, on assiste à cette aberration que Monsieur Sarkosy, qui était en fait la victime est présenté maintenant par certains comme un coupable !

    Un appel de ce jugement peu satisfaisant a, en effet, été fait par le Procureur de la République, et cela a déclanché la fureur de Monsieur de Villepin qui avait été relaxé en première instance.

    Monsieur de Villepin a le droit de penser ce qu'il veut de l'appel du Procureur de la République et l'on comprend qu'il n'en soit pas heureux, mais, à mon avis, il a le devoir de ne pas se livrer dans les médias à de provocantes et gratuites accusations à l'encontre du Président de la République.

    Monsieur de Villepin pense peut être que ses accusations pourraient lui procurer un avantage dans une éventuelle confrontation avec Monsieur Sarkosy en 2012...........Moi je pense surtout qu'il affaiblit le camp des Français dont il ambitionne de défendre les idées !

    En bref, Monsieur de Villepin risque de ne pas réussir mieux la seconde fois que la première .

  • Anne-Marie Brunner,

    Le procès clearstream a duré assez longtemps. Le verdict est tombé. Maintenant, on tourne la page.
    Je suis heureuse de constater que vous ne voyez pas d'inconvénient à ce que les citoyens suisses votent au sujet du secret bancaire.
    Et lorsque vous me dites quelques gentillesses: comme parlez pour vous, ne vous cachez pas derrière, utilisez le je et non le nous. vous me faites penser à un certain Corto, mais en jupon :0)!

  • @Océane : Ah oui, je signe de mon nom et j'assume ce que je dis. Pouvez-vous en dire autant ? Et je ne crois m'être montrée "méchante" ou "injurieuse" en vous priant de parler en votre nom, et d'utiliser le "je". Je vous demandais juste de ne pas parler en mon nom. C'est tout.

    Gérard, je vous rejoins tout à fait dans votre analyse. Et j'ajoute, pour aller un bout dans le sens d'Océane que je trouve désolant que deux représentants importants d'un pays en arrivent ainsi à devoir s'expliquer devant le justice et que cela porte préjudice aux institutions qu'ils représentent ou qu'ils ont le souhait de représenter, et à l'ensemble des Français.

  • Gérard,

    De la Suisse, cette affaire de clearstream paraît cocasse vu la chasse que le Président Sarkozy fait aux "comptes bancaires" cachés à l'étranger.

    Je vous livre un commentaire qui est personnel.

    M. Sarkozy était candidat à la présidence française. Donc une cible pour toutes les personnes qui ne le désiraient pas. Les chasseurs sont nombreux pour abattre un tel "gibier". Cela se pratique à moindre échelle à tout candidat (lä je parle principalement politique) qui est tenté par le pouvoir.

    Les chasseurs ou les ennemis, on les trouve dans la partie adverse (PS PC etc.etc.), et même chez ses amis. Et de la rumeur, l'on monte une histoire qui semble plausible et on la balance aux médias, très friands de ce genre d'exercice.

    En plus il y a des relents de jalousie, de cupidité. M. Sarkozy fut avocat d'affaires.

    Mais dans l'histoire qui concerne le Président de la République, il aurait dû mettre un terme à ce déballage puisqu'il a été élu. Et vous savez bien qu'une affaire chasse une autre. Et celle-ci aurait été vite oubliée...

    Bonne journée

  • @Gérard: "Monsieur de Villepin a le droit de penser ce qu'il veut de l'appel du Procureur de la République et l'on comprend qu'il n'en soit pas heureux, mais, à mon avis, il a le devoir de ne pas se livrer dans les médias à de provocantes et gratuites accusations à l'encontre du Président de la République."

    Pour mémoire, je vous rappelle que Mr sarkosy, en voyage officiel à l'étranger (il est de coutume française de ne pas évoquer les affaires intérieures lors de tels voyages) n'a pas hésité à évoquer l'ouverture du procès clearstream en bafouant la présomption d'innoncence et en qualifiant Mr de Villepin, à l'instar des autres prévenus de coupable...!!! et ce n'était pas la première fois...

    en agissant ainsi, Monsieur Sarkosy a offert la possibilité à son concurrent d'en faire de même c'est bête et stupide mais c'est à l'aune du comportement général de Mr sarkosy qui n'a manifestement pas l'étoffe d'un grand président... et surtout pas le respect dû à une telle fonction... comment dès lors exiger un tel respect de la part des autres?

    "je ne sais toujours pas pourquoi les personnes qui viennent d'être jugées et condamnées par le Tribunal Correctionnel de Paris et qui, fait acquis, ne connaissaient pas personnellement Monsieur Sarkosy, se sont livrées à de graves manipulations tendant à faire croire qu'il détenait des comptes bancaires cachés à l'étaranger.

    Il me semble que ce devait être là la principale préoccupation du Tribunal en question. Je regrette qu'il ne s'en soit pas assez inquiété !"

    c'est justement le problème, les mois d'instruction (par 2 juges d'instruction) et de procès n'ont pas permis de déterminer l'identité du donneur d'ordre... il y a bien quelques suspiscions, relayées par une cohérence politique, mais aucune certitude... or s'il y a doute... il doit y avoir relaxe...! c'est frustrant mais c'est le simple respect de la Loi...

  • Mesdames,

    Permettez moi de vous associer dans ma réaction à vos commentaires.

    Moi aussi Anne Marie Brunner et Oceane, je trouve affligeant ce pugilat au plus haut niveau entre deux hommes politiques dont l'un est notre Président de la République et l'autre un ancien Premier Ministre et qui tous deux représentent la même fraction de l'opinion publique Française !
    Cela ne fait pas bon effet, ni en France ni à l'étranger.

    Mais pour décider, Oceane, si Monsieur Sarkozy devait ou devrait se montrer "beau joueur" (drôle de jeu) et se retirer ou si Monsieur de Villepin devait ou devrait cesser ses imprécations publiques incontrôlées , il faut à mon avis se remémorer dans quelles conditions le scandale a éclaté.

    Ce n'est pas Monsieur Sarkosy qui a désigné Monsieur de Villepin comme instigateur possible des manipulations malhonêttes du fameux fichier informatique, c'est le magistrat chargé d'instruire l'affaire, à qui l'un des principaux mis en examen l'avait dénoncé.

    Il faut aussi se souvenir qu'à cette époque Monsieur Sarkozy était candidat à la Présidence de la République et que ces manipulations avaient évidemment pour but de lui barrer le passage. Cela laisse des traces surtout quand, le premier jugement n'étant pas encore rendu, Monsieur de Villepin clamait haut et fort que Monsieur Sarkozy voulait "le pendre à un crochet de boucher" !

    Je suis convaincu que si Monsieur Sarkozy avait retiré sa plainte avant le procès en première instance, l'opposition n'aurait pas manqué de le soupçonnner d'avoir tenté de se rendre sympathique auprès des électeurs en se faisant passer auprès d'eux pour la victime d'un partenaire déloyal, ou encore de craindre tous comptes faits le jugement de la Justice.
    Il n'est pas exclu que le sort du scrutin aurait pu en être modifié !

    Il aurait pu certes la retirer après l'élection, mais peut on reprocher à un homme, fut il président de la République, de vouloir faire éclater une vérité qui le lave de tout soupçon ?

    D'ailleurs si je considère l'opinion de certains, Français ou non, concernant Monsieur Sarkozy, la vôtre par exemple Oceane, je vois le peu de sympathie qu'il vous inspire ; vous écrivez par exemple :

    " Si Sarkozy était un "seigneur", cela se saurait!"

    Que vous a donc fait Monsieur Sarkozy, vous qui êtes de nationalité Suisse pour vous montrer aussi méchament critique ? Vous aurait il porté tort personnellement ? Ou alors craignez vous plutôt que ses efforts pour dénicher les comptes occultes des Français en Suisse contribuent dans une certaine (et faible) mesure à nuire à la prospérité de la Suisse ?

    Etant donné cette espèce de hargne dont il est accablé par certains, je ne trouve pas anormal que Monsieur Sarkozy réagisse vigoureusement. Relisez par exemple et à ce sujet les propos impensables d'un certain Hypollite dans une autre rubrique de ce blog.

    Vraiment, on ne peut attendre moins d'un homme ambitieux et volontaire comme Monsieur Sarkozy.

    Je ne suis pas du tout certain comme vous le pensez :

    "qu'une affaire chasse une autre. Et celle-ci aurait été vite oubliée..."

    Ne dit on pas : "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !"

    Bonne après midi à vous deux et à tous les intervenants de ce blog !

  • C'est encore moi !!!

    Eh bien vous voyez Mesdames, la confirmation de ce que j'écrivais il y a peu. A peine posté mon commentaire, je tombe sur celui de Mathieu, encore un chaud "supporter" de Monsieur Sarkozy !

    Mathieu invoque la coutume Française qui voudrait qu'à l'étranger nos représentants s'abstiennent d'évoquer nos problèmes intérieurs. Vous voyez que j'emploie le conditionnel car le Président de la République, à mon avis, peut bien parler de ce qu'il pense être utile. Dite moi, les médias, à l'étranger s'étaient ils privés de parler de l'affaire Clairstream ?

    Sur l'emploi du mot coupable, Mathieu n'a pas tort, mais je rappelle que Monsieur Sarkozy ne l'a pas employé explicitement pour Monsieur de Villepin, mais pour l'ensemble des personnes mises en examen. En matière d'excès de langage, c'est quand même peu vis à vis des intentions attribuées à Monsieur Sarkozy de pendre Mr de Villepin à un croc de boucher !

    Je note par ailleurs le jugement péremptoire de Mathieu concernant le fait que Monsieur Sarkozy n'est pas un grand Président. Ce n'était pas l'avis des 53 % d'électeurs qui ont voté pour lui........

    Cela me rassure de lire dans le commentaire de Mathieu :

    "c'est justement le problème, les mois d'instruction (par 2 juges d'instruction) et de procès n'ont pas permis de déterminer l'identité du donneur d'ordre... il y a bien quelques suspiscions, relayées par une cohérence politique, mais aucune certitude... or s'il y a doute... il doit y avoir relaxe...! c'est frustrant mais c'est le simple respect de la Loi..."

    Quelques suspicions.....Cohérence politique....s'il y a doute...il doit y avoir relaxe....! c'est frustrant....

    Là on est en phase !!!!!!Personne n'a dit, parmi ceux qui n'accablent pas Monsieur Sarkozy, que la relaxe ne respectait pas la loi !
    Il y a simplement un Procureur de la République qui n'est pas satisfait du résultat et qui voudrait que soient approfondies ces "suspicions".
    Ca aussi c'est le simple respect de la Loi et ça ne devrait pas faire bondir (au moins officiellement) Monsieur de Villepin !

    Bien sincèrement, Gérard.

  • La France a déclaré la guerre économique à la Suisse. Lorsqu'un pays est acculé et que ses dirigeants ne savent plus utiliser la parole, ils prennent les grands moyens: la force.
    Alors, je vous mentionne ci-dessous une lettre adressée à M. WOERTH (Adolphe Ribordy, journaliste).
    "Monsieur le Ministre,
    J'ai lu avec intérêt votre volonté de contrer la Suisse, mon pays, dans sa volonté de maintenir le secret bancaire. J'en suis profondément offusqué.
    D'abord une précision.
    Le secret bancaire suisse est moins là pour protéger des avoirs de personnes fuyant un fisc confiscatoire comme le vôtre que pour protéger ma sphère privée.
    Les Suisses, lors de deux votations populaires, l'ont confirmé.
    Votre méconnaissance du sujet ne m'étonne pas tant l'ouverture politique des élites françaises est nulle, j'ai pu le vérifier maintes fois.
    Cela dit, vous avez aussi vos SECRETS, mais nous n'en demandons pas la levée.
    Ainsi dans l'affaire des frégates de Taïwan, la Suisse a réglé ce dossier, alors que vous en êtes encore à invoquer le secret défense pour protéger vos amis politiques corrompus.
    Et je ne parlerai pas de la manière dont a été dotée en argent la Caisse de crédit et dépôt entre 1940 et 1945!
    Schématiquement, nous pourrons dire que nous lèverons notre secret bancaire quand vous lèverez votre secret défense et vos pratiques gouvernementales douteuses."...

    A part cela, je n'ai rien contre M. Sarkozy et la France

  • Oceane,

    Il me semble que cette question du secret bancaire Suisse, si intéressante en soi, n'a pas tellement sa place dans ce gâchis concernant les conséquences politiques entre deux pesonnalités françaises de premier plan.

    Mais puisque vous évoquez cette question, je vois que je ne m'étais pas trompé sur les raisons pour lesquelles vous considérez que Monsieur Sarkozy n'est pas un "seigneur", bien que vous vous défendiez d'avoir quoi que ce soit contre lui !

    Mais là au moins votre position est claire, je la comprends et je n'ai plus à critiquer que la forme et le fait que vous ayez joint votre voix à ceux qui cherchent à accabler Monsieur Sarkozy dans le cadre d'une affaire annexe.

    En définitive, Monsieur Sarkozy n'est en cause que parce qu'il est en ce moment Président de la République Française et que, en cette période financièrement très difficile il cherche à faire rentrer dans son pays l'argent que certains de ses concitoyens ont mis en Suisse à l'abri de la fiscalité Française !

    Je crois savoir, mais vous m'avez l'air d'en savoir plus que moi à ce sujet, que mon pays n'est pas le seul qui rue dans les brancards concernant le secret bancaire et les placements financiers dans ce que l'on appelle les paradis fiscaux.........Monsieur Sarkozy serait il plus aggressif que d'autres Chefs d'Etat pour focaliser le mécontentement de ces heureux pays que l'on qualifie de paradisiaques ?

    Bon, j'arrête.....Je concluerai simplement en remarquant que si la fiscalité française était un peu moins accablante, il y aurait peut être un peu moins de mes compatriotes qui placeraient leurs sous chez vous ! C'est un contribuable français qui le reconnaît !

    Mais aussi, il y a chez nous, en France, une idéologie largement répandue selon laquelle ce n'est beau d'être riche, que les riches n'ont qu'à payer et ceci en refusant obstinément de voir que ce sont les gens riches qui entreprennent, qui créent des emplois (de moins en moins) et qui contribuent à financer toutes ces aides si nombreuses réclamées à corps et à cri à toute occasion !!!

    Et comme nous sommes en démocratie et que c'est impératif de ne pas caresser
    l'électeur à contre poil si l'on veut éviter le désordre social et se faire élire la fois suivante, les hommes politiques ont besoin d'argent et mécontentent Oceane, les journalistes Suisses et quelques autres !

    Vous voyez que moi aussi je suis largement hors sujet. Que l'on veuille bien m'en excuser ainsi que de toutes les fautes d'orthographe que je ne vois toujours qu'après avoir posté.

    Gérard.

Les commentaires sont fermés.