L’Afghanistan et le théoricien de la guerre Carl von Clausewitz

Imprimer

L’Afghanistan et le théoricien de la guerre Carl von Clausewitz

Dans sa livraison du 29 janvier 2019, le journal Le Monde publie une longue interview du colonel Benoît Durieux, commandement d’un bataillon français engagé en Afghanistan, qui a beaucoup étudié le traité De la guerre du général prussien dont il admire la pensée militaire, au point de le qualifier de professeur d’énergie guerrière/

Cette interview tombe à point nommé car je voulais justement dire quelques chose sur la nouvelle stratégie des forces occidentales engagées contre les Talibans. Cette nouvelle politique s’apparente à un tournant puisque tant le gouvernement de M. Hamid Karzaï que les Occidentaux (Allemagne en tête) veulent désormais affaiblir les talibans tout en discutant avec les plus modérés d’entre eux. Selon le colonel français, il s’agit bien là d’une illustration de la pensée de von Clausewitz dont la phrase la plus connue est ici mise à contribution : la guerre n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens… Dont acte. Et je m’incline devant la pensée d’un général que j’ai toujours apprécié. Je me félicite même de son retour en grâce car il était, semble-t-il, tombé dans un oublie immérité.

Mais j’en reviens au point nodal : comment se débarrasser des Talibans qui ont commis des atrocités contre leur propre peuple et notamment les femmes dont l’une d’entre elles, accusée d’adultère, fut exécuté publiquement dans l’un des stades de Kaboul… Le monde entier a pu regarder cette scène horrible à la télévision : ce fut l’horreur absolue.

La question qui se pose est la suivante : comment négocier avec gens, comment leur faire confiance ?

Le colonel français a raison de dire que l’offre faite aux insurgés de déposer les armes contre une aide économique et financière est une illustration de l’idée majeure de von Clausewitz, mais alors il faut bien affaiblir les talibans avant de songer à parler avec eux. C’est d’ailleurs ce que semblent faire les USA puisque parallèlement à l’envoi de 30.000 hommes ils renforcent leur aide économique.

Mais en revoyant tous ces désordres dans certaines régions bien déterminées du monde, je me demande si Samuel Huntington n’avait pas raison en parlant, à la suite de Bernard Lewis, de clash des civilisations…

Commentaires

  • Au sujet de cet intéressant article, il me semble que l'on peut rappeler ce que les Français avaient essayé de faire en Algérie, non seulement vis à vis des insurgés militarisés, mais aussi des civils et qui avait donné des résultats encourageants.

    Je me souviens qu'après la seconde opération militaire Anglo Américaine en Irak et alors qu'il apparaissait déjà que celle ci conduisait à un fiasco, certaines personnalités US opposées à la politique de G.W. Bush avaient regretté que leur pays ne se soit pas inspiré de l'expérience Française.

    Je pense d'ailleurs que si cette politique n'avait pas abouti, ce n'était pas qu'elle ne fut pas adaptée à la situation, mais c'est plus simplement que malgré sa proposition de "Paix des Braves", le Général de Gaulle avait décidé de modifier profondémént la politique suivie par la France concernant l'Algérie.

    Mais pour revenir à l'Afghanistan et plus généralement à tous les pays de confession majoritairement Musulmane, il y a manifestement clash de civilisation, ces pays n'ayant pas évolué (et de loin) de manière semblable aux pays occidentaux.

  • Les pays occidentaux n'ont évolué qu'après des affrontements sanglants qui ont laissé des millions de morts! Affrontement dont les instigateurs étaient des monstres dépourvus de toute humanité tel Hitler, pour ne citer que celui-ci! La civilisation judéo-chrétienne était la plus grande absente en ce temps-là!

    Les pays majoritairement musulmans doivent aussi faire leur chemin, et cela ne se passera pas, malheureusement, sans barbaries (tel fut le cas en Europe), d'autant plus qu'il y a pas mal de pays étrangers qui n'ont aucun intérêt à ce que les choses aillent mieux dans ces pays-là! Car sinon, comment écouleraient-ils leur stocks d'armes sophistiquées? Et que feraient-ils des millions de chômeurs qui pourraient leur rester sur le bras si on devaient fermer les usines d'armements?? Ah! Hypocrisie quand tu nous tiens!

  • FEDERER a gagné

Les commentaires sont fermés.