L’Iran et la démarche exégétique

Imprimer

L’Iran et la démarche exégétique

Nous revenons sur cette question emberlificotée du nucléaire en Iran bien que nous ayons, par le passé, déjà appelé l’attention sur la mentalité iranienne, sur cette capacité à multiplier les manœuvres dilatoires, à diffuser des nouvelles fausses pour tester le vis à vis et tenter de l’embrouiller au mieux. Il faut avoir étudier les subtilités de l’exégèse religieuse perse pour comprendre les méandres de la diplomatie iranienne de nos jours. Il n’est pas certain que nos diplomates européens soient parvenus à le faire, à la grande joie du régime des Ayatollahs qui ont déjà gagné plus de quatre années au cours desquelles les centrifugeuses tournent sans discontinuer.

Ce qui me mène à cette considération n’est autre que le constat suivant : après avoir fait mine d’étudier sérieusement la proposition occidentale d’enrichir l’uranium en Russie ou en France, et don d’avoir une nouvelle fois, gagné du temps, les Iraniens opposent une fin de recevoir. Mais ils ne font pas que cela, ils demandent des garanties pour leur sécurité et pour leur uranium, comme si les puissances occidentales avaient une mentalité de brigands et le séquestreraient chez elles, sans le rendre à ses propriétaires…

Parallèlement à cela, on lance des manœuvres pour se faire passer pour un peuple en danger, susceptible d’être agressé par d’autres puissances… C’est très fort, cet art de renverser les rôles et de se présenter comme une victime et de prendre son propre peuple à témoin… Car ainsi, on a l’impression due l’Iran ne demande que des garanties et que les méchants refusent de les lui accorder…

Tout ce petit jeu renferme néanmoins une certaine dose de danger qui croît chaque jour un peu plus. Et ce n’est pas la gesticulation récente des Iraniens qui va empêcher les Américains et d’autres d’agir (et pas uniquement Israël, mais bien tous les Etats arabes modérés de la région)… Certaines rumeurs font même état de programmation des sites nucléaires déclarés ou tenus secrets, pour servir de cible aux missiles de croisière… J’espère de tout cœur que nous n‘en viendrons pas là…

Mais alors pourquoi les Iraniens se sont-ils délibérément placés dans cette situation en menaçant de détruire un pays souverain, reconnu par l’ONU ? Pourquoi se livrent-ils à cette surenchère aussi grossière qu’inefficace puisque tout le monde sait qu’avant même de mettre leur menace à exécution, ils risquent d’être détruits dans les minutes suivantes ?

Décidément, je commence à comprendre cette réplique d’un vieux film qui montrait un prélat catholique butant sur l’inanité et l’iniquité des hommes… Le prélat, homme de foi et d’espérance, prit congé de l’anti chambre ministérielle en disant : je vais aller prier pour tous ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir sur cette terre… pour que D- leur accorde enfin la sagesse qui leur fait si cruellement défaut.

Commentaires

  • Les questions que vous posez dans votre avant dernier paragraphe pourraient l'être égalemet aux "puissances occidentales"...pourquoi une telle fixation sur l'Iran, alors que les vrais "fanatiques" se trouvent plutôt au Pakistan qui possède cette fameuse bombe et qu'il n'est pas exclu qu'ils finissent par y prendre le pouvoir?

    Quant à "se faire passer" pour une victime potentielle d'une agression extérieure, il faut avoir la mémoire très courte ou très sélective pour prétendre ignorer que la guerre qui opposa l'Iran à l'Irak fut déclenchée par ce dernier avec la bénédiction et l'aide des puissances occidentales.

    Ces puissances qui avaient d'ores et déjà refusé d'honoerer un contrat concernant justement l'uranium. On peut comprendre les soupçons iraniens. Si toutefois on veut bien cesser d'instruire ce "procès" uniquement à charge...

    Car comme le dit un proverbe Sufi: Aie confiance en Dieu, mais attache to chameau d'abord!

Les commentaires sont fermés.