Le cas d’Henri Proglio et l’esprit français

Imprimer

Le cas d’Henri Proglio et l’esprit français

Je ne puis m’empêcher d’en parler. Grâce à une presse vindicative et à un caractère français qui ne change guère, la terre entière connaît désormais le nom de Monsieur Proglio. Non pas tant pour ses qualités incomparables de chef d’entreprise, mais pour sa volonté (O combien blâmable aux yeux de certains) de garder deux emplois et donc un double salaire.

Que l’on me comprenne bien, je ne connais pas l’homme, je ne fréquente pas son monde, etn’ai strictement aucune occasion de l rencontrer. Je fais ce billet pour dire que ce lynchage médiatique est inconvenant. Tout le monde sait ce que gagnent les professeurs, les fonctionnaires etc…, mais tout de même si un individu atteint des sommets dans la gestion d’une entreprise et si on lui en confie une qui est à la tête de toutes les autres entreprises françaises, comment s’étonner que sa rémunération soit proportionnelle à ses qualités…

Je ne fais pas de la provocation même si je sais que je vais à contre courant : mais que se passe t--il en Amérique ? Les gens sont fiers de réussir et de gagner de l’argent. Ils créent ainsi des richesses, paient des impôts qui profitent à la collectivité dans son ensemble.

Si l’on poursuit dans cette voie, bientôt toutes les grandes entreprises ne seront plus dirigées que par des fonctionnaires qui les géreront comme des fonctionnaires.

Vous voyez cela d’ici ?

Commentaires

  • La même dialectique répugnante que Sarkozy. "Je pose la question ?"

    Et bien je vous répond Monsieur :

    Non, on ne peut prétendre remplir correctement les tâches qui incombent à DEUX postes de haut cadre, dont chacun demande plus d'un 100% de travail normal.

    Ainsi, la seule qualité (cela en est une aux yeux des néo-libéraux) qu'on peut lui reconnaitre est la cupidité.

  • Ce lynchage médiatique ressemble à celui dont a été victime Claude Béglé à La Poste. Dans certains milieux, les hommes dotés d'une vision prospective sont systématiquement mis au pilori car ils apportent ce dont notre société a le plus besoin: l'adaptation de structures passéistes à l'évolution rapide des conditions de survie des entreprises !

  • Je répète, jusqu'à preuve du contraire, les deux hauts cadre sus-mentionnés n'ont PAS fait preuve de leur compétence de manager visionnaire que les petits chiens de garde du capitalisme leur confère.

    Les seules qualités qu'ils montrent au grand publique sont leur propensions à puiser dans les poches d'entreprises de services publics.

  • Je suis dans l'expectative :

    D'une part je partage l'oppinion de P.Emerach sur le "mauvais" état d'esprit de bon nombre de Français concernant la réussite professionnelle et la rémunération qu'il faut accorder à des dirigeants d'entreprise compétents et dont bénéficient les personnels de celles ci et plus largement et indirectement les citoyens de ce pays.

    Mais d'autre part je pense qu'il convient que les rémunérations soient raisonnables. Enfin, deux millions d'euros par mois est une somme qui me choque ! D'ailleurs l'intéressé, étant donné sa décision rapide de renoncer à la rémunération de son poste de Président du Conseil d'administration de Véolia a bien senti ce qu'il y avait de choquant dans ces deux millions !!!

    D'autre part on peut effectivement se demander s'il est effectivement possible de s'occuper efficacement de deux Entreprises aussi importantes.

    A la triste époque où le sieur J.M.Messier avait pratiquement mis la Compagnie Générale des Eaux, l'un des plus beaux fleurons de l'industrie Française en état de cessassion de paiement, je crois me souvenir qu'EDF était entré dans le capital de cette Entreprise moribonde (gérante de nombre d'équipements de services publics) afin d'éviter qu'elle tombe dans des mains étrangères.
    J'aimerais bien savoir si EDF fait toujours partie du capital de cette Compagnie dont le nom actuel est devenu Véolia.

  • "cessassion"........!
    Les répetitions du même mot dans une phrase......!
    "dont le nom actuel est devenu......." !

    Mon D_ que les lecteurs éventuels veuillent bien me pardonner. Les ans en sont peut être la cause....

    Gérard.

Les commentaires sont fermés.